mercredi 23 avril 2014

4 ex-otages vivants, c'est mieux qu'un otage mort.


On nous a annoncé la mort de Gilberto Rodrigues Leal, otage Français du Mujao au Mali. Dès lundi soir, le 21 avril, la rumeur de sa mort filtrait sur twitter avec insistance. Et François Hollande de déclarer hier, mardi 22 avril, "qu'il y avait tout lieu de penser qu'il était décédé depuis plusieurs semaines du fait des conditions de sa détention"; sans dec', on imagine assez bien qu il est plus facile de mourir des suites d'une détention au fin fond du Mali que d'une cure à la Bourboule... que ce type est idiot!

Depuis plusieurs semaines... Ben zut, Rodrigues Leal est mort, c'est nettement moins glamour que le retour des 4 ex-otages de Syrie dont l'une des qualités premières est d'être journalistes. Quel déchaînement médiatique, quelle couverture incroyable de l’événement: rendez-vous compte, depuis l'annonce samedi de leur libération, on les aura vu partout les 4 de Syrie. Barbus en Turquie, propres sur eux à Villacoublay, embrassant dès leur descente d'hélicoptère Président, Fabius, puis, seulement après, leurs familles.

Les familles de Gilberto Rodrigues Leal et de Serge Lazarevic, toujours otage lui, devaient devant leurs écrans télés imaginer qu'un jour ce serait leur tour... Sauf que pour Gilberto, depuis plusieurs semaines...

Les 4 ex-otages de Syrie sont invités sur tous les plateaux télés et quelle pêche ! Nous ne pourrons pas ne pas être surpris par la forme extraordinaire dans laquelle ils semblent tous être, malgré, nous dit-on, les mauvais traitements, la vie pendant dix mois dans des sous-sols, la privation de ciel et de soleil, des simulacres d'exécution, la privation de nourriture, etc... Cela fait plaisir à voir. Ils sont forts ces journalistes, très forts, une santé et un moral à toutes épreuves. Il y en a même un qui n'arrête pas de rire et de plaisanter. C'est chouette.

Bien sûr, nous n'aurons jamais les réponses aux questions que nous nous posons, on nous dira juste que, bien évidemment, aucune rançon n'a été versée même si "les opérations et les négociations furent longues et difficiles". Là, n'est pas l'important, ce qui compte c'est qu'ils soient libres, n'est-ce pas. Hollande et Fabius auront fait leur show, un show à la hauteur de ce qu'il fallait pour occulter l'affaire "Morelle". Ils en profiteront pour nous dire tout le mal qu'ils pensent de Bachar al Assad et puis voilà. Toutes les chaînes de télévision auront fait leur cinéma et nous auront servi sur les plateaux de l'otage libéré - ad nauseam - montrant une fois de plus que si par malheur, un jour, vous êtes otage, il vaut mieux être journaliste ou photographe de presse que prêtre missionnaire ou touriste égaré.

Il eut été dommage que la fête fut gâchée par l'annonce de la mort de Gilberto Rodrigues Leal. Seuls les esprits chafouins oseront imaginer que l'annonce de sa mort ait pu être légèrement différée. Nous ne verrons pas Gilberto Rodrigues Leal sur les plateaux télé; Didier François, ce matin sur Itélé, c'était vachement plus mieux.

Folie passagère 2244.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

19 commentaires:

  1. Comme vous, je suis assez surprise par la bonne santé et le dynamisme de ces journaleux qui squattent les plateaux télé. Pour des gens qui n'ont pas vu la lumière pendant 10 mois, ils brillent par leur capacité à être partout à la fois. Je n'ose pas penser que l'on aurait pu nous mentir sur leurs conditions de détention... Impooossible ! A Europe1, on mange pas de ce pain-là ! Quoique...
    Quant à Gilberto Rodrigues Real, il me semble assez bizarre qu'il ne se soit pas écoulé plus de 48h entre les propos de Fabius et le communiqué des djihadistes. Comme si la libération des 4 permettait de mieux faire passer la mort de cet otage isolé. Pourquoi toujours cette impression de manipulation ?
    Arrh ! Je deviens parano.
    Une pensée pour sa famille éprouvée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Il y a beaucoup de choses curieuses dans cette libération d'otage: le timing, juste au lendemain de l affaire Morelle, l'étonnante forme physique et morale des ex otages alors qu on nous dit que leur détention a été épouvantable,la chasse lancée aux jeunes français partant faite le jihad, le fiat qu on nous dit pas de rançons mais des négociations , etc...
      Et une quasi certitude aujourd'hui, c'est que le GVT savait pour la mort de Leal depuis plusieurs jours et qu il en a différée la communication pour mieux soigner la libération des 4 autres.
      Pourquoi cette impression de manipulation ? Parce que à force de trop cacher (je ne dis pas qu il faut tout nous dire) et de ne rien dire, on est dans le flou et quand y a du flou, c'est qu il y a un loup :)

      Supprimer
  2. Eh! bien, toute à ma commémoration des fêtes pascales, et ne voulant pas voir notre président faire son show, je n'ai pas voulu suivre le retour des otages. Heureuse pour eux, bien sûr mais aussitôt, je ne peux m'empêcher de me dire : " qu'est ce que ça cache ? Où est le lézard ? "
    C'est plus fort que moi, je n'arrive plus à avoir confiance dans ce gouvernement surtout lorsqu'on entend notre ministre de l'Intérieur qui affirme qu'il ne peut rien contre les djihadistes "français" !
    Il n'y a pas besoin d'aller au Mali ou en Syrie pour voir que nous sommes piégés et ce pauvre Mr Leal est un triste dommage collatéral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: bien sur qu il y a un lézard. Tiens regarde ce qui n'est qu une coïncidence: le lendemain du jour ou Cahuzac démissionne, 4 otages sont libérés; le lendemain du jour où Morelle démissionne, 4 nouveaux otages sont libérés ! étonnant, tu peux vérifier les dates, je l ai fait. Alors possible que ce soit le pur fruit du hasard même si je crois pas au hasard dès qu il bénéficie aux politiques mais comme on nous manipule bien et bien, hop, on n a plus confiance et on se met a douter de tout.
      On sait aujourd'hui que le GVT avait la quasi certitude de la mort de Leal depuis plusieurs jours, pour quoi ont-ils caché l info jusque hier ? Pkoi si ce n'est pour bénéficier a fond de l effet libération des 4 autres ?

      Supprimer
    2. Faut-il alors craindre d'autres prises d'otages ( il n'en reste qu'un, je le plains de tout mon cœur ) pour que ces "marchands d'armes" puissent négocier car tel est le cas, bien sûr ?

      Supprimer
    3. @Idel: Bien sur qu il y aura d autres prises d otages et mezavi qu on aura pas a attendre longtemps ! Business is business !

      Supprimer
  3. Merde, mais merde quand même ! À quoi cela a-t-il servi d'envoyer des troupes au Mali ? Le nettoyage n'aurait-il pas été bien fait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al West: Un peu qu il a été mal fait le nettoyage: il y a uelques mois 2 journalistes exécutés et aujourd'hui Leal qui nous est annoncé mort. Y a un problème d aspirateur à islamistes là bas

      Supprimer
  4. Les hommes politiques qui gouvernent actuellement notre pays et les journalistes ont une éthique en commun : la COMMUNICATION ou devrais-je dire les PLANS COM'.
    Quand ils cesseront de vouloir en permanence glorifier leur petit égo plutôt que notre nation alors je ne serai peut-être plus persuadée que chaque annonce politique est un enfumage supplémentaire ...

    RépondreSupprimer
  5. Une autre chose que j'ai trouvée bizarre, mon cher Corto, sur BFM TV pendant que le journaliste annonçait la mort de Gilberto Rodrigues Leal, défilait en bas d'écran une phrase qui disait que Laurent Fabius affirmait qu'il n'existait aucune preuve de la mort de cet otage.
    Je plains beaucoup cet otage qui n'était ni journaliste, ni employé d'une grande entreprise, et qui semble avoir été abandonné à son triste sort.
    Il n'aurait plus manqué que l'annonce de sa mort gâche la fête du retour des journalistes ex-otages.

    RépondreSupprimer
  6. @marianne: figurez-vous que j ai vu la même chose: Hollande confirmant la mort de Leal lors de l inauguration de l expo à l Institut du Monde arabe tandis qu'en bas d'écran, le même message que vous. Bizarre.
    Et oui, Gilberto Rodrigues Leal n'était pas journaliste, la preuve, on en parle déjà quasiment plus.

    RépondreSupprimer
  7. Il est évident qu'en faisant de la publicité à rallonge sur les prises d'otage que celles-ci continueront . Je suis pour le black-out total en cas d'enlèvement , ce qui ne veut pas dire qu'il faille laissé tomber les derniers baroudeurs de la planète.
    Le barême des prises d'otage doit être conséquent en fonction du métier , journaliste la rançon doit être énorme et le touriste le prix d'une balle .
    Il y a un otage sur les quatre qui sont revenus qui à souligné que depuis quelques semaines ils étaient sur-nourri et dormaient normalement , on peut traduire qu'il y a quelques semaines les ravisseurs ont touché le loyer pour leurs pensionnaires .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: Clair qu on ne peut pas tout savoir et que sur ce genre d affaire il ne peut y avoir de transparence totale, ce qui ne veut pas dire non plus qu il faille nous prendre pour des cons.

      Tiens samedi soir, plusieurs chaines tv et un otage ont dit qu ils avaient été retrouvés près de la frontière turque les mains liées derrière le dos et les yeux bandés, le lendemain on nous disait qu'ils avaient été retrouvé en Turquie libres de leur mouvements. Et pourquoi ont-ils été rapatriés par un avion militaire avec des agents de la DGSE et non comme "d'habitude" par un avion de la Présidence ?
      Encore une fois a vouloir trop cacher et ne rien dire on permet toutes les suppositions.

      Supprimer
  8. Diane Lazarevic octobre 2013
    «Je suis très en colère contre le gouvernement, contre le Quai d'Orsay qui m'avait certifié que s'il y avait libération, il y aurait libération pour les quatre et mon père, que le négociateur en place négociait pour les cinq.
    Et bien ce soir, je pose la question : où est mon père ? J'ai l'impression qu'on m'a gentiment endormie pour que je ne fasse pas d'esclandre.»


    Diane Lazarevic ce 23 avril 2014 /France2 :
    Nath.de Rincquesen (journaliste) Avez-vous le sentiment que tout est fait pour obtenir la libération de votre père ?
    Diane L (point de suspension = hésitations) « Oui j’ai ce sentiment…là…et je ne pense qu’il y ait de traitement différent dans la…que ce soit journalistes…ou…Avant j’avais cette impression là et…je ne l’ai plus. Je pense que le gouvernement…fait tout, pour obtenir…la libération de ces otages français. »

    Il se pourrait que le nouveau sentiment de Diane L soit prémonitoire d'une prochaine libération.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille/ Ou peut etre bien qu elle a été sermonnée afin qu elle ne donne pas plus d'échos aux engueulades qu a passé la famille de Gilberto Leal depuis hier au gouvernement

      Supprimer
    2. Je penche pour ton hypothèse

      Supprimer
  9. Ben oui, qu'est-ce qu'y vient nous enquiquiner ce Gilberto de mes deux à nous gâcher la fête
    en mourant comme une andouille!
    Allez, cachez cet otage que l'on ne saurait voir, et passons vite à autre chose, les petits Beurs,
    enfin je veux dire "Français", dihadistes, tiens, par exemple, en attendant mieux ça devrait le faire.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: il a gâché la fête alors Président est parti vite fait a Carmaux reprendre des forces en terre socialiste, loupé aussi !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique