samedi 17 mai 2014

Jérôme Kerviel, un homme pas tout à fait saint.


Rendez-vous compte, son papa est mort dernièrement et sa maman ne va pas très bien alors Jérôme Kerviel, il a été à la messe ce matin. Les médias qui se repaissent de son épopée, après l'avoir si bien grillé il y a 6 ans, n'ont pas été jusqu'à nous dire de quelle couleur étaient ses chaussettes en ce jour de recueillement, mais patientons, cela devrait venir. Nous savons déjà que son sac à dos est rouge, qu'il fume comme un troupier, qu'il a dormi dans un petit hôtel du côté de Vintimille et que le déjeuner qu'il prit à midi fut long mais partagé avec une douzaine de convives. Vers 14h, après le café, il a repris sa longue marche qui devrait, après 12 km, le mener à Menton où il doit se rendre, au propre comme au figuré, chez les keufs pour être embastillé.

Comme la peine que lui a infligé la justice le prévoit: trois ans de zonzon ferme et deux avec sursis.

Voyez-vous, le personnage commence à me fatiguer ainsi que toutes les récupérations dont il est l'objet. Combien de fois avez-vous entendu ce bout de phrase: "Après sa rencontre avec le Pape...", une rencontre qui s'est limitée à 20 secondes sur la place Saint Pierre, une barrière séparant le Pape François et Kerviel et juste quelques mots échangés. Aurait-il été touché par la Grâce, notre ex-trader ? Comment le savoir. Lui en tout cas, s'est chargé de nous le faire savoir: allez, zou, ni une, ni deux, le voilà parti par les chemins, seul devant les caméras mais bien accompagné, en route pour Paris, à pied et sac au dos. Certains font Compostelle, Kerviel fait Rome-Paris en guise de chemin de croix. Prière d'y croire. Merci.

Et quand bien même il eut été caressé par le Saint Esprit, que nous vaut cette couverture médiatique délirante ? En quel honneur? Les médias se seraient mis d'un coup, comme ça, à suivre avec respect celui qu'ils pourchassèrent pendant des mois. Y  a bon pour l'audience: l'enfoiré de trader qui marche pour expier ses péchés et son passé de pourri de la finance. Pas fou le Kerviel, la marche fut programmée et annoncée avec un bon avocat-attaché-de-presse et roule ma poule, "l'enfoiré" d'hier devient banckable pour le show. Et pas de star sans choristes...

Le feet-trip a été bien pensé. Au départ, il était seul, nous dit-on. Puis on lui a adjoint quelques aficionados bien choisis: des rencontres sur le chemin, des gens compatissants bien sûr, puis un curé, le père Gourrier, puis un Monseigneur, le très médiatique Di Falco, puis quelques gauchistes. L'alliance du goupillon, de la faucille et du marteau en la personne du bras droit de Mélenchon, Alexis Corbière qui prendra sur ses vacances - tout de même - pour rejoindre le pas tout à fait saint homme... "qui ne doit pas aller en prison".

Comprenez bien, et Corbière ne fait que reprendre les mots de Mélenchon, "Kerviel est innocent, ce garçon est innocent" ! Le coupable, c'est la finance et ses salauds de banquiers, "ce contre-prolétariat, cette classe bâtarde d’agents de la sphère financière". Les voilà aujourd'hui se servir de Kerviel, le "petit maillon", quand ils le mirent plus bas que terre au moment de "l'affaire". Et Kerviel qui a oublié d'être bête le sait parfaitement: si être l'instrument du Front de Gauche, ses adversaires d'avant, peut l'aider à ne pas aller au zonzon, alors, pourquoi pas.... 

Les petits curés eux aussi ne sont pas en reste: l'homme qui marche, "expiant ses fautes", direction la rédemption. Quelle belle histoire. Il a fauté, l'a reconnu, qu'il soit pardonné. Monseigneur di Falco, en désaccord avec la Justice des Hommes, ne comprend pas et dégaine son évangile: "Certains s'étonnent de voir des prêtres au côté de Jérôme. J'ai répondu à ceux qui s'étonnent qu'ils n'ont sans doute pas connaissance des évangiles: Un pécheur dit à Jésus: j'étais en prison et vous n'êtes pas venu, il aurait pu dire : j'ai été condamné et vous n'êtes pas venu me voir". Et comment ne pas être attendri par les mots du bon père Gourrier que l'évêché a mis en congé de sa paroisse pour qu il puisse marcher avec Kerviel: "Je n'imagine pas que Jérôme puisse aller en prison..." Pas Kerviel, pas Jérôme Kerviel, ... Jérôme, tout simplement. 

Le magazine La Vie conclu un bel article sur notre marcheur par ces mots: "Agé de 37 ans, Jérôme Kerviel n'est pas père de famille. Il le souhaite pourtant depuis longtemps, mais le tsunami de 2008 a mis entre parenthèses toute concrétisation de ce projet. (...) Une fois l'épreuve terminée, la réparation effectuée, il pourra passer à autre chose. A la vraie vie." C'est beau, on aimerait aider Jérôme à trouver l'âme sœur, n'est-il pas si séduisant; aujourd'hui ? 

Si l'élan de sympathie pour Jérôme n'est pas encore populaire - après tout, il a quand même merdé et a été condamné par la justice - il ne devrait pas tarder à l'être car Kerviel a tiré une nouvelle cartouche, peut-être la dernière: il a écrit à Président. Il demande la grâce présidentielle. "Au moins jusqu'à ce que toute la lumière soit faite sur les éventuels manquements de la Société Générale..". Et tant pis si la justice, en cassation, a déjà fait toute la lumière... 

Et Voilà que le rusé mais toujours-pas-Saint-Homme refile la patate chaude à Président. 

Comment l'homme dont le seul adversaire est la finance pourrait-il ne pas gracier l'homme qui fut, avant tout, tous le disent, la première victime de cet ennemi ultra-puissant. Et puis, de la prison, Kerviel nous dit qu'il a déjà effectué sa peine car avant, voyez-vous, l'ennemi, la finance , l'avait déjà emprisonné: "Dans ma tronche [du temps où j'étais trader], j'étais enfermé physiquement.aujourd'hui, je me sens libre, je suis serein." 

Président saura-t-il pardonner ? Nous verrons. " Sa demande sera examinée". 

Après nous avoir dit qu'il n'avait pas peur de la prison et qu'il se rendrait, comme convenu au commissariat de Menton, Kerviel a annoncé cet après-midi qu'il resterait en Italie en attendant la réponse de Président. Premier faux pas dans ce parcours (de rédemption) sans faute ? 

Jérôme Kerviel était trader, un bon trader; il savait parfaitement ce qu'il faisait. La Société Générale aussi.

Folie passagère 2285.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

30 commentaires:

  1. Il savait ce qu'il faisait, la Société générale aussi qui lui a demandé de jouer pour elle en échange d'un bonus s'il gagnait. Ils ont tous les deux perdu. Pourquoi la SG se retourne-t-elle contre lui. S'il avait gagné avec ses méthodes "limite", qui se serait plaint? On se croirait dans un mauvais film d'espionnage: "Si vous acceptez cette mission, sachez que si vous vous faites prendre, on niera vous connaître".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: tu as parfaitement saisi, selon moi, le truc. Kerviel joue sur du velours: le petit contre les méchants en oubliant qu'il en a croqué à fond tant que la machine ne se grippait pas.

      Supprimer
    2. Bien sûr qu'il en a croqué à fond. C'était la récompense en cas de gain. Si je donnais à un type qui me dit avoir une martingale du pognon pour jouer au casino pour moi en lui promettant un pourcentage des gains, je serais mal venu de lui demander de me rembourser mes pertes.

      Supprimer
  2. Et même si vous aviez à 100% raison, mon cher Corto, il n'en reste pas moins qu'on a essayé de nous faire croire qu'un jeune homme de trente-deux ans, qui avait fait des études médiocres , a pu à lui tout seul, risquer de mettre en faillite la Société Générale, sans qu'aucune des têtes d'oeuf de sa hiérarchie n'y voie que du bleu.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que Fik a mieux compris que vous ce qu'il se tramait, mon cher Corto.
    Kerviel essaie de sauver sa peau.
    La Générale essaie, bien mal, de défendre la crédibilité de sa banque qui, il faut le reconnaître, en a pris un sacré coup dans cette histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marianne: Je ne cherche absolument pas à défausser la SG de ses responsabilités, j ai même, sur ce blog dans le passé défendu Kerviel Mais je n oublie pas quatre choses: la première, c'est que et Kerviel et la SG y ont trouvé leur compte tant que la combine marchait et rapportait, La deuxième, c'est que par trois fois, la justice a condamné Kerviel, La troisième, c'est que Kerviel (et la SG) savait pertinemment ce qu il faisait,et cela ne l a jamais perturbé tant que ça marchait. Enfin la quatrième, c'est qu il avait dit que dès que sa marche l aurait conduit a son terme, il se rendrait à la police, on voit ce qu il en est. Il est peut-être en pleine rédemption mais sait aussi pleinement jouer des médias, médias qui nous le vendent presque aujourd'hui pour un saint.
      Fik dit qu il se protège,? depuis le temps, s'il avait fallu, il serait déjà passé de vie à trépas. Il essaie juste d éviter la prison qui lui fait bien plus peur qu'il ne le dit.
      Tout cela n enlève rien aux accusations que je partage vis a vis de la SG.

      Supprimer
    2. @marianne: Et je viens de lire un blogueur de GVT qui est globalement parfaitement d accord avec moi, c'est vous dire si je ne me plante pas ! na !

      Supprimer
    3. Vous ne cherchez pas à "défausser la SG", mon cher Corto, mais vous faites la balance égale entre Kerviel d'un côté, et la SG de l'autre, sans que le déséquilibre de cette situation ne vous gêne plus que ça.
      Or une fois de plus on a pu constater, en suivant cette affaire, que dans note pays, si le procès à charge est très bien instruit, c'est une toute autre question lorsqu'il s'agit du procès à décharge.
      Et force est de constater que ce genre de procès est toujours ramené au procès du pot de terre contre le pot de fer.

      P.S. Depuis quand mesurez-vous la valeur de ce que écrivez à l'aune de ce qu'écrivent les blogueurs de GVT ?

      Supprimer
    4. @marianne: je me fous comme de l an 40 de la SG qui a dans cette affaire été en dessous de tout. Là, nous sommes d'accord. Que le procès de Kerviel est été plus à charge qu'à décharge, je n'en doute pas non plus, ça parait évident.
      Ceci dit, Kerviel joue sur du velours: le pauvre trader entubé par sa chaîne hiérarchique et par le grand capital. Il joue de cela avec l opinion publique, depuis le début de cette histoire, C'est d'ailleurs comme le disait un chroniqueur judiciaire ce matin sur itélé la seule option de défense qu il a. Ce même chroniqueur qui avait peut etre lu mon billet puisqu il employait les mêmes mots que moi ( saint, rédemption, etc...). Dans tout cela, on ne doit pas oublier que Kerviel faisait le job, l'acceptait, profitait des primes qu'il touchait sans que cela ne le perturbe le moins du monde, il savait très bien ce qu il faisait et les risques qu il prenait. Sa direction est fautive car elle l'a laissé faire plus que de raison mais c'est Kerviel qui a passé les ordres en toute connaissance des risques qu il prenait.
      L'image de Pangloss, plus haut , de l espion est assez adéquate.Vous acceptez la mission mais si ça merde, on ne vous connaîtra pas..
      Alors qu'il se batte pour que toutes les responsabilités soient bien établies, si tant est que cela ne soit pas déjà fait ( par trois fois la justice a tranché ) mais qu il n essaie pas de passer pour le saint qu il n est pas.

      NB: Depuis quand ? et bien depuis hier lorsque j ai lu son billet et constaté que pour une fois nous étions d accord. De la même façon que ce chroniqueur, un avocat je crois, était d'accord avec moi.

      Supprimer
  4. Kerviel pourra revendiquer une remarquable réussite : celle d'avoir réuni dans un même combat des hommes d'église et des ténors de l' extrême gauche.
    F. Hollande semble prêt à faire tout ce qui sera en son pouvoir pour que la patate chaude soit vite refroidie, proposant une grâce Présidentielle éventuelle, que Kerviel ne lui demande pas... Je remarque que c'est ce dernier qui pose ses conditions depuis l'Italie à "moi Président" Cela me rappelle l'affaire Léonarda

    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Mireille: Que le FDG exploite l histoire Kerviel, rien d étonnant et Kerviel en joue. Que l'église le soutienne, là je suis beaucoup plus dubitatif. Faudrait savoir tout de même, le gars par trois fois a été jugé, par trois fois il a été condamné, qu'est-ce qui autorise le petit curé à remettre en cause ces jugements? Une pseudo rédemption qui demande à être prouvé ? Le combat contre les forces de l'argent ? Taratata, que l église l'accompagne dans sa " souffrance ", je veux bien, mais pas dans une campagne de blanchiment médiatique bien orchestrée qu il ne mérite pas.
      par contre, oui, ce n est pas sans rappeler , toute chose égale par ailleurs, Léonarda. vas-y Pépèré, je te mets la pression par médias interposés, ça passe ou ça casse. la réaction de Kerviel ce soir pourrait bien faire foirer toute cette opération.

      Supprimer
    2. "... Faudrait savoir tout de même, le gars par trois fois a été jugé, par trois fois il a été condamné ..."
      Vous faites encore confiance à la justice de notre pays?

      Popeye

      Supprimer
    3. @Popeye: moi, on me répète tous les jours que la justice fait son boulot, alors j y crois :)

      Supprimer
    4. @Popeye: je rappelle aussi que le juge qui a fait l instruction, Van Ruymbecke, est réputé pour ne rien laisser de côté quand il s agit de délinquance financière

      Supprimer
    5. J'ai lu (et même relu ce week-end) le plaidoyer "pro-domo" (titre : l’engrenage) écrit par Kerviel. Je suis lucide sur la nature de l'écrit, mais le gars en question fait ce qu'il peut pour sauver sa peau, à tout le moins sa santé psychologique, dans la tempête qui s'est levée.
      Ce plaidoyer laisse quand même quelques questions en suspens. Ce que j'en retiens :
      - la hiérarchie de la SG avait toutes les informations nécessaires pour savoir que Kerviel était en moins-value latente de DEUX MILLIARDS ET DEMI fin juin 2007, et avec le retournement de marché, ses positions sont passées excédentaires fin juillet à concurrence de UN MILLIARD ET DEMI.
      - Toutes ces données étaient dans le système opérationnel, dans le système comptable et dans le système de trésorerie. Elles montraient que Kerviel avait atteint ce résultat en pétardant allègrement toutes les limites d’engagement qui lui étaient théoriquement imposées.
      - Ces positions étaient tellement importantes qu’elles ont été détectées par la bourse de Francfort, qui a interrogé la Société Générale afin d’avoir les explications relatives au fait qu’un seul opérateur donnait à lui seul le sens du marché ; les questions ont été posées par deux fois au cours de l’automne 2007.
      - Il a débouclé une partie de ses positions à ce moment (fin juillet 2007), ce qui fait qu'il a réellement engrangé un milliard et demi de bénéfice.
      - Fin 2007, il a voulu garder une bonne part de ce pactole pour assurer ses objectifs de l'année d'après (2008, donc), a saisi des positions en contrepartie de ce montant, en laissant le nom du bénéficiaire à « en attente », de la même manière il n’avait pas réellement couvert ses opérations dites « directionnelles » (autrement dit de la spéculation pure en prenant un pari sur l’évolution du cours d’une série de titres ou d’instrument financier) en laissant les bénéficiaires des opérations « en attente » avant d’annuler ces contreparties. Ce faisant, et en conservant jusqu’à trois semaines ces bénéficiaires « blancs » il contrevenait certainement à des règlement internes : il n’a pas été interpellé par le contrôle interne, ni par sa hiérarchie. Et pourtant, Kerviel produit des courriels qui prouvent que la question a été évoquée entre la hiérarchie et les services de contrôle.
      - La « justice de mon pays » a donc considéré par trois fois que laisser des bénéficiaires en blanc étaient constitutif du délit d’introduction de fausses données. Ce qui est très exactement la position de la Société Générale. Je ne suis pas un spécialiste de la jurisprudence en ce domaine, mais ça me semble assez extrême.
      - Sauf erreur de ma part, l’introduction frauduleuse dans un système informatique n’a pas été retenue, puisque les données ont toutes été saisies dans le système auquel avait accès Kerviel, sous son propre profil.
      - Parmi les questions que je me pose, pourquoi la SG n’a pas demandé à étendre l’incrimination à la hiérarchie, a tout le moins pour complicité ? Et pourquoi le juge d’instruction n’a pas jugé nécessaire de le faire ?
      - Le déroulement de l’instruction laisse également pantois : pourquoi le juge Van Ruymbecke a refusé TOUTES les demandes d’expertises indépendantes et TOUTES les demandes de communication de pièces de la défense de Kerviel ? La défense n’a pu découvrir la totalité des pièces qu’au moment du renvoi devant la chambre correctionnelle…

      1 sur 2
      Popeye

      Supprimer
    6. 2 sur 2
      (désolé d'avoir été trop long)
      - Kerviel penche pour une véritable sidération intellectuelle du juge van Ruymbecke pour expliquer un comportement qui a pour le moins surpris maître Olivier Metzner (qui avait déjà eu affaire à lui) quand il a au final récupéré la défense de Kerviel.
      - Les conditions de sa mise en détention provisoire sont également croquignolettes : apparemment, certains détenus de la section VIP de la Santé étaient au courant de son arrivée (notamment par la préparation d’une cellule) avant même que la chambre d’instruction ne se rassemble pour statuer sur sa mise en détention provisoire.

      Alors je constate que dans le traitement de cette affaire, le lampiste Kerviel a mangé chaud pour tout le monde, a servi de bouc-émissaire bien pratique à la Société Générale pour éviter que l’on ne s’intéresse d’un peu trop près à la réalité des pratiques de la banque.
      Quant à faire encore confiance à la justice de mon pays…

      Popeye

      Supprimer
    7. @ Popeye
      Parfaitement d'accord avec cet exposé. Résumé...
      Le fond du problème est justement dans ces "pourquoi". Dont nous n'aurons probablement jamais la réponse.

      J'ai une autre question destinée à la bienveillante protectrice des assassins en tout genre :
      Comment se fait-il que, les prisons étant prétendûment surchargées, on puisse illico presto embastiller un lampiste de la SG, tout comme on l'a fait pour de pacifiques manifestants. Et, dans le même temps, libérer systématiquement toute une flopée de criminels, tous récidivistes et plus dangereux les uns que les autres. Pour cause de manque de place.
      Par le plus grand des hasards, elle ne se contredirait pas un tout petit peu la Mamma guyanaise ?

      Supprimer
  5. Franchement cela s'appelle de l'acharnement. Il a admis les erreurs on le poussait en echange de grosse primes il etait au courant lui même le dit. Mais ce que je trouve regrettable personne ne dit que la société générale a récupéré sa mise grâce via une loi existante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anouar: désolé mais tout le monde sait que la SG a récupéré sa mise et de quelle manière.

      Supprimer
  6. @corto
    Pour connaître d'assez près l'affaire , pour une fois je je suis point d'accord avec vous ,cher corto...
    Toujours les faillies apparences...
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nofate: alors nous sommes deux a avoir bien suivi l affaire, il n empêche que Kerviel porte une responsabilité dans ce polar, responsabilités qui ne dédouane pas pour autant des siennes la SG

      Supprimer
  7. Kerviel a éte condamné par des gens qui n'ont jamais mis les pieds dans un back-office, a fortiori dans une salle de marché.
    Mais c'est souvent vrai dans d'autres affaires et le coupable en garde une forte amertume.

    Kerviel n'a pas perdu 4,9 milliards d'euros.
    Ceux qui ont perdu cet argent sont les hystériques qui ont dénoué ses positions en catastrophe en perdant littéralement les pédales ! Réaction typique d'une hiérarchie dépassée par l'évènement.

    Logiquement toute la chaîne de commandement depuis le chef de salle jusqu'au PDG Bouton aurait dû démissionner le lundi (ou se suicider, pour faire plus classe) et on aurait dû importer des traders de Londres pour dénouer les positions en les soignant. Avec l'aide muette de la communauté on ramenait les compteurs à zéro et on foutait Kerviel à la porte sans bonus. Terminé !
    Hystérie typique du coq français !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @catoneo: Comme la plupart des condamnations, elles sont émises par des juges qui n ont que la loi pour outils. On ne leur demande pas d étre trader pour juger un trader, docteur pour juger un toubib, etc... Les juges doivent par contre consulter ceux qui sont à même de leur expliquer l'activité, le métier des justiciables.
      Pour le reste, c'eut été l idéal, "pas de couilles, pas d'embrouilles " sans doute, mais ça, c'est dans les films , pas chez nous, pas en vrai.
      Quant à l hystérie du coq, oui , sans problème.

      Supprimer
    2. Les experts commis sont forcément issus du bank bizness, sinon ils mourraient de faim ! Il est plus simple pour un juge de condamner le doigt qui touche le clavier que la chaîne de commandement qui se réfugiait chaque soir derrière son petit doigt en observant les résultats du "fusible".

      Tout le monde du trading est de cet avis mais n'a pas accès aux prétoires, n'en a pas le temps, ou bien a abandonné sans une larme le dommage collatéral dans le fossé du chemin qui conduit à la retraite aux Bahamas, à 35 ans.

      Supprimer
    3. @ Catoneo
      Enfin DEUX commentaires auxquels je peux adhérer totalement ! merci. :-)

      @ Corto
      Pour bien connaître ce milieu, je peux certifier que Kerviel n'aurait pu réaliser ses prises de risque sans, au strict minimum (!!!), l'aval de sa hiérarchie. Voire plus...
      Et, si la SG donnait son feu vert et était contente des plus-values ainsi réalisée, elle n'a pas eu le courage d'assumer SA part du risque (très encouragé !). Comme la plupart des banquiers (et bien d'autres...), elle veut le beurre, l'argent du beurre et aussi la crèmerie et, si possible, la crémière (ou le crémier).

      C'est bien cela, plus que Kerviel lui-même qui aurait dû être condamné.
      Comment se fait-il qu'un homme aussi avisé que vous puisse encore croire, ne serait-ce qu'un seul instant, que le justice puisse être juste ?
      0 x 0 = 0.
      1 erreur x 3 = erreur décuplée.
      Ignoreriez-vous que, même quand elle se trompe, la justice (qui n'est plus qu'un ballon de baudruche) a horreur de se déjuger ?

      Pour moi, il peuvent bien condamner Kerviel 1 000 fois, le véritable coupable reste la ligne hiérarchique de la SG. Commanditaire et incapable d'assumer ses responsabilités.
      S'il a reçu un juste retour de ses prises de risques pour lesquelles, forcément, il était officieusement mandaté, il n'en est pas moins le bouc émissaire et le lampiste de service.

      Supprimer
    4. @Franzi: mais je n ai jamais dit le contraire, la SG savait forcément et a donc sa part de responsabilté mais Kerviel a lui aussi merdé, il savait pertinemment ce qu il faisait, je ne dis rien d autres (900 faux en écriture, tout de même). Il est co-responsable. Qu'est-ce qui l empechait de dire non et de se barrer ? Rien: il est resté, en a croqué et a merdé.

      Supprimer
    5. @ Corto
      Là-dessus, nous sommes d'accord.
      Le seul tort de Kerviel est de ne pas avoir fait jouer sa clause de conscience.
      Mais il faut une forte personnalité et une droiture sans faille pour résister à la tentation dans un tel milieu.

      Il paye un peu cher pour cela, quand son mandant échappe à toute condamnation.
      Même s'il a cédé à l'appât d'une grosse prime. Et du risque qui va avec.

      Perso, je condamne à 99% la hiérarchie, et à 200% le contrôle interne qui n'a pas du tout fait son boulop. Qui plus est sur une longue durée...
      Et là, je sais vraiment de quoi je parle...
      Et tout ce que je ne peux pas dire !!!... Et encore moins écrire ;o(

      Supprimer
  8. AVIS ! : Medias, Front de gauche: Kerviel a la frontière, ça donne ça:

    https://pbs.twimg.com/media/Bn2dW8-IAAAdsXf.jpg:large

    RépondreSupprimer
  9. Kerviel porte le chapeau des magouilles de la SG , mais il est l'un des maillons de cette chaîne d'opérations et de cavalerie bancaire et n'est pas plus innocent que la S G .

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP