mardi 19 novembre 2013

Ayrault annonce une remise à plat de la fiscalité. On s'en fout.


Oyez, oyez ! Jean-Marc Ayrault a annoncé une grande réforme fiscale: " Le temps est venu d'une remise à plat de notre fiscalité " ! Crénom, la voilà la solution face à la grogne fiscale, le voilà le médicament qui résoudra le mécontentement de la population, le truc imparable pour désamorcer le non consentement à l'impôt qui se manifeste comme jamais !

Nous prendrait-il pour des quiches ? On peut se demander ce qui lui a pris de déclarer cela. N'était-ce pas à Pépère de le faire, après tout, c'était l'une de ses promesses phares ? Que Ayrault use de l'absence de Pépère pour faire cette déclaration est assez surprenant puisqu'en la faisant, il occulte, en partie et si j'en juge par son retentissement, la portée éventuelle du déplacement de son boss en Israël. Allez comprendre ...

Ceci dit, sa déclaration me laisse perplexe. Ayrault a-t-il entendu la grogne qui partout se répand en France ? Le problème actuellement n'est pas d'avoir une fiscalité aussi fouillis et complexe mais bien de payer trop d'impôts et taxes. Ayrault nous dit qu'il va organiser une grande concertation, encore une, avec les partenaires sociaux (on ne se posera même pas la question de savoir si ce sont les bons interlocuteurs) et que, dans le meilleur des cas, cette réforme, si elle voit le jour, pourrait entrer en vigueur en 2015 pour s'exprimer totalement en 2017. Et en attendant, on fait quoi ? On avance et on recule ? Le même nous dit que les Français ne comprennent pas l'effort fiscal qu'on leur demande. Mensonge, ils comprennent parfaitement qu'en période de crise, de dettes et de déficits, il faille se serrer la ceinture. Ce qu'ils ne comprennent pas, c'est les un coup je te taxe et un coup je te détaxe, ce sont les reculades, le trop plein, l'abus d'impôts. Ce qu'ils comprennent parfaitement, c'est qu'avec des clampins comme lui, il suffit de gueuler, de démonter quelques portiques, de brûler quelques radars et d'enfoncer le portail d'une préfecture pour que le gouvernement cède et recule. Ce qu'ils comprennent parfaitement, c'est que lorsque la pression fiscale est trop forte, elle pénalise et les ménages et les entreprises et donc les emplois.

Il nous dit, Ayrault, qu'il a confiance dans l'avenir. La preuve: " Nous sommes, en Europe et en France, au début d’une reprise économique, lente mais réelle. La perspective de croissance est de 0,4% au 4e trimestre, de l’ordre de 1% l’an prochain et autour de 1,7% en 2015." Désolé, moi je n'ai pas confiance dans un gars qui oublie qu'il y a à peine plus d'un an, Ayrault cautionnait un programme qui nous promettait 1,7% de croissance pour 2013 et 2% pour 2014 et 2 à 2,5% pour 2015. Faut-il qu'il ait la mémoire courte, les Français, eux, l'ont de moins en moins. 

Se fout-il de nous Ayrault lorsque à la question "Vos reculs, en matière de fiscalité notamment, n’ont-ils pas affaibli l’autorité de l’Etat ?" Il répond:" A chaque fois, nous parvenons à une solution qui permet d’avancer. " Je ne savais pas que reculer devant la fronde, le désordre et les groupes de pression, c'était avancer; drôle de façon de conduire un pays!

Il nous dit, le bougre, "qu'il faut réformer la fiscalité et qu'au terme de la concertation, le gouvernement prendra ses responsabilités comme il l'a fait pour les retraites et fera des propositions au parlement". Comme pour les retraites ? Quelqu'un lui a dit que la réforme des retraites avait été entièrement retoquée, à l'unanimité, au Sénat ? Comme le PLFSS.

Hier, à Mots Croisés, un sociologue disait que ces gens qui nous gouvernent, en gros les mêmes depuis 30 ans, vivaient dans un entre-soi, qu'ils étaient déconnectés du terrain, qu'ils ne voyaient plus la France, la vraie. Ayrault est l'archétype de ces élites hors-sol. La France, la vraie, celle qui trime ou qui pleure, celle qui n'en peut plus, se fout royalement, extraordinairement, de cette réforme fiscale aujourd'hui annoncée. Elle veut bouffer et travailler en paix. Elle veut voir et comprendre de quoi demain sera fait, pour eux et pour leurs enfants, et ce pas uniquement sur le plan économqiue. De la fiscalité, elle ne veut entendre qu'un discours: La vérité sur la justesse des efforts demandés, la justice entre une imposition devenue confiscatoire et des économies de dépenses que d'aucun n'est capable de voir où elles sont réalisées. Les Français n'ont que deux souhaits: Avoir la certitude que tout est fait pour diminuer le chômage et que l'on préserve (je ne parle même pas pour l'instant de l'augmenter) leur pouvoir d'achat. Maintenant.

Le reste, ils s'en foutent.

Folie passagère 2005.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

33 commentaires:

  1. Une petite note d''espérance ? Teilhard de Chardin, grand paléonthologue, célèbre théoricien de l'évolution et jésuite (comme le Pape ) disait que le monde procédait par "tatonnements" (excusez le défaut d'accent ). N'est ce pas de tatonnements dont il est question avec ce gouvernement ? Mais l'évolution du monde se calcule en millers d'années et ici, en l'occurence, nous n'avons plus le temps d'attendre
    Idel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: non seulement nous n'avons plus le temps d'attendre mais rien ne nous dit que ce triste sire sera encore là dans 6 mois. Et comment faire confiance à des menteurs ? Impossible. Et encore, j ai été incomplet, je pense que nous actuels gouvernants sous estiment et minimisent totalement les origines de notre mécontentement, mécontentement qui dépasse de loin la seule pression fiscale.

      Supprimer
  2. la réforme fiscale ne se décrète pas avec les syndicats z'et les partenaires sociaux, autour d'une table pendant quelques heures, elle doit se faire avec des spécialistes, des économistes et non pas des fumistes.....et il faut plus qu'une annonce pour la faire, il faut du temps et de la réflexion , tout ce qui manque à duchmoll

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: s'il croit qu avec cette annonce , il va rassurer ou calmer les esprits, il se fout le doigts dans l oeil. Même les syndicats sont contestés et ne sont plus écoutés par la base. Encore un rideau de fumée ou un effet d annonce sans consequence imédiates, tout le pb étant là, les Français veulent voir : Maintenant!

      Supprimer
  3. On s'en fiche royalement de ce qu 'Ayrault promet pour demain ou après demain. Pour l'heure, tout le monde a vu appréciél leurs capacités de réformes qui consistent à massacrer les plus faibles. Qu'il aille se faire voir au chateau
    de Souzy-la-Briche ce faux-jeton !
    Yvette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Yvette: Bien dit ! sauf que Souzy, c'est trop pour cet homme là, renvoyons le à Nantes, tout simplement.

      Supprimer
    2. Pis koi encore ? Ah non alors, qui va à la chasse perd sa place dit-on dans mon patelin. Qu'il retourne à Saint Herblain, ou qu'il se fasse oublier dans ses Mauges. Corto, tu pourrais penser aux potes, un peu (salaud !)

      Supprimer
    3. ah celle-là je l'attendais ! mouarfffff !
      et puis Al, t'as quoi contre les gens des mauges ? ils votent à gauche maintenant ? je croyais le bocage plus raisonnable
      gros bisous ma poule

      Supprimer
    4. @Al west: les copains, je les aime c'est pour ça que Ayrault, c'est cadeau, on vous l offre!

      Supprimer
  4. Ça nous fera une belle jambe puisqu'il a dit aussi que ça se ferait "à prélèvements obligatoires constants" alors que si les gens râlent, c'est qu'il y a trop d'impôts et de taxes en tous genres.
    Donc ils vont remettre la fiscalité à plat mais l'Etat va récolter autant, donc si ça doit changer, c'est que certains paieront moins mais d'autres forcément plus (donc potentiellement beaucoup de mécontents), car si tout le monde doit payer pareil, ça ne sert à rien (et là encore, il y aurait beaucoup de mécontents -tout ça pour ça).
    C'est donc encore une diversion, genre "on s'occupe de vous", "c'est mieux pour tout le monde" (comme les rythmes scolaires, comme le mariage homo) mais il n'y aura aucun impact sur le fonctionnement de l'Etat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claribelle: exactement ça, une diversion, une branche à laquelle il se raccroche. Ni plus ni moins. En tout cas rien de ce qu attendent, à court et moyen terme les Français.

      Supprimer
  5. Une fois de plus, Corto, je suis d'accord avec vous.
    Toutefois, il me semble que vous avez oublié 3 éléments essentiels :
    1. Les Français, du moins certains Français, écrasés d'impôt et exsangues, aimerait que ce ne soient pas toujours les mêmes qui payent.2.
    2. Ils voudraient aussi que, a minima, LEUR argent soit bien utilisé, intelligemment (je sais, à l'impossible nul n'est tenu !...) et efficacement. Au lieu d'être intégralement gaspillé dans la gabegie exponentielle de ces bras cassés, incompétents, perfides et nuisibles (je ne citerai pas de noms, la liste serait trop longue, et le peloton de tête trop méchant-e).
    3. Plus que tout, ils aimeraient que, à défaut de devenir des étalons, ils cessent d'être des guêpes (seul animaux à la fois nuisibles et inutiles).
    http://www.orjeunes.fr/index.php/la-gauche-ou-la-guepe/

    C'est volontairement que je n'ai pas voulu insulter mes braves amis les ânes, les vrais, qui EUX, sont très intelligents. Pas comme...(censuré !)

    Et puis, Corto, j'aimerais bien savoir ce que vous avez CONTRE les quiches ! :o)
    Quand c'est bien cuisiné, c'est super-bon.
    Et si un jour nous partageons des agapes, je vous le prouverai !... :o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Précision :
      Dans le n° 3, il faut comprendre que "ils" = les sinistres pantins censés gérer et gouverner notre pays.

      En l'absence de son complice, le Zéro aurait-il des visées personnelles, le bougre ? ;o)))

      Supprimer
    2. @Franzi: être pris pour une quiche, c'est prendre quel qu un pour bien plus simplet qu'il n'est. On nous prend pour des couillons depuis si longtemps, sauf que maintenant ça prend bien moins tant les sources d'information sont nombreuses. Ils ne l ont même pas réalisé, dirait-on.

      Supprimer
    3. @ Corto
      Mais bien sûr que je connais le sens de cette expression ! :-)
      Il n'empêche que ça me fait bondir à chaque fois.
      Bien qu'un peu moins que lorsqu'on utilise le noble mot "amateur" pour parler de nos sinistres incapables (ce qui, fort heureusement, est un peu passé de mode), ou qu'on les compare aux ânes, qui n'ont rien fait pour mériter pareille injure (tout comme la charmante petite guenon comparée à l'abominable femme des ténèbres).

      Vous venez de parler de "couillons" ; pourquoi ne pas continuer dans cette voie ? Ou alors, parlez des "glands" ou des "courges" (encore que, ça aussi, ce soit bon), mais, SVP, laissez nos bonnes quiches dans nos assiettes... ;o)
      Merci. :-)))

      Supprimer
    4. J'ai écrit trop vite !
      Je n'avais pas vu le commentaire de Nana.
      Je ne l'ai pas encore lu, mais le seul mot qui m'a sauté droit dans l’œil vient de réduire à néant mon constat précédent.
      J'ai donc péché par optimisme ! Mea culpa, mea maxima culpa.
      Sniff, snifff, et re-SNIFFF.

      Supprimer
    5. Il paraît que parfois, on dit "Va donc, hé, banane !"

      Supprimer
  6. Je ne vois pas pourquoi une réforme fiscale devrait être décidée avec "les partenaires sociaux"...d'autant plus lorsque l'on sait leur représentativité très faible et leur pouvoir de nuisance inversement proportionnelle....sans doute zéro pense-t-il que mettre du "partenaires sociaux" dans la sauce, ça fait plus démocratique et à l'écoute du petit peuple. Et puis comme le dit Claribelle, si c'est pour ne pas faire d'économie tout en imposant toujours autant, je ne vois pas l'intérêt de mettre en place une énième usine à gaz...décidément, l'amateurisme a été élevé au rand de vertu cardinale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est probable que les partenaires sociaux aient été consultés en amont de cette annonce, pour qu'elle puisse être faite avant de passer aux discussions et compromis accoucheurs de souris, à cause justement du pouvoir de nuisance que vous venez de rappeler.

      Supprimer
    2. @Mireille BD et Nana: Nos ne sommes pas dupes, bien sur qu ils ont déjà été contactés et testés et nous aurons si cette réforme a lieue, ce qui n est pas sur, un truc aussi ballot que la réforme des retraites ou celle de la banque, c'est a dire beaucoup de bruit pour quasiment rien.
      Quant aux partenaires sociaux, en ce qui concerne les syndicats, que représentent-ils ? Plus rien , à peine 6 à 8% de la population active ! Alors là première chose à réformer c'est peut être bien la conception que l on a de " partenaires sociaux ". ( je signale a tout hasard que c'est ce que proposait Sarkozy)

      Supprimer
  7. @corto
    Cela permet à Ayrault (certainement autorisé par le grand chef) de justifier la suspension de l'élément perturbateur "écotaxe", issu du système objet de la remise à plat annoncée qui devrait calmer, pensent-ils, les velléités de révoltes bretonnes contagieuses, tout en gagnant du temps.

    RépondreSupprimer
  8. Que dire de plus , éteindre l'incendie de la contestation nationale avec un extincteur vide c'est montrer l'indigence de ce gvt .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: c'est a peu près ça !

      Supprimer
  9. Comme Claribelle qui a relevé le principal: "à prélèvements obligatoires constants". On a tout compris. Et lui, rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pangloss: a prélèvement obligatoire constant... tout dépend quand démarre le " constant " à aujourd'hui, ou à demain ? Doit-on considérer qu il n y aura plus de nouvelles taxes et impôts ?

      Supprimer
  10. Allons allons...
    Cette remise à plat est une petite ruse pour augmenter les impôts , au besoin par "modification d'assiette" , et la faire "en concertation" avec les permanents syndicaux subventionnés ( et socialos-gauchos etc.) montrenbien ce que l'on peut en craindre....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: Qui est dupe ? personne à mon avis. On peut craindre que la montagne accouche d une souris et que la pause fiscale ne soit qu'une petite blagounette de plus.

      Supprimer
  11. L'expression "Remettre à plat" appartient à la novlangue la plus pure, et ne veut ^lus strictement rien dire. Je me souviens que Ségolène Royale, lors de sa campagne, proposait de remettre à plat une certain nombre de choses, le système de retraites, la fonction publique... Vous imaginez bien qu'elle n'avait strictement aucune idée de ce qu'elle voulait faire. Mais "remettre à plat", cela fait bien, tout propre, tout net, tout plat, tout socialiste. Maggy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maggy: Tout neuf, tout propre et bien repassée. Un peu comme une chemise, on la remet bien à plat, on passe la main dessus pour enlever le gros des plis et puis on repasse et on la remet, c'est la même, elle a juste été remise à plat :)

      Supprimer
  12. je ne crois plus en rien... tiens, à propos de la simplification, je ne sais plus quel haut fonctionnaire avait ralé, car dans un cas précis et cité : un papier était remplacé par 3.. lui meme de trouver que c'en était ahurissant..
    quelqu'un a du confondre multiplication et simplification

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: je crois encore possible un réveil des Français, a part ça... je ne crois absolument pas a tout ce que pourrait promettre holalnde, Ayrault et la clique.

      Supprimer
  13. Bonsoir Corto,

    Moi, ce qui m'inquiète dans cette annonce, c'est qu'on devine derrière l'influence d'un Piketti (http://www.nicematin.com/cagnes-sur-mer/les-solutions-de-thomas-piketty-pour-reduire-les-inegalites.1501953.html) et de Terra Nova (http://cst2012.free.fr/CST_100propositions_100jours.pdf). J'ai bien peur que la réflexion d'Audiart sur les gens très intelligents qui osent tout se vérifie une fois de plus.

    Bonne soirée,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H; Ai parcouru le deuxième lien et me suis arrêté à la transparence des médias... ça fait peur !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen