mercredi 7 août 2013

FMI: le sombre rapport qui annonce une crise politique majeure en France


La gaucholalie et son ministre des finances se réjouissent du dernier rapport produit par le FMI car celui-ci indiquerait que le gouvernement français devrait desserrer l'étau austérité pour relancer la croissance. Rendez-vous compte, si même le FMI le dit ! Je me marre ! Je me marre parce que ce n'est pas tout à fait ce que dit le FMI.  

Ce qu'il dit c'est que pour nous sortir de la mouise dans la quelle nous sommes enlisés le gouvernement et Pépère doivent absolument ralentir le durcissement de la pression fiscale si nous ne voulons pas gâcher les maigres espoirs d'une timide reprise de la croissance tout en poursuivant avec rigueur la réduction de la dépense publique. Le FMI invite donc le gouvernement français à réduire les dépenses publiques pour baisser le déficit, plutôt que de créer de nouvelles taxes, qui « sont parmi les plus élevées sur le plan international et ont un effet négatif sur l’investissement et la création d’emplois ». Cépapareil. Dans trois semaines, la TVA, comme prévu, augmentera et les embauches massives de fonctionnaires sont toujours d'actualité... 

Selon BFM, Moscovici relève une grande convergence de vues avec le FMI sur le diagnostic et l'analyse des risques qui pèsent sur l'activité en Europe et en France ! Repoilade, car dans ce même rapport le FMI dit : " le taux de chômage (selon les critères du Bureau International du Travail) devrait dépasser 11,6% en 2014 et il ne devrait pas baisser en deçà de 10,6% pendant le mandat de François Hollande. ", ce qui serait en parfaite contradiction avec la promesse délirante mais maintes fois répétée de Pépère d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année. 

Là où l'on se marre encore un petit peu, c'est que le FMI donne tout de même un satisfecit à hollande " pour ses réformes visant à réduire les cotisations sur les salaires et à donner plus de flexibilité aux entreprises pour adapter leur main d’œuvre et leur masse salariale. "  Ce qui en langage syndicaliste peut se traduire ainsi: hollande plie devant les entreprises en leur accordant la flexibilité du travail au détriment de la sécurisation de l'emploi. 

Pire encore, le FMI annonce que: " la nouveauté, c’est que la France est en train de perdre du terrain contre l’Italie et l’Espagne, et que cela pourrait entraîner des pertes de parts de marché. Les pays de l’Europe du sud, englués dans des crises très graves, ont entamé une « dévaluation interne » qui a conduit à une baisse des salaires induite par les taux de chômage dramatiques qu’ils connaissent, mais qui a favorisé leurs exportations, et ils constatent une amélioration du solde de leur balance commerciale . En clair, là où la France patauge - la compétitivité - les pays comme l'Espagne ou l'Italie seraient en passe de voir leurs efforts récompensés. 

Bref, nous le voyons, pas vraiment de quoi se réjouir. Alors en admettant que le FMI soit - qui en douterait ?, pas Moscovici en tout cas - plus clairvoyant que notre présiflan, nous allons droit vers une crise majeure. Pas économique, ça, on a l'habitude, elle est là et bien là, mais politique: " un véritable coup de massue politique pour M. Hollande" selon le Daily Télégraph car dès la fin de l'année, et conformément aux vœux de Pépère, les Français le jugeront sur ses résultats et la courbe du chômage ne se sera pas inversée La sanction tombera d'elle-même trois mois plus tard aux élections municipales.

Folie passagère 1842.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. C'est vrai, mais l'article du Daily Telegraph :

    http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/10224099/IMF-sees-no-end-to-French-jobless-crisis-this-decade.html

    dit plus que cela :
    - les salaires allemands ont augmenté de 35% depuis 1999, les salaires français de 53%
    - le graphique qui montre les dépenses sociales (privées et publiques) et qui montre que celles de la France sont les plus élevées.

    Sur les dépenses sociales, le Figaro confirme :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/26/20002-20130726ARTFIG00491-la-france-championne-des-depenses-sociales.php

    et même Atlantico dit que c'est là qu'il faut faire des économies.

    Autrement dit, la cause des déficits et de la perte de compétitivité par rapport à l'Allemagne, ce ne sont pas les fonctionnaires (ou pas avant tout), mais c'est "tout le monde" (via les hausses de salaire et les dépenses sociales).

    Et le diagnostic est important, car il faut parfois plus de fonctionnaires ; par exemple, dans le maintien de l'ordre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pb: je ne peux pas non plus tout extraire dans un simple billet de blog :) Et personne, ou presque, ne dit que la perte de compétitivité est due au trop grand nombre de fonctionnaires, juste qu il en faut moins, mais bien plutot et simplement, à un cout du travail qui est trop élevé chez nous. Par contre et c'est indubitable: il y a bien trop de fonctionnaires en France.

      Supprimer
    2. Le problème c'est que sans hausse de salaire, plus personne ne pourrait se loger en France (spécialement à Paris).

      Le problème des fonctionnaires ce n'est pas leur nombre, c'est leur efficacité. Les impôts justifie t'il la qualité de service des administrations et des institutions publiques ? Evidement que non...

      Quant aux dépenses sociales, elles sont la conséquences d'un marché du travail qui n'est pas un marché. Mais tant que vous aurez des dégôches pour préférer des chômeurs pauvres à des travailleurs pauvres, on ne fera rien évoluer...

      Supprimer
  2. austerite, austerite, on triture les mots, ils perdent leur sens. sur france 2, il est bon de se tenir informe par la bonne propaganda, je ne sais plus quel journaleux a deblaterer en long et en large sur le rapport du fmi preconisant de laisser filer le deficit et que hollande faisait bien tout comme il faut.le probleme, est qu il suffit de regarder ailleurs en europe, par exemple : la grece, les depenses n ont pas baisse, les impots ont augmente fortement, idem en espagne, portugal, italie et en france; resultat, boum dans le mur. et le pire est a venir, l ancien chef economiste de la bce prevoit que d ici la fin de l annee, la france aura besoin d un plan de soutien a la grecque, pour memoire ca a deja coute plus de 300 milliards, pour quel resultat? le deficit de l etat francais est deja a fin mai celui qu il devait etre a la fin 2013, soit 70 milliards. la france emprunte 1 milliards par jour. le feu est dans la maison, mais a priori, tout le monde s en fout. comment va reagir le pompier merkel apres sa reelection fin septembre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Srike: Ce qui est curieux c'est qu a aucun moment le rapport du FMI ne dit qu il faut laisser filer les déficits, il dit même qu il faut au contraire limiter plus encore la dépense publique et alleger la pression fiscale.

      Alors d'où vient cette intox ? Des journaleux complaisants avec le GVT, d'une com adéquat du pouvoir ? étrange

      Supprimer
  3. faudrait déjà que nos zomm' politiks sachent lire( ce dont on commence à douter )et qu'ils comprennent ce qui est écrit ( pas mieux)
    il est évident qu'il ne pas y avoir un blème,car le blème est déjà là
    sur vronze cul, hier matin, j'ai entendu les journaloppes se rengorger de ce passage "le fmi dénonce trop d'austérité" , ils le faisaient descendre sur la langue, le long de la glotte , comme un bordeau de la bonne année, on aurait dit qu'ils n'avaient rien bu,vu , entendu d'aussi délectable depuis des années...
    merde à l'austérité disaient ils en substance

    et ça zappait vite fait le couplet sur la réduction de la dépense publique

    même l'économiste invité à parler ( en direct depuis son bureau) , n'a pas eu le loisir d'aborder ce point

    alors vous pensez que dans les journaux papier et tévé , ça va passer à l'as...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kobus: le FMI dit bien qu il y a trop d'austérité mais d'austérité, il sous entend bien celle qui pèse sur les ménages et surtout sur les entreprises via la pression fiscale. Le FMI dit clairement que la priorité doit etre à la reduction des déficits.

      Supprimer
  4. Y aurait-il une connexion Mosco/blogueurs de gouvernement?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: la même école: l'ecole des 3 singes

      Supprimer
    2. Je me demande si les socialos ne rêvent pas de gouverner le pays comme le PC le fait en Chine.

      Supprimer
  5. La France s'enfonce inexorablement. Personne ne veut voir la vérité en face, enfin ceux qui ont voté Hollande et qui clament qu'il fait bien "tout comme il faut".
    Il a détricoté tout ce qui pouvait être utile...
    Faire le tour de France pour des "emplois d'avenir" !...
    Mais qui peut croire à une quelconque utilité de ce machin.
    Un plâtre sur une jambe de bois, oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michelle: surtout que la connerie de ces emplois d'avenir c'est que sans donner de véritable avenir à ceux qui en bénéficieront, ils aggravent les déficits tout en étant absolument pas créateur de richesse pour la collectivité

      Supprimer
  6. En plus, il est la risée du monde :

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/francois-hollande/10223622/Controversy-over-Francois-Hollandes-choice-of-Versailles-summer-retreat-fit-for-a-king.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michhelle: correction, il continue à etre la risée du monde

      Supprimer
  7. Voir les résultats touristiques , avec toutes les hausses en France le touriste fuit vers l'Espagne , le Grèce et d'autres horizons , c'est un indice qui ne trompe pas.Nous coulons sous les charges , nous coulons de l'insécurité , nous coulons à cause d'un non-gvt .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: on prend l eau de partout mais l heure de vérité approche: l inversion ou la non inversion de la courbe.

      Supprimer
  8. Que nous chantez-vous là, mon cher Corto ?
    J'ai vu aujourd'hui ou hier, sur je ne sais plus quelle lucarne, un journaliste-économiste- expert, évidemment expert, venir nous raconter que notre balance commerciale avait augmenté de 0,2%, que notre croissance progressait, que les patrons et les ménages avaient le moral en hausse grâce à une légère reprise de la production industrielle.
    D'après "L'Expansion" il existe 10 signes de reprise que "les Français ne voient pas" !
    Evidemment chaque fois qu'ils décrivent un de ces signes, "La bonne nouvelle" est immédiatement démentie par "Le bémol".
    Pour finir : "Une mauvaise nouvelle" : "Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité est reparti à la hausse de 0,5% en juin (le tout souligné) pour établir un nouveau record. Or c'est l'indicateur le plus concret aux yeux des Français."
    Faut-il qu'ils soient bêtes tout de même !
    Mais voici qu'arrive "Le bémol" :
    "Cet objectif du retournement qui semblait encore inatteignable il y a peu, paraît aujourd'hui un peu plus accessible grâce à la montée en charge (c'est le cas de le dire) des emplois aidés.Soit 540 000 dont 100 000 emplois d'avenir prévus cette année. auxquels s'ajoutent 75 000 contrats de génération et 30 000 formations en vue d'occuper des emplois pourvus. (!)
    Pour Eric Heyer, économiste à l'OFCE, le pari présidentiel est donc jouable, "mais ce ne serait qu'un traitement social du chômage, un effet d'optique, pas une inversion du chômage."

    Fin de l'article.

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ces-10-signes-de-reprise-que-les-francais-ne-voient-pas_397285.html

    Il n'y a donc plus qu'à persuader les Français que : "effet d'optique" veut dire : "inversion".
    Fastoche !
    Ils sont même nombreux ceux qui s'y emploient déjà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: et tout est là, la vieille recette socialiste du traitement social du chomage et ses deux corollaires: ils nous plombent et ne rapportent, au moins a court ou moyen terme, rien du tout.
      Et vous avez raison, l accent sera mis sur la communication, reste a savoir compte tenu de la déficience du GVT en ce domaine, cela fonctionnera. sauf a cajoler dans le sens du poil les médias. ce que Pépère ne se prive pas de faire avec outrance.

      Supprimer
    2. Et c'est la raison pour laquelle je serai moins optimiste que vous, mon cher Corto, sur le résultat des élections de 2014.
      Que voulez-vous, un peuple à qui on a pu faire croire qu'on allait "réenchanter" son rêve, que un monsieur + un monsieur, c'était la même chose que un monsieur + une dame, je pense que c'est un peuple auquel on peut tout faire gober !

      Supprimer
    3. @marianne: certes, certes, vos arguments sont imparables mais laissez moi croire, encore un petit peu, que les Français ne sont pas aussi cons qu ils en ont l'air

      Supprimer
    4. J'ai bien peur que tu ne sois un peu trop optimiste Corto... N'oublions pas que nos chers médias sont là pour assurer la comm... Et surtout que les français aiment se plaindre...

      Et hollande nous prépare de belles surprises pour nous enfumer avec les chiffres du chômage

      http://www.lefigaro.fr/emploi/2013/08/08/09005-20130808ARTFIG00331-pourquoi-francois-hollande-entretient-le-flou-sur-la-courbe-du-chomage.php

      Supprimer
  9. Tiens c'est vrai que les blogueurs gouvernementaux n'ont pas dit un mot sur ce coup là...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa