jeudi 22 mai 2014

Les armées en colère: " Ce sera sans nous ! "


C'est du jamais vu. 

Depuis la guerre d 'Algérie - et pour des raisons qui n'ont rien à voir avec celles d'aujourd'hui - on n'avait jamais vu une telle fronde au plus haut niveau de l'armée française. Les 4 chefs d'états-majors des armées (et une pléthore d'officiers supérieurs d'active ou en retraite) sont en guerre ouverte avec Matignon et le ministère des finances et menacent ni plus ni moins de démissionner. Du Jamais vu ! Pis, si l'on en croit Paris Match, même le ministre de la Défense, Yves le Drian, un pourtant fidèle de Président, serait lui aussi à un doigt de remettre sa démission.

Le ministère des finances animé par l'inénarrable Michel Sapin fait depuis des semaines pression sur le premier ministre et sur l'Elysée afin que les armées participent plus encore à l’effort d'économies annoncé par l'exécutif soit les fameux 50 milliards. Dernièrement, c'est le député UMP Xavier Bertrand qui balance: l'Etat serait prêt à raboter entre 1,5 et 2 milliards d'euros supplémentaires dans le budget des armées sur 3 ans, soit près de 6 milliards de diminution (certains évoquent 9 milliards), soit une diminution de 7%! Manuel Valls ne dément pas les propos de Xavier Bertrand et laisse même entendre que rien n'est figé.

Alors, vous me direz qu'il serait normal que les Armées participent au redressement des finances publiques. Et vous auriez sans doute raison si et seulement si Président ne s'était pas engagé personnellement à sanctuariser le budget de la défense (environ 32 milliards/an) pour les 3 prochaines années. Sanctuarisation biaisée de par le simple fait de l'inflation qui à plus ou moins 1% diminue d'autant ce budget...  La loi de programmation militaire a été bouclée il y a plus de 6 mois et avait entériné et la stabilisation du budget global des armées et sa sanctuarisation. Et tout le problème vient de là.

En effet depuis plus de 6 mois, ces officiers généraux, forts de la parole présidentielle validée par le Livre Blanc des Armées et la loi de programmation militaire validée par l'AN, ont fait le tour de tous les états-majors et popotes pour assurer les troupes en grogne de la sanctuarisation du budget. Ils se voient aujourd'hui pris entre les volontés de Bercy et de Matignon de sabrer plus encore dans le budget et la parole qu'ils ont donné à leurs subalternes depuis 6 mois. Or, si il y a une chose avec laquelle, l'armée ne plaisante pas, c'est le respect de la parole donnée. D'où cette fronde et ces menaces plus sérieuses que jamais de démissions massives. Et comme aucune déclaration présidentielle n'est venue depuis les assurer à  nouveau de la dite sanctuarisation, ils se sentent, au mieux ignorés, au pire, trahis... Ce qui les amène aujourd'hui à déclarer: Le rabot, okay,mais" ce sera sans nous" ! 

Quant à Le Drian, le pauvre, il ne sait plus où donner de la tête, pris qu'il est entre les surcoûts des opérations extérieures décidées par l'Elysée, les promesses faites aux militaires et les alertes que les fournisseurs de l'Armée font peser sur l'emploi et la santé de leurs entreprises. Car, comme le soulignait Xavier Bertarnd et le chef d'Etat Major des Armées, si le budget de l'armée n'est pas comme promis sanctuarisé, la seule solution pour maintenir notre "souveraineté " militaire et nos engagements extérieurs sera de diminuer les commandes publiques et de différer d'autant les paiements dus aux fournisseurs soit environ 3 milliards d'encours annuels ! (Imaginez vous qui me lisez: seriez-vous d'accord pour que votre employeur diffère le paiement de vos salaires parce que ses clients ne le paient pas ?) 

Et voilà où nous en sommes: Un fronde inédite et portée en place publique au sein des Armées (et dans les industries d'armements) simplement parce que Président n'a pas jugé bon, depuis des semaines, de confirmer sa promesse de sanctuarisation laissant de ce fait à son premier ministre et son ministre des finances tout le loisir de travailler à une amputation supplémentaire du budget de la défense et tant pis si des hommes d'Honneur et de parole sont obligés de se dédire... 

Je n'ose imaginer les dégâts politiques si toutes ces démissions étaient posées !

Folie passagère 2294.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

32 commentaires:

  1. On pourra dire que le passage des socialos à fait de la destruction massive en France...et ça ne bouge de nulle part pour les virer...les partis de l'opposition sont pitoyables!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mialjo: ça bouge de nulle part ? pas vraiment d accord: a-t-on souvenir d une telle débâcle electorale comme celle des dernières municipales ? Non. Et cette colère militaire, il faut remonter a l Algérie pour en connaitre une comparable . Et les manifs pour tous, les veilleurs et sentinelles qui manifestent tous les jours partout en France mais dont on ne nous dit pas grand chose ds les médias, etc... non ça bouge, petitement mais surement

      Supprimer
  2. à coté de cela, on est obligé de subvenir aux besoins de l'ineffable léonarda et consors.
    pourrait on supprimer ou diminuer les ministéres superflus et garder l'armée ? un idée comme cela que je préfere etre en vie, non " cultivée " que morte et cultivée ( surtout vu le niveau de la culture que l'on nous propose )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: voir le commentaire ci-dessous d Aristide, on pourrait supprimer un bon nombre de bouffe-pognons mais ce ne serait pas " humaniste"

      Supprimer
  3. Il faut avoir les moyens financiers de sa démission... Je recommanderais pour ma part un autre" jamais vu" : la grève massive de l'armée et de ses cadres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille: tous ces généraux n ont plus rien à prouver et son en fin de parcours et donc effectivement ne risquent pas grand chose a démissionner si ce n'est que la démission, dans l armée, c'est comme de se rendre, c'est uniquement quand on ne peut plus rien faire, et un militaire ne se remet jamais d'une reddition.

      Supprimer
    2. ces généraux qui n'ont plus rien à prouver ou qui n'ont rien prouvé...renonceront ils à leur solde s'ils démissionnent. il y a dans cette armée plus d'etoilés que d'evat...on se demande qui devrait menacer...et pour mémoire, les reformes ont débutées il y a plus de 20 ans...

      Supprimer
  4. Il y a, dès le départ, quelque chose de profondément incongru à mettre sur le même plan les dépenses militaires et les autres dépenses publiques. La défense, comme la police et la justice, sont les missions fondamentales de tout gouvernement, celles qu'il ne peut pas ne pas exercer sous peine de perdre toute légitimité. Toutes les autres dépenses publiques sont facultatives. Toutes. Par conséquent on devrait raboter (mot à la mode...) toutes les autres dépenses publiques avant de seulement songer toucher aux dépenses régaliennes. Au lieu de ça, et depuis des décennies, on fait l'inverse : on sabre dans les dépenses militaires pour pouvoir continuer à arroser le pays de subventions et allocations diverses.
    C'est de la haute trahison, ni plus ni moins. Et il n'y a pas que la gauche qui s'en soit rendue coupable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aristide: et encore, mon billet ne reflète que très très mal le malaise qu il y a en ce moment dans l'armée. Se tient par exemple a midi, une réunion quelque part en région parisienne réunissant une centaine de personne, en majorité des militaires et des ex-militaires de haut rang, pour savoir quelle attitude adopter.
      Pour le reste , tu as raison, c'est bien un des derniers budgets qui devrait être amputé avec ceux de la police et de la justice. Ces deux là, on y touchera pas, le premier parce que Valls ex-ministre de l interieur s'est engagé à ne pas le toucher, le deuxième, la justice à cause de Taubira que Hollande redoute au plus haut point.

      Supprimer
  5. En complément : chez moi, nous serions prêts à contribuer à un fonds de soutien des grévistes

    RépondreSupprimer
  6. "Je n'ose imaginer les dégâts politiques si toutes ces démissions étaient posées !"
    Ouais,bof,j'aimerai bien en être sûr,on entend déja parler dans tous les médias de l'armée mexicaine,alors une reduction du nombre de généraux serait traitée comme une réduction volontaire de la fonction publique et applaudie partout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen Aztec; une armée mexicaine ?? pure invention d'anti-mlilitaristes et de gauchistes. Applaudie, cela m étonnerait si ce n'est par les mêmes, reste a savoir si les Français sont assez cons pour y croire.

      Supprimer
  7. Je me demandais, ces derniers jours, mon cher Corto, combien de temps encore l'armée allait supporter ces humiliations et autres avanies ? Ils ne les supportent plus : c'est une très bonne nouvelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: c'est une bonne nouvelle certes qui plus est inédite: jamais les chefs d' Etats majors n avaient ouvertement manifesté de cette façon. faut-il qu ils en aient ras le képi !

      Supprimer
  8. Et pendant ce temps-là, les Forces Armées Maliennes se font virer de Kidal "à grand coup de botte dans le train" comme aurait dit mon oncle. Le souci, c'est qu'une compagnie de soldats français vient de s'y déployer.
    Si j'ai bien suivi, il y avait à Kidal avant le début des combats le 17 mai un détachement de conseillers militaires français. Je suppose que la compagnie envoyée à l'arrache servira surtout à les protéger, voire à les exfiltrer si ça commence vraiment à puer. J'espère, pour la sauvegarde de ces soldats français, que le MNLA aura la sagesse politique de ne pas les impliquer dans les combats.

    http://www.lepoint.fr/afrique/actualites/mali-l-armee-subit-une-cuisante-defaite-a-kidal-22-05-2014-1826817_2031.php

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Popeye: A Kidal, tout devrait rentrer dans l'ordre, Président ayant décidé de déployer pas moins de 3 000 militaires supplémentaires au nord Mali et sur la bande sahélo-saharienne ! Supplément non provisionné dans le budget des opérations extérieures et qui seront donc financé sur le budget de fonctionnement de ce qu il reste de notre armée.

      Supprimer
  9. On pourrait aussi arrêter d'intervenir en Afrique, d'envoyer des rafales en Ukraines...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens j'ai mis un "s" à Ukraine... Lapsus ?

      Supprimer
    2. @Alain Bar: rafales en Pologne qui ne servent à rien. Génial le lapsus ! :)

      Supprimer
  10. Qu'attendent les militaires pour virer les guignols du gvt ? Je leur donne un coup de main si ils veulent .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: Nos militaires ont une qualité énorme que n'ignore pas Président: ils sont "loyalistes" et républicains.

      Supprimer
    2. @corto je sais mais on peut toujours réver ;{

      Supprimer
  11. Bof, tout cela n'est qu'une conséquence supplémentaire de l'impéritie débile des branquignols
    qui nous gouvernent et donc de notre merveilleuse démocratie. La France s'en va en quenouille,
    il est légitime que son armée en fasse autant. De toute façon, il y a dores et déjà plus de djihadistes
    que de soldats, dans notre pays, alors...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: je ne serai pas étonné d'ailleurs qu'il y ait quelques djihadistes infiltrés dans nos armées ! ( non, j'déconne, encore que...)

      Supprimer
  12. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/04/02/l-ordinaire-ne-s-ameliore-pas-a-bangui-11511.html
    je ne savais pas que nos " gars" avaient autant de problémes...ailleurs j'avais lu qu'ils devaient s'acheter du matériel correct , mais que l'armée, ne le jugeant pas conforme leur en refusait l'utilisation ( mais je ne sais plus de quoi il s'agissait )
    mais si on ne les nourrit pas vraiment, qu'ils manquent d'eau, de moustiquaire , et que le service médical est défaillant etc... ce sont des " malades " en puissance : dysenterie, paludisme etc..
    il ne manquerait plus qu'il y ait des problémes avec les armes... ( c'est une pointe de cynisme, car je crains le pire en fait )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: en Crentrafrique, certains soldats français en sont a dépenser l équivalent de un mois de solde pour s équiper de moustiquaire, de sac de couchage adapté au climat, de foulards, de gourdes isothermes etc... et ça, c'est pas du pipeau et encore moins condamné par leur supérieurs qui sur place.
      Pour les armes je ne sais pas mais pour les véhicules, les VLRA (30 ans d age en moyenne) en particulier, pour un qui roule, un est en maintenance ou en panne

      Supprimer
  13. pourquoi personne n'en parle ? c'est normal d'envoyer des gars au casse pipe sans matériel ? quelle misére.. quelle inconséquence,.. la conclusion logique est " ne pas déclencher des guerres si on n'en est pas capable"
    l'honneur d'une nation n'est elle pas au moins, au minimum, de fournir le matériel adéquat à ses soldats ?
    franchement, c'est inepte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: on en parle peu car ce serait mettre en lumière les dissensions qu il y a entre Le Drian, fidèle parmi les fidèles de Président, et Président ainsi que avec Sapin et Valls. C'est une explication.
      Ceci dit, depuis deux jours les journaux commencent à relayer car la bronca des généraux n a pu elle passée inaperçue

      Supprimer
  14. Cette armée de 2014 me rappelle celle 1939 et les conséquences qui suivirent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: tu n es pas loin de la vérité si j en crois les bidasses avec qui je discute. Ceci dit un conflit comme celui de 40, y a peu de risques

      Supprimer
  15. Un lien utile : http://www.honneur-patrie.com/page/actualites
    Bizz à tous !

    RépondreSupprimer
  16. Pour ma part, je pense que le gouvernement risquait de ponctionner (enfin) la solde, les retraites et avantages de nos hauts gradés (tous grades y sont déjà passé, sauf eux!). Les "petits" n'avaient qu'a se taire et "reçu bien pris!" mais là...il fallait bien trouver encore quelques milliards, quoi de plus normal d'attaquer l’élite. Mais LE DRIAN ne s'attendait pas a une rébellion de ceux ci...MDR.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique