vendredi 16 août 2013

Guerre civile en Egypte. Oui et alors ?


C'est terrible ce qui se passe en Egypte. Les morts se ramassent à la pelle. Plus de 600 selon la police, plus de 2 000 selon les Frères. Mais que se passe-t-il ? Reprenons le fil de l'histoire...

Avant, il y avait le méchant dictateur Hosni Moubarack. Lui, sa famille et ses sbires, soutenus par l'armée, elle-même soutenue par les USA, avaient mis le pays en coupe réglée. Le tout avec la bénédiction de la communauté internationale. C'était pas bien, mais ça roulait.

Après, comme d'autres pays  du Moyen Orient, le peuple, fatigué et excédé par des années de privation de liberté et de plein d'autres choses qui font le charme de nos contrées occidentales, s'est révolté avec les Frères musulmans à la manœuvre.  Les méchants furent virés, jugés et condamnés. Le monde entier salua ce printemps égyptien. Les militaires cédèrent, un peu, mais, sans se départir de leur pouvoir exercé en coulisse, gardèrent un œil sur l'évolution des choses. Dans la joie et l'allégresse post-printanière, les Frères prennent le pouvoir dans la rue puis dans les urnes. Morsi est élu démocratiquement lors d'un scrutin absolument pas entaché du tout, du tout, de magouilles et autres manipulations. Il est élu. Le monde entier, à nouveau, se réjouissait de cette évolution. Printemps devenait été.

Aussitôt au pouvoir les Frères firent preuve des qualités unanimement reconnues: Incompétence dans le domaine économique et extraordinaires capacités à mettre le pays, en moins d'un an, sous une nouvelle coupe réglée: celle dictée par le Coran. Au final, le peuple a faim, le chômage augmente, les caisses se vident mais le peuple doit la fermer, les Frères surveillent et...l'armée veille. Cela ne pouvait pas durer, le peuple se fâche très fort, le printemps tourne à l'hiver, c'est le boxon et le soulèvement de la moitié de la population. Morsi est éjecté par une nouvelle coalition plus laïque et semble-t-il plus ouverte. Celle-ci prend le pouvoir et commence à purger le pays de l'emprise islamiste radicale. Mais, les Frères n'apprécient pas de s'être fait vidés après avoir été à peu près légitimement élus et en appellent à l'autre partie du peuple qui leur reste fidèle et soumise. L'armée, qui aime par dessus tout l'ordre, soutient la nouvelle coalition et embastille Morsi. Et tout cela sous le regard d'une communauté internationale plutôt indifférente.

Peu à peu les choses dégénèrent, les deux peuples s'affrontent de plus en plus violemment. le désordre et l'anarchie s'installent. Le nouveau pouvoir prévient à maintes reprises que si les Frères et la population manipulée par ces derniers ne rentrent pas dans le rang ça allait saigner et saigner gravement. Les Frères s'en tapent le coquillard et malgré les avertissement décident d'aller au clash.

600 morts selon la police, plus de 2 000 selon les Frères. Comme d'habitude en ce genre de situation, les manipulations médiatiques commencent. Les images circulent, chaque camp ayant de bonnes raisons de montrer que c'est l'autre camp qui a commencé. Le bain de sang, comme promis finalement par les deux parties, a bien lieu, les photos insoutenables le prouvent. Un ou deux journalistes étrangers sont tués au passage. Emotion faisant, la communauté internationale réagit et condamne fermement. L'ONU appelle, sans déconner, " à plus de retenue".  Par ci, par là, on convoque les ambassadeurs, on abrège deux heures ses vacances pour faire un discours d'offusqué. Les USA condamnent mais ne sanctionnent pas, l'armée égyptienne continuera à toucher ses milliards de dollars. Fabius et Pépère ne sont pas contents et assurent, sans rire, que" la communauté internationale fait son maximum pour que l'Egypte ne s'enfonce pas plus dans la crise ". Tels de vrais bisounours, ces deux-là déclareront que: " Le gouvernement égyptien doit faire un geste mais les manifestants doivent défiler pacifiquement" expliquant que la stratégie de la communauté internationale est : "d'abord obtenir une diminution des tensions, puis rétablir le dialogue entre les partis et enfin aller vers des élections". C'est bien et cela montre qu'ils sont là, quand là-bas, au Caire et dans tous le pays, ils continuent de s'étriper consciencieusement. Au passage, une dizaine d'églises sont incendiées, quelques chrétiens zigouillés, et puis c'est tout.

Alors que penser de tout cela ? Que c'est un conflit local. Que les Frères comme le nouveau pouvoir ne font pas dans la dentelle. Que c'est ni plus ni moins qu'une guerre civile qui se met en place: les islamistes radicaux d'un côté, des laïcards et des musulmans modérés, de l'autre. Que la communauté internationale, comme en Syrie, est aussi impuissante qu'hypocrite. Que c'est l'armée égyptienne, comme d'habitude, qui décidera du sort du pays. Et que donc qu'il n'y a qu'à attendre que celle-ci pacifie, de gré ou de force, le pays. Et tant pis pour les centaines de morts, selon la police, les milliers selon les Frères.

Ce que j'en pense ? Que tous ces morts, c'est bien triste. Qu'avant, c'était bien plus calme. Qu'établir la démocratie en terre musulmane n'est pas une sinécure; à se demander d'ailleurs, non sans malice, si l'Islam est compatible avec l'idée de démocratie. Que ce ne sont pas nos oignons, au moins pour l'instant. Que c'est assez savoureux de voir les musulmans s’entre-déchirer. Que visiblement, il se passe quelque chose d'intéressant et de nouveau en Musulmanie: que ce soit en Syrie, en Tunisie ou en Egypte, chiites et sunnites, modérés et radicaux s'affrontent. Qu'il nous faut s'assurer que ce conflit reste local. Mais qu'à par tout cela, quelques islamistes de moins...

Folie passagère 1855.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

20 commentaires:

  1. Entièrement d'accord. Comme vous dites, nous ne sommes pas concernés "pour le moment", laissons les se dépatouiller avec les conséquences de leurs "Printemps" irresponsables.
    Allah reconnaîtra bien les siens!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: laissons les se dépatouiller, hérissons une muraille de chine diplomatique autour de l egypte et tout rentrera dans l ordre. Mais par pitié que les glandus qui nous dirigent se gardent bien d intervenir.

      Supprimer
  2. pays skizophrénique perdu entre la corruption d'une certaine classe dirigeante à une époque et un islam pur et dur qui n'a que pour seule volonté la misère pour mieux formater et manipuler les esprits.. J'étais au Caire très peu de temps avant le printemps arabe.. En plein centre On sentait à chaque coin de rue cet islam fort .. quartiers populaires sales, femmes voilées et barbus.

    Entre une pseudo démocratie à la Moubarack pas parfaite et un régime islamique .. Quels préférences, quels conséquences pour ce pays mais aussi la région et le planète ?...ou ira ce peuple ?

    Le moyen orient est très instable de même que l'Afrique du Nord.. une poudrière.....

    A trop encourager ou a laisser faire les extrêmes, on déstabilise vite un pays et chez nous nous devrions écouter et réfléchir car bien des points sont comparables .....encore à moindre échelle mais des signes tangibles de manipulation de notre peuple sont la... ouvrant les portes à l'intolérance ...
    A coté le danger FN ( auquel je n'adhère pas bien sûr) parait bien moindre et pourtant l'on veut nous faire croire le contraire

    La gauche trop lâche pousse à cela .. En cela le PS est très dangereux et inconséquent sur le moyen terme ...

    L'Egypte j'y pense comme d'autre pays ... peut être notre futur ... Ne nous concerne pas ? ... pas si sur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: Encore une fois, comme en Syrie, les médias et nos politiques socialistes pour l essentiel prennent plus ou moins discrètement la défense de Frères musulmans et des islamistes. A écouter les infos, quelque soi la chaine, on a l impression dans le discours que l'armee et les modérés sont les méchants et les islamistes les gentils. je vois surtout des Frères qui exhortent la population à se confronter avec violence aux forces de l ordre malgré les avertissements sans détours de celles-ci. Les mêmes freres qui tirent eux aussi, à vue, sur leurs opposants. Alors comme tu les dis justement " A trop encourager ou a laisser faire les extrêmes "... voila ce que l on obtient. Parallèle intéressant avec le FN.

      Alors quand je dis que cela ne nous concerne pas, je dis aussi qu il faut bien sur surveiller ce qui se passe, avec un esprit critique et pas unilatéral mais surtout ne pas intervenir.

      Supprimer
    2. oui bien sur nous n'avons pas intervenir sauf si le brasier risque de s'enflammer ( de multiples foyers sont à craindre).. Je crains que nos diplomaties occidentales ne soient que peu de secours..... Un Fabius constipé, sans autorité et sans charisme ne sera d'aucun secours face à un islamiste retors.

      nos politiques sont laches .. Depuis mai 2012 nous en faisons l'expérience

      je reste triste pour ces populations.. La sagesse arabe la vraie est pourtant tellement belle

      Supprimer
  3. Attention , pépère Moulande a l'expérience du Mali , sa petite guéguerre, faudrait pas qu'il y prenne goût et qu'il envoie les troupes pour protéger les pyramides avec l'espoir de remonter dans les sondages. Il a tout l'électorat musulman français qui surveille ce qu'il va dire et faire , il le sait .Quelques soient les guerres , dès l'instant où l'islam est derrière , nous sommes tous concernés , la France et ainsi que l'europe entière , alors danger , pourvu qu'il ne raconte pas trop de fabiusierie .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: Fabius sera à 18h30 sur BFM pour donner sa vision et celle de la Fraance sur ce qui se passe en Egypte

      Supprimer
  4. Voilà un truc qui ne nous concerne pas vraiment..sauf qu'on a, ici, une communauté qui risque de bouger à la rentrée..dans les rues du quartier, nous avons déjà vu arriver beaucoup de Tunisiens, ils traînent comme des âmes en peine et attendent la soupe sous le pont de Stalingrad, quelques Égyptien commencent aussi à arriver, il ne faudrait pas que pépère l'ouvre trop en disant ses conneries habituelles, c'est pas notre problème, qu'ils se battent entre eux, c'est bien triste , perso les frères moins il y en aura mieux ce sera pour la paix du monde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: d où mon idée de muraille de Chine: on vérouille si cela est encore possible. D après ce que j ai pu voir la communauté egyptienne en France est de l ordre de 20 000 gugusses, plutot calmes et bien intégrés. Moi qui ai bien suivi le truc depuis 15 jours, je n ai pas entendu, pas une fois, nos branquignols parler du massacre des chrétiens en Egypte, hasard, je ne crois pas .
      Ce n est pas notre problème à une condition, comme tu le dis, qu on n'ouvre pas la porte.

      Supprimer
  5. Heureusement que Vergès a eu la bonne idée de mourir aujourd'hui : ça nous a distrait un peu et permis de penser à autre chose qu'à tous ces gens qu'on massacre et qui massacrent sans pouvoir démêler à quel camp ils appartiennent, les uns et les autres.
    Pour la journaliste envoyée spéciale de France 2, hier soir c'était : "Non, ce n'est pas une guerre civile."
    Aujourd'hui c'était : "Ce n'est pas une guerre civile mais ça en prend le chemin."
    Ah bon ! A quoi le mesure-t-on ce "chemin" ? Mystère !
    Peut-être tout simplement n'a-t-elle pas encore reçu le feu vert pour dire que c'était bel et bien une guerre civile ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Fabius a dit ce soir que nous étions - pourquoi " nous" ? - au bord de la guerre civile. Donc lui aussi n a pas eu encore le feu vert. Qu y a-t-il d ailleurs après le " bord " pour que l on ose pas le franchir ?

      Je note tout de même qu encore une fois, là où il y a islam et Printemps, la démocratie n arrive pas à s imposer, ni en un an, ni en 2... ni en 40 ans

      Supprimer
    2. l'islam n'est pas compatible avec la paix et la démocratie, c'est un fait avéré partout ! on la vois bien la religion de paix et d'amour à coups de kalasch

      Supprimer
    3. @Boutfil: c'est fou le nombre de trucs que je lis depuis hier pour condamner tout ça? Y compris chez des gauchistes qui sont pourtant les premiers a soutenir les muzz chez nous. Islam et démocratie, ça ne peut pas faire bon ménage, c'est évident

      Supprimer
    4. islam radical et démocratie .. Oui dangereux....

      mais l'islam du fond de l'Afrique pour des hommes qui n'ont que du sable et du vent .... celui qui est la depuis longtemps .. je pense qu'il est proche de nous par son humanisme et ses valeurs.
      J'ai trop appris de ces gens simples pour ne pas penser à eux... Eux ils soufrent de cela .. du pillage de leur croyance pour le pouvoir et le folie...

      Attention à l'amalgame...

      Supprimer
  6. L'une des causes du problème, c'est la démographie :

    http://en.wikipedia.org/wiki/2011_Egyptian_revolution#Demographic_and_economic_challenges

    et malheureusement, entre un tiers-monde qui explose de ce point de vue, une Europe qui décroit (ainsi les Allemands et les Italiens, à 1,4 enfants par femme) et les minorités nord-africaines déjà présente, ce qui se passe de l'autre côté de la Méditerranée risque de finir par devenir notre problème, qu'on le veuille ou non...

    Autant le savoir, même s'il aurait fallu s'en préoccuper il y a 40 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pb: doublement de la population en 40 ans en Egypte, c'est clair que ça pose de sacrés pbs ds un pays a peine émergent. Ceci étant, bien sur qu il faut surveiller ce qui se passe et éviter toute contagion en Europe mais surtout pas s en mêler. Comme en Syrie.

      Supprimer
  7. Qu'ils se massacrent entre eux et chez eux où le soucis mais petit à petit on aura chez nous les répliques à ce séisme et ce n'est pas avec le minable que nous avons à la tête de ce pays que l'on peut se sentir à l'abri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: Itélé et Bfm ce soir ont transmis la même info, les egyptiens dans une large majorité sont très remontés contre les dirigeants occidentaux qui prennent fait et cause pour les islamistes. Notre minable s'est encore illustré. ferait mieux de se taire et de blinder nos frontières :)

      Supprimer
  8. Il n'y a qu'à regarder du côté de la Syrie, de la Tunisie, de la Turquie, et bien sûr de l'Egypte pour constater qu'un Islam même modéré, n'est pas compatible avec la démocratie et les valeurs qui nous sont chères. Les Printemps arabes n'auront d'ailleurs servi qu'à renforcer cette incompatibilité.

    On peut regretter l'incohérence de nos dirigeants : ils n'ont que le mot laïcité à la bouche lorsqu'ils parlent pour la France, alors qu'ils se rangent du côté de l'intolérance et des pro-Morsi dans le cadre des échauffourées égyptiennes. Comprenne qui pourra !

    En cas d'extension de ces conflits chez nous, je crains que Pépère et sa clique soient incapables de réagir rapidement et efficacement pour régler rapidement les problèmes avant que la situation ne devienne incontrôlable.

    Tout comme vous, je pense que compte tenu de nos différences de cultures/civilisations, nos dirigeants européens feraient bien d'éviter de se poser en donneurs de leçons en soutenant un camp plutôt que l'autre. Qu'ils commencent à régler les problèmes chez eux....

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen