lundi 18 novembre 2013

Gabriel Matzneff ou la pédophilie récompensée


C'est quoi un prix littéraire ? Rien de plus finalement que la reconnaissance de la profession ( écrivains, éditeurs,...) et/ou des lecteurs pour un écrivain qui se distingue des autres, une année, par son oeuvre ou le dernier bouquin pondu. Rien de plus, mais beaucoup de pognon, de publicité et la notoriété, en général, pour le récipiendaire.

Il y avait hier, dimanche, une petite sôterie mondaine et germanopratine pour soutenir "l'infâme créole" (1) qui nous sert de ministre de la Justice. Cette dernière est la cible, nous dit-on, d'ignobles attaques racistes. Okay. Ce raôut, organisé par l'inénarrable BHL, a rassemblé une bonne partie de la crème des écrivains du moment. Il y avait des tas de "bons" écrivains ( liste non exhaustive ICI), bons puisque certains avaient été distingués qui du Goncourt (Ben Jelloun 1987), qui du Renaudot 2013 (Yann Moix), qui du même Renaudot 2012 (S. Mukasonga), d'autres favoris pour l'Interallié 2013 (Karin Tuil), etc... Bref, du beau monde pour s'indigner de cette France devenue soi-disant raciste.

Dernièrement, une palanquée d'écrivains, dont Beigbeder, Finkielkraut et  d'autres multi-récompensés comme Orsenna (académicien) ou Michel Onfray et Luc Ferry ont lancé publiquement un appel pour que l'on prenne en compte la dignité et la sensibilité des animaux. C'était beau.

Encore dernièrement, d'autres écrivains et intellectuels, se sont émus d'une éventuelle pénalisation des clients de prostitué(e)s.

Alors, vous me direz, quel est la rapport entre ces trois manifestations d'indignation ? A priori aucune, si ce n'est qu'à chaque fois, on retrouve à peu près les mêmes personnes, certains participant même à plusieurs de ces indignations: Des écrivains et des intellectuels, tous habitués à recevoir prix et récompenses, tous ayant portes ouvertes dans les journaux et sur les plateaux télés. Ils sont romanciers, essayistes (?), penseurs, philosophes, moralistes etc... Tous se réclament de la défense de la morale, luttent, parfois opportunément, contre le racisme,...,  globalement des défenseurs de l'Homme, du Vivre-Ensemble et toussa...

Et bien, vous ne le croirez sans doute pas, mais pas un des ces illustres, pas un de ces récompensés, pas un de ces moralistes, non, pas un, à ma connaissance ne s'est indigné de ce que l'un de leur "collègue" de plume, Gabriel Matzneff soit récompensé du Prix Renaudot Essais 2013.

Vous ne savez pas qui est Gabriel Matzneff ? C'est le gars qui revendique depuis des années sa pédérastie, qui aime rien tant " qu'une petite pipe faite par un gamin sémilllant et pétillant de malice de treize ans âgé ", celui qui écrivait: "Ce qui me captive, c'est moins un sexe déterminé que l'extrême jeunesse, celle qui s'étend de la dixième à la seizième année et qui me semble être le véritable troisième sexe ". Mais c'est aussi la gars qui est quasiment adulé par... Beigbeder, Philippe Tesson ou Jean Dutourd. Ecrivains, comme lui, parfois récompensés d'un prix littéraire, comme Matzneff. 

Je vous laisse éventuellement découvrir un peu plus qui est Matzneff  ICI ou , l'homme qui refuse le terme pédophilie pour mieux défendre sa philopédie, comme il dit. Comme moi, vous aurez sans doute du mal à comprendre pourquoi personne ne s'est indigné qu'un tel écrivain soit récompensé sauf à connaître le nom des différents jurés du dit Prix: F.O. Giesbert, Le Clézio, Patrick Besson et, entre autres,...Beigbeder.

Alors, vous me direz, l'oeuvre n'est pas l'homme et l'homme n'est pas l'oeuvre, possible, mais vous ne m'empêcherez pas de penser qu'une société dans laquelle les meilleurs écrivains et les meilleurs intellectuels cautionnent ou récompensent - en tout cas ne s'en indignent pas - un tel auteur est une société qui part en couille !

Et une question à Yann Moix, par exemple et si par le plus grand des hasards il chutait ici: Partager, en quelque sorte, un "Renaudot" avec Matzneff, c'est sans problème ?

à lire aussi sur le même sujet: La pédophilie sacrée par un prix littéraire et merci à JMA qui a attiré mon attention sur ce sujet pour me demander ce que j'en pensais.

(1) C'est ainsi qu'elle même se désignait en 1993.

Folie passagère 2004.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

43 commentaires:

  1. Vous êtes en train de succomber à une dose de moraline concentrée, on dirait ! Matzneff est un écrivain que l'on ne peut pas négliger, me semble-t-il. Par ailleurs, si je ne suis nullement choqué qu'on lui attribue un prix (n'étant pas particulièrement offusqué par la pédophilie, et même pas du tout, en fait), je trouve un peu ridicule, voire pitoyable, qu'on le lui donne à l'âge pré-canonique qui est le sien. Mais, d'un autre côté, comme il est loin de rouler sur l'or, ce prix est peut-être lez bienvenu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Didier Goux/ moi, moraline concentrée, c'est pas le genre de la maison. Mais mon propos n'est pas tant de "cibler " Matzneff que de m étonner que tous ces gens qui ont, eux, la moraline express, ne se soient pas offusqués de ce prix décerné à un gars qui toute sa vie a défendue, voire théoriser , la pédophilie.

      Yann Moix et Beigbeder, n ont-ils pas d 'enfants pour lasser passer ça ? Tuil ou Mukasonga peuvent s'indigner de propos racistes mais pas d'un pedophile récompensé ?

      Il peut écrire ce qu il veut mais de là a etre récompensé par ses pairs, Merde !

      La pédophilie ne vous offusque pas ? Je serai curieux que vs m expliquassiez cela .
      Matzneff peut crever la bouche ouverte et dans la misère tout "grand auteur " qu il puisse être.

      Supprimer
    2. Que voulez-vous que je vous explique ? Je trouve que le fait qu'un homme (ou une femme) ait des relations amoureuses avec un garçon (ou une fille) de 13 ou 14 ans n'a rien de choquant, pour peu que les deux partenaires en aient envie et y trouve leur plaisir, voire leur bonheur.

      Il va de soi que tout est ici question de nuances et de proportions : je me verrais mal défendre la sexualité d'un type qui ne serait attiré que par les enfants de cinq ou six ans… Mais, même là, tout dépendrait de ce qu'il pourrait faire avec eux et de la manière dont il s'y prendrait.

      Enfin, bon : j'ai l'impression qu'on s'embarque dans un truc qui excède largement les possibilités d'un babillage de blog…

      Supprimer
    3. @Didier Goux: certes, difficile de parler de cela en détail sur un blog. Je dirais juste que je sais ce qu est la pédophilie et qu en la matière, il n y a jamais consentement et libre arbitre de la victime. Là au moins sommes nous d'accord. Pour le reste, vous ne seriez pas l'un de mes provocateurs préférés que je vous aurai jeté un gant !

      Mais encore une fois, ce n'est pas tant le pédophile revendiqué comme tel , Matzneff, que je vise mais bien plutot tous ceux que je cite qui l'ont soit récompensé, soit n'ont rien dit. J'oubliais un autre détail qui a peut-être son importance, Matzeff est de gauche, bien, même, ceci expliquant peut-être cela.

      Supprimer
    4. @ Corto
      Entièrement d'accord avec vous.
      Et j'ajoute, n'en déplaise à Didier Goux, que la pédophilie est un crime. Y compris pour les complices et les prosélytistes...
      Sauf, à l'évidence, pour les socialopards et la gardienne des sots (sous entendu : lorsqu'il s'agit de ses com-pères !...).

      En outre, j'abonde dans le sens de votre remarque : tous ces gensss si rapides à s'indigner pour un minuscule fétu de paille, trouvent normales (voire naturelles !) les nombreuses poutres qu'ils ont dans les yeux !...

      Pays devenu de M... !

      Supprimer
    5. @Franzi: Me font rire tous ces indignés à la petite semaine. On récompense un " defenseur " de la pédophilie et là, silence général. On marche sur la tête.

      Supprimer
  2. Oscar Wilde aussi s'est fait pincer pour pédophilie, ce qui lui a valu d'être emprisonné à la célèbre prison de Reading. Faut-il jeter l'opprobre sur son oeuvre sous prétexte qu'il aimait un peu trop les enfants ? Dans ce cas, il faut aussi stigmatiser l'oeuvre de Gide ou de Montherlant, pédophiles notoires. Il ne va plus rester grand-chose à lire si on commence à purger les lettres des écrivains aux moeurs un peu trop dissolues. On risque de tomber dans le moralisme victorien.

    Notre époque est déjà sacrément moraliste, ce n'est pas la peine d'enfoncer le clou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfoncer le clou : qu'entendez-vous exactement par là, mon ami ?

      Supprimer
    2. Je pensais à ça.

      Ceci n'est pas un écrivain pédophile. ^^

      Supprimer
    3. @Sébastien: aurais-ti mal lu la conclusion de mon billet ? ce n est pas tant Matzneff que je dénonce mais bien tous ceux qui le soutiennent et qui ne diseent rien alors qu ils sont capables de s’enflammer et de s'indigner façon Hessel pour un peu de racisme surfait mais qui se taisent qd un gars comme ça est " honoré "

      Supprimer
  3. Incroyable, je ne connaissais que le nom et pas le personnage. Incroyable qu'on laisse passer ça aujourd'hui. On est dans le domaine de l'incitation à la pédophilie quand on lit tous les extraits sur Wikipédia.
    Enfin tant qu'il ne prend pas sa carte au FN, toutes les hautes consciences morales type Angot qui le soutiennent ne se renieront pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Umadrab: p'tain dommage qu'il ne soit point FN, là , je suis sûr et certain, croix de bois croix de fer, qu on en aurait entendu parler de cette " reconnaissance "

      Supprimer
    2. eût il été fn l'aurait il eu cette récompense ?

      Supprimer
  4. Concernant Jean Dutourd, mon cher Corto, je tiens à te rappeler que son admiration pour Matzneff ne concernait que l'écrivain et son style. Comme on peut détester les positions de Céline tout en admirant l'auteur de "Voyage au bout de la nuit" pour ne citer que la plus célèbre de ses oeuvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: je te renvoie à ma conclusion et à mes commentaires ci-dessus. Je m étonne pour ne pas dire,que je suis scandalisé, que tous ces écrivains et autres intellectuels n aient rien dit sur cette récompense, les mêmes qui sont prêts à défendre Taubira ou la sensibilité des animaux n e trouvent rien à redire sur un gars qui toute sa vie a prôné la pédophilie! Re-merde alors !

      je le dis bien, il peut écrire ce qu il veut aussi joliment qu'on le dit, de là a ce qu il soit recompensé sans que personne ne bronche. triple Merde !

      Supprimer
    2. Dutourd ne saurait être mis dans le même sac, il est malheureusement mort, alors que tant de gauchistes qui écrivent de la merde avec les pieds sont adulés pour le simple fait qu'ils sont du "bon côté". N'ayant jamais lu Matzneff, je me fie au jugement de l'ami Jean qui avait le goût très sûr en matière de littérature. Cependant, je ne crois pas qu'il l'aurait défendu ou se serait répandu en alleluiah pour l'obtention de ce prix. Le bougre était économe de son temps et de sa parole, une fois qu'il avait dit ce qu'il pensait du style d'un auteur, il se fichait du reste, cela ne le regardait pas.

      Supprimer
  5. Un avis qui me conforte.Merci.Quant à l'ami Jean,je partage entièrement l'avis de Koltchak.

    RépondreSupprimer
  6. AVIS! Quand on repense au tollé que souleva le bouquin de Frédéric Mitterrand, Une mauvais Vie, parce qu il y racontait ses aventures asiatiques, et là, personne ne s'indigne. Quand je dis qu on file un mauvais coton...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note que je n'ai pas dit que tu avais tort. J'ai seulement apporté une nuance quant à Jean Dutourd.

      Supprimer
  7. il est de gauche ce type ? je croyais l'avoir entendu sur radio courtoisie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. boutfil: autant pour moi, il ne serait pas de gauche, juste si j en crois wikipédia: " Ses idées politiques : la revendication d'idées anarchistes (sans rattachement à un courant particulier) et la permanence du sentiment monarchiste (tendance Romanov), un anarchisme paradoxal.". Tiens, ça me fait penser à quelqu'un :)

      Supprimer
  8. Je ne connaissais même pas ce "trou du cul", mais il est vrai que la littérature et moi, je préfère les essais d'histoire pour la pedophilie seula celle des prêtres intéresse les moralistes à géométrie variable.

    RépondreSupprimer
  9. Vous êtes, cher Corto, extrêmement injuste avec Matzneff, que sans doute n'avez-vous pas lu quand il fallait le lire, il y a plus de trente ans, et qui a souvent été courageux, et contre la gauche -- et voir ses rapports avec Montherlant.
    Pour le reste, merci à Didier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: Je sais bien qu il y a 30 ans, dans certains milieux, généralement de gauche, on idéalisait autant qu on pratiquait la pédophilie ce qui 'est, à mon sens, impardonnable, même si c'était dans "l'air du temps" post-68. Le pb de Matzneff, c'est que ses envies de chair fraîche ont perduré. En 2005 et 2007, il continuait à écrire là dessus et à en vanter les mérites. Normal ?
      Ce gars est pour moi une ordure sur le plan moral.
      Après, que cela soit un excellent écrivain, je n en disconviens pas et il écrit, après tout, ce qu'il veut.
      C'est bien pour cela que ce n'est pas tant lui que je condamne mais bien tous ces olibrius parisiens si prompts à s'indigner pour un oui ou pour un non mais laissent passer lorsque c'est un des leurs, pédophile, qu'on honore.

      Supprimer
  10. @Corto
    "Matzneff peut crever la bouche ouverte et dans la misère".

    Je n'aurais pas mieux dit. ILpeut bien avoir tous les talents et les prix littéraires possibles, je ne le lirais jamais.
    Lui et ceux qui le défendent me dégoutent et je ne vois pas l'intérêt de discuter avec des pervers qui sont par définition
    inconscients du mal qu'ils font. Yvette

    RépondreSupprimer
  11. Oui mais c'est un Homme de Gauche, comprenez vous, ça sauve tout...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: il ne serait pas si tant de gauche que cela, apparemment. Disons juste qu il a les bons amis et les bons soutiens.

      Supprimer
  12. Beaucoup de sectarisme dans les coms aujourd'hui , je suis assez surpris . Lisant un peu de tout je m'évite à penser si l'auteur est de gauche ou de droite ou à ses déviances, par habitude je ne lis jamais ceux qui ont eu un prix Goncourt , Renaudot ou autres,
    Surpris quand même qu'on ne parle que de la pédophilie masculine , à croire qu'il n'y a que les hommes qui pratiquent cette déviance , sachez que les femmes aussi ,mais pour elles cela fait sourire avec condescendence .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: Que de la pédophilie masculine, que nenni, Matzneff revendiquait sa pédophilie "bisexuelle" , c'est la " jeunesse ", son truc, " entre 10 et 16 ans" !

      Supprimer
    2. J'avoue je ne connais pas du tout ce type .

      Supprimer
  13. Ce qui m'attriste le plus, moi, c'est de voir qu'on peut encore trouver des gens – pourtant pas plus cons que d'autres – pour sembler ignorer totalement l'existence de Gabriel Matzneff, lequel a pourtant, depuis quarante ans au moins, écrit un certain nombre de livres remarquables. Et pour revendiquer fièrement cette ignorance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Didier Goux
      Il en faut pour tous les "goûts" !
      Je reconnais qu'elle est facile... ;-)

      Nul ne pouvant lire en intégralité la totalité des publications, il convient de faire un choix.
      Et je suis prête à parier que, même si vous êtes un très grand lecteur, j'ai lu nombre de livres et d'auteurs très intéressants dont vous n'avez pas même entendu parler !... Soit dit sans vous faire offense.

      Par ailleurs, à la lecture de vos commentaires, et de quelques billets sur votre blog, il est évident que nous ne partageons pas les mêmes centres d'intérêt.
      Et que, les rares fois où cela arrive, nous ne regardons pas de la même fenêtre !
      Est-ce un crime ? La liberté nous est-elle supprimée aussi dans ce domaine ?
      Pour ce qui me concerne, je reste fermement campée sur mes valeurs fondamentales.
      Libre à vous d'en faire autant de votre côté, et je n'en fais pas tout un fromage (hollandais, bien sûr...).

      En outre, moi non plus, je ne connaissais pas ce malade, pervers et protégé. Et je n'en étais ni fière ni honteuse.
      Maintenant que je suis informée, je n'ai vraiment pas envie de le connaître, ni même de le lire.
      Et je "revendique(r) fièrement cette ignorance" que je vais m'attacher à préserver.

      Sans rancune... :-)

      Supprimer
    2. @Didier Goux , effectivement je ne connais pas ce Matzneff et il y a un mois je ne connaissais pas Didier Goux et je suis loin de connaitre tous les écrivains, les tribulations de cerveau en rut ne m'intéresse pas , je ne lis que des récits , le roman je le vis au quotidien avec ma vie

      Supprimer
  14. Le cas Matzneff...on pourrait en débattre jusqu'à la fin des temps. Disons que comme dans beaucoup de cas(Céline, Maurras,Drieu, Brasillach, Gide, Aragon me viennent à l'esprit, mais pas qu'eux) il faut rigoureusement distinguer l'homme et l'écrivain sinon on risque de devenir aussi tartufes que ce petit milieu germanopratin que vous dénoncez à juste titre.
    Aprés tout il n'y a aucune loi qui stipule qu'un bon écrivain ne dot pas être un salaud.
    (je me souviens de Matzneff, le "bonze", entouré de sa cour de trés jeunes filles à Deligny- une autre époque,celle où un photographe comme David Hamilton faisait la une de Photo, je pense que celà ne serait pas possible aujourd'hui vu les progrès fulgurants du puritanisme

    RépondreSupprimer
  15. @Kampfereit: Nous sommes d accord, Matzneff peut écrire ce qu il veut, qui plus est avec un style reconnu, sans aucun doute un grand écrivain. mais ces tartuffes, comme vous dîtes... non, franchement, je ne leur en voudrais pas, à la limite, si j étais sur que leur complaisance vis à vis de Matzneff soit la même pour tout écrivain.

    David Hamilton, qui s en souvient, il est mort celui-là ? Au moins affichait-il la couleur, lui, c'était les jeunes filles en fleur.

    RépondreSupprimer
  16. Et après, certains haut-placés qui osent nous parler de l'"intérêt de l'enfant".
    Nos élites, c'est comme le fromage. Plus ça sent mauvais, meilleur il est.
    Heureux d'avoir lu un billet qui défend les gamins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: normal. Il en faudrait beaucoup plus

      Supprimer
  17. La pédophilie fait trop de dégâts pour qu'on récompense ce genre de type qu'est Matzneff, toute cette coterie parisienne nombriliste me dégoutte
    On n'est pas un plouc parce qu'on n'a pas lu Matzneff j'oserai dire au contraire !

    RépondreSupprimer
  18. "Pas de la bonne littérature avec de bons sentiments" A.Gide
    Toujours cette fâcheuse tendance propre au sous-homme du XXIème sciècle de confondre l'homme et l'oeuvre.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour,

    Les commentaires des anonymes qui soutiennent Matzneff sont sidéants de connerie:Merci pour votre article courageux. Mais à propos de yann Moix : il me semble qu' il soutient des auteurs et un éditeur antisémites, non?
    Pourquoi voudriez-vous qu 'il soit apte à juger les écrits de Matzneff pour ce qu 'ils valent?

    Bien cordialementt

    RépondreSupprimer
  20. Les propos de Didier Goux qui justifient la pédophilie de façon abjecte sont contraires à la loi, d' où un signalement au parquet. Tardif, certes mais je viens de prendre connaissance de ces commentaires navrants !

    RépondreSupprimer
  21. Bravo, mon cher Corto ! Ce n'est pas donné à tout le monde d'attirer l'attention des petits Fouquier-Tinville du net ! Et un Fouquier qui s'emploie à justifier son nom de famille, en plus…

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen