lundi 28 juillet 2014

CEDH: Le mariage homo n'est pas un droit... de l'homme


Alors là, cela m'en bouche un coin ! Saisi du cas d'un homme finlandais devenu femme  qui voulait épouser... sa femme, ce que la justice de son pays lui refusait, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) vient de rendre dans ce jugement une décision étonnante, une triple décision même, décision s'appliquant à l'ensemble des pays européens: 

- Le mariage homosexuel ne peut être revendiqué comme un droit de de l'homme, 

- Qu'une simple union civile pouvait faire office de mariage pour un couple de même sexe, 

- Que le droit européen des droits de l’homme n’exige pas des Etats membres qu’ils « ouvrent l’accès au mariage aux couples de même sexe »,

La CEDH a aussi confirmé que la protection du mariage traditionnel était un intérêt légitime à protéger, acceptant par là que les relations entre les personnes de même sexe ne sont pas identiques au mariage homme-femme, et peuvent dès lors être l’objet de différences de traitement en droit. 

Encore plus fort, dans son jugement, la CEDH reconnaît que « l’homme et la femme ont le droit de se marier et de fonder une famille » ce qui de fait attribue aux couples hétérosexuels des droits que ne peuvent automatiquement revendiquer les homosexuels! Et ce tant qu'il n'y aura pas un consensus européen sur le sujet puisque seulement dix Etats membres du traité ont légalisé le mariage homosexuel. 

Avec ce jugement, la CEDH, Cour Européenne des Droits de l'Homme, envoie un message clair à l'ensemble des militants de la cause du monde entier: le mariage homo n'est pas un droit de l'homme ! 

Pour mémoire, la Cour Constitutionnelle italienne a déclaré le mois dernier que les unions civiles suffisaient à protéger les intérêts des couples de même sexe et la Cour Suprême des Etats Unis avait déjà refusé l'an dernier de déclarer que le mariage entre deux personnes de même sexe était un droit constitutionnel ou un droit international. 

On attend avec impatience les réactions de mam' Taubira et de Belkacem ainsi que de tous ceux qui lors de la bataille pour le mariage zinzin défendait l'idée même que le droit au mariage entre couple de même sexe était un droit... de l homme et un droit universel, "une question de civilisation" ! 

Et tout de même cette question: Si ce jugement avait été rendu il y a un peu plus d'un an, la France aurait-elle cédé aussi facilement à la tentation progressiste de légaliser ce que la CEDH reconnait aujourd'hui ne pas être un Droit de l'Homme ... 

Et prenons les paris, on trouvera bien quelques militants du mariage zinzin pour accuser la CEDH d'homophobie...

Folie passagère 2396.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

25 commentaires:

  1. Ben bien sûr, quand même! Des juges facho-réacs à la CEDH! On aura tout vu!
    Nous attendons justement de Mmes. Belkacem et Taubira qu'elles dénoncent ce
    scandale et fassent appel...enfin si l'on peut, bien sûr....et même si on peut pas
    après tout, zut!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: je serais surpris qu il soit fat une quelconque publicité à ce jugement de la CEDH, on peut donc supposer que sauf à ce que cela sorte dans le journal du soir, dames Taubira et Belkacem n en parleront pas

      Supprimer
  2. Ouh quelle régression, un pas dans la haute et super civilisation taubirienne, deux pas dans l'obscurantisme droidlommien.
    Je me marre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: Obscurantisme ? t y va un peu fort là, non ?

      Supprimer
    2. Le jour ou il y aura une "CE des devoirs de l’Être humain" je réviserai mon jugement.
      Des droits des droits toujours des droits.

      Supprimer
  3. Lorsque j'ai lu cette nouvelle, j'ai failli rédiger un billet, puis je me suis ravisé, sachant que tu allais en faire un.

    Il y aurait donc une lueur d'espoir, puisque la CEDH semble ne pas trop marcher sur la tête.

    Quant aux militants, je gage qu'ils lanceront des tombereaux d'ordure sur cette institution visiblement homophobe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: Apparemment, la CEDH a pour elle de ne pas être soumise aux délires des lobbies ou à l'électoralisme.

      Supprimer
  4. Je suis étonné que vous parliez encore du mariage gay. Cela n’intéresse personne. Finalement très peu de gays se sont mariés, très très peu même, ce qui démonte d'un seul coup les argument des pour et ceux des contre.
    La mariage gay n'a rien changé et ne changera rien.

    PMA/GPA, voila le vrai sujet. Voila celui qui définira notre civilisation avec la question centrale : l'enfant est il un bien comme un autre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Skandal: c'est là précisément que tu te trompes, le mariage gay , qui n a concerné pour l instant je crois qu environ 5000 couples, est la porte ouverte à la PMA et à la GPA. Pourquoi crois tu qu un homo comme moi y était opposé ?

      Le discours et slogans des militants LGBT et autres progressistes ne trompent pas d ailleurs: ils se résument maintenant à: Nous avons le mariage, on veut maintenant la GPA et la PMA. Et on y viendra tu verras. Avec , par exemple, une nana comme Belkacem, tout est possible, je me souviens encore de son "vibrant" plaidoyer en faveur de la GPA qu elle avait fait paraître sur le site de Terra Nova.

      Supprimer
    2. Skandal, vous êtes un libéral, certes moins dogmatique que beaucoup de libéraux français que je connais, mais sans vouloir vous manquer de respect, les libéraux sont généralement des gens qui se fichent totalement des conséquences morales que leur idéologie peut induire. Le mariage gay, comme l'a fort bien résumé Taubira induit un changement de société sur pas mal de plans : moral, anthropologique, sociologique, etc. En plus, comme Corto l'a rappelé, c'est juste une étape dans un plan plus vaste qui inclut la PMA et la GPA. Rappelez-vous l'adoption du PACS. A l'épqoue Guigou avait juré ses grands dieux que jamais il n'y aurait de mariage homo puisque le PACS résolvait la problématique. Ce qui ne l'avait pas empêchée, des années après, d'expliquer dans une entrevue publiée dans le Nouvel Obs, que le PACS constituait une étape vers l'adoption du mariage guignol. La vieille technique de la porte entrouverte, de la grenouille plongée dans l'eau tiède.

      La liberté, sans pluriel, n'est qu'un absolu abstrait qui permet tout et n'importe quoi et généralement le pire. C'est une utopie de plus, nocive comme toutes les utopies, surtout que jamais au grand jamais, personne ne précise le but ultime de cette liberté, pas plus que son utilité. Le vieux royaliste que je suis crois aux libertés, et certainement pas à des libertés égales partout. Ce qui est bon pour un Basque ne l'est pas nécessairement pour un breton. J'ai également appris la différence qui existe entre liberté et licence, et surtout le fait que la liberté (comme la licence d'ailleurs) nécessite de la part de ceux qui l'exercent une aptitude certaine à la réflexion et à la tempérance. Ce qui n'est malheureusement pas chose communément partagée par la majeure partie de nos semblables.

      Supprimer
    3. Ah mais... Kotlchak, vous parlez de morale, là. C'est mal, c'est très très mal ;-)

      Merci, Corto, d'avoir relayé l'info qui tombe comme une bonne nouvelle (et pour les lobbies et l'électoralisme auxquels n'est pas encore soumise la CEDH : pas encore ; mais qui sait, demain ?)

      Supprimer
    4. @Al Weest: je ne doute pas un instant qu'avec ce genre de décisions la CEDH soit demain au cœur des attentions de certains lobbies.

      Supprimer
    5. @Koltchak
      Il n'existe pas de moral sans liberté. La morale kantienne par exemple, énonce que toute disgression de gausse, engendre un effet moralisateur. et c'est l'essence même du libéralisme que de se réclamer de Kant. Surtout vers la fin de sa vie dans son encyclique "Urbi ad patrem".
      Les hommes sont inégaux, et cette inégalité engendre du progrès car un petit, chauve, mal foutu, devra en faire deux fois plus pour survivre.

      Supprimer
  5. Si les progressistes, dont la CEDH fait partie, se mettent à se contredire les uns les autres, ça risque d'être drôle ! Enfin à condition que ceci sorte au grand jour et que les uns et les autres soient obligés de défendre leurs points de vue...mais vu la presse soumise et moutonnière que l'on a, peu de risque...faudrait quand même pas aller jusqu'à donner une information objective ou pluraliste, pas de but contre son camp...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: a ma connaissance, ce jugement de la CEDH n a été portée par aucun grand média. Etonnant, non ?

      Supprimer
  6. Décidément Hollande n'a vraiment pas de chance, mon cher Corto.
    Lui qui s'enorgueillissait de ses réformes progressistes réussies, voilà que là aussi il a tout faux !

    RépondreSupprimer
  7. Décidément Président avec ses réformes n'a pas de chance , n'est pas président qui veut surtout entouré avec des bras cassés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marianne et Claude Henri: attention, ce jugement ne remet nullement en cause la loi de Dame Taubira. par contre il peut permettre, par la suite si la droite revient au pouvoir, l abrogation de son texte au profit d une union civile simple.
      Néanmoins, ce jugement est en effet, en quelque sorte, un desaveu pour Hollande, taubira et consorts. pour autant que le grand public soit informé.

      Supprimer
  8. On peut être surs désormais qu'il ne s'agit pas du vrai Marchenoir. L'usurpateur doit être à l'instant même entrain de ricaner comme un tordu de ses blagounettes. C'est mignon.

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai toujours pas compris pourquoi tu étais opposé au mariage gay...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: je ne vais pas refaire l histoire, je suis toujours contre, fallait lire mon blog a ce moment là. j ai suffisamment expliqué pourquoi

      Supprimer
  10. Cette solution est ultra-classique. La CEDH a déjà rendu plusieurs décision en ce sens. Voir par exemple cet arrêt de décembre 2010.

    RépondreSupprimer
  11. Le retour de Nicolas
    A très grand fracas
    On nous annonça
    Que croyez-vous qu'il arriva
    Une enquête on diligenta

    RépondreSupprimer
  12. Et si on abolissait le mariage civil plutôt ? Le mariage c'est religieux et il faut rendre a Dieu ce qui est a Dieu et laisser a César ce qui est a César, car c'est a l'Eglise, la Synagogue et la Mosquée de s’occuper de religion (et donc de mariage) et pas a la Mairie qui représente l'Etat et pas les différents cultes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen