jeudi 29 août 2013

Syrie: Si Najat Vallaud Belkacem n'est sûre de rien, c'est qu'il y a un loup !

Bon z'avez noté à propos de la Syrie, ça pédale dans un sens, ça rétropédale dans l'autre. Un coup, j'y vais qu'il a dit pépère, un coup il prône une solution politique. Comme ses collègues. Obama n'a pris aucune décision et Cameron tergiverse. De là à supposer que l'affreux Bachar ne soit plus convaincu d'être le pulvérisateur de gaz qui pue et qui tue, il n'y a pas loin.



Tenez, écoutez soigneusement cette vidéo de celle qui nous sert de ministre des droits des femmes et de porte-parole du gouvernement. Au début que dit-elle la Najat ? Que Bachar a commis un crime contre l'humanité. Carrément. Elle a jugé et condamné le monstre. Sans doute en est-il un, mais est-il le seul là-bas... Bon et à la fin, qu'est-ce qu'elle affirme, la péronnelle ? " Avant de réagir, il nous faudra obtenir toutes les preuves ". Tiens donc, en moins de deux minutes, nous passons de " le chef d'Etat qui gaze a commis un crime contre l'humanité " à mais rien ne nous permet, pour l'instant, d'affirmer qu'il l'ai fait... Rhoooo, crénom, voila la donzelle prise en flagrant délit de ce qui pourrait être une accusation sans fondement réel et sérieux...

L'histoire est pleine d'exemples où pour une raison ou pour une autre, on cherche à manipuler l'opinion; qui pour envahir un pays, qui pour prendre le pouvoir, etc... L'exemple le plus marquant de ces dernières années fut l'éhonté mensonge des ricains avec leur histoire montée de toutes pièces d'armes de destruction massive en Irak. On connait la suite. L'Iconoclaste Réactionnaire nous a dégoté un autre exemple qui vaut, lui aussi, son peson de cacahuètes.

Je m'en voudrais d'apprendre que notre Pépère national ait été berné par quelques intérêts qui le dépasserait; pis, je lui en voudrais si d'aventure nous apprenions qu'il ait participé à une telle manipulation et qu' on apprenne, d'ici quelques jours, que Bachar et ses sbires ne soient pour rien dans cette histoire de gaz qui pue.

Feuilleton à suivre, ça devient intéressant...

Folie passagère 1875.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. Intéressante cette chorégraphie américano-brittanico-franchouillarde: un pas en avant, un pas en arrière. Les opinions publiques occidentales sont contre une intervention en Syrie, c'est sans doute l'explication.
    "Quelles options?" a demandé le journaliste. Najat n'a pas répondu et -comme de bien entendu- il n'a pas reposé la question. Carpette!

    RépondreSupprimer
  2. Et l'Iran fait savoir qu'un intervention américaine en Syrie entraînerait la destruction d'Israël et serait pour les Etats6unis un second Viet-Nam. Une bonne raison d'hésiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: Je pense qu en effet nos gouvernants ne pensaient pas que les opinion seraient si opposées à cette intervention. les 3 dirigeants principaux Obama, Hollande et Cameron ont reculé. cameron s'est pis une claque aux Communes, Obama hésite et Pépère fait le beau en parlant de solutions politiques après avoir, bien imprudemment, déterré la hache de guerre.

      Aucune preuve tangible pour le moment. Des egyptiens qui condamnent le canal de Suez, les Russes qui envoient un bateau, l Iran qui menace... et la Syrie de plonger un peu plus.

      Supprimer
  3. Vous allez voir, mon cher Corto, qu'on ne va pas tarder à nous persuader que Bachar n'y est pour rien, quand le gaz part en Syrie.
    Comme ça l'honneur de ces va-t-en guerre au petit pied sera sauf.
    Et Bachar pourra continuer à mener les affaires de la Syrie comme bon lui semble exactement comme Hollande mène celles de la France comme bon lui semble.
    Mais on ne peut nier que parfois on se prend à rêver d'action punitive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: keep cool and quiet, hollande va l'avoir sa fessée, en mars, aux municipales.

      Supprimer
  4. Bonjour au Maître des clés,
    Bonjour à toutes et à tous,
    Cette situation en Syrie est diplomatiquement très compliquée.
    Bien entendu, la temporisation semble venir des occidentaux et l'ensemble de la presse s'y engouffre avec délectation. Il faut dire qu'elle n'a pas tous les jours un crime contre l'humanité à se mettre sous la dent.
    Mais elle ne fait que très peu de place aux hésitations grandissantes de la Chine et de la Russie. Monsieur Poutine fait démonstration de sa détermination contre une intervention qualifiée de punitive en dehors de tout mandat de l'ONU. Mais, lors des réunions informelles, lui comme son homologue chinois ont surtout fait en sorte qu'aucune résolution ne soit mise au vote. Aucun des deux n'est quand même prêt à assumer un veto qui semblerait approuver, ou même cautionner, l'utilisation d'armes chimiques si, d'aventure, preuve était faite que le pouvoir syrien en était effectivement responsable.
    Le Royaume Uni a donc renoncé à sa résolution tandis que les Etats-Unis se positionnent en embuscade, redoutant une redite des révélations sur leurs mensonges en Irak.
    Le moins influent des pays dans cette histoire aurait eu tout intérêt à se taire et à prendre une position mesurée qui, dans tous les cas, lui aurait donné raison. Mais pour cela, il aurait fallu que la diplomatie française fasse preuve de compétence et d'expérience.
    Malheureusement, comme bien souvent depuis plusieurs mois, le calcul politique intérieur a pris le dessus et c'est très dommageable.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher LoC loquace,
      Pourriez-vous avoir la bonté de nous indiquer, quelle serait la raison, selon vous, qui aurait pu pousser Bachar el-Assad qui ne paraît pas être le dernier des imbéciles, à se servir de gaz neuroleptiques contre des civils syriens, au moment précisément où des inspecteurs de l'ONU étaient programmés pour venir faire des inspections ?
      Avec mes remerciements anticipés.

      Supprimer
    2. Bonsoir Madame Arnaud,
      Comme je le dis très clairement, aucune preuve n'est, pour le moment, apportée de sa responsabilité ou même de la réalité des faits.
      Si d'aventure, je le répète, cela était avéré, la raison serait peut-être la même que celle qui a poussé les Etats-Unis à mentir sur les armes de destruction massive tout en sachant très bien que la communauté internationale leur demanderait des comptes: gagner.
      Ceci étant, si la présence d'inspecteurs de l'ONU dans un pays à feu et à sang était un gage de modération de la part des belligérants, de quelque côté qu'ils soient, ce serait merveilleux, mais j'ai bien peur qu'il n'en soit rien.
      Très cordialement

      Supprimer
    3. @Loc et marianne: scusez moi de vous déranger mais ce soir j ai entendu un expert dire que les supers experts de l ONU, rentrant samedi, mettraient au mieux quelques semaines pour rendre leurs conclusions, ce qui en soi n a rien d étonnant comme délai, à savoir si oui ou non le coupable était Bachar. Tiens, alors , ils font quoi nos va t'en guerre semaine prochaine, ils attendent ou ils défouraillent ?

      Supprimer
  5. De toute façon, il est impossible que Bachar soit le responsable, dans la mesure où les rebelles tiennent les collines et que, comme chacun sait, le gaz part des montagnes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @didier goux et marianne: Comment? quoi ? les rebelles syriens sont déjà en Auvergne et on ne m a rien dit ? Scandaleux !

      Supprimer
  6. Fillon dit exactement la même chose que la nachatte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lamouette: Ils deviennent tous fous avec cette histoire.

      Supprimer
  7. Lu sur un site de ton blog roll : la VRAIE raison de l'intervention en Syrie... : http://lescenobitestranquilles.fr/2013/08/13075/

    J'en profite pour dire tout le bien que je pense de ton blog et de ton blog roll

    Merci

    Marc

    RépondreSupprimer
  8. AVIS !:

    Obama ne veut plus qu'un coup de semonce !:

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202975317840-obama-ne-veut-plus-qu-un-coup-de-semonce-contre-damas-599243.php?xtor=RSS-2059&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

    RépondreSupprimer
  9. Je préfère cela mais encore une démonstration de bêtise. C'est effarant.
    jard

    RépondreSupprimer
  10. Réponses
    1. @al west: déjà lu, hier soir. je n avais jamais entendu parler de cette histoire de Nabucco. J ai même découvert que GDFSuez en était actionnaire a hauteur de 9%

      Supprimer
    2. Je suis quand même foutrement distrait : c'est le billet qui est également conseillé par Marc, plus haut. Quel crétin (heu, moi, pas Marc)

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP