mercredi 27 novembre 2013

Djamel Debbouze, le remplaçant triomphant ! (Renaud Camus)


Il commence par parler de Finkielkraut, puis il parle du reste...
" Je ne crois pas “dangereuse” l’expression de “Grand Remplacement”, puisqu’elle est marquée du sceau de la vérité, et même de l’évidence. Qu’il suffit de descendre dans la rue, de prendre le métro, de parcourir le pays, de regarder la télévision, de voir un Djamel Debbouze, remplaçant triomphant, traiter comme un chien devant des millions de téléspectateurs un David Pujadas, remplaciste complaisant, à l’occasion d’un film, La Marche, qui ressuscite la grande tradition du cinéma colonialiste — douleur et abnégation des colonisateurs, leur détermination, leur héroïsme, leur triomphe final, que Debbouze incarne à merveille —, qu’il suffit de tous ces spectacles quotidiens pour se persuader de la pertinence, hélas, de l’expression. 
Quand aux immigrés qui s’intègrent, il faut les ranger dans notre peuple, bien entendu. Je le répète depuis des lustres : la France peut parfaitement intégrer des individus, elle l’a toujours fait. Elle ne peut pas intégrer des peuples. Et le discours antiraciste est totalement irréaliste et trompeur quand il prétend déconnecter complètement l’origine et la citoyenneté, les appartenances diverses, ethniques, religieuses, civilisationnelles et l’appartenance nationale, les peuples, puisqu’il faut désormais le pluriel, et la nation. Les présupposés d’une telle conception appellent de leurs vœux un homme nouveau et les appels à l’homme nouveau ont toujours été le prélude aux pires tragédies. Cet homme nouveau, d’autre part, il est aussi peu souhaitable que possible : ce n’est pas l’homme éclairé, c’est l’homme hébété, l’homme remplaçable, déculturé, abruti par l’enseignement de l’oubli et par l’imbécilisation médiatique. Et parallèlement à son émergence resurgit en masse, comme par hasard, l’homme archaïque, celui d’avant le contrat social et le pacte d’in-nocence, non moins hébété, mais fanatique et violent."


Djamel Debbouze, Le remplaçant triomphant ! C'est excellent ça !

La mini-interview de Renaud Camus, c'est à lire sur Boulevard Voltaire, ICI.

La Marche, "Intelligent, vif, malin, un film qui donne envie de se battre" (Edwy Plenel, Médiapart).

La Marche, "Malgré l'encensement de la gauche bien-pensante, un film qui sera un bide retentissant" (Corto). On parie ?

Folie passagère 2018.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

17 commentaires:

  1. Encore un film de propagande que je n'irai pas voir...
    J'ignore si ce film sera un bide, vu l'endoctrinement ambiant, mais je souhaite vivement que ce soit le cas, histoire de montrer à tous ces manipulateurs d'esprits que les Français ne sont plus aussi dupes...je crois aussi qu'à force d'enfoncer le clou et de manière de moins en moins subtile, l'effet obtenu risque d'être l'inverse de celui escompté...
    Quant à Renaud Camus, il s'exprime de façon lumineuse et j'adhère très souvent à ce qu'il dit.
    "Un film qui donne envie de se battre"...c'est peut être le cas, mais ceux qui se battrons ne sont pas forcément seulement ceux auxquels il pense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un autre côté, quand on a vu la bande annonce, on a vu le film. Tout ce qui a pu être ajouté entre les bouts de scène mis bout à bout, et censé nous mettre l'eau à la bouche et la main au larfeuille pour acheter un billet, c'est juste du délayage. En plus, c'est comme pour Titanic, on connait l'histoire par cœur. En plus à la fin il n'y a même pas un mort. Autant dire que ça finit mal (sous-titre pour les cons : c'est une blague de fort mauvais goût totalement assumé).

      Je ne pense pas que ce sera un bide, car comme pour "La rafle", autre film chiant et nul de propagande, c'est le public des scolaires qui permettra aux producteurs de ne pas bouffer la grenouille. Ils ne perdront pas de fric, en gagneront peut-être un peu, et comme il sera resté des semaines à l'affiche dans certains coins, on criera au succès. Ainsi l'honneur sera sauf.

      Supprimer
    2. @Nana: ce film s annonce comme un vrai bide puisque le jour de sa sortie en 382 salles, il n a fait que 31 000 entrées ! Quand par exemple le film " Amazonia ", film animalier, aurait fait 524 000 entrées en 302 salles.

      C'était une fausse bonne idée ce film car comme tu dis, les Français en ont sans doute ras le bol qu on leur bassine du beur ou du racisme , à force ça devient contreproductif.

      @Koltchack: Non, tu verras , ce sera un bide. En tout cas très mauvais démarrage en salle hier. Quant aux producteurs et acteurs, ils sont déjà payés avant même la sortie.
      Je rappelle tout de même que rares sont les films ayant Debbouze en vedette a avoir eu du succès.

      Supprimer
  2. @ nana Je n'irai pas non plus voir cette merde et il y a longtemps que je ne vais plus au cinéma voir des films
    de propagande qui font l'apologie de la diversité. En fait d'enrichissement il me suffit de sortir de chez moi pour
    constater de quoi il est question. Ce qui m'attriste le plus c'est l'aveuglement de certains Français qui précisément sont dupes. Je suis effondrée quand j'entends un proche me faire un discours enthousiaste sur le film "l les intouchables"
    ou une publicité pour une assoce antiraciste qui pleure sur le pauvre enfant noir qui n'a pas de jouets .
    Apparemment, le bourrage de crâne a parfaitement fonctionné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Yvette: Le bourrage de crâne fonctionne mais je me demande si il n y a pas en ce moment une prise de conscience du ras le bol de ce même bourrage. J'en veux pour preuve le bide annoncée avec ce film et le bide du meeting d hier du PS contre les extrémismes.

      Supprimer
  3. Koltchak, le système de subventions et financement du cinéma français permet aux producteurs bien en cour de gagner de l'argent même quand un film n'a pas de spectateurs.
    Et dans bien des cas, le "producteur" se paye en premier, dès le début du tournage ( pour les détails, cf. budget de films publiés par le CNC).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: J avions pas vu votre commentaire que j avais répondu en ce sens à Koltchack.

      Supprimer
  4. Bonjour Corto,

    "Cet homme nouveau, d’autre part, il est aussi peu souhaitable que possible : ce n’est pas l’homme éclairé, c’est l’homme hébété, l’homme remplaçable, déculturé, abruti par l’enseignement de l’oubli et par l’imbécilisation médiatique. Et parallèlement à son émergence resurgit en masse, comme par hasard, l’homme archaïque, celui d’avant le contrat social et le pacte d’in-nocence, non moins hébété, mais fanatique et violent." Tout est dit. Il n'y a rien à ajouter.
    Quant au film? Ah bon, il y a un film!

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: En effet Camus a bien résumé la chose. Ce qui me plait étant de constater que je ne délirai pas totalement avec mes 2 ou 3 billets passés consacrés justement à cet homme nouveau. Sauf à considérer que je délire comme Camus :)

      Supprimer
  5. La bouse, si c'est ce truc le nouvel intellectuel, on est foutu!

    Le simple fait d'avoir vu la bande annonce m'a donné la nausée, le dernier film que je suis allé voir c'est: "snowpiercer" et celui d'avant "Thor 2", je ne vais pas vous évoquer l' antépénultième, c'était "Riddik 3", là j'ai atteints le fond mais je m'en moque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: nouvel intellectuel non mais modèle d'intégration érigé justement en modèle. Sauf que pour moi, un gars dont en permanence on a besoin de rappeler qu il est parfaitement intégré, je me dis qu il y a un blème.

      Supprimer
  6. Il est tout à fait frappant, mon cher Corto, de constater à quel point le déclin de la civilisation européenne que nous vivons actuellement et qui a débuté au début du XXème siècle avec la Première Guerre mondiale, suit le même parcours que la fin de l'Empire romain d'Occident qui a mis plusieurs siècles pour disparaître et faire place à une nouvelle ère de l'histoire européenne qui a commencé avec le Moyen-Age, et est en train de se terminer inexorablement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ça c'est peut être le mouvement inexorable de l Histoire que seuls les gens ayant de bonnes connaissances en histoire peuvent observer. Pour le lambda moyen, le déclin c'est maintenant ! chômage, précarité, restos du coeur, immigration, roms etc...

      Supprimer
  7. Il y a dans cette expression "grand remplacement" quelque chose qui depuis toujours me dérange : on ne remplace que ce qui a disparu ou se trouve hors d'usage. Serions-nous l'un ou l'autre ?

    RépondreSupprimer
  8. @fredi maque: l'on peut aussi remplacer ce qui est "en cours" de disparition. Curieusement, on ne peut comprendre cette idée de "grand remplacement " qu'en ayant lu deux livres: Le Grand Remplacement, bien sûr, et tout récemment " L'identité malheureuse " de Finkielkraut.

    RépondreSupprimer
  9. Djamel Debbouze se dit français. Il se présente comme un "nouveau Français",
    Français? Pour l'être, il ne suffit pas de se proclamer tel, il faut aussi être reconnu comme tel par les autres Français.
    Nouveau Français? Nouvel habitant de la France, plutôt. Sans plus. Ce qui n'est pas la même chose.

    RépondreSupprimer
  10. Attention à ne pas marcher dedans : 2 bouses valent mieux qu'une !
    rlwdb

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa