lundi 12 mai 2014

Licenciements chez Bouygues: Montebourg était-il informé ?


Toute personne ayant ne serait-ce que de vagues connaissances en économie d'entreprise sait qu'un plan de licenciement de 1 500 à 2 000 personnes ne se décide pas du jour au lendemain.

On se souvient avec quelle hargne et quelle férocité, teintées d’interventionnisme déplacé et de stupidité, Arnaud Montebourg défendit Bouygues dans la tentative de celui-ci de racheter pour plusieurs milliards d'euros, une dizaine, SFR. On sait ce qu'il advint, c'est Numéricable qui l'emporta.

Aujourd'hui, on apprend que Bouygues Télécom s'apprête à licencier près de  2 000 personnes soit 23% de ses effectifs. Selon la direction de Bouygues, ce plan serait "la conséquence de l'échec des négociations pour le rachat de SFR". On apprend aussi que le chiffre d'affaires de Bouygues Télécom aurait chuté de 26% et ses coûts augmenté de 10% en deux ans.

A aucun moment lors de ses diatribes anti-Numéricable et pro-Bouygues, Montebourg ne fit état de ces difficultés et de ce plan de licenciement. Mieux, ou pire, Montebourg présentait le rachat éventuel de SFR par Numéricable comme une menace sérieuse pour le maintien de l'emploi chez SFR.

On peut donc se poser les questions suivantes: Montebourg qui ne ménagea pas ses efforts pour défendre Bouygues (groupe honni par la gauche sous Sarkozy) était-il au courant de ce plan de licenciements à venir. Etait-il informé des difficultés économiques de Bouygues Télécom ?

Dans l'affirmative, pourquoi n'a-t-il rien dit ?
Dans le cas contraire, comment faire encore confiance à un ministre qui défend des dossiers qu'il ne connait pas ?

Folie passagère 2276.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

19 commentaires:

  1. Bonjour Corto,

    Evidemment qu'il était au courant ne serait-ce que parce que c'est son zèle imbécile, chantage à l'emploi de Bouygues oblige, qui explique sa hargne à défendre la solution SFR-Bouygues. Les pouvoirs de l'état sont immenses et les grands dirigeants des grands groupes sont généralement trop proches du pouvoir pour taire leurs projets à leurs "amis".
    Au final, on en revient toujours au même adage: "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent". On comprend mieux pourquoi la frustration est l'attitude la plus répandue dans ce pays. Entre les e... qui promettent tout et n'importe quoi pour obtenir ne serait-ce qu'un strapontin au centre des décisions et les imbéciles qui les croient naïvement malgré toutes les expériences malheureuses passées, ça fait du monde. Quand les uns et les autres auront terminé de croire que la finalité d'une entreprise n'est pas l'emploi mais de gagner de l'argent, ce pays aura franchi un pas de géant. Autant rêver.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: Oui sauf que au moins publiquement , au moment du rachat, personne chez Bouygues n'a fait état d'un éventuel plan de licenciement et donc , toujours publiquement, aucun chantage a l emploi n a été fait. je me souviens même que dans cette histoire la menace pour l emploi mis en avant par Montebourg, c'était Numéricable dont on nous disait qu'il n était pas fiable, voire peu solide.
      Ce qui nous ramène au silence de Montebourg qui non seulement n a jamais mis en avant les difficultés de Bouygues mais qui en plus a dénigré Numericable pour ne pas dire mentir à son sujet.
      Pour le reste, nous sommes d accord

      Supprimer
  2. Bien sur qu'il était au courant le bellâtre,et c'était le but du marchandage,je te fais avoir SFR et tu licencie pas...
    Et merde il a encore foiré,le tocard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen Aztec: non seulement, il me parait evident qu il savait et donc rien étonnant a son silence aujourd'hui mais en plus, encore une fois il a foiré: bref, un gros nul.

      Supprimer
  3. Selon la direction de Bouygues, ce plan serait "la conséquence de l'échec des négociations pour le rachat de SFR"...
    Quel cynisme de la part de Bouygues !
    Comment un achat d'une entreprise (donc à priori des charges pour commencer, même si plus tard cela devrait apporter des profits) pourrait magiquement gommer en quelques semaines la chute du chiffre d'affaires de 26% et les coûts augmentés de 10% en deux ans... (l'achat était prévu en Mars dernier) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alain Bar: d'accord avec toi, la direction de Bouygues se fout de la gueule du monde en déclarant cela, mais bien Evidemment, personne ne relèvera, pas même Montebourg

      Supprimer
  4. Comment faire confiance à un miniss' qui prétend défendre des dossiers qu'il ne connait pas ?
    Tout est dit, mais on peut revenir sur la grille de correction des mots...
    Confiance est antinomique de miniss', personne n'en doutera
    Qui prétend défendre.... ça aussi, si un miniss' avait un rôle autre qu'incantatoire, ça se saurait... on comprend mieux l'utilité du mec, façon potiche, mais parlante et même hurlante la potiche...
    Dossiers qu'il ne connait pas ? c'est bien le moins qu'il puisse faire, ignorer tout d'un dossier pour pouvoir en causer ,d'ailleurs, il ignore tout de l'entreprise et de l'industrie, c'est bien pour ça qu'il en cause, haut et fort
    Vous pensez bien que ça ne manque pas de gens suffisamment frottés au monde de l'entreprise privée ( en dépit des avanies qu'ils subissent en Afrance) pour pouvoir, en cas de besoin l'épauler, l'empêcher de dire des conneries ou, mieux, prendre sa place ( à ma connaissance, seul Francis Mer a occupé le job, mais il s'était pas fait tout seul) ,posons nous la question du pourquoi d'un tel pantin à ce poste...
    Une idée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kobus: Qui se souvient de Francis Mer ou de Thierry Breton, rares chefs d'entreprises a avoir été nommé ministres our leurs compétences mais qui furent, logique hélas, éjectés rapidement n'étant pas du sérail politique.
      Pourquoi Montebourg a ce poste ? Fastoche, il voulait être ministre et a fait de mémoire 17% aux primaires socialistes. Je rappelle qu il n est nul besoin pour être ministre d'être compétent dans le domaine, le poste étant politique. Le ministre doit juste avoir la compétence de choisir ses conseillers... compétents. Avec Montebourg, comme avec bien d autres, on a au moins une certitude, ils sont a tous niveaux incompétents.

      Supprimer
  5. Finalement, mon cher Corto, qu'il soit au courant ou pas qu'est-ce que ça change ? Rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ah ben un peu tout de même,dans un cas comme dans l autre, cela situe le bonhomme. cf les commentaires précédents.

      Supprimer
  6. Montebourg au courant, c'est impossible, c'est un crétin grand siècle, la noblesse en moins tout juste bon à monter Audrey quant il lui était utile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: pas d accord, il y a des domaines ou cet animal est compétent et il l a prouvé: ainsi il était le seul au bureau national du PS a avoir montré et démontré que Guerini était une ordure, hélas personne ne l a cru. Et c'est bien ça son pb a Montebourg, on ne le croit jamais, on ne le prend jamais au sérieux.

      Supprimer
  7. Un petit peu, c'est supportable mais au bout de quelque temps on commence à avoir un peu honte. Ce n'est pas très gentil de se moquer des handicapés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: Quoi ? ne me dis pas qu'en plus on n a même plus le droit de se moquer des handicapés. Qu'est-ce qu il va nous rester ?

      Supprimer
  8. AVIS ! : tiens le patron de Numéricable, Patrick Drahi, que critiquait si vertement Montebourg, vient de mettre 4 millions d euros dans le sauvetage du journal Libération.
    Pour l instant, personne ne se plaint de ces/ses millions;pas même Montebourg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sauvetage de quoi ?

      Supprimer
    2. @Al Weest: le sauvetage d un torchon qui encaisse 8 ou 9 millions de subventions publiques chaque année et qui est cependant sans arrêt au bord de la faillite

      Supprimer
  9. A mon avis, Martin Bouygues n'a rien dit du tout à Arnaud Montebourg, ni pour ce qui concerne les négociations Alstom-General Electric, ni pour le plan social de masse en préparation.
    Pourquoi ?
    Restons polis.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen