vendredi 11 avril 2014

A propos du fascisme et de sa banalisation...


Marine Le Pen avait porté plainte contre Mélenchon qui l'avait traité de fasciste. Elle a été déboutée et Melenchon peut donc continuer de traiter la Marine de fasciste. Cela lui est désormais permis. 

Par contre, moi ou bien toi qui me lis, nous ne pouvons pas traiter notre voisin de fasciste quand bien même il aurait le regard torve, les cheveux coupés courts et le pas cadencé lorsqu'il promène son chien, sans doute un berger allemand nommé Zig ou Heil. Ceci dit, je suis en retour protégé de cette insulte devenue trop banale: un esprit simplet ne pourra pas non plus venir sur ce blog et me traiter de fasciste sous prétexte que j'aurai émis l'idée qu'il pourrait y avoir un peu trop de divers gare du nord à Paris. 

Étonnant, non ? Par quel miracle Mélenchon, Besancenot ou le socialiste bas du front auraient-ils le droit de traiter la Marine et ses sympathisants de fascistes alors que vous et moi ne bénéficierions pas du même droit pour stigmatiser des gens que nous souhaiterions ainsi, mais bêtement, qualifier ? 

C'est du jugement rendu par le tribunal dans l'affaire Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon qu'est advenu ce miracle. Le tribunal, dans sa grande sagesse et impartialité, a estimé que si le terme "fasciste" peut éventuellement être considéré en droit comme une injure, il estime aussi dans son jugement que cela dépend du contexte: 

"Si le terme "fasciste" peut prendre une connotation outrageante quand il est utilisé en dehors de tout contexte politique ou s’il est accompagné d’autres termes dégradants, il est, en revanche, dépourvu de caractère injurieux lorsqu’il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique". 

Vous avez compris ? La justice autorise donc que l'on qualifie gratuitement quiconque de fasciste pourvu que cela soit entre adversaires politiques discutant de sujets politiques. Et uniquement. 

C'est extraordinaire, nous voici dans un pays où la justice autorise entre politiques (mais pas entre "civils", merde, tout de même, dès fois que l'on en abuse) la banalisation d'une des pires saloperies que l'homme ait été capable d'inventer au siècle dernier. 

De là où ils sont, j'en connais deux qui doivent se marrer... 

On vit une époque formidable. 

Folie passagère 2226.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

11 commentaires:

  1. Amusant! On ne peut traiter quelqu'un de fasciste que si c'est politique. Quels autres termes bénéficieraient d'un telle tolérance? Stalinien? Trotstskiste? KGBiste? Ou mieux: député? Enarque? Electeur? Contribuable?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: amusant si l on veut. ce qui est sur c'est qu effectivement je peux traiter n importe qui de stalinien sans aucun problème par contre avec fasciste...

      Supprimer
  2. MLP a fait appel du jugement , donc à suivre , imagines à AN si ils se traitent de nazi , faciste et autre noms bizarre , ce juge aura droit à sa photo sur le Mur Des C....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: ah non, nazi, c'est gros mot alors que fasciste, dans la bouche d un mélenchon, no problemo.
      Elle afait appel, grand bien, nous verrons mais le mal est fait, elle peut être traité de fasciste par un mec dont les inspirateurs n ont rien à envier à Benito
      Petit juge !

      Supprimer
  3. bonsoir
    ce qu'il faut remarquer c'est que à quelques jours d'intervalle, Renaud Camus a , lui, été condamné pour incitation à la haine raciale pour ses propos sans insultes concernant le "grand remplacement"
    Faut-il rappeler ici qu'il n'y a jamais de justice tout court, mais seulement un justice d'homme.
    c'est à dire une justice qui est RELATIVE au groupe d'homme qui dirige.
    Il est clair que les pétinistes dirigent .
    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jmespe: j ai vu pour Camus.
      Il ya certes une justice faite d homme mais il y a il me semble du deux poids deux mesures auquel nous nous habituons mais surtout une aberration monumentale de la part du juge: il aurait du condamner l utilisation du mot en TOUTES circonstances.
      Avec ce jugement il autorise la banalisation du fascisme puisque non seulement il autorise les politocards a se taper dessus avec mais dès lors pourquoi en priverait-il le pékin moyen qui saura s en servir puisque on lui montre l exemple

      Supprimer
    2. 1- "deux poids deux mesures auquel nous nous habituons"
      je pense que nous en sommes à l'étape (pire) au dessus : la france "multiculturelle" est plutôt multi-civilisationnelle
      ton bien est mon mal (gauche)
      ton mal est mon bien (droite)
      mais en fait, il n'y a plus UNE justice qui serait simplement tordue dans un sens ou dans l'autre suivant le gouvernement en place, il y a bien DEUX justices différentes dont une seule est appliquée (celle de gauche)

      2-"la banalisation du fascisme"
      c'est le risque de crier au loup !
      vous noterez que les gauchistes dévaluent TOUT ce qu'ils touchent : depuis la nation en passant par le bac
      avec aussi la famille et la valeur travail
      Et donc ils dévaluent aussi le mot "fasciste"

      cldt

      Supprimer
    3. @jmespe:

      1) ns sommes d accord, dès lors que les magistrats sont formatés à gauche dès l école de la magistrature, la justice rendue depuis des decennies est marquée à gauche. Quant aux deux poids deux mesures, nous avons atteint des sommets depuis le 6 mai 2012 et nombreux sont les exemples qui le prouvent que ce soit ds les paroles des socialos que dans leurs actes.
      2) Pour moi la chose est entendue depuis longtemps, la gauche c'est le nivèlement par le bas, la banalisation de ce qui ne doit pas être banalisé et la "sacralisation" de foutaises telle que par exemple " nous sommes tous égaux et si nous le sommes pas, on fera en sorte de l étre"

      Supprimer
  4. .."deux poids deux mesures auquel nous nous habituons",
    je ne sais pas si on peut le dire : les gens de pouvoir nous donnent à voir des comportements de plus en plus inadmissibles, on croit sans cesse avoir voir le pire, et pourtant ils vont toujours plus loin, et ils rendent notre colère permanente.
    SarkoFrance se pose la question de savoir quand la coupe est pleine : je dirais qu'il s'agit de savoir de quoi nous pouvons avoir le plus honte : quand nous soutenons les comportements honteux de peur d'être "traité" ? ou quand nous n'avons plus peur d'être "traité" par les pires imbéciles ? Quand on voit quel niveau d'imbécillité atteignent ceux qui traitent de "fasciste" tout ce qui bouge ! et à quel niveau d'intelligence et d'humanité se tiennent ceux qui sont traités !
    L'important est de savoir qui traite qui et de quoi, car le sens du mot s'est perdu derrière la signification qu'ils lui attribuent.
    C'est pourquoi je dis à Harlem § consorts : traitez-moi, ce sera un honneur !


    RépondreSupprimer
  5. Le plus étonnant dans cette histoire fut que le plainte ait été jugée recevable.
    Marine Le Pen, plutôt que de saisir une justice qu'elle ne cesse de villipender, pouvait parfaitement s'octroyer le droit de répondre à la crétinerie de l'offenseur en l'invectivant aussi. C'est là le privilège moral de l'offensé.

    Mais, la position la plus intelligente aurait été de mépriser totalement les propos du Méchancon car, parler en bien ou en mal d'une personne, c'est déjà la faire exister. Le mépris est plus fort que la haine.
    En tout état de cause, le salut de la France ne ressortira pas de cet arc politique nauséabond qui part de l'extrême droite de la connerie à l'extrême gauche de la crétinerie en passant par les autres partis.

    RépondreSupprimer
  6. renaud camus condamné, marine le pen condamnée, les gens de closer en correctionnelle, jo-adolphe melanchon relaxé !
    je crois qu'il y a des têtes qui appellent les piques pour les y ficher !

    o+o+o
    il n'y a plus de bastille prenons l'elysée-matignon !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen