jeudi 4 avril 2013

François Hollande et la plaque d'égout



" P'tain, l'heure est grave. Voilà que je me retrouve devant des tas de gens et une bouche d'égout. Moi, Président  !  En plus, il fait froid. C'est pas une vie d'être en responsabilité. J'suis le premier des Français et j'm'aperçois qu'ils ne sont plus que 27% à m'aimer. Bon, okay, 27% ça fait toujours un socle pour tenir debout. Mais pour combien de temps encore ? Quand je pense qu'il y a à peine un an, ils étaient 51% à m'aimer. Enfin, à m'aimer, soyons honnête, à détester l'autre nabot, surtout... Je les ai bien grugé avec toutes mes promesses, ils y ont crû, les cons. Et DSK, quelle bille, grâce à ses conneries me voilà au premier rang. Y a des jours, je te jure, je me dis que si j'avais su, j'aurai pas venu. J'avais tout pour réussir ce mandat. Tous les pouvoirs avec mes amis de Solférino - enfin, mes " amis ", tu parles - on a les grosses villes, les régions, les deux perchoirs, la magistrature, les lobbies gay, le CSA dont j'ai veillé personnellement à la nomination du nouveau président, tous les pouvoirs, et rien, rien, ne se passe comme prévu ! Rien. 

Je leur ai fait le coup du mec normal, j'ai voyagé comme les pouilleux, les smicards ou les riches à 4 000 euros par mois, en train. J'ai pris mes vacances comme tout le monde, en France, je me suis foutu en maillot de bain devant tout le monde avec Valérie donnant ainsi à toutes et tous l'occasion de se foutre de nos physiques disgracieux. J'ai tout fait pour qu'ils m'aiment et rien, rien, n'y fait. Je ne comprends pas. J'ai fait des promesses, certes intenables, mais j'ai promis des tas de choses. Tiens, même le mariage, moi qui m'en fous comme de l'an 40, je l'ai promis pour tous. Et " tous " ne sont pas contents, ils osent manifester, en masse. Et pas moyen de faire en sorte de ne pas les voir, ils sont chaque fois plus nombreux à manifester.

Je me suis posé en chef de guerre en allant défendre les p'tits noirs du Mali et nos gisements d'uranium, j'ai 5 morts au compteur et des otages en sursis, j'y ramène un semblant de démocratie en fricotant avec des gens peu recommandables. Mais rien n'y fait. 27%.

J'ai avoué ce que tout le monde sait, la crise est inouïe, et que nous allons en chier pour s'en sortir malgré ma boîte à outils en plastique. J'ai beau leur dire, leur répéter, leur bourrer le crâne avec ce challenge imbécile que je me suis fixé d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année, ils ne me croient pas. Je me bats comme un beau diable contre Merkel et les toutes puissances de l'argent mais rien n'y fait, ils sont plus forts que moi.  J'aurai jamais du dire que j'allais renégocier le traité européen, j'avais perdu d'avance. Je croyais la jouer solidaire en m'alliant aux pays du sud et on  me dit que je m'acoquine avec des loosers. Va savoir, je suis un peu paumé; la chose internationale, je n'y comprends rien. Et ils s'en rendent compte en plus.

Ils voulaient de la parité, je leur ai tout donné. Autant d'hommes que de femmes au gouvernement; même que des femmes, j'ai eu du mal à en trouver des compétentes, je me suis rabattu sur des seconds choix. Mal m'en a pris, elles sont quasiment toutes connes à bouffer du foin. Et mes ministres, quelle honte, pas moyen de les mâter ou de les tenir. Ce n'est pas un gouvernement que j'ai mis sur pied, c'est une usine à couacs et à claques. Quel con ais-je été de pérorer plus que de raison sur cette république irréprochable... mais tant que Merdapart me fout la paix avec ma déclaration patrimoniale... l'honneur, le mien , est sauf. Et l'autre, là, le meilleur d'entre nous, le voilà qu'il me fait un bébé dans le dos en mentant comme un arracheur de dents. La république outragée, c'était pas mal ça comme tirade... Je le savais qu'il mentait mais je ne peux rien dire, je suis Président; reconnaître que je me suis planté ne serait pas faire preuve de courage, ce serait jugé comme un aveu de faiblesse. T'imagines, t'es président, et tu peux même pas dire que t'es nul. Manquerait plus qu'on découvre que Moscovici ait joué au con dans cette histoire. Y a des jours, je te jure, p'tain qu'il fait froid.

Tout fout le camp et tout m'échappe. Pas facile d'être à la hauteur, même sans talonnettes. Je les vois bien tous autour, là, qui me regardent, sourires en coin. C'est sûr devant les caméras, ils jouent le jeu, ils me soutiennent, normal, ils me doivent tout, mais je sais ce qu'ils pensent: que je vais me planter. Couille molle, je suis, couille molle je resterai, voilà ce qu'ils pensent. Les couteaux s'aiguisent. Paraît qu'il y en a qui m'appellent " pépère ", les enfoirés, même pas le respect de la fonction. Mais qu'est-ce que je fous là ! 27%...

J'ai fait des cadeaux à " mes amis ", cela réussissait si bien à mon prédécesseur: suppression du jour de carence pour les fonctionnaires, amnistie syndicale, taxe confiscatoire sur les riches, abrogation de la RGPP de l'autre con, les retraites révisées, de la repentance à gogo... quoi d'autre, je ne sais plus, c'est peut-être bien léger, attendaient-ils plus ? Va falloir que j'y pense. En attendant, j'essaie de faire comme ils ont dit: réduire les déficits, les dépenses publiques, les inégalités, les salaires des ministres, ... mais rien n'y fait ! Je sombre et le pays avec. 27% ! J'en ai marre. 27%, est-ce possible de descendre plus bas ?

Ressaisis-toi ! C'est vrai, je suis mal barré. Mais que faire ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Apprendre à faire un nœud de cravate ? Aurais-je atteint mon seuil de compétence ? Qu'est-ce que j'étais bien en Corrèze ou à la cour des Comptes. Si seulement... Je les vois, là, tous autour, ils se régalent à l'avance des prochaines conneries que je vais faire. C'est ma faute aussi, depuis dix mois, pas une semaine sans que je leur donne à rire à mes dépens. Et il faudrait que je m'étonne de ces 27% ?

Je suis le Président et me voilà à causer avec une plaque d'égout. J'ai le blues et il n'y a que cette putain de plaque d'égout à qui je puisse me confier. C'est dur. Putain qu'il fait froid. Au fait, qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Faut que je me renseigne. "

Folie passagère 1651.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

63 commentaires:

  1. @corto c'est invraisemblable , tu as des dons divinatoires ou quoi ? A te lire j'avais vraiment l'impression de l'entendre parler .
    Chapeau l'artiste !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nofate et Claude Henri: ah mais j y suis pour rien, c'est hollande qu il faut féliciter

      Supprimer
    2. À corto 74
      Une bonne rigolade votre texte
      Vous avez du talent
      Merci

      Supprimer
    3. @Pit2b: merci bien, ça me donne l envie de le rediffuser

      Supprimer
  2. Réponses
    1. @pangloss: en voyant la photo, j ai tt de suite pensé à ce billet

      Supprimer
  3. Tout simplement :excellent !!!!@branger8

    RépondreSupprimer
  4. Bravo ami, un résumé plus vrai que nature, c'est bien le Bouffi dans toute sa splendeur !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Branger8 et Falempin: merci les amis mais remerciez hollande, ce gars est une source d inspiration inépuisable

      Supprimer
  5. Et personne pour avoir la larme à l'oeil ? Ah ! Ils sont durs vos commentateurs, mon cher Corto !
    Moi, il m'a presque fait de la peine.
    Mais c'est bientôt la fin de ses emmerdes.
    Après la dissolution, après les Législatives, ce sera inauguration des chrysanthèmes à gogo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Même le désarroi d un homme seul, tout président qu'il soit, n'émeut plus personne. C'est triste, tout fout le camp.

      tel qu il est parti et compte tenu de ses états d âmes, effectivement, je crois qu il n en a plus pr bien longtemps :)

      Supprimer
  6. t'es en forme toi !! trop drôle ! bises

    RépondreSupprimer
  7. Il n'y a donc pas que Marianne qui écrive des billets chez vous ?
    La confidence et la confession du président, rien moins, vous êtes un grand !
    Le grand homme avait sans doute besoin de vider son sac, merci de l'avoir accueilli chez vous pour notre plus grand plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: tu me connais, comment pourrais-je laisser un homme seul et en perdition, je suis trop bon, je l'accueille

      Supprimer
  8. J'adore!!! Mais c'est vrai qu'il doit se sentir bien seul lui aussi!!!
    Comme Cahuzac... Me font de la peine ces gens là... Ils font que des conneries et après ils savent plus comment s'en sortir et ils s'enfoncent... il y a quelque chose de touchant dans tout ça.... Z'ont tellement envie d'être aimés...

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @titi: quelque chose de touchant... je voudrais bien être ému par le monologue intérieur de hollande mais je n y arrive pas. Désolé. J'aurai pu, peut-être, s'ils ne s'étaient pas posé comme parangons de vertus. Loupé !

      Supprimer
    2. Je plaisantais bien sur!!! Hollande n'a rien de touchant... Il est trop imbu trop persuadé d'être dans le vrai, trop incapable de reconnaitre ses erreurs et ses faiblesses....
      Cahuzac, lui me fait sincèrement de la peine maintenant (je sais je suis trop gentille) mais à voir l'attitude de ses anciens "amis" qui lui crachent à la figure je me dis que je suis bien contente de ne pas être socialiste... Car chez eux, personne n'a droit à l'erreur... enfin, pardon je rectifie, personne n'a le droit de se faire prendre les doigts dans le pot de confiture... sinon c'est le goulag direct!!!! Ils sont minables, et ils sont dévoilés au grand jour....

      Titi

      Supprimer
  9. Je vous ai reconnu au premier rang. Je sais bien qu'avec son rythme de phrasé haché ça aide... Mais il marmonnait tout bas entre ses dents ; vous avez l'oreille ultra fine ! Vous avez pris en sténo ? Félicitation !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @le Plouc: taratata, pas de sténo, juste mes capacités à comprendre les gens :)

      Supprimer
  10. Bravo Corto ! C'est criant de vérité.

    La photo est aussi pathétique que l'histoire que nous raconte votre personnage.

    Peut-être qu'il va l'ouvrir cette bouche d'égoût....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cyrielle: et s'y engouffrer à tout jamais ?

      Supprimer
    2. Cyrielle, s'il ouvre sa bouche d'égouts, il va encore en sortir des conneries -)

      Bravo, Corto, pour ce superbe monologue intérieur.

      Supprimer
    3. @al west: merci mais je n ai fait que retranscrire :)

      Supprimer
  11. Vous vous rendez compte qu'après avoir lu votre billet, j'éprouve de la compassion pour François Hollande ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mat: c'est un peu de ma faute, je n ai pas retranscris le passage où il disait que " les Français étaient tous des veaux à qui on faisait avaler n importe quoi ! " :)

      Supprimer
  12. Je serais à sa place, je ferais broder et encadrer cette phrase de Chirac : "Les emmerdes volent toujours en escadrille".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: Chirac avait-il donc des accointances avec Audiard ?

      Supprimer
  13. Il lui manque le balai de cantonnier sur la photo :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Beret vert: on le lui a enlevé pour la photo

      Supprimer
  14. un mot, un seul : bravo !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacqueline: C'est hollande qu il faut remercier :)

      Supprimer
    2. remercier dans le sens de renvoyer, je suppose !!!

      Supprimer
    3. @jacqueline: nous sommes d accord

      Supprimer
  15. Cher Corto, je ne vous connaissais pas ce talent de pamphlétaire! Texte à la fois drôle et pathétique, si juste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dame du Mt: Merci , je suis touché :)

      Supprimer
  16. J'avions bien ri en lisant ce texte et pour l'instant profitons en, ce n'est pas encore imposé mais avec les socialistes au pouvoir, tout est possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: je crois qu en effet en di mois, ils nous ont montré que rien ne leur faisaient peur, avec eux " tout est possible "

      Supprimer
  17. Le plus fou, le plus drôle, le plus énervant, c'est que Hollande continue à parler de moralisation de la politique.
    On nage en plein délire. Dire que Zayrault a osé s'en prendre à Depardieu, au JT, à 20 heures, sur France 2, c'est le plus gros foutage de gueule auquel on ait assisté depuis longtemps. Des crasseux qui jouent les proprets, c'est immonde!!!!!!

    RépondreSupprimer
  18. Au fait, très bonne la photo avec le président devant la plaque d'égout!
    Très drôle aussi ton interprétation. Tu es souvent bien inspiré les veilles de week-end. Pour notre plus grand plaisir, mais sans doute pas pour les adorateurs hollandais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: les adorateurs hollandais ??? késako ?

      Supprimer
    2. Les quelques uns qui continuent à croire en son intégrité et son sérieux.
      Car malgré les éléments concrets, les faits, ils arrivent encore à croire en lui.
      d'où ma conclusion, il faut l'adorer, le vénérer pour ne pas se rendre compte que c'est un Tartuffe.

      Supprimer
  19. Je suis morte de rire, C trop bien vu. Je ne te connaissais pas et aujourd'hui, je t'adore. Génial, tu es vraiment génial !!
    Annelaure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @annelaure: Bienvenue ici et merci bien ! je vais rougir

      Supprimer
  20. J'adore ! Merci Corto pour ce billet désopilant que j'ai partagé sur face ! Heureusement que mon rimmel est waterproof j'en pleurais de rire ! En même temps, c'est peut-être ballot , mais parfois il me fait pitié , avec ses petits bras dans ses manches trop longues, sa teinture corbeau hyper naturelle, ses bafouillages ..des biz et bonne journée à toi et à tous ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Chan: ton rimmel ? ben crotti-crotta, je croyais que " Chan " était un homme ! ceici dit, un mec avec du rimmel, pkoi pas :) merci à toi !et bonne journée aussi

      Supprimer
    2. Euh , Corto , tu as vu ma photo ? Bizz

      Supprimer
  21. Bravo aussi à l'auteur de la photo !
    Annelaure.

    RépondreSupprimer
  22. Bravo Corto !
    Ce monologue intérieur face à la bouche d'égoût, un délice ! Fallait le trouver !
    Pôv' Fransounnet, c'est vrai qu'on arriverait à le prendre en pitié.
    En attendant de mourir, rions.
    J'attends le prochain billet sur son discours concernant l'ignominie commise par Cahuzac où il scande chacun de ses propos par un demi-lever de bras, comme une marionnette actionnée par un filiste débutant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @isabelle: quel discours ? celui qu il a enregistré cul-sec avant de partir au maroc ? c'est pas un discours, c'est ... rien, se foutre de la gueule du monde et donner l impression qu il n avait pas pris la mesure de l'évènement !

      Supprimer
  23. Mais je fais de l'humour parce qu'il pleut au Maroc.
    Mais que je me souvienne..il était admis que lors d'un déplacement à l'étranger, nos gouvernants ne parlent pas des affaires franco françaises....A quoi ça rime de parler de l'affaire Cahuzac avec un drapeau marocain en fond ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Francis: a quoi ça rime ? t en as de drôle toi, il est président, il fait ce qu il veut même de se ridiculiser a l 'étranger. Gouverner c'est pleuvoir ! Je t'en collerai des baffes !

      Supprimer
  24. Excellent ! (comme souvent car je vous suis depuis un moment déjà mais sans me manifester) et j'ai autant ri qu'au lendemain du 8 mai avec le sketch de Canteloup : http://www.wat.tv/video/canteloup-hollande-mai-513md_353bp_.html

    Nana Nonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis permis de transmettre le lien sur votre blog à une partie de mon carnet d'adresses, pas de souci ?

      signé : la même

      Supprimer
    2. @Nana Nonyme: bienvenue ici et n hésites pas a commenter, je ne mange personne même pas les gauchistes.
      Pas de souci pour le lien
      bonne fin de journée

      Supprimer
  25. Ah ah bien vu !
    Le coup de la visite des stations d'épuration (fosses à merde) au Maroc, c'est très fort tout de même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vlad: ben quitte à être dans la merde jusqu au coup ...

      Supprimer
  26. Oh la la ! Corto !
    Vous m'avez fait pleurer. De rire, bien sûr ! Et, rien qu'en y repensant, je recommence :o))) C'est tellement ressemblant !
    Entre la photo et la façon EXTRAORDINAIRE dont vous avez capté sa façon de raisonner, c'est trop fort. :o)))
    Bravo ! Et même BRAVISSIMO !

    Quoique nous ne devrions pas rire, mais plutôt nous inquiéter d'avoir pareil glandouille à la tête de notre pays.
    Mais la façon dont vous l'avez "croqué" est vraiment irrésistible !... :o)))

    Pour ceux que ça intéresse, voici les plans des "fosses à merde" :
    http://www.annecourtille.net/article-tout-un-symbole-116795054.html
    On ne sait jamais : avec un peu de chance, il pourrait y tomber (et y rester)
    Ce serait coup double : on serait débarrassé de ce nullard, et lui... échapperait au risque supérieur de s'auto-détruire :
    charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, ce serait ballot qu'il soit la première victime de ses mesurettes annoncées (patrimoine, SCI, ISF, etc.) Mouuaaarrrrfff !!!

    Encore merci, Corto, pour cette sacrée tranche de rigolade. :o)
    On en veut ENCORE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: ah mais de rien tout le plaisir est pour moi :) mais avec un tel personnage, c'est du gateau de s'amuser. Il est si drôle et si pathétique. Bon okay, ce n'est pas d un président drôle dont on a besoin mais bon c'est ainsi. Alors autant en prendre le parti d en rire. Pour l instant on peut encore

      bon week end

      Supprimer
  27. GUIGNOL 78
    Alors là, la bouche d'égout, ça m'en bouche un coin ! Un symbole accompagné d'un dithyrambe génial. Plusieurs commentaires laissent entendre qu'il va se tirer. Ce sera la première fois dans l'histoire de la 4ème fille publique, pardon république. mais c'est vrai, on voit pas comment il va s'en tirer. En tout cas, sûrement pas par le haut.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP