lundi 21 mai 2012

La parité, une idée fixe " dégénérative " ?

Nous avons 17 hommes et 17 femmes au gouvernement. Promesse tenue, tu parles d'un enjeu (mais seulement 6 femmes pour 27 hommes dans le cabinet élyséen de l'hollande !). Élections législatives: seulement 40% de candidats de sexe féminin, 1% de moins que la fois précédente: catastrophe et régression démocratique ! L'Ump qui, faute de candidates disponibles ( c-à-d, estimées capables de l'emporter ), va se prendre une amende. Une loi pour obliger  les conseils d'administration à avoir 20 % de femmes d'ici à 2014 et 40% en 2017. Pour un peu, le taux de mixité deviendrait un paramètre de bonne tenue économique et managériale aussi important qu'un solde intermédiaire de gestion.

Bon Dieu que ce cirque me gonfle.

Parité homme / femme, et pourquoi pas parité jeune / vieux ?

Cet égalitarisme forcené qu'il faudrait imposer partout et pour tout. La parité pour tous. Cette parité chérie que l'on érige en vertu capitale. Segmentons, disséquons, mercatisons notre bonne vieille société. C'est cela, oui, pour toutes instances ou entités politiques, économique, associatives, instaurons des quotas, une parité: des quotas de femmes, de noirs, de blancs, de jaunes ou de verts, de cathos, de juifs , de muzz et pour faire bonne mesure, d'homos etc...

Je dis ça, je dis rien, mais à force de vouloir tout contingenter, parce que c'est bien de cela dont il s'agit, je crains que cet égalitarisme n'engendre peu à peu un nivèlement par le bas de tout le système. La parité, une valeur de gauche ? Sans doute, c'est si chouette, si... progressiste. J'y vois plutôt un risque, une idée fixe à terme "dégénérative ".

Et la performance, le talent, les compétences, le mérite, la connaissance, on en fait quoi dans tout ce fatras paritaire ?

Folie passagère 1162.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

35 commentaires:

  1. Le problème de la parité, mon cher Corto, c'est qu'à trop vouloir l'imposer, on en vient à discriminer.
    J'ai connu un jeune homme qui aurait pu faire une carrière politique remarquable, mais étant plus intelligent que les autres, il a préféré se trouver un bon job, où il discute au niveau de l'Europe.
    Ses succès sont la garantie de son emploi.
    Et il s'est évité bien des campagnes fatigantes et coûteuses, et des reconversions douloureuses au cas où il n'aurait plus été adoubé par les électeurs versatiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: mas c'est tout a fait cela: on en vient à discriminer, le pire vient après.
      Regardez la photo de bas de billet. Vs connaissez le jeu du morpion? Vient toujours un moment où l un l emporte sur l autre.

      Supprimer
  2. Corto, Il me semble pourtant que Nicolas Sarkozy prônait la discrimination positive.
    Non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @elmone: 1/ je remarque que tu as bien saisi là ou je voulais en venir: a savoir qu a vouloir trop de parité, on finira par discriminer et de 2/ je n ai jamais dit ni écrit que Sarkozy n avait eu que des idées lumineuses. Il me semble d ailleurs que sur les derniers 18 mois de son mandat, il en était revenu de la discrimination positive

      Supprimer
    2. Tu auras remarqué sans doute que JF Copé ne parle nullement de compétence mais réisonne uniquement en probabilité d'être élu.

      Supprimer
    3. @elmone: il ne t'aura pas échappé que j en fais état en début de billet

      Supprimer
    4. Je sais. C'est pour ça ....

      Supprimer
  3. Ah, ça y est, on dit "les muzz" chez vous ?

    Effectivement, laissons faire notre belle méritocratie républicaine. 19% de femmes députés, ça veut sûrement dire que les hommes sont quatre fois plus "compétents", "performants" et "talentueux" que les femmes. De toutes façon, quand les femmes entrent dans un corps, elles "nivellent vers le bas". Bien connu.
    Honnêtement, votre progressisme à vous, c'est de tout laisser en place, n'est-ce pas ?
    Allez, bisou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @melusine: le terme Muzz est employé par des tags de gens, c'est un peu comme "black" on peut le dire sans etre taxé de racisme ou d'autres débilités.
      Pour le reste n visiblement tu n as rien compris a mon billet

      Supprimer
    2. Je ne dois pas savoir bien lire, excusez.
      "La parité c'est mal, c'est de la discrimination, c'est mauvais pour le talent et le vrai mérite." C'est ce que vous dites non ? Bravo, je suis d'accord. Et maintenant ? Il est évident que si les femmes et les hommes sont aussi talentueux, la loi des statistiques devrait permettre qu'ils occupent à égalité les postes de direction. Ce n'est pas le cas.... serait-ce de la discrimination ? Non ?! Ne pleurez pas une soit-disant méritocratie perdue, qui n'a de fait jamais existée.

      En ce qui concerne "muzz", je vous détrompe, c'est un terme principalement utilisé sur les blogs d'extrême droite (une rapide recherche google le confirme). Plus proche de "nègre" que de "black".

      Supprimer
    3. @mélusine: t'es limitée de la carafe ou tu le fais exprès ?
      Je ne dénonce que l'excès de parité, l'égalitarisme portée en vertu démocratique. Ni plus, ni moins. La parité poussée a l extrème mène forcément a la discrimination. faut juste un peu de jugeote pour le comprendre.

      Supprimer
    4. Haha, tu es encore vexé ! Tu peux faire exprès de ne pas me comprendre aussi longtemps que tu le souhaites.

      La "parité poussée à l'extrême", elle existe ? Soit tu trouves que les ministrEs sont sous-qualifiées, et tu développes et argumentes avec des faits. Soit tu admets que tu réfléchis de manière abstraite (ce qui n'est pas un mal, les quotas nuisent à la méritocratie en effet), et tu ne fais pas de ton billet une dénonciation de faits qui n'existent pas. Je ne sais pas bien où tu regardes pour voir "l'excès de parité". Dans la troisième dimension, sûrement. Parce qu'à part au gouvernement, la parité n'est pas une réalité en France.
      Sinon tu peux saisir un organisme anti-discrimination quelconque et te plaindre qu'il y a trop de femmes incompétentes aux postes de direction ; )

      Allez.

      Supprimer
    5. Mélusine, je me rappelle que vous avez affirmé ne pas maîtriser les finesses de notre langue. Alors comme je suis un type sympathique, toujours prêt à éclairer son prochain, je vais me fendre d'un petit précis sur l'utilisation du terme "nègre".

      En français correct le mot "nègre" est exempte de toute connotation péjorative pour ne pas dire diminutive. Il vient tout droit, comme beaucoup d'autres mots, du latin. "Niger" signifiant "noir" (la couleur). A contrario, lorsqu'on voulait désigner un homme de couleur de façon méprisante on utilisait le mot "noir". A contrario, dans le monde anglo-saxon le terme correct est "black" et le péjoratif est "nigger". Partant de là, les "belles âmes" françaises, qui font partie de la frange mondialisée de nos zélites (je ne parle pas des loquedus militants mais de ceux qui tirent les ficelles et qui nous font tartir au JT de 20h), ont cru intelligent de singer avec bien des années de retard, comme d'habitude, ce qui se fait de pire outre-atlantique. Mais comme ils ont l'habitude de marcher sur la tête, il n'est pas étonnant qu'ils se soient livrés à cette inversion de plus.

      Quant à muzz, je reconnais bien volontiers l'utiliser de loin en loin, uniquement lorsque je suis d'humeur badine. Mon point de vue sur l'islam changera peut-être le jour où mes frères chrétiens d'orient n'auront plus à subir de vexations, de violences, de meurtres de la part des meutes islamiques. Les observateurs auront d'ailleurs noté que ces chrétiens subissent sans répliquer, sans se faire sauter aux terrasses des cafés, sans égorger qui que ce soit devant des caméras, etc. Ils subissent patiemment et lorsqu'ils n'en peuvent plus, ils s'en vont. Ils s'en vont alors que les chrétiens étaient présents dans ces pays avant que l'islam ne soit inventé par un chamelier pédophile et massacreur.

      Supprimer
    6. Je me contre-fous de votre avis sur l'Islam, en fait.

      Votre réflexion étymologique est peut-être intéressante, mais cela ne change rien au fait que le "mot" nègre en France est aujourd'hui péjoratif (regardez dans un dico - à moins qu'ils ne soient tous les enfants de la "gueuuuuuse"). Peut-être que votre "français correct" date du XIX siècle.

      Supprimer
    7. En fait il s'agit de linguistique, ou de la philologie si j'avais cité des sources écrites historiques. Ce que vous ne semblez pas comprendre, c'est que ce n'est pas parce que des semi-débiles, précision destinée à laisser planer le doute, ont décidé unilatéralement que le sens d'un mot ne serait plus celui qu'il a toujours été, que cela entérine de fait la connerie. Dix millions de connards qui adoptent une connerie ne la changeront pas en chose sensée. Quant au XIXème siècle, ce que j'en sais, c'est que le français de cette époque n'avait pas encore été pollué par l'arrivée massive d'intrus qui au mieux n'arrivent qu'à le baragouiner.

      Quant à mon avis sur l'islam, rassurez-vous, je n'en faisait pas état afin que vous fassiez état de votre approbation. Vous semblez d'ailleurs vous foutre de tout ce qui ne correspond pas à votre réalité fantasmée. Le problème, c'est qu'elle finit toujours pas se rappeler à ceux qui aimeraient bien ne plus la voir : printemps arabes soi-disant modérés qui accouchent démocratiquement de régimes islamistes, révolte lybienne qui fait la part belle aux seigneurs de guerre islamistes, 70% des tunisiens en France qui ont voté pour les islamistes.

      En fait, je me fiche totalement de votre opinion sur la langue française que de votre propre aveu vous ne maîtrisez pas, je me fiche de vos délires paritaires imbéciles, votre antiracisme rabique. Vous pensez certainement être très originale alors que vous n'êtes qu'un mutin de Panurge, vous pensez certainement faire partie de la grande famille des humanistes alors qu'en réalité vous n'êtes qu'un de ces innombrables petits kapos de la police de la pensée.

      Supprimer
  4. J'avoue ne plus comprendre. Il me semblait pourtant que dans les rangs du parti socialiste on était plutôt partisan (pour dire le moins) de la "théorie du genre".
    Dès lors comment peut-on prétendre que l'on a dix-sept femmes au gouvernement simplement parce que l'on y a mis dix-sept individus de sexe féminin? Puisque le genre est différent du sexe peut-être y a-t-on mis 34 hommes en réalité.
    Je demande un complément d'information sur le genre des ministres concernées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @aristide: complément d'enquête , t en as de drôles toi.
      Ceci dit, à l age où ils arrivent a ce genre de fonction, normalement, ils se sont " déterminés " non ?

      Supprimer
  5. Et pourtant je suis une femme... mais franchement, leurs idées d'égalitarisme me sidèrent ! Donc, il faudrait, pour l'égalité des chances, non seulement mettre la moitié de femmes, mais en plus par moitié des cathos, faschos, musulmans, athées et j'en passe, moitié de jeunes, de vieux, de gauchos, de "droitos", de "sans étiquette", à ce train-là, il faudra y mettre tout le monde...
    Liberté, égalité, fraternité...
    Je crois qu'il serait temps de faire comprendre à nos chers politiques et politologues que tout ne se contingente pas : l'égalité n'est pas l'égalitarisme, la fraternité ne signifie pas baisser son pantalon devant les autres et la liberté ne se décrète pas !
    STOP à tous ces gens qui veulent nous mettre dans le même moule. Je ne serai jamais capable d'assumer un poste gouvernemental, tout comme la plupart des personnes n'arriveront jamais à faire mon travail à ma place.
    Alors, qui est plus compétent que l'autre ???
    Nous sommes tous des êtres humains, le comprendre serait déjà un grand pas en avant pour tous ces bien-pensants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mary: je te passe le relai pour expliquer tout cela à Mélusine, moi, j en peux plus :)
      bises

      Supprimer
    2. "Nous sommes tous des êtres humains." !
      Mon Dieu, comment ai-je pu passer à côté de cette révélation ?
      N'élevons pas le débat surtout : "Nous sommes tous différents, à chacun sa place. "

      On ne peut pas discuter chez toi, on est trop vite réduit aux méchancetés et aux poncifs.

      Supprimer
    3. Et oui, à chacun sa place en fonction de ses capacités et de son mérite. Le grand drame c'est que de nos jours personne ne sait tenir sa place.

      Supprimer
    4. @mélusine: bien su que l on peut discuter ici. La preuve, je viens de vérifier: 11 647 commentaires laissés en à peine 1 an sur ce blog. Il y a même de degauches sympas qui commentent régulièrement. Le tout c'est de ne pas dire trop de conneries.

      Supprimer
  6. Bonsoir Corto,
    Bonsoir à tous,

    Tout d'abord, je pense qu'il faut encourager les femmes à briguer des postes à responsabilité pour prendre en compte les besoins spécifiques de la gente féminine. Quant à instaurer des quotas, je ne suis pas sûre que la majorité des femmes y soit très favorable.

    Il est un fait qu'à capacités égales, les femmes n'ont pas un goût démesuré pour le pouvoir. Sur ce point là, les hommes sont beaucoup plus arrivistes.

    A part quelques-unes, elles n'ont pas très envie de se battre pour obtenir des postes certes intéressants, mais qui vont sérieusement leur compliquer l'existence.

    Leur attitude s'explique :

    - En partie parce que dans la majorité des foyers elles sont les gardiennes de l'équilibre familial en gérant notamment tout qui concerne la partie enfants,

    - mais aussi parce que la misogynie est quoiqu'on en dise toujours d'actualité à tous les niveaux. D'ailleurs, au plus on s'élève dans la hiérarchie et au plus elle est forte. Encore aujourd'hui, une femme doit travailler plus qu'un homme pour espérer avoir la même reconnaissance.

    "Non, mais qui c'est celle-là qui a l'audace de venir piétiner nos plates-bandes...."


    Par contre, ce qu'elles font de plus en plus quant elles en ont assez d'être à la merci de petits chefaillons qui les empêchent de respirer, c'est de créer une entreprise dans leur domaine de prédilection. Ainsi, elles peuvent s'organiser comme elles l'entendent pour concilier vie de famille et activité professionnelle, et recueillir directement le fruit de leur travail.

    J'en connais quelques-unes dans mon entourage qui ont sauté le pas ces dernières années. Elles sont épanouies. Elles s'éclatent dans leurs nouveaux métiers. Elles font ce qu'il faut pour que ça marche et elles gagnent assez bien leur vie.


    Rentrer dans un gouvernement n'est pas une sinécure : Il faut être performant tout le temps, accepter d'être moins bien payé qu'un chef d'entreprise et en plus, se voir reprocher le salaire que l'on gagne, être constamment en représentation, être la cible permanente des critiques les plus immondes, se bagarrer en permanence pour imposer des idées que le partie adverse se fait un plaisir de contester, .....

    Franchement, sauf à avoir une vocation politique forte et un goût démesuré pour le pouvoir, j'ai des difficultés à comprendre pourquoi certains se battent autant pour souffrir.

    D'ailleurs, Roselyne Bachelot, que j'ai entendu cet après-midi à la radio, avait l'air tout à fait ravie d'avoir retrouvé un espace de liberté.

    Alors effectivement, la parité à tout prix me paraît assez contestable.

    Féministe certes, mais aussi réaliste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cyrielle: hello coucou. Globalement tu as bien cerné les choses. La parité que ce soit en politique ou ailleurs, a tout prix, est une aberration. Point barre. Aujourd'hui quiconque veut réussir ds un domaine le peut. C'est plus compliqué pour certains que pour d'autres. Et alors, c'est ainsi, on ne part pas avec les mêmes armes.
      Et a vouloir la parité a tout crins, on en arrivera a des débilités revendicatrices de ceux qui ne s'estiment pas assez représentés pour 1 oui ou pour un non: Pourquoi 50% de femmes députés et pas 50% d'homos ou de gens issus de la diversités ou 50% de femmes lesbiennes handicapées ?

      A ton réaliste de fin, je rajouterai pragmatisme
      bonne journée a toi

      Supprimer
  7. Il faudra un jour rappeler, voire expliquer, que la fameuse "égalité" inscrite sur tous les frontons de nos bâtiments publics, c'est l'égalité en droit. C'est à dire que tout le monde à le droit de briguer tel poste, à condition toutefois d'en avoir les capacités.

    Lorsque je considère ce gouvernement, j'ai plutôt l'impression d'avoir en face de moi une addition d'incapacités. Partant de là, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'ils pratiquent le nivellement, par le bas bien entendu.

    17 femmes. En comptant Taubira ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "17 femmes. En comptant Taubira ?"

      Ha oui !
      Au fait ? On l'impute sur la quota "femme" ou sur le quota "nègre" ?

      Supprimer
    2. @koltchak: on ne demande pas aux ministres d'être des cadors ds le domaine qui leurs sont confiés, on leur demande d être politique. Pour le reste, ils ont conseillers et technocrates.
      Le tout est de savoir si ce gouvernement rassemble la crème de la politique à gauche: non, bien evidemment

      @elmone: ben sur les 2: femme et issue de la diversité :)

      Supprimer
    3. @ elmone : Tout de suite la suspicion. Non, mais vu le tromblon que c'est, je penchais plutôt vers une catégorie dégenrée. Notez quand même que la racialisation du débat est de votre fait. Et après on viendra dire que ce sont les gens de droite qui sont obsédés par ça. D'un autre côté, on ne saurait vous en vouloir, la confusion mentale étant visiblement l'apanage des gens de gauche. A un Patrick Lozès, qui lutte farouchement contre le communautarisme, à qui un journaliste lui demandait comment il se définissait, Patou a répondu : "noir". Cherchez l’erreur.

      Supprimer
    4. @koltchak, c'est vrai que j'ai provoqué.
      Cela dit vous parlez de confusion. Je ne sais pas ce que la théorie du genre vient faire dans le débat (c'est Aristide plus haut qui en parle même si c'est sur le mode ironique).

      A vrai dire, Koltchak je suis contre la discrimination positive . Alors c'est vrai (Corto joue là-dessus) la parité est une forme de discrimination positive. OK. Mais je pensais que UMP comme PS étaient ok pour laisser plus de places aux femmees. L'objet de mon billet était de faire remarquer que la notion de principes chez Jean-François Copé était à ... géométrie variable.
      Cordialement

      Supprimer
    5. Oh la théorie du genre ne servait qu'à insérer une pointe de misogynie parfaitement assumée à l'endroit de la Taupe Ira, dont on se sait pas trop s'il s'agit d'une femme, d'un trans, d'un gnome ou je ne sais quelle espèce indéterminée.

      Quant à l'UMP, je m'en tamponne, ces gens ne m'intéressent pas plus que les socialistes. En fait, ils sont les côtés pile et face de la même pièce.

      Ceci dit, je note que s'étriper sur des sujets aussi futiles et imbéciles que la parité, alors que seuls mérite et compétence devraient compter, permet d'éluder les vraies questions. Quant aux principes à géométrie variable, rassurez-vous, c'est un trait qui est propre à la gent politicienne. Pour faire ce métier de voyou il faut avoir été opéré de la honte et être un opportuniste de concours.

      Enfin, je note que les féministes de tout poil, si j'ose dire, ont la ferme conviction de parler au nom de toutes les femmes. Pourtant je ne compte plus dans mon entourage, plus ou moins proche, celles qui aimeraient bien pouvoir se passer de carrière professionnelle pour s'occuper de leurs enfants et de leurs foyers. Des traîtresses, n'en doutons pas.

      Supprimer
  8. 25 hommes et 6 femmes au cabinet de François Hollande. Il y a la parité qu'on lance, en plâtrée, aux gogos du 20 heures, que s'efforcent, en cœur, de reprendre quelques blogueurs "emmaltés"(1). Et puis, il y a la réalité !

    (1) Ce n'est pas de moi. Ça vient de Gauche de combat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @denis: bon ben si ça vient de GdC, hein...curieux personnage au demeurant mais c'est 1 autre histoire.
      Emmaltés ? késako, je cours chez google

      Supprimer
    2. @denis: "emmalté" y a pas sur google. Sans doute cela vient-il de malt, je suppose, procédé qui donne cette couleur sublîme au whiskey de qualité ?

      Ceci dit, il a un peu raison pour le cabinet de hollande, me'de alo's la pa'ité n y est pas 'espéctée !

      Supprimer
  9. Lu sur twitter :
    La parité est injuste pour les hommes, insultant pour les femmes et viole un principe fondamental : l'égalité en Droit

    RépondreSupprimer
  10. @vlad: et bien c'est tout a fait cela ! excellent, ça résume bien.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP