samedi 12 mai 2012

A propos de l'abolition de l'esclavage...

L'autre jour Gare du Nord, il y avait une petite expo pour célébrer l'abolition de l'esclavage. Je m'y suis arrêté, j'ai regardé et j'ai discuté avec les exposants. L'esclavage, nous en convenons tous, était une vache de saloperie. Ça, c'est ce que j'ai dit à l'un des messieurs présents puisque je le pensais. Il était d'accord.


Et puis, je lui ai demandé pourquoi, dans ce genre d'exposition, étaient mis en avant uniquement les horreurs de la chose mais jamais on ne faisait état du contexte et des époques. En gros, j'essayai de dire au monsieur que si les noirs, entre autres, avaient été esclavagés, c'est qu'à l'époque, et depuis des lustres, ils n'étaient pas, encore, considérés comme des êtres humains. Ils n'étaient que des "objets ", des marchandises, un " outil ". Le prix de la marchandise dépendait de son état. Ainsi, par exemple, un homme fort valait plus cher qu'un malingre. Il y avait " l'homme civilisé " et le reste. Partant de là, pouvait-on reprocher aux méchants ( le colonisateur, l'exploiteur, le blanc...) ce qui à leurs yeux ( les esclaves ) n'était que business, outils de production et source d'enrichissement ?

Avec nos yeux d'aujourd'hui, nous condamnions des méchants qui, en ces temps-là, socialement, politiquement et moralement, ne l'étaient pas. Nous cultivions donc ad vitam aeternam la culpabilité de gens que l'idée de cette même culpabilité n'aurait certainement pas effleuré. La loi et la justice d'antan partageaient cet avis.

Que n'avais-je pas dit... Vous pouvez imaginer ce que le monsieur m'a dit. J'ai compris qu'il me fallait dégager non sans prendre un ou deux prospectus.

Sur l'un d'eux figuraient les photos de grandes figures de la lutte contre l'esclavage: Eboué, Monerville, Shoelcher et cie. Logique, ils se sont battus. Chose curieuse, il y avait aussi les photos d'Aimé Césaire, de Jean Marie Tjibaou et de Christiane Taubira, personnalités tout à fait estimables au demeurant, chacune pour des raisons différentes. Mais, me suis-je dit, ces gens ne se sont jamais battus contre l'esclavage puisqu'il fut aboli bien avant qu'ils ne viennent au monde: L'un, merveilleux poète et anti-colonialiste résolu, développa le concept littéraire de la négritude. Le deuxième s’illustra dans la lutte pour l'indépendance des kanaks contre l'envahisseur-colonisateur-spoliateur de métropole. La troisième, élue guyanaise et indépendantiste, ex-candidate à l'élection présidentielle, fit adopter une loi, contestée, qui reconnaît comme crimes contre l'humanité la traite négrière transatlantique et l'esclavage qui en a résulté; en gros 200 ans plus tard !

De la lutte contre l'esclavage, nous passions à l'anti-colonialisme et à l'indépendantisme. Là, je me suis dit que ces commémorations de l'abolition de l'esclavage étaient peut-être détournées, plus ou moins, de leur objectif initial. Un devoir de mémoire orienté ? De l'horreur de l'esclavage, on créait un argument de clivage gauche / droite ?  J'avais tout de même un doute.

Et puis, notre hollande, à peine élu et toutes affaires cessantes, alla lui aussi commémorer l'esclavage. Et puis j'ai lu un billet de Philippe Méoule, sympathique blogueur et élu socialiste de l'Oise. La conclusion de celui-ci m'a enlevé toute incertitude, je vous la livre: 

" La liberté, la dignité, des femmes et des hommes, de toute couleur, de tout continent, de toute obédience, politique ou religieuse, de toute condition sociale, ne se négocie pas. C'est pourquoi, les valeurs défendues par Victor Schoelcher raisonnent du même idéal que celles du 11 novembre, du 14 juillet ou du 8 mai. Elles s’appellent, dans le multiculturalisme français et républicain de ce début du XXIème siècle, à Gisors comme sur tout le territoire : Liberté, Egalité, Fraternité."

Le devoir de mémoire du à ceux que l'infortune condamna à l'esclavage est peu à peu devenu un instrument de propagande au service d'une gauche auto-proclamée humaniste.

Folie passagère 1162.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

32 commentaires:

  1. et puis...on ne parle jamais des eslavagistes " sur place" j'entends par là que c'était des chefs de tribus qui razziaient les tribus voisines et allaient vendre leurs petits camarades de continents, pas plus qu'on ne parle des esclavagistes arabes, qui depuis des siècles et ça continue, vendaient er vendent leurs corrélégionnaires, on ne parle que des méchants blancs qui faisaient le boulot final, je ne dit pas qu'il faut les excuser et tu as raison, c'est une vraie vacherie et les gens qui se sont enrichis, à Nantes où à Bordeaux ne sont pas excusés pour autant mais faudrait aussi parler de la totalité des circuits, d'autre part, ça existe toujours faut-il le rappeler et je n'entends pas beucoup de voix s'élever contre aujourd'hui, que voilà une belle bagarre à mener pour les grands parleurs d'aujourd'hui qui se contentent de faire les beaux dans des expos....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: comme par hasard , on a dit sur twitter que ce billet était une " salopérie" alors qu'a aucun moment je n'excuse ce qu ont fait les " esclavagistes " quelqu'ils soient: négriers de Nantes ou chefs de tribus africains. je constate juste qu on oublie de resituer les choses dans leur contexte et que les méchants désignés sont toujours les mêmes: le vilain blanc, colonisateur et toussa !

      Supprimer
  2. Huum...Tu es sûr du mis en exclavage depuis des lustres, par nous? Cela n'a-t-il pas commencé après la découverte de l'Amérique, la mort de beaucoup des indigènes et la nécessité de trouver de la main d'oeuvre? Il me semble que c'est à ce moment que nous avons justifié l'esclavage des noirs. Sinon, oui, la majorité de la gauche s'en sert comme instrument de propagande antifrançais. Ce n'est pas le PS qui a gagné mais la droite qui est stupide, taper sur le PS n'est peut-être pas la bonne direction.
    Jard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard: par nous ? Bien sur que l'esclavage a commencé bien plus tot. Les indiens d 'Amériques par exemple. mais fi de tout cela, les défenseurs intéressés de la cause ne retiennent que l'esclavage africain pratiqué par les affreux blancs colonisateurs de France ou...d’Amérique mais surtout de France.
      la gauche ne s'en sert pas comme d'un instrument anti-français juste comme un argument anti-droite, anti-riches ( qui étaient les colons ? ), anti-bourgeois ( qui étaient les négriers de Nantes ou de Bordeaux? ) etc...
      La gauche depuis des années a préempté ces sujets ( un peu comme l'Algérie ) à son avantage, tout a sa propagande. Et oui la droite a été stupide...de se désintéresser de ces sujets et d'en laisser l'exploitation à une gauche qui ne demandait que cela.

      Supprimer
  3. "Multiculturalisme français et républicain"! Cherchez l'intrus ou plutôt les intrus parce que "multiculturalisme", on le garde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: oh, ben comme tu veus, je te le laisse ce "muti " machin

      Supprimer
  4. Attention, tu fais dans le borderline là !
    Peut-être bien qu'à leur époque ils avaient du mal à voir ce qu'il y avait d'atroce dans leur commerce, mais je reste très sceptique. Pouvaient-ils réellement considérer un homme noir comme un objet ? Je ne pense pas, d'ailleurs, ils traitaient avec des hommes noirs (qui leur en vendaient d'autres) : l'homme noir aurait donc pu être objet et marchand ? Ne soyons pas trop naïfs.
    Pour la conclusion de P. Méoule, je ne vois pas trop en quoi elle sert la propagande gauchisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @vallemanin: borderline ??? explique ce qu il y a de borderline.
      Mais bien sur qu'ils considéraient l 'homme noir comme un objet, un outil, une marchandise. Sans scrupules. Vois le com de Boutfil pus haut.

      Propagande gauchiste ? dis moi alors ce que viennent faire Césaire, Tdjibaou, ou Taubira la dedans ? Multiculturalisme, mais qui le prône et le défend si ce n'est le parti socialiste bien inspiré en cela par Terra Nova ou les indépendantistes ultra-marins.
      L'esclavage est une chose, horrible, nous sommes d'accord mais il est exploité aujourd'hui a des fins politiques par qui ? a ton avis ? Qui, devenu président de la République n'a trouvé rien d'autres de plus urgent que d'aller commémorer cette abolition ?

      Tiens, permets moi de te laisser cette phrase célèbre de Jules Ferry, aujourd'hui considéré comme une grande figure de la gauche française: "Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures". Jules Ferry juillet 1885. Comme quoi, si je suis borderline, d'autres, aujourd'hui "sacralisés " le furent avant moi !

      Supprimer
    2. le multiculturalisme est prôné par la France dans son ensemble, pas seulement par le PS, il n'y a que le Fn qui dit que seule la culture française doit être défendue en France (il ne le dit pas en ces termes).
      Il était tout à fait normal qu'Hollande commémore l'abolition de l'esclavage d'ailleurs (je ne pense pas qu'il y avait de choses plus urgentes en ce jour).
      Nous n'avons pas à être les avocats du diable pour contrer Hollande, nous n'avons pas à trouver en chaque sujet une récupération politique, et nous avons droit de partager des avis et des valeurs avec la Gauche.
      Et ce n'est pas parce que d'autres sont borderline que ça te donne un bon point ;)

      Supprimer
    3. @vallenain: "le multiculturalisme est prôné par la France dans son ensemble" pardon ? tu as vu ça ou ? je ne voterai sans doute jamais pour la marine ou le front mais je peux te dire, avec certitude, qu'au Trocadéro,il y a peu, il y avait approx. 100 000 personnes qui pour rien au monde ne prônaient le multiculturalisme . je peux miser ce que tu veux que sur les 48% de gens qui ont voté Sarko, il n y a sans doute pas 10% qui défendent cette " diversité "

      Supprimer
  5. Avec Hollande, la culpabilisation des Blancs et la repentance obligatoire. Bientôt inscrites dans la constitution ? Pas impossible avec la négation des races et l’obligation du métissage sans doute ?!

    Il est pour la crétion d'un centre de recherche sur l'esclavage , la fondation du Mémorial de la traite des noirs (http://pays-de-la-loire.france3.fr/info/debaptiser-les-rues-de-negriers-73873662.html)
    Mais alors on devra ausi évoquer l'esclavage islamique etl’esclavage des Européens par les Arabes

    En ce qui concerne la traite des Africains noirs il y a eu trois différentes traites : la traite transatlantique, la traite orientale et la traite interafricaine. La traite transatlantique faite par les Européens est quantitativement la moins importante : 11 millions d’esclaves sont partis d’Afrique vers les Amériques entre 1450 et 1869.

    La traite orientale faite par les arabo-musulmans a concerné environ 17 millions d’Africains noirs entre 650 et 1920. Par la suite des mauvais traitements, et d’une castration fréquente, très peu ont survécu jusqu’à nos jours en terre d’islam, alors que leurs frères importés aux États-Unis ont plus de 70 millions de descendants aujourd’hui.

    La traite arabo-musulmane perdure à ce jour, l’esclavage est toujours pratiquée en Afrique.

    Quant à la traite interafricaine faite, bien entendu, par les Africains, elle représente au minimum l’équivalent de 50 % de tous les déportés hors d’Afrique noire, donc quelque 14 millions de victimes. C’est fort probablement beaucoup plus. Vers 1900, rien que dans l’Afrique occidentale française, on comptait plus de 7 millions de Noirs esclaves de Noirs. Il n’est sans doute pas exagéré de dire qu’il y en eut beaucoup plus de 14 millions, pour le continent, sur une durée de treize siècles.

    et l’esclavage des Européens par les Arabes
    On l’ignore totalement : au 16e siècle, les esclaves blancs razziés par les Arabes musulmans furent plus nombreux que les Africains déportés aux Amériques. Le saviez-vous ? De 1530 à 1780, quelque 1 250 000 chrétiens blancs furent réduits à l’eslavage dans les actuelles Algérie et Lybie, ainsi que sur la Méditérranée. Cela dépasse considérablement les 800 000 Africains transportés au États-Unis.

    Les principaux bourreaux des Blancs furent les Arabes mahométans. Ainsi, entre 1492 et 1830, environ deux millions d’Européens chrétiens furent réduits en esclavage par les Arabes dans toute l’Afrique du nord, et il n’en reste aucun survivant. Le traitement infligé aux esclaves par les Arabes ne leur laissait guère plus de 7 ans d’espérance de vie (un peu plus pour les femmes, tant qu’elles pouvaient assouvir les besoins sexuels des mâles).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marie masson: bienvenue ici et merci pour tous ces éclaircissements. C'est curieux mais ceux qui célèbrent l'abolition de l'esclavage ne font absolument pas référence à tout cela, uniquement à l'esclavage issu de "métropolitains" français: les méchants colons, les méchants négriers etc..; qui étaient méchants, odieux, criminels... avec nos yeux d'aujourd'hui.

      Supprimer
  6. Il me semble que ce genre d'exposition, mon cher Corto, aurait plus sa place, par exemple au Soudan, où les Musulmans soumettent de force les noirs chrétiens et animistes à l'esclavage, plutôt que chez nous où il a été aboli depuis deux siècles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne N'avez vous point noté comment une partie de la population, généralement de gauche aime nous rappeler les horreurs d'autrefois: l'Algérie, l'esclavage, l Indochine etc... avec le regard d 'aujourd'hui. le devoir de mémoire, je suis le premier à le défendre mais a condition qu'il soit circonstancié et non utilisé a des fins, in fine, politiques.
      le Soudan, mais les mêmes s'en foutent royalement pour l instant !

      Supprimer
  7. @Marie Masson, @marianne : (avis perso) c'est toujours une très mauvaise technique de justifier l'erreur d'un groupe en disant que l'autre a fait pareil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @valleanain: on peut le voir ainsi. mais on peut aussi le voir différemment: montrer que l'esclavage n a pas été l apanage d'une seule époque et d'une seule catégorie de personne ! c'est pas mal aussi. Tu vois ds cette exposition absolument aucune référence aux différentes formes et origine de l'esclavage autre que celui " de France ". Étonnant, non ?

      Supprimer
    2. @ Vallenain
      Je ne justifie rien du tout.
      Je dis seulement que ce genre d'exposition serait plus à sa place dans des pays qui pratiquent encore l'esclavage plutôt que chez nous où il a été aboli depuis deux siècles.
      Mais Corto a raison, Flanby qui, contrairement à ce que dit l'Express ne va pas "changer la France", sur le plan économique car il n'a pas la moindre marge de manoeuvre, va s'appliquer à faire commémoration sur commémoration, et repentance sur repentance, car il faudra bien qu'il justifie son salaire même écorné de 30%.
      Finalement caresser les immigrés dans le sens du poil, sera une occupation comme une autre, mais je doute que si cela ne se limite qu'à des caresses, et si les espèces sonnantes et trébuchantes ne suivent pas, ce sera suffisant pour nous éviter des révoltes qu'on aura, en quelque sorte, encouragées.

      Supprimer
    3. Vallenain, il ne s'agit pas de justifier quoi que ce soit, mais de rappeler que l'épisode esclavagiste occidental est ridicule aussi bien en termes de durée que d'ampleur, comparé à l'esclavagisme arabo-musulman dont personne, ou presque ne parle. Le 10 mai dernier il y avait une de ces ridicules commémorations à Palaiseau. Le seul coupable désigné c'était le blanc.

      Pour ma part, je me fiche complètement de l'esclavage. En France cela a concerné au mieux une cinquantaine de familles des grands ports. Tout bien considéré j'ai infiniment moins de chance d'en compter un dans mon arbre généalogique que l'importe quel africain vivant sur le littoral. Et puis l'Occident n'a pas à rougir de l'esclavage qu'il a pratiqué. Les descendants d'esclaves se comptent par millions dans les pays et anciennes colonies d'Occident alors qu'on peine à en trouver ne serait-ce qu'un dans les pays arabes où ils étaient systématiquement châtrés avant de mourir de maladie ou de mauvais traitements.

      C'était pas glop. Dont acte. Mais qu'on ne compte pas sur moi pour battre ma coulpe.

      Supprimer
  8. Lire sur le sujet de l'esclavage musulman, ce livre " Le génocide voilé"de Tidiane N'Diaye, même si l'auteur nie le trafic inter-africain qui pour lui n'est qu' un servage tout simplement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: t'en as des lectures , toi ! Ainsi donc le trafic inter-africain, occulté par mes exposants de la Gare du Nord, n'aurait jamais existé ... ben voyons. Uniquement le trafic "occidental " je suppose !

      Supprimer
    2. L'auteur évoque justement la traite arabo-musulmane mais nie la trite inter-africaine qui pour lui n'est qu' une idée occidentale du servage.

      Quant à mes lectures si tu savais, certain en tomberait sur le cul!

      Supprimer
  9. "Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu'un peut nier qu'il y a plus de justice, plus d'ordre matériel et moral, plus d'équité, plus de vertus sociales dans l'Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Quand nous sommes allés à Alger pour détruire la piraterie, et assurer la liberté du commerce dans la Méditerranée, est-ce que nous faisions œuvre de forbans, de conquérants, de dévastateurs ? Est-il possible de nier que, dans l'Inde, et malgré les épisodes douloureux qui se rencontrent dans l'histoire de cette conquête, il y a aujourd'hui infiniment plus de justice, plus de lumière, d'ordre, de vertus publiques et privées depuis la conquête anglaise qu'auparavant ?"M. Jules Ferry.

    Discours prononcé à la Chambre des députés : le 28 juillet 1885
    « Les fondements de la politique coloniale »

    Il a bon dos, l'Ami Molette, après ça ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: j ai laissé à Vallenain, un peu plus haut, une autre citation du même Ferry, Jules, pas Luc !
      Quant a l ami molette, cela m a sidéré que son premier déplacement officiel soit pour cette commémoration ! De tout malheur faisons bonne fortune, un truc dans le genre !

      Supprimer
  10. Tiens, il fait un temps à aller fouler les quais du côté du Mémorial machin de l'esclavage récemment inôguré par le peut-être futur Premier Ministre Normal™. Je ne l'ai aperçu que de loin. J'essaierai de penser à prendre mon appareil photo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: et puisqu'on y est dans le Ferry, une réflexion de Luc lorsqu'il apprend que l'hollande va commémorer le Jules après avoir commémorer l'abolition de l 'esclavage:

      "Célébrer Jules Ferry, le grand colonialiste et raciste ? Plutôt Clemenceau le dreyfusard, l'anticolonialiste et pas si briseur de grève ...!"

      Supprimer
  11. Bonjour au Maître des clés,
    Bonjour à toutes et à tous,
    Il existe une vraie différence entre les idéologies quant à l'appréhension d'un évènement. Lors des cérémonies ou des hommages l'ambiguïté est toujours présente.
    Pour les uns, il est possible de fêter simplement la grandeur de leur pays et de son peuple qui se sont grandis en abolissant définitivement une hérésie.
    Pour le autres, il n'est pas possible de voir cette avancée et ne regarde que les erreurs commises qui l'ont précédée.
    Ce double message est trop souvent présent et il alimente cette propension terrible à se fustiger au lieu d'en éprouver de la fierté.
    Il est même tellement présent que vous-même, cher Corto, vous en venez à ecrire que le futur Président de la République a commémoré l'esclavage, au lieu de son abolition.
    Il y a ainsi deux ressorts très différents pour faire adhérer : la culpabilité ou la communion.
    La première est plus facile et, surtout, évite les questions.
    La seconde est plus difficile mais alimente la pensée.
    J'avoue que je préfère la seconde et je crois, Cher maître des Clés, que vous partagez ce sentiment. Mais il est vrai qu'ainsi vous ne devenez plus instrumentable, comprenez que c'est tout à fait inacceptable.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @loc: bien le bonjour !
      Je ne corrigerai pas ma petite erreur, ton commentaire y perdrai en sens.

      Pour le reste, oui, curieusement, je préfère me poser des questions plutot que de me laisser influencer. ce qui n 'est pas si simple et peut parfois passer pour de la provocation.

      Vois tu , lorsque j ai vu cette expo, m'a sauté aux yeux c'est que nulle part, absolument nulle part sur les stands n'apparaissait le fait qu'en ces temps là, l'esclavage était autorisé, permis, pas interdit et même légalisé. Seul apparaissait ce qui est aujourd'hui a nos yeux une monstruosité: l'esclavage dans les faits.

      J'y ai noté une sorte de ressemblance avec les éternels débats sur l'Algérie où la gauche se fait fort de ne retenir que les exactions des militaires français en omettant celles, tout aussi réelles, de l'adversaire.

      J ne supporte pas qu'au profit d une idéologie, on tronque sciemment une partie de l histoire

      Cordialement et bon dimanche

      Supprimer
  12. A propos d'esclavage, je ne saurais trop conseiller aux petits curieux de se pencher sur l'histoire du Libéria et accessoirement d'envoyer ça à la gueule des antiracistes de tous poils.

    RépondreSupprimer
  13. @ Corto : quelques précisions utiles.
    1/ je suis élu NON ENCARTE, dans une majorité Front de Gauche (les socialistes locaux sont dans l'opposition... !)
    2/ Gisors est une ville de l'Eure et non de l'Oise...
    Pour ces 2 points, je ne t'en veux pas.
    En revanche, je récuse ton analyse portant sur mon discours, et voici pourquoi :
    Je suis élu auprès des Anciens Combattants depuis 2008(je crois que c'est un monde que tu connais, n'est-ce pas ?). On y trouve rarement des gauchistes échevelés...
    Les AC de Gisors (et au-delà) m'apprécient et me respectent notamment pour mon absence de partialité dans mes fonctions d'élu ainsi que pour mes valeurs républicaines.
    Les AC présents ont applaudi lorsque j'ai dit que la cérémonie de l'abolition valait (au sens des valeurs) autant que celle du 8 mai ou du 11 novembre; tous les invités ont applaudi lorsque j'ai parlé de multiculturalisme français et républicain...
    En assimilant mes propos d'élu "à ceux qui utiliseraient l'horreur de l'esclavage pour en faire des arguments de clivage gauche/droite", tu fais preuve de nostalgie envers ton ancien mentor, le spécialiste du clivage, toujours à la remorque des extrêmes (droites, de préférence !).
    Pour tes lecteurs, je cite la phrase que tu dénonces : " La liberté, la dignité, des femmes et des hommes, de toute couleur, de tout continent, de toute obédience, politique ou religieuse, de toute condition sociale, ne se négocie pas. C'est pourquoi, les valeurs défendues par Victor Schoelcher raisonnent du même idéal que celles du 11 novembre, du 14 juillet ou du 8 mai. Elles s’appellent, dans le multiculturalisme français et républicain de ce début du XXIème siècle, à Gisors comme sur tout le territoire : Liberté, Egalité, Fraternité."
    Je comprend ta frustration post 6 mai, Corto, mais il va te falloir exercer de belles circonvolutions pour m'expliquer ce que tu trouves comme argumentaire de gauche dans cette phrase, et plus largement dans mon discours que tes lecteurs pourront consulter sur http://philippe-meoule.elunet.fr
    "Le sympathique blogueur"...

    RépondreSupprimer
  14. @philippe méoule: dont acte pour le 1 et le 2 . Encore si je comprends bien ta phrase tu appartient ds ta ville à une majorité FDG. Tu es donc de gauche .

    C'est la phraséologie et les mots que tu emploies qui en font un argumentaire de gauche. l'idée globale qui en ressort. Jamais, à ma connaissance tu n'entendras un mec de droite associer le mot multiculturalisme à républicain ainsi qu à la devise française. De même que faire réference à Schoelcher

    Quant au résultat du 6 mai, je ne suis pas frustré, déçu certes mais pas frustré. Et déçu surtout qu une courte majorité de Français se soient laissés abuser par hollande et l'aversion entretenue vis a vis de sarko .

    cordialement

    RépondreSupprimer
  15. @ Corto : "degauche", oui, mais çà, tu le savais !
    Explique-moi ce qui est "gênant" d'associer multiculturalisme à républicain et à la devise française.
    De quoi d'autre est faite la France depuis des lustres ?
    La question n'est-elle pas plutôt:est-ce qu'un apport mesuré d'immigration est de nature à nous faire perdre nos valeurs ? Et si oui, pourquoi ?
    Ne serait-ce pas en renforçant l'encadrement à l'école, en accompagnant et en responsabilisant les familles, en menant une politique de logement digne de ce nom, en renforçant la sécurité publique... bref, en RENFORCANT la République, que nous conserverons nos valeurs sans crainte de l'extérieur...

    RépondreSupprimer
  16. @Vallenain. Bonjour. « c'est toujours une très mauvaise technique de justifier l'erreur d'un groupe en disant que l'autre a fait pareil. » Ce n’est pas le but de mes propos, simplement y en a marre de ne retenir (la gauche) que ce qui « culpabilise » la France! De revisiter l’Histoire…. Ne pas oublier que les enfants, les jeunes ne connaissent par l’Educnat que la version qu’on leur soumet! Donc manipulation pernicieuse!, s'ils n’ont pas des parents vigilants..J’ai travaillé assez longtemps dans ce milieu pour le savoir!

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP