vendredi 22 novembre 2013

Le Parti Socialiste expliqué à Harlem Désir


C'est la meilleure celle-là: Jean-Philippe "Harlem" Désir en a assez du PS bashing !  Si, si, vous avez bien lu, il en a assez que l'on se moque, que l'on critique ou que l'on s'amuse du Parti Socialiste. Qu'il est drôle; ce ne serait pas venu de lui, j'aurai cru à une petite blagounette comme qui vous savez sait si bien faire, de l'autodérision en quelque sorte. Mais non, Désir est sérieux, tout autant que lorsqu'il déclare que la droite est quasi séditieuse !

Alors nous allons essayer d'être pédagogue, de nous mettre à son niveau, bref, de lui expliquer ce qu'est le PS.

Le PS, c'est avant tout, un premier secrétaire, nommé par le président hollande, lui-même ancien patron du bouzin, et Ayrault. Désir est donc le chef d'un parti que l'on raillerait. On ne raille généralement que ce qui prête à railleries. Et comment ne pas railler Désir ? Comment ne pas railler un parti qui a toujours mis en avant la défense de certaines valeurs mais qui dans le même temps, malgré la volonté présidentielle de ne pas s'entourer de personnes déjà condamnées, nomme à sa tête un repris de justice ?

Le parti socialiste, c'est le parti qui voyait en homme providentiel un obsédé sexuel avant de porter au pouvoir celui-là même qu'ils traitaient de "couilles molles", de "fraises des bois" ou "d'incompétent inutile", "celui qui n'a jamais rien fait". Risible, non ?

Rappelons à monsieur Désir ce qu'est aujourd'hui le Parti Socialiste. C'est un président, un gouvernement, une majorité confortable à l'assemblée et au Sénat et la quasi totalité des présidences de région, sans compter les mairies des principales villes de France et le maillage territorial qu'il maîtrise encore. Alors comment ne pas avoir envie de se moquer d'un parti qui, malgré le fait qu'il détienne tous les pouvoirs, n'arrive pas à sortir le pays de l'ornière ? Comment ne pas bâcher un parti qui, en moins de 18 mois, a réussi à être aussi impopulaire  ou contesté par sa base ?

Le parti socialiste, c'est l'organisation politique qui, pendant les 5 ans de présidence Sarkozy, n'a pas arrêté, bien aidée en cela par les médias, de se payer la fiole de la majorité d'alors et pas toujours avec la finesse qu'on serait en droit d'attendre d'un parti républicain. Alors si en retour, aujourd'hui, on se paye  la tête et des membres du PS, n'est-ce pas de bonne guerre ?

Le parti socialiste, c'est aussi le parti qui, sous couvert de progressisme, a fait voter le mariage zinzin dans les conditions que l'on sait, au mépris des avis opposés, au mépris de 700 000 signatures et faisant fi, gaz lacrymogènes aidant, des centaines de milliers de gens qui défilaient dans les rues pour s'y opposer. Comment ne pas lui en vouloir et lui rendre la monnaie de sa pièce ?

Le parti socialiste, c'est celui qui dans une succession d'affaires et de dossiers sensibles s'est ridiculisé, la France avec, aux yeux de tous et du monde: la Syrie, le traité européen jamais renégocié, le déroutage de l'avion présidentiel bolivien, Florange, Pétroplus, Cahuzac, Léonarda, etc... Avoue, Harlem, qu'il vaut mieux que l'on se marre plutôt que de pleurer; ce qui serait pourtant naturel.


Le parti socialiste, c'est le parti dont le chef, oui, lui-même, Désir, déclare: " Nous avons récupéré un pays éreinté par quatre décennies de crise et une décennie de pouvoir de la droite", reconnaissant de facto sa part de responsabilité pour le merdier dans lequel nous sommes aujourd'hui: les pitoyables années Mitterrand et Jospin ou les 35 heures.

Le parti socialiste, c'est le parti qui pour parvenir au pouvoir a réussi, au travers d'un Projet aussi démagogique qu'irréaliste, à faire prendre un maximum de vessies pour des lanternes à ses adhérents, ses sympathisants et quelques paumés de droite ou du centre.

Le parti socialiste, c'est ceux-là mêmes qui, aujourd'hui, font très exactement ce qu'ils dénonçaient hier: la chasse aux roms, la soumission à la finance, la hausse de la TVA; j'en passe...

Le parti socialiste, c'est le parti dont certains militants et sympathisants, de plus en plus nombreux, voire les blogueurs de gouvernement, réclament le renvoi de son premier secrétaire moins de 15 mois après son " élection". Le même parti qui voit ses désignations de têtes de listes aux européennes contestées aussitôt désignées. Le même parti dont les militants, à Marseille, ont sifflé et hué le président qu'ils avaient élu ainsi que son premier ministre.

Le parti socialiste, c'est le parti moralisateur qui a pourtant refusé de virer, en temps utiles, alors qu'il savait, des gens pour le moins infréquentables: Guerini, Navarro, Kucheida, Andrieux; j'en passe...

Le parti socialiste, n'est-ce pas le parti qui a participé au retoquage intégral de la réforme des retraites défendue par le gouvernement ?  Le même parti qui a accordé aux écolos 15 sièges de députés quand ceux-ci réalisent 2% des suffrages à la présidentielle ? Le même parti qui accepte les voix de l’extrême gauche quand il fustige les électeurs d’extrême droite ?

Le parti socialiste n'est-il pas le parti qui érige le sectarisme comme règle de base du militantisme, l'arrogance comme artifice oratoire ?

Oui, monsieur Désir, c'est tout cela le parti socialiste et plus encore. Alors comment ne pas s'en moquer et dénoncer chaque jour sa vacuité, son cynisme, ses manœuvres, ses reculades, les couleuvres qu'il avale, ses reniements, ses soumissions clientélistes à certaines communautés, ...

Le bashing, monsieur Désir, c'est comme le respect, ça se mérite et ça se gagne. Auprès de ses troupes, d'abord, auprès de l'opposition, après. Vous le savez pour l'avoir si bien pratiqué avec ceux du camp d'en face pendant des années. Ne nous demandez pas de pleurer sur votre sort ni sur celui du parti que vous avez la honte de diriger, vous nous faîtes plutôt marrer comme vos prédécesseurs n'avaient jamais réussi à le faire. C'est en cela, et uniquement en cela, que je conseillerai à vos potes de ne pas vous virer: Vous êtes le meilleur comique de la place actuellement. Et ça, faut pas gâcher !

Folie passagère 2012.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

25 commentaires:

  1. Avoir une licence de philo et être si con , c'est affligeant pour ceux qu'il représente .

    Je plagie l' Express sans remords :"Une journée sans Harlem Désir serait un bonheur sans nuage"

    Excellent ton billet j'attends avec impatience les coms qui vont suivre .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: bon en meme temps une licence de philo, c'est quoi, c'est Bac+2 ou 3, pas de quoi briller en société non plus ou se prendre pour Badiou :)
      Pour les coms on verra, j y répondrais plus tard, j ai du monde

      Supprimer
  2. Putain de merde (pardon !) j'avais fait un beau comm' avec des liens, des italiques et tout pis tout, pour saluer ce beau billet (le bouquet final d'un feu d'artifice) et il a été bouffé. Alors très simplement :

    ma-gni-fique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al Weest: Ben quoi, te reste plus qu a recommencer mon biquet :)

      Supprimer
  3. "Snif, maitresse, y font rien qu'à nous embêter, y sont pas gentils"...non mais on rêve ! Ce monsieur découvre que la soupe qu'ils ont fait manger aux autres est dégueulasse et encore, les médias étaient bien pires avec la droite. Quand on a tous les pouvoirs, il faut être prêt à essuyer "quelques critiques", c'est moins confortable que d'être dans l'opposition et de se contenter de "faut qu'on, y'a qu'à". Ces gens font de la politique pour être aimés, pour se valoriser à leurs propres yeux, alors, quand l'amour n'est pas au rendez-vous, ils ne comprennent plus....jamais ils n'envisageront leur responsabilité dans ce désamour, c'est juste de la malveillance à leur égard !
    En tout cas, Corto, très belle synthèse, tout est dit et bien dit !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: tout le truc est là justement: ces gens sont prompts à se plaindre qu on ne les aime pas, et qu on ironise sur eux mais à aucun moment, ils ne se posent la question du pourquoi ? Comme Taubira, on ne l aime pas, Pourquoi ?
      Et cette mémoire courte qui caractérisait les Français mais qui ne semble aujourd'hui mieux correspondre à ces énergumènes de type Désir.

      Merci a toi !

      Supprimer
  4. magnifique billet, Corto... totalement d'accord, merci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: billet vu plus de 594 fois depuis sa parution ! merci a toi.

      Supprimer
  5. Ce billet restera dans les mémoires des lecteurs assidus des blogs de la droitosphère(tout au moins dans la mienne).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean marc: alors, on diffuse ! :)

      A la limite, j'aimerai autant que ce billet " imprime " chez nos gauchistes mais j ai comme un doute que la chose soit possible.

      Supprimer
  6. AVIS ! Et dire qu il y a des gauchistes pour trouver Désir " pas mal " ! c'est vous dire si on est mal barré avec ces gens là !

    http://www.politweet.net/2013/11/finalement-il-nest-pas-mal-harlem-desir.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Corto
      Forcément, vous avez voir chez un très bas du front !
      Il vaut mieux lire vos si savoureux billets. :-)
      Même s'ils me donnent l’impression de perdre tout mon vocabulaire : depuis quelques temps,je n'utilise plus qu'un seul mot : bravo. !
      Vous êtres de plus en plus en verve !!! :o)
      Est-ce votre billet précédent qui vous stimule ainsi ? (rires ++)

      Supprimer
    2. @Franzi: stop, n'en jetez plus :)

      Supprimer
  7. Parti socialiste : ramassis des godillots de Hollande !
    Très bon billet, mon cher Corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: godillots je ne sais pas mais en tout cas ils ont l air bien remonté contre Ayrault et hollande. C'est bon, ça !

      Supprimer
  8. Hollande-bashing c'est pas bien, Dekhar n'existe pas, mais tomber en meute sur une enfant, c'est classe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Geneviève Boyer: ce n'est pas classe, c'est socialiste

      Supprimer
  9. Très bon billet. Au risque d'imiter Franzi....Bravo !

    Chez les socialistes en pleine débandade et avec la complicité des médias complaisants, l'heure est à la victimisation : l'une se prétend victime de racisme (et fait la couverture de Elle), l'autre utilise la maladie, et enfin le dernier pleurniche se plaignant du fait que l'on tire un peu trop sur l'ambulance.

    Il sera intéressant de voir si cette campagne de victimisation parvient à tromper le peuple et à inverser la courbe de popularité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: Il y a des artifices qui à force d'être utilisé n importe comment finissent comme es pétards mouillés. Tout cela finira par etre totalement contre-productif.

      Supprimer
  10. Alors qu'ils transforment la Patrie des prétendus droits de l'Homme en Patrie du droit de se taire ( cf le débat sur la fin de vie à huis clos ) c'est vrai que se transformer en victime est une bonne stratégie pour détourner nos regards des véritables enjeux de leurs bidouillages à l'abri des oreilles et des regards ! Je croyais que c'était Martine Aubry qui avait installé ce cher Harlem à ce poste stratégique ? Enfin Harlem ou un autre ça demeure le Parti qui mène la France dans le mur ...encore trois ans à tenir ...c'est bin long ! Marguerite

    RépondreSupprimer
  11. @Marguerite: Ils sont 4 ou 5 a avoir pris la décision de mettre a ce poste Désir, sachant qu avec lui il ne serait pas emmerdé: hollande, Ayrault, Aubry, Valls, et dit-on Montebourg. Au détriment de Cambadelis, trop grande gueule.
    Et oui encore 3 ans sauf heureux évènement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors prions mes frères ! Marguerite

      Supprimer
  12. AVIS ! en complément:

    http://lelab.europe1.fr/t/le-parti-est-un-boulet-le-ps-ne-fait-pas-son-travail-harlem-desir-ouvertement-critique-par-les-parlementaires-socialistes-11987

    RépondreSupprimer
  13. Le Parti Socialiste, rien que le nom fait rire...

    Bien bel article, bravo Corto !
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @LePsycho: merci et bon dimanche à toi

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa