mercredi 9 mai 2012

Des nouvelles du front... grec


Mon frère adoptif est, il y a une dizaine d'années, retourné dans son pays d'origine: la Grèce. Il m'a envoyé un email.

Comment l'en blâmer: s'en retourner au pays de ses ancêtres, essayer de renouer avec ses origines... parfaitement compréhensible. Avec un doctorat d'histoire de l'art, il était bien armé pour s'offrir une place sous le soleil hellénique.  Loupé, il montera une entreprise de conseil et de vente de matériels informatique. De son propre aveu, là-bas, tout est était possible, suffit de se débrouiller, comme tout le monde. Mais ça marche. Il se marie. A deux, ils font tourner la boutique et s'en sortent plutôt bien.

Fin 2009, ils font sur 12 mois, un chiffre d'affaire de 150 000 euros et à eux deux empochent 50 000 euros de salaire net, tous frais payés; y compris les faux-frais, nous sommes en Grèce, dit-il lucide. Un excellent salaire en Grèce, la belle vie. Un bel appartement tout équipé, une belle voiture. Tout roule. ça baigne.

Nous voici rendu en mai 2012. Les entreprises n'investissent plus et ne payent pas leurs dettes, ni leurs fournisseurs. Les particuliers n'ont plus le sou pour se payer des équipements informatiques. Si tout se passe bien, m'a-t-il raconté, sa petite entreprise devrait finir l'année avec un chiffre d'affaire de 12 000 euros. Il fermera la boîte. Toute son épargne a fondu, sous le même soleil, en 18 mois.

Il n'en veut à personne et à tout le monde. Il s'en veut aussi.

La voiture est vendue, l'appartement aussi. Aujourd'hui, il est parti habiter chez ses beaux-parents. Dans un trois-pièces, ils sont six. " Ça nous laisse voir venir, qu'il m'écrit. Quoi, on ne sait pas, on attend, on ne voit rien, il n'y a rien à voir et pas grand chose à espérer. "

Il veut partir, ailleurs, " vite avant que tout explose ". Ou?

C'est comme cela que ça se passe en Grèce aujourd'hui.

Folie passagère 1157.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

26 commentaires:

  1. marianne ARNAUD9 mai 2012 à 11:28:00

    J'ai bien peur, mon cher Corto, que la Grèce ne préfigure ce qu'il pourrait à maint pays européen et même à la ... mais chut !
    Nous nous sommes encore sous le charme de Flanby et Nicolas devant le tombeau du soldat inconnu.
    Mais comme disait l'autre : l'austérité c'est pour maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne ARNAUD9 mai 2012 à 11:30:00

      Ce qu'il pourrait arriver, bien sûr.

      Supprimer
    2. @marianne: en toute hypothèse nous devrions avoir un peu de répit. La grèce, puis l 'Espagne, le Portugal après... à qui le tour ?

      Si hollande est malin, il ne devrait pas trop détricoté les quelques remparts qu a su mettre Sarkozy autour de nous. mais avec des si, j en connais qui pensait mettre paris en bouteille.

      Supprimer
  2. C'est bien que tu aies envoyé ce témoignage. Les médias ne nous disent pas assez/pas bien ce qui se passe chez le Grec Gama: ils n'en ont que pour les émeutes et les analyses économiques alambiquées. Il faut transmettre ce que les Grecs disent, pensent et subissent. On n'a même pas idée ici. Quand mon amie/marraine m'a appris que début mars, encore l'hiver dans le Nord, les gens partaient sur les routes pour ne plus avoir à payer les charges écrasantes de leur maison, les bras m'en sont tombés. Ceux qui n'ont pas de grand-mère au village où aller se réfugier finissent dans les églises: ultime refuge.
    Et quand j'ai voulu envoyer de l'argent là-bas, ma connasse de banquière n'a rien trouvé de mieux que de me dire "vous savez, il n'est pas sûr que votre argent arrive sur le compte. Les banques récupèrent tout. Il y a des troubles là-bas, vous savez". Si je ne le savais pas, je n'aurais pas envoyé de sous, bécasse. Et l'agent est arrivé sans problème.
    Ls Grecs ont de la ressource. Ils savent ce qu'entraide veut dire. Ce genre de crise a au moins ça de bon, c'est qu'elle ouvre les yeux sur l'essentiel et les gens s'organisent. Pas sûre que nous serions aussi courageux ni aussi dignes.
    Attendons de voir....

    Toute ma sympathie à ton frère adoptif et à sa famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @IO: et encore n ais je pas tout dit de ce que mon frère raconte. ce qui se passe là bas est hallucinant, l'Espagne est encore 1 privilégiée par rapport a la Grèce.
      Par contre, ce qu il me dit aussi c'est que absolument tout le monde s'est voilé la face, du plus haut au plus petit des grecs. Tout le monde savait depuis des années que l 'économie était vérolée, que tt le monde a fermé sa gueule qd l 'Europe a bien voulu accepter la Grèce espérant en silence qu'elle les encadrerait mieux.
      Il a au moins le mérite, mon frangin, de souligner qu'a tous les niveaux, les grecs ont bénéficié depuis des lustres de la gabegie locale, jusqu au jour ou...

      Supprimer
  3. C'est dramatique, mais je ne comprends pas qu'ils ne fassent pas vraiment éclater le couvercle ! ton frère est courageux, les grecs ont prouvé que c'est un peuple courageux, ils s'en sortiront à condition de faire un bras d'honneur au système !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil: le problème apparemment c'est qu ils n ont meme plus les moyens de faire un bras d honneur au système.

      Supprimer
    2. Tsss tsss, regarde l'exemple islandais. Personne n'en parle et pour cause...C'est même plus un bras d'honneur qu'ils ont fait mais un gros fist.
      Ah ah ah
      Bravo l'Islande.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nigloo: en effet ton commentaire et la vidéo n ont rien a faire ici, sur un billet qui ne prête a aucune plaisanterie. Et d une ta vidéo, jepeux t en sortir des dizaines ou des jeunes ou moins jeunes sortent sur Sarko tous les noms d oiseaux et de deux, je suis sur que tu trouveras u autre billet a venir pour la recaser.

      Supprimer
  5. Nigloo, quelle bonne idée !!! Et si, plutôt que de parler du Président Normal™, on se rappelait de Quequet's, tiens, celui qui aurait du rafler la mise, aux dire de tous, avant qu'il ne se la fasse prendre là ou elle n'aurait pas du se trouver ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: dsk aurait-il des accointances grecques ?

      Supprimer
  6. Austérité imposée par un certain Nicolas Sarkozy...
    Jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard:" Austérité imposée par un certain Nicolas Sarkozy..." bien trop simpliste et faux en partie

      Supprimer
  7. Mon cher Corto comme ceux qui se sont déjà exprimés plus haut, la Grèce semble être la première à sombrer avant que d'autres ne la rejoignent.
    Les causes en Grèce sont multiples. Elles tiennent au "j'menfoutisme" des peuples du sud mais aussi au système européen et à l'euro.

    Depuis que l'euro est entré en vigueur, le pouvoir s'achat des peuples n'a fait que baisser.
    Et ce n'est pas avec Hollande que ça va s'améliorer. Sur ce plan il est sur la même longueur d'ondes que son prédécesseur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne ARNAUD9 mai 2012 à 16:22:00

      "Et ce n'est pas avec Hollande que ça va s'améliorer."
      D'autant qu'on nous promet des ministres communistes et des ministres écologistes.
      Je peux vous dire que j'ai hâte de voir ce prochain gouvernement à l'oeuvre.

      Supprimer
    2. @JEFF: je crains en effet que nous n ayons encore rien vu du cataclysme qui s annonce. La campagne et les élections n'auront qu oculter la chose pendant quelques temps.

      Techniquement je ne sais pas si l euro a fait baisser notre pouvoir d achat, nombreux sont les economistes pour nous prouver le contraire. ce quie st su c'est que depuis 10 ans, on rame.
      Pour la Grèce, le drame qui se joue a des causes bien antérieures a l euro, c'est un fait indiscutable

      Supprimer
    3. @marianne: Moi aussi j ai hate de voir, on va s'marrer. tenez, un gars comme Ayrault, repris de justice pourrait-il etre premier ministre d' une république " moralisée "

      Supprimer
  8. Que ceux qui sont "contre" l'austérité m'explique comment ils feraient si leur compte était dans le rouge et qu'ils devaient des milliers d'euros ?

    La Grèce est en ruine. Sa seul solution c'est de sortir de l'euro, de se prendre 20% d'inflation pendant quelques années mais au moins elle redeviendra compétitive...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @skandal: tu prêche à un convaincu. Le seul souci étant, en cas de sortie de la Grèce de l'Euro et sans compter sur la paupérisation dramatique, l'effet domino qui ne manquera pas de se produire

      Supprimer
    2. Sur l'effet domino, les économistes ne sont pas d'accord...

      Et, en ce qui concerne mon domaine d'expertise, les opérateurs de marchés verrait d'un bon œil que les sommes englouties par la Grèce ou l'Espagne soient utilisés à meilleur escient...

      Supprimer
  9. Tout ce que je vois, c'est que 20 députés s'affichant ouvertement nazis vont siéger au parlement grec...Tout ce que je lis ici peut être acceptable pour le débat, mais j'ai eu 64 ans avant hier et c'est la première fois que je vois des députés nazis dans un parlement en Europe et ça me fout les boules...Prenez vos responsabilités dans les propos que vous tenez ! Acceptable ou pas acceptable ? Je constate que la haine et l'intolérance n'ont rien à faire de l'histoire...Mais c'est bien sûr un avis personnel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @kalondour: il me semble, peut etre me trompe je, qu en autriche il y a eu aussi des députés "nazis " et même un chancelier il n y a pas si longtemps. C'est révoltant , nous sommes d accord, mais je crains que ce ne soit pas le seul pays a prendre ce tournant.
      cette montée des extremismes durs est souvent parallèle aux périodes de crises sévères.
      Je comprends ton ecoeurement et ton inquiétude. ce qui m interesse moi c'est le pourquoi, le comment . Se poser ces questions c'est s'apercevoir que nous avons tous une part de responsabilité, même minime.

      Supprimer
    2. Ouaip Kalondour, ça s'appelle la démocratie et contrairement à ce que font les socialistes et autres politocards, ça ne se découpe pas comme de la rayonne à un étal du marché saint-Pierre. Soit on est pour la liberté et on en accepte les inconvénients, soit on arrête de nous gonfler avec les beaux discours sur la république, la liberté, la démocratie, étoussa, parce que ce double langage, c'est surtout ça qui me fout les boules.

      Supprimer
    3. P.S : Et les communistes, ils sentent bon eux ? C'est quand même amusant de constater que par la grâce de la victoire du bon côté de la barrière on passe absolument tout à ces ordures.

      Supprimer
  10. quand on regarde la Grèce, l'Espagne, le Portugal....je pense que bien avant leur entrée dans l'europe, ces pays étaient pauvres et ...le redeviennent avec une chaute qui fait mal...l'europe est elle un trompe l'oeil ? je le pense quand je vois les candidatures qui sonnent à la port... danger !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP