samedi 19 mai 2012

Abus de pouvoir !

Quand le 4ème pouvoir abuse de ce même pouvoir,
quand la presse et les médias confondent devoir d'information et pouvoir de manipulation,
quand la presse, largement subventionnée par l'Etat, devient outil de propagande au service d'un seul candidat,
quand la presse perd tout sens de la mesure...



Le 10 et le 17 juin 2012, ne laissez pas la gauche gagner les élections législatives, votez !  Et votez bien !

Folie passagère 1159.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

21 commentaires:

  1. Mon cher Corto,

    Permettez-moi de ne pas vous suivre sur ce point. La seule presse qui vaille, car elle permet de confronter les idées, c'est la presse d'opinion. Il est donc normal de trouver des journaux de gauche. Le problème est de savoir pourquoi il n'existe pas ou presque de journaux de droite. Nous payons aujourd'hui le désintérêt de notre camp pour tout ce qui touche à la presse, au culturel, au monde intellectuel et culturel.

    Le combat à conduire est moins celui contre la presse d'opinion qui fait son travail que de reconquérir le terrain qui a été littéralement abandonné à l'ennemi. Quant on pense que jusqu'à la seconde guerre mondiale ces champs étaient majoritairement occupés par la droite, on mesure l’impéritie des leaders successifs des droites françaises. Reconquérir les esprits pour reconquérir le pouvoir. Voilà une belle tâche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous trouve un peu pessimiste, puisque Le Figaro arrive largement en tête de la diffusion nationale avec plus de 308 000 exemplaires vendus par jour.
      Et maintenant qu'il va devenir un organe de l'opposition, gageons que son lectorat augmentera encore.

      Supprimer
    2. Chere Marianne, nous ne lisons plus le Figaro, qu'on trouve un peu trop à gauche...lol...mais notre ami Koltchak à tout à fait raison et nous avons tout de même la droite la plus bête du monde à ce sujet et à bien d'autres !

      Supprimer
    3. @koltchack: je ne dis pas qu il ne doit pas y avoir de presse d opinion, elle est parfaitement légitime. Mais lorsque celle-ci, ou tout au moins la partie dite "sérieuse" de celle-ci fait dans la manipulation et le matraquage, elle n'est plus d'opinion, elle est outrancière. Les Unes de quotidien ou d'hebdo comme Libé ou Marianne pdt cette campagne étaient scandaleuses. Ni plus ni moins que de la propagande électorale. Phrases d'accroche tronquées, photos sombres , associations d'idées puantes...
      Par contre, je suis d accord avec toi sur la presse de droite dont il ne reste rien a part le Figaro et valeurs Actuelles. Une belle tache...mais qui osera ou pourra ?

      Supprimer
    4. @marianne: certes il reste le Figaro mais qui jamais n osera ni ne voudra donner dans les outrances d'un Libé. Alors sans doute que son lectorat augmentera un peu, encore faudrait-il, selon moi, qu il se rajeunisse dans la forme et dans les plumes.

      @boutfil: la droite la plus bête du monde n exagérons rien :)

      Supprimer
    5. Les outrances de Libé sont celles de la gauche qui ne respecte rien. Ce torchon ne diffuse rien d'autre que de la propagande, je ne comprends même pas qu'on se pose encore la question ou qu'on le lise sérieusement, sans esprit critique.

      Pour le Monde qui m'a donné largement l'impression de collaborer, c'est plus ennuyeux.

      Supprimer
    6. Corto, ne me dites pas que vous croyez à la fable d'une presse qui pourrait être impartiale, objective, factuelle. Il n'y a guère qu'en France où on gobe cet attrape couil...s. La seule différence entre Libé, Marianne, etc. et Le Figaro (de moins en moins de droite) et Valeurs Actuelles, c'est le style. D'un autre côté la gauche étant ce qu'elle est, il ne faut pas s'étonner de leurs une.

      Supprimer
    7. @koltchack: ah non tout de même ! mais j aimerai pouvoir croire en une presse et des médias justes moins manipulateurs de l opinion. Et surtout une opinion bien plus critique et moins moutonneuse. Là, je le reconnais je suis en plein rêve

      Supprimer
  2. Votre indignation m'étonne. Les journalistes, dans leur immense majorité sont de gauche. Quoi d'autre attendre d'eux ? D'un autre côté la presse papier est peu lue. Peut-on dans ce cas lui attribuer la victoire ? Si elle avait le pouvoir d'influence que vous lui attribuez, M. Hollande, ou tout autre porteur de casquette anti-sarkozyste aurait dû gagner avec au moins 90 %. En fait, comme la RSC, cet torchons prêchent des convertis. Vous et moi sommes passés devant ces unes. Vous ont-elles vraiment influencé ?
    Je crois que la courte victoire de M. Hollande est surtout due à la versatilité des peuples qui ont, dans l'ensemble de l'Europe en crise, tendance à vouloir sortir les sortants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacques etienne: absolument pas...tout a fait d'accord. J'enveux pour preuve une des Unes d Libé ou l on voyait Sarko avec comme titre, un truc du genre attribué a Sarko " Le FN est compatible avec la République ". J en discutais avec un de mes frères qui me disait: " ce sarko est pourri, le voila pactiser avec le FN " . Je lui ai fait lire l'article en entier, lui est montré que le titre etait tronqué et effectivement, il a reconnu s'être fait pieger par l'accroche.

      Quant à la courte victoire du hollande, vs avez en partie raison mais pas seulement et loin de là. Les observateurs, même un Plenel sur le plateau de Taddéi, s'accordent pour reconnaitre que sa victoire est pour une large part due au rejet du personnage Sarkozy, rejet bien organisé et entretenu par ... la presse.

      Supprimer
    2. Cela n'est pas nouveau, Corto, je crois même qu'en 95, les Guignols nous ont sympathiquement montré qu'on pouvait être pris pour une pomme.

      Amicalement.
      Al.

      Supprimer
  3. Je rejoins koltchak. Toute presse est "d'opinion". Même celle qui se proclame uniquement d'information (il y a de l'opinion dans le choix des sujets). Il y a une certaine naïveté (ou une hypocrisie certaine) à revendiquer l'objectivité. On pourrait se plaindre que les médias de service public soient très marqués à gauche et qu'ils ne se fassent pas équitablerment l'écho de toutes les opinions. Les journalistes se croient-ils obligés d'être à gauche pour qu'on leur pardonne leur statut privilégié? Comme le dit Trugluff (les tronches de cake dans mes liens): "Quand on n'est pas très pauvre, ce n'est pas la peine d'être communiste, socialiste, ça suffit".
    L'argument comme quoi l'abstention profiterait surtout à l'adversaire ne tient pas: les deux bords l'utilisent (exemple Pamphile aussi dans mes liens).

    RépondreSupprimer
  4. J'ai aussi un Troll depuis quelque temps qui me fait bien "tartir", chaque fois que je parle gauche, et Flamby. (l'hollande j'adore)
    Un vrai régal ta façon de dire les choses à cette bande de pingouins. Je viens de chez l'ami Pangloss et la vidéo m'a donné l'envie de venir te voir, je ne regrette pas ! Le Troll j'en ai fais un article et maintenant je le jette sans le lire.
    Amicalement
    Nettoue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "qui me fait bien "tartir""

      Excellent ! Moi qui croyais être le seul, depuis le décès de Dutourd, à encore employer cette expression.

      Supprimer
    2. @nettoue: j ai a peu près réussi à me débarrasser des trolls, maintenant, ils se retrouvent sur d'autres blogs pour me traiter de tous les noms d'oiseaux, et vont même jusqu'a m inventer un passé et une histoire, bien évidemment peu reluisants !

      Supprimer
    3. "tartir" ? Qu'est-ce ?

      Supprimer
  5. faire tartir : faire ch..r

    Al West, il va falloir lire Léo Mallet :-)

    RépondreSupprimer
  6. Corto, comme l'a dit notre bon amiral, et je souscris entièrement à ce point de vue, le combat doit avant tout être culturel. Laissons les gauchistes s'amuser avec leurs journaux. Ce qui compte, c'est avant tout la maîtrise du vocabulaire. Redonner aux mots leurs vrais sens. C'est un vrai travail de militant. Passer du temps à expliquer à la famille, aux amis, aux proches, aux relations, que les gauchistes qui tiennent la culture et les médias ont perverti le langage, ayant retenu la leçon d'Orwell. Rappeler par exemple qu'un sans-papiers n'est rien d'autre qu'un illégal et non pas quelqu'un en attente de je ne sais quel document que nous serions moralement obligés de lui donner. Les exemples sont innombrables. Rappeler que l'histoire officielle enseignée dans les manuels (celle d'Al-Andalus, de 1789, etc.) est au mieux un tissu de demis mensonges idéologiquement orientés.

    RépondreSupprimer
  7. @koltchakc: Sur le langage , tu prêche à un convaincu !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen