samedi 5 avril 2014

Quand le peuple de France crie dans le désert


Les dimanche 23 et 30 mars derniers le peuple de France a parlé à son Président. D'aucuns ont même admis qu'il s'est exprimé clairement. Mais nos politiciens de gauche comme de droite et nos media sont déjà passés à autre chose. 

Laissons-les donc gloser sur ce non-remaniement où Hollande donne toute la mesure de son habileté à manipuler les socialistes comme un enfant empile, range ou jette les pièces de son jeu de cubes, et essayons de comprendre ce que le peuple a voulu dire à ceux qui le gouvernent. 

Comment en effet expliquer cette « déroute sans précédent dans les annales municipales » sans lier cet échec à l'échec moral du socialisme à la française dont Rémy Brague, dans un entretien accordé au Figaro dit : « J'ai pour le socialisme un grand respect : il visait à la justice pour le prolétariat misérable. Mais ses partisans ont, dans les années 1970, abandonné cette quête lorsqu'une partie d'entre eux a compris que le problème social était soit déjà résolu, soit insoluble, soit ne dérangeait pas les privilégiés qu'ils étaient. Aujourd'hui, le Parti socialiste est devenu un parti sociétaliste qui sert à satisfaire les caprices des bobos. » 

De fait il existe un contraste saisissant entre les sociologies de certaines villes embourgeoisées comme Paris, Lyon, Nantes, Rennes ou Lille qui toutes ont voté socialiste et d'autres perdues pour le parti socialiste comme Nevers, pourtant la ville de Pierre Bérégovoy, ou Conflans-Sainte-Honorine, la ville de Michel Rocard, ou Roubaix et Tourcoing, véritables bastions de cette puissante fédération socialiste du Nord. Et que dire de Grenoble gagnée par les écologistes ? 

Si la majorité des villes qui sont restées à la gauche sont fortement désindustrialisées et comptent de nombreux cadres – les fameux bobos – les villes plus périphériques, elles, dont l'électorat est formé de « petits Blancs » - ouvriers, employés, petits paysans, chômeurs, jeunes, retraités - que le pouvoir socialiste a abandonnés. Face à eux, des catégories de Français issus de l'immigration extra-européenne, objet de toute son attention car reconnus par le pouvoir socialiste comme devant constituer son nouvel électorat, ainsi que l'avait préconisé son think tank, Terra Nova. 

Et de fait, selon l'IFOP, 86% des Français musulmans ont voté pour Hollande au second tour de la présidentielle. Alors comment expliquer que des villes comme Aulnay-sous-Bois, Bobigny ou Villejuif, entre autres, véritables fiefs de la gauche, soient passés à droite ? Comment expliquer les abstentions record – 54% à Villeurbanne, 58% à Saint-Denis, 59% à Bobigny – si ce n'est que ces populations ont été indignées par les lois sociétales qui leur ont été imposées : mariage homosexuel, promotion de la théorie du genre à l'école ? 

Quant à ces villes du Nord ou du Midi – Hénin-Beaumont, Fréjus, Béziers - qui ont élu des maires soutenus par le Front National, elles « ont en commun d'être des territoires de grande fragilité économique » comme l'écrit Christophe Guilly. La question identitaire est d'autant plus importante dans ces villes que la population y est, en quelque sorte, « assignée à résidence » à cause de ses faibles moyens économiques. Mais comme l'explique très bien Aymeric Patricot (Valeurs Actuelles du 9 janvier 2014) : « Le paradoxe du « petit Blanc » est qu'il a conscience d'avoir une culture propre, mais qu'on lui interdit de la reconnaître. Cette population se caractérise surtout par une forme de désespoir et de décrochage vis-à-vis de la politique. » 

Il n'est pas sûr que le gouvernement Valls sera capable de prendre la mesure du problème, d'autant que toutes les ondes et tous les écrans ne bruissent que du pacte de ceci et du pacte de cela et que le plus prestigieux de nos magazines fait sa couverture avec le portrait du si séduisant couple Valls ! 

Combien faudra-t-il encore de raclées électorales pour que cette classe politico-médiatique daigne redescendre sur terre parmi nous ?

Quand le peuple de France crie dans le désert par Marianne Arnaud
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

(Ce billet  devait paraître initialement sur le blog Temps et Contretemps mais pour des raisons indépendantes de sa volonté, Jacques Benillouche n'a pu procéder à sa publication)

Couverture magazine Paris Match
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

16 commentaires:

  1. Merci, mon cher Corto !
    A vrai dire je n'en attendais pas moins de vous et de votre générosité qui, pour moi, est devenue légendaire !

    RépondreSupprimer
  2. Très beau titre, et titre poignant, quand on mesure l'abîme entre ce cri et ce que ce pouvoir en a fait : il le lui a renfoncé dans la gorge, en plus en rigolant et en se congratulant.
    Je viens de passer chez R. Blachier qui attribue la défaite à "un mauvais vent", tellement dressés qu'ils sont à loger dans l'autre la haine et le mépris dont ils sont eux-mêmes emplis.
    Je parle là surtout des élus et responsables politiques qui tirent leur subsistance de cette manipulation d'opinion, et pas de l'ensemble de leurs (maintenant anciens) compagnons de route, qui les regardent, effarés. Et que j'admire, d'oser se dédire, car même quand ils pestent contre la "vallsification de la gauche" c'est aussi une manière d'atténuer la souffrance.
    Mais c'est une clairvoyance partagée, entre gauchistes et droitistes, et l'UMP qui se rengorge ne perd rien pour attendre, je l'espère. On peut toujours espérer qu'une nouvelle race de politiques, enfin dans le même bateau que le peuple, émerge du chaos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @geneviève: sais tu sans doute que R Blachier, sauf à avoir été battu aux municipales est élu socialiste de Lyon et l'archétype du gars qui ne voit rien de ce qui ne correspond pas à sa matrice, m^me pas manipulateur en ce qui le concerne, juste dans"leur" bulle.
      Par ailleurs quand on entend un Emmanuelli ou un Filoche, pour ne citer qu'eux, on comprend la réelle fracture qu il y a au sein du PS. Implosion à venir ?

      j'aimerai croire comme toi à l émergence d une nouvelle race de politiques, à droite comme à gauche, mais j ai encore des doutes même si j en vois poindre quelques uns.

      Supprimer
  3. Bel article, si juste, qui exprime parfaitement ce que je pense. Merci !
    Et merci Corto pour ce blog dont je lis tout, articles et commentaires, presque toujours en parfait accord.

    RépondreSupprimer
  4. @Marianne: mais de rien !

    un sondage paru dans La Croix montrait que 45% des croyants non catholiques et donc essentiellement muzz avaient voté à droite aux municipales ! à mettre en parallèle avec les muzz qui votèrent à 86% pour pépère. Il semblerait que Terra Nova et les socialos n'avaient pas prévu puis totalement sous estimé les dégâts colatéraux du mariage zinzin

    RépondreSupprimer
  5. Bravo Marianne !
    Très bel article, en parfait accord avec ce que je pense, comme beaucoup de Français, semble-t-il...
    Donc diamétralement opposé aux actions et théories fumeuses de nos stupides z'élites.

    Quant au titre, on n'aurai pu trouver ni plus juste, ni plus adapté.
    Bravo encore. Et merci. :-)

    RépondreSupprimer
  6. Euh, je crois qu'ils savent ce que veut le peuple. Mais eux ne le veulent pas car leur destination n'est pas la nôtre. Tout sera bon pour nous faire prendre le "bon chemin": la menace, la coercition, et plus si nécessaire.
    Les ennemis d'hier: les internationalistes pour la gauche, les mondialistes pour la droite sont aujourd'hui alliés et travaillent de concert (même politique, même propagande métissolâtre et sans frontières). Ceux qui s'écartent de la voie sont voués aux gémonies et aux lendemains qui déchantent.
    Les élections? Regardez ce qu'ils en font.

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Page: " Tout sera bon pour nous faire prendre le "bon chemin" " j aurai plutot dit " tout est bon pour qu ils gardent le pouvoir": la menace, la coercition, etc...

      Les élections ? les mêmes qui crient depuis 20 ans à la montée des abstentions qui finalement les arrange bien

      Supprimer
  7. Théoriquement mardi nous saurons à quelle sauce nous serons mangé en attendant les bruits de couloir nous font entendre que Aubry pas du tout contente d'avoir un Valls 1er ministre , qu'un Désir ne reconnait pas qu'il est en parti responsable de la chute du PS , qu'à Grenoble les nouveaux cocus qui ont voté Ecolo grognent , il serait question de retirer toutes les caméras de surveillance etc .. Un gouvernement pas encore en place et l'impression que rien ne changera jamais jusq'un 2017 .
    Comme m'a dit un ami pied noir il ya quelques années " tu as de la chance d'être blanc" je vais lui retourner le compliment " tu as de la chance d'être 'gris' .
    Nos ancêtres ne sont plus gaulois depuis 2012 ils ont changé de continent .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: je serais bien surpris qu ilsne votent pas comme un seul homme la confiance , dans le cas contraire, il faudrait repasser par les urnes: dissolution puis législatives, ils n y ont aucun intérêt tant les rangs de la gauche seraient décimés. La soupe est bonne au parlement.

      Supprimer
  8. si ce n'est que ces populations ont été indignées par les lois sociétales qui leur ont été imposées : mariage homosexuel, promotion de la théorie du genre à l'école ?

    Et si n’est aussi que lesdites populations ne sont pas encore majoritairement représentées en tête de listes.
    A défaut, leur choix s’est reporté sur les moins enclins aux réformes sociétales, en attendant d’avoir suffisamment d’élus hostiles à ces progrès et qui pourront, le moment venu... les annuler ou les amender considérablement.

    Parallèlement à la surmédiatisation de la montée « en épingle » du FN, je suis étonnée que nos médias télévisuels, n’aient pas salué la progression des « minorités visibles »

    http://www.boursorama.com/actualites/stains-azzedine-taibi-premier-maire-d-origine-algerienne-du-93-6677093b1961b567d46cc9f608fbd1d7
    Avec quatre maires dans des villes de plus de 30.000 habitants, les minorités visibles - d'origine maghrébine ou africaine notamment - ont progressé lors des élections municipales malgré une vague bleue qui leur était défavorable. Parmi eux, Azzédine Taïbi (Union de la gauche) nouveau maire de Stains, en Seine-Saint-Denis.

    A noter que sur son blog, Azzedine ne nous renseigne pas sur sa position envers le mariage pour tous mais il déclare
    : "Le PCF a toujours soutenu les opprimés. Pour moi, être communiste, c’est défendre des valeurs fortes : la justice sociale, la fraternité, la solidarité, la laïcité » Attendons de voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Mireille: ma conviction est faite et l impression de me répéter parfois mais je suis certains que les socialistes ont complètement sous estimé l'opposition au mariage zinzin et aux bizarreries sociétales qu ils ont mis ou voulu mettre en place. Crise économique et chomage de surcroit, ils n ont pas fini d en payer les conséquences

      Supprimer
  9. AVIS ! suis-je bête j allais oublié. grand succès des années 80, presque prémonitoire:

    http://youtu.be/Mkzw7Wop9pU

    "Quand j'lui ai demandé son message, il m'a dit d'un air tranquille :
    Les politiciens finiront tous au font d'un asile
    J'ai compris que je pourrais bientôt regagner la ville." Capdevielle

    RépondreSupprimer
  10. Et quand la police crie presque dans le désert., elle demande à une jeune femme seule de se disperser, place Vendôme jeudi dernier.
    On atteint des sommets.

    http://www.ndf.fr/article-2/05-04-2014/video-place-vendome-jeudi-dernier-plus-ridicule-que-jamais-la-police-demande-a-une-jeune-femme-de-se-disperser?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.U0AvJVdcLac

    JPB

    RépondreSupprimer
  11. Chers amis commentateurs,

    Décidément ce billet était voué à avoir des difficultés. Après la défection de Jacques Benillouche qui heureusement n'est pas due à la maladie mais plutôt à des vacances, voilà que des impondérables m'ont tenue, moi aussi, loin de l'ordinateur aujourd'hui.
    Quand j'ai enfin pu m'en approcher c'est pour me rendre compte que Corto avait pris, et avec quel talent, le relais pour répondre à vos commentaires.
    Il ne me reste donc plus qu'à le remercier ainsi que vous - Geneviève, VMH, Franzi, Le Page, claude-henri, Mireille à qui je dis coucou, et JPB.
    Je suis sûre que nous allons tous nous trouver ensemble à commenter le prochain billet de Corto, à qui je renouvelle encore tous mes remerciements.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP