mercredi 30 avril 2014

Vote du programme de stabilité: Une tôle pour monsieur Valls !


A l'issu de ce vote qui fera date dans l'histoire du Parti Socialiste, Eduardo Rihan-Cypel, député et porte-parole du PS, a déclaré que  les résultats de ce vote, "C'était la France qui gagne !". J'ai eu très envie de rire mais me suis ravisé: ce type est visiblement frappadingue.

Quant au PS et à François Hollande qui, rappelons-le, sont au pouvoir depuis moins de deux ans, les chiffres ci-dessus devrait les inciter à beaucoup plus d'humilité.

Sur un projet - le pacte de responsabilité et son corollaire le programme de stabilité - présenté comme le truc génial qui va nous permettre de renouer avec la croissance, de créer des emplois, de satisfaire Bruxelles et de nous serrer un peu plus la ceinture, le premier ministre et président n'ont pas à jouer les fiers à bras: 

265 voix "Pour" , 232 voix "Contre" et 67 "Abstentions", exprimé autrement, ça fait 265 voix "Pour" et 299 voix "qui n'en veulent pas de ce programme". Sur ce projet précis, le gouvernement de monsieur Valls - plébiscité 15 jours avant lors de son discours de politique générale - se prend une tôle magistrale ! Donc pas de quoi pavoiser.

Il fallait que cela soit dit !

Folie passagère 2257.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


38 commentaires:

  1. Non, pas de quoi pavoiser, mais cela n'empêche pas les ténors PS de claironner un plébiscite incontestable du projet porté par Valls.
    Les absentions qui m'interpellent le plus, sont celles du Centre. De "l'opposition constructive", qu'ils disent !
    Cela nous promet comme d'hab, louvoiements, défections et ralliements opportunistes en 2017

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille: ;les abstentions de l udi confirme ce que je pense de ces ventres mous: ils sont incapables de se décider et ça voudrait gouverner ? tout juste bon comme tu dis à louvoyer ou se rallier au vent qui passe

      Supprimer
  2. Vous avez tout à fait raison. 265 voix en faveur de ce plan pour 577 députés, cela ne fait que 46 %. Après le forcing et les concessions qui ont été faites ces derniers jours, il n'y a effectivement pas de quoi pavoiser.

    Quoi qu'il en soit, c'est un plan bidon quant aux effets positifs escomptés. La seule chose tangible, dans tous ces plans annoncés à grands renforts de flonflons, c'est ce qui est ponctionné encore et encore dans la poche des français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: et on nous vend cela comme le plan qui va sauver le pays alors que c'est tout juste, si ça marche, un plan pour faire quelques économies sans rien réformer, juste une temporisation destiné à faire illusion a bruxelles qui je l espère ne sera pas dupe.
      En tout cas, pour répondre à cet idiot de Bruno le Roux, mon billet d hier, le gouvernement avec ce vote a une majorité minoritaire, c'est mathématique

      Supprimer
  3. Ce plan n'a pas plus de chances de réussir que tous ceux qui l'ont précédé depuis des décennies: le mal français est trop profond pour qu'il ait des chances d'être efficace.
    Faut-il voir dans les abstentions de certains une assurance contre les critiques qu'on risque de leur adresser lors des prochaines législatives?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: tu as raison, pas grand chose d autre a voir dans les abstentions qu une sorte d assurance pour tenter d être réelu aux prochaines législatives qui pourraient etre avancées si cela continue

      Supprimer
  4. Il n'était que de voir le visage piteux de Ruth Elkrief commentant ce vote encore à venir, mais de plus en plus probable, mon cher Corto, pour comprendre que la confiance s'effrite de jour en jour, et ce, quelles que soient les décisions prises, dans un sens ou dans un autre.
    On se demande ce qu'il en serait si Valls n'était pas aussi populaire, puisqu'on nous explique qu'il est populaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: surfaite ou réelle, cette popularité de Valls ne semble bien suspecte.

      Supprimer
    2. Les médias sont entrain de façonner le futur candidat/président de 2017. Pour ça ils doivent mentir. Ou dissimuler la réalité. Simple non?

      Supprimer
    3. "" Manuel Valls - Premier ministre - est populaire en France... "" : Ça en jette !

      "" Manuel Valls - titulaire d'un diplôme d'histoire, hiérarque socialiste et communiquant à ses débuts, mène la politique économique de la France... """ : Mais ça, ça fout les boules !!

      Amike

      Supprimer
    4. @Pierre et Amike: Les médias nous fabriquent deux personnages pour 2017: Valls à gauche, Flanby ne semble plus faire recette et Juppé à droite, histoire de "nier" Sarkozy et de mettre le brin à l UMP.

      Supprimer
    5. kobus van cleef1 mai 2014 à 09:05:00

      Ho putaingue !
      Juppé ?
      Juppé !
      Parlez pas de malheur !
      Non non, en 2017 ni le petit toréro virevoltant, ni le chauve bordelais
      Pour moi, ce sera Thalassa Monophtalmos, et personne d'autre

      Supprimer
    6. @Kobus: Gné ? qui c'est celui là , thalassa machinchose ?

      Supprimer
    7. Thalassa, marine, monophtalmos, le pen.

      Supprimer
    8. kobus van cleef4 mai 2014 à 22:33:00

      Monophtalmos, le borgne, mais ça résume bien
      Souvenons nous de obaldia ou de José maria de Heredia à moins que ce soit Hugo
      " le chef borgne monté sur l'éléphant getule.... "

      Supprimer
  5. L' assommoir social et fiscal de Valls : " j'assomme ,oui, j'assomme" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @rlwdb: oui et bien qu il continue a assommer pour voir ! ceci dit si j avais la certitude que son programme soit le bon pour nous sortir de la mouise, j applaudirai des deux mains mais mezavi que ce n 'est que cautère sur jambe de bois

      Supprimer
  6. Et si on parlait du "Vrai visage de Manuel Valls", livre d'Emmanuel Ratier ? Silence radio sur les "grands" médias.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=cvnWJ7JW83s

    JPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou encore :

      http://www.dailymotion.com/video/x1r2adq_le-vrai-visage-de-manuel-valls-par-emmanuel-ratier_new

      JPB

      Supprimer
  7. Enfumage total.
    Une crise de cet acabit se gère par ordonnances. Au lieu de quoi les politburos de chaque bord s'adonnent à une chorégraphie parlementaire complètement hors de saison.
    L'abstention au parlement est du sans-couillisme.

    Un référendum proposant la révision drastique des institutions pourrait passer : suppression Sénat et CES, 300 sièges de députés seulement, suppression des ministères de tutelle archaïque (culture, industrie, droits des femmes, communications, logement, outremer, anciens combattants, commerce extérieur, affaires européennes, francophonie, famille, etc...) et recentrage sur le domaine régalien, suppression des doublons régionaux et départementaux...

    Au lieu de quoi, il ne va rien se passer en 2014, et les réformes structurelles nécessaires n'auront pas d'effet (en dehors des cris d'orfraie des prébendiers) avant le prochain quinquennat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @catoneo: bien sur qu il ne va rien se passer . Que pourrait-il se passer ? quand tu vois sont programme à Valls, pas une seule réforme structurelle en vue à court terme. La réforme territoriale, le temps qu il se mette tous d accord, on sera rendu à la prochaine présidentielle.

      Supprimer
  8. " Il fallait que cela soiT dit", non? J'suis pas sûr, j'ai la chance de ne pas être un vrai français. Ca m'étonne de toit!
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard: oh, hé, ça va, que celui qui n a jamais fauté... :)

      Supprimer
  9. Sans les abstentions, les oublis d'aller voter et même les votes Pour de certains UMP et UDI on
    arrivait à 260 Contre et 257 Pour. Valls sautait et Culbuto se trouvait obligé de dissoudre.
    On l'a échappée belle, pas vrai?
    Merci Messieurs-Dames du Ventre-Mou avec mention spéciale pour Frédéric Lefebvre!
    Décidément ce pays est bel et bien foutu.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 3 UMP mais tous les UDI !

      JPB

      Supprimer
    2. @nouratin et JPB: ah les ventres mous du centre, un coup a gauche, un coup à droite !
      et vous oubliez les 2 FDG qui ont voté pour, ce qui est incompréhensible de la part de mecs du FDG, peut etre se sont ils trompé de bouton?

      Supprimer
    3. "Quand on revient lentement mais sûrement au parlementarisme"

      http://www.insolent.fr/2014/04/quand-on-revient-lentement-mais-surement-au-parlementarisme.html

      D'accord avec Nouratin, ce pays est foutu

      JPB

      Supprimer
  10. Un vote NORMAL , comme une élection présidentielle NORMAL avec moins de 50% de voix pour faire des réformes de société . Quelle pitrerie , s'en rendent-t-ils compte ? espèrons que oui , sinon dans 3 ans nous serons le pire de tous les pays européens mais à la même hauteur que certain pays africains .
    Un petit miracle , que Bayrout devienne premier ministre en attendant que la droite prenne le relais ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: bayrou, premier ministre et pi quoi encore, le looser personnifié qui un jour dit oui et un autre jour dit non, avec un mec pareil, c'est le boxon assuré.

      Supprimer
    2. Zut j'ai taquiné Claude-Henri17 "hors champ"

      Supprimer
    3. Dans Contrepoints, le professeur Marois anticipe un bordel noir au printemps prochain. Notre balance des paiements a perdu 800 milliards d'euros depuis l'an 2000 et on ne fait que... parler ! Conclusion de son billet :

      Nous nous dirigeons rapidement vers un taux d’endettement de 100% du PIB, qui peut être considéré comme le probable déclencheur d’un nouvel abaissement de la note de la France et, parallèlement, d’une hausse de la marge de risque qu’exigeront nos créanciers et donc de nos taux d’intérêt réels.

      Supprimer
    4. @catoneao: je ne connais pas ce Marois mais ce dont je suis sur c'est que ce ne sont pas ces pseudos 50 milliards d économie étalés sur 2 ou 3 ans qui vont nous sauver la mise. Il n y a qu a attendre ( pas longtemps) les sanctions !

      Supprimer
    5. Quelques chiffres pour se rendre compte de la pseudo légitimité de nos élus
      Législatives de 2012 : les 331 sièges (sur 577) des députés de la majorité ont été obtenu avec 26,59% du corps électoral et les 229 sièges de la droite parlementaire avec 23,50% du corps électoral
      Présidentielle de 2012 : François Hollande a été élu par 39,06% du corps électoral.
      Régionales de 2010 : avec seulement 22,69% des voix du corps électoral, le PS et ses alliés ont pu remporter la quasi totalité des régions.
      Européennes de 2009 : avec 10,84% des voix du corps électoral, le PPE obtient 40,27% des sièges Français au parlement. Le PSE obtient 19,44% des sièges avec 6,41% des voix du corps électoral et c'est le second parti.

      Dire qu'il y a encore des naïfs qui s'imaginent que nous vivons en démocratie.

      Supprimer
    6. @Seghux: ah mais peu importe, le gauchiste te répondra que c'est le jeu et que les règles de la démocratie et du suffrage universel sont respectées, donc pas de problème. La faute incombe à ceux qui n ont pas été voter; point sur lequel je suis d accord avec le gauchiste

      Supprimer
  11. @claude-henri17 "espérons que oui" dites vous. J'en déduis que vous êtes un incorrigible optimiste :-)

    RépondreSupprimer
  12. Voilà qui est dit. Et bien dit :-)
    Mais ça change quoi dans toutes leurs imbécilités ? Ils continuent de plus belle !...
    Si seulement le ridicule pouvait enfin tuer...

    RépondreSupprimer
  13. Serait-il possible qu'au moins une des propositions soit voté par l'UMP et pas par les socialistes, qu'on rigole un peu? Si cela permettait de limiter la casse budgétaire quand ils répondront les rênes?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen