mardi 8 juillet 2014

Politique: La grande débâcle

(Claude Monet: La débâcle)

Dites-moi les amis, ne trouvez vous pas que d'une certaine manière, question vie politique, nous voici à la croisée des chemins ? C'est le grand b-o-r-d-e-l ! Peut-être pas tout à fait le grand soir, mais tout de même , merde, quand même ! Droite, gauche ou extrêmes, rien ne va plus.

Chez les ventres mous, le Modem, ou ce qu il en reste, c'est à dire pas grand chose, n'en finit pas de chercher des alliances qu'il ne trouve pas. L'Alternative, le truc bizarre créé en commun avec l'UDI, on ne sait même pas si cela existe encore. L'UDI tangue depuis le départ de Borloo et là comme ailleurs autant de chefs que d'indiens pour en prendre la direction. Comme partout, des adhérents qui en veulent et des barons qui sclérosent le biniou par le haut. Tout juste ont-ils sauvé la mise lors des européennes et sur le plan national, sans leurs alliés de l'UMP, ils ne sont rien.

L'UMP, quoi en dire tellement y règne la confusion, la suspicion, les embrouilles, les querelles intestines, les arnaques, les détournements de fonds, les abus de biens sociaux, les surfacturations, la délation et la diffamation: Voir et entendre Xavier Bertrand (que je ne peux pas piffer) obliger de montrer à des journalistes ses relevés de carte bleue pour justifier d'une dépense de 700 euros était pitoyable mais n'est rien d'autre que la suite logique d'un film de série Z commencé il y a deux ans avec l'élection totalement ratée/bidouillée de Copé à la présidence du parti. Il y a tout à redouter de l'audit des comptes du parti qui devrait être rendu public ce soir. Explosion, implosion, "suicide" collectif, sabordage, débarquement de la justice, on ne sait même plus comment imaginer la suite de ce très mauvais polar. Là encore, à la base des militants et sympathisants qui en veulent, qui ont une vision du pays, de ce qu'il faut faire, qui savent ce qu'ils veulent et dans les étages, rue de Vaugirard, la guerre des tranchées, des egos et des coups de couteaux assénés quotidiennement dans le dos des rivaux. Le parti n'a pas de leader incontesté, résultat, il aura fallu que trois vieilles badernes s'auto-proclament chefs pour que l'on retrouve le calme pendant... à peine quarante-huit heures. Pendant combien de temps continuerons nous à assister à ce naufrage écœurant ? Quelle solution ? Un refondation, un congrès, un nouveau parti, un changement de nom, la guillotine pour tous ceux qui ont dirigé le parti depuis deux ans ? En attendant, le gouvernement et Président ont les mains libres.

Le FN, premier parti de France le temps d'une élection, 25 députés européens qui seront condamnés, et c'est bien ainsi, à mettre un peu le brin à Bruxelles mais à part ça ? Un parti qui ne pourra jamais accéder au pouvoir suprême ne serait-ce que par l'indigence de son programme économique et l'absence totale de l'indispensable en politique: les réseaux. Sa seule utilité actuellement: Préserver éventuellement le PS d'une déculottée à la présidentielle de 2017. Le FN, meilleur allié du PS. Pas de quoi se s'en satisfaire si ce n'est "remercier" Mitterrand et ses piètres successeurs socialistes.

Le PS ? On se marre plus qu'on ne pleure. Ils en sont à leur deuxième premier ministre, et leur deuxième secrétaire-général-ex-repris-de-justice en deux ans. Deux premiers ministres aussi inefficaces que clivant au sein de leur propre majorité. Ayrault oublié et Valls qui parle et... qui parle, menton en l'air. Des projets morts-nés ou dont on attend, plus de 6 mois après leurs annonces tonitruantes, l'ébauche d'une concrétisation. Un Président qui en faisant exactement le contraire de ce sur quoi il avait été élu a mis la pagaille au sein de sa propre majorité. Des députés frondeurs d'un côté et un appel des mille  (rigolo) de l'autre. Un Président qui désarçonne son monde en se réclamant aujourd'hui social-libéral quand il y a deux ans, il se vendait socialiste.  Une équipe gouvernementale faite de charlots incompétents qui frémit à chaque vote à l'Assemblée de peur que les textes ne soient pas adoptés par une majorité déboussolée. Qui aujourd'hui, avec ces bras cassés, peut avoir la plus petite idée de ce que sera la France dans un an ? Sous tutelle de Bruxelles? Au bord du chaos ? Comptant 4 millions de chômeurs ? Personne. Le pays est dans les mains de branquignols qui depuis deux ans n'ont quasiment rien fait.

L'extrême-gauche, victime elle aussi de ses divisions internes, Melenchon aux abonnés absents, tout juste une petite force d’appoint pour le PS et c'est à cela et uniquement à cela qu'elle doit sa survie.

Les écolos d'EELV ? Kesako ? Si ce n'est un partinouchet de tout au plus 6 000 adhérents dont la nuisance n'a d'égale que la pauvreté de son projet politique. Président s'en est débarrassé sans heurts ni plus de dégâts que cela, de la même façon que Mitterrand se débarrassa des communistes: ouste, du balai, dehors !

J'ai oublié personne ? Non. Avouons, quelque soit le parti auquel on adhère ou aux idées que l'on défend, qu'il n' y a vraiment pas de quoi être fier de notre vie politique: Elle est en plein naufrage et donne des nausées à ceux qui y croient encore; au peuple de se satisfaire de l'abstention comme bouée de sauvetage. Rien de bien excitant, pas de quoi s’enorgueillir de quoi que ce soit.

Pour quiconque accorde de l'importance à la politique, le malaise est grand car, pour la première fois depuis fort longtemps, nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Et ce n'est certes pas le discours affligeant de Manuel Valls que j'écoute tout en écrivant ce billet qui est de nature à nous rassurer.

Folie passagère 2366.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

48 commentaires:

  1. Voilà qui résume parfaitement la situation. Nous arrivons à l'échec total de la
    démocratie et au naufrage final de la République. Il ne reste plus qu'à souhaiter
    que tout cela sombre définitivement et le plus vite possible. C'est la seule chance
    qui nous reste de redémarrer sur du propre.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: Il est possible en effet que le "salut" viennent de la profondeur du trou que l on aura nous même creusé.

      Supprimer
  2. Bien dommage qu'un peuple n'ait pas de cerveau. Au tableau de la politique, que sont devenus nouvelle donne et l'UPR, ne veulent-ils pas continuer de communiquer ? Un discours de Manuel, mmmm, bande de veinards. Eh ben nous Président de la polynésie a signé la pétition contre l'implantation d'une mosquée, et il se dit que puisque la Corse, pourquoi pas nous... Et si je dis çà c'est que nos politiciens d'ici sont d'un niveau...sauf président!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Djefbernier: Nouvelle donne n était qu un feuille de paille pré-européenne: RIP . L UPR , des tas de choses bien chez ces gens là mais pas la taille suffisante pour faire bouger quoi que ce soit.
      On e, est ou à papeete, ils changent tellement souvent que quand on prend connaissance que c'est Flosse qui est revenu aux affaires, en fait c'est machin dont j ai oublié le nom qui est a la présidence

      Supprimer
    2. on en est au bétonnage un peu partout, Gaston Flosse n'est plus le vieux lion, à 83 ans il est désormais le Patron. Quelques faits divers sympas, des gens bourrés qui en viennent aux mains , au couteau, à la 22LR, mais personne ne comprend pourquoi... On en est à faire encore des hôtels par les chinois, pour les chinois, un élevage de Thon chinois, l'autonomie élargie du fondement en somme... Ah et aussi à se dire qu'on est riche de nodules polyferreux par 6000 m de fond sans savoir que l'exploitation a déjà commencé en louzedé, à ces profondeurs tous les complots sont possibles, vu le magot. Y'a de quoi faire moult billets mais coté capacité de lecture du nunaa c'est la perte de vitesse en accélération constante ;)

      Supprimer
  3. on va vers une prise en mains du pays par le FMI, comme de vulgaires Grecs on ne pourra pas y échapper , pas de quoi effectivement être optimistes, a quand la vraie colère du peuple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: c'est un peu ma crainte car quand les institutions internationales voient la classe politique d un pays comme le notre sombrer à ce point, pas d autre choix que de prendre en main ce pays. Surtout que le TSCG, adopté par toutes les composantes politiques de notre pays autorise cette mise sous tutelle

      Supprimer
  4. Copé devrait se trouver un chalet à Chamonix (basse saison, pas cher) et se foutre une ogive dans le caisson.
    Cela remettrait les compteurs à zéro pour un nouveau parti.
    L'UMP va planter ses créanciers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Catoneo: Copé ? why not mais cela ne suffirait pas pour nettoyer chez Augias.

      Supprimer
  5. Je crois que tu as oublié les lobbies qui gravitent autour des partis.
    Entre ceux qui ont assez de pognon pour corrompre et veux qui en réclament toujours plus, je crois que la république va finir par s'apparenter au plus vieux métier du monde.

    Seigneur, je vous en prie, ne donnez pas à cet ancien et magnifique Royaume que fut la France, 10 ans de socialisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: toutes le conditions sont réunies pour que nous en reprenions pour 5 ans. Si il n y avait la distance qu il reste encore a parcourir d ici 2017 où il peut encore se passer pas mal de choses. La nullité de Président et de Valls nous donne un peu d espoir

      Supprimer
  6. Oulala quel défaitisme, cherchez bien et vous trouverez chaussure à vos pieds, pour ma part c'est fait : Sens Commun, désormais le premier parti ou courant au sein de l'UMP avec à sa tête 4 nouvelles têtes, des jeunes, issus de la sté civile, qui n'ont pas de problèmes d'égo, accessibles, ils sont sur Twitter, sans garde du corps ni grosse berline avec vitres teintées... et des idées ils en ont et surtout des valeurs... ! Allez, courage, ensemble reconstruisons la France de demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @J2B92: ah mais attention, il n y a pas de découragement dans mon propos, juste un constat que la classe politique est en plein naufrage et je reste les yeux ouverts et voit ce qui émerge par ci par là. Et a vrai dire,cce ne sont pas les politiques qui m inquiètent mais bien les Français :)
      Sens Commun, je ne sais pas trop ce que c'est, j ai vu que c'était dans le giron de l UMP c'est tout. Vais me renseigner? avec une certitude, les jeunes pousses ne grandissent pas si les vieilles ne font pas de la place.

      Supprimer
  7. Vous écoutez les discours de Valls, vous ?
    Masochiste !

    Plus sérieusement, on est mal barré, et dans la tempête, ça pardonne pas

    Y a de fortes chances que!'on soit pas "Too big to fail"

    Déjà que les fonds spéculatifs vont pas faire leur roi sur l'Argentine, faudra bien qu'ils se rattrapent sur quelqu'un.... ( roi : return on investment)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kobus: Too big to fails ? absolument, raison pour laquelle je n'écarte pas la possibilité que la BCE, l UE et le FMI, lassés de voir a quel point rien n évolue depuis deux ans et que tous les engagements de président sont reniés les uns après les autres, nous mettent sous tutelle. Elles ont le droit pour elles toutes ces institutions depuis le TSCG

      Supprimer
  8. Pour la mention des " vieilles badernes " je me permets de rappeler que De Gaulle avait 68 ans quand il est revenu au pouvoir en 1958 et Churchill 66 ans quand il est devenu 1er ministre en 1940 et ces vieilles badernes là n'ont pas démérité face aux responsabilités qu'elles ont endossées ... l'expérience peut-être aussi un atoùt ... la France a besoin de courage , de sagesse et d'une certaine hauteur de vue pour nous sortir de ce climat délétère qui se nourrit d'affaires Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marguerite

      Et les Français ont besoin d'un coup de pied dans le cul !

      « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

      Kennedy

      JPB

      Supprimer
    2. Aux grand maux , les grands moyens ! Marguerite

      Supprimer
    3. @Marguerite: Pour De gaulle et Churchill tu as raison mais les circonstances étaient totalement différentes et de surcroît ces hommes là savaient influer sur le cours des choses alors que Président ou les 3 badernes ne savent que subir les événements, faire le dos rond et attendre que des jours meilleurs arrivent.

      Supprimer
  9. Tout cela me désole mais heureusement demain matin je décroche jusqu'à lundi ! Je pars dans ma "résidence secondaire" en Dordogne (une maisonnette dans les bois) : pas d'électricité, pas de téléphone (juste mon portable éteint mais utile en cas d'urgence), pas de télé, ni de radio et encore moins d'internet !
    Le bonheur, juste mon chéri et moi - et les chevreuils voire les sangliers -. Plus de politique, d'économie, de mensonges et de trahisons.
    Je te souhaite une bonne semaine ainsi qu'à tous ceux qui participent à la convivialité de ton blog.
    Bises à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bises à tous, si vous me le permettez, bien sûr !

      Supprimer
    2. @gilly: et bien profitez en bien, la politique et toussa n est rien en regard de petits moments de tranquillité et de tendresse.entre amoureux. :)
      Bises

      Supprimer
  10. Il parait que les « banques » vont rééchelonner la dette. Alors, la seule question qui vaille est : quel « intérêt », au-delà des intérêts légaux, ce parti devra t-il « payer » une fois revenu aux affaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jean Vulgum: Pas sur d avoir bien compris ta question mais disons qu une fois qu il sera revenu aux affaires et parce qu il sera revenu aux affaires, il n aura que ceux de sa dette à payer.

      Supprimer
  11. Bravo Corto !
    Encore un super-beau billet. Bien que ce soit un fort triste constat.
    Si triste que même Marianne en pleure...;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, je n'avais pas vu l'appel des 1 000 !!!
      5-6 députés + 2 sénateurs et... des blogueurs bas du front, dont votre meilleur ennemi !...
      Je me gausse : à ce rythme, il ne sont pas près d'y arriver à mille !...
      Le tout sur combien de millions de Français ??? :o)))

      "J'ai la mémoire qui flanche,
      J'me souviens plus très bien..."

      Supprimer
    2. @Franzi: l'appel des mille est on n peut plus rigolo parce qu il aurait pu, en ne le modifiant que très légèrement, avoir été écrit par quelqu un de droite: remplace gauche par droite, socialisme par libéralisme, etc... et tu verras, c'est kif-kif bourricot. preuve s il en est que la droite doit innover en discours et en idée pour gagner faute de quoi, il n y aura plus que l UMPS pour ravir le FN et faire gagner le PS

      Supprimer
  12. C'est un pied à l'étrier pour un grand président européen , d'un coté ça ne me dérangerais pas pourvu qu'on se débarrasse des charlots qui sont sensé diriger le pays , Valls le croire c'est impossible et c'est le seul de valable .
    C'est le vide sidéral dans le monde politique , y a t-il un phare à l'horizon pour nous sortir de là .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: un peu que c est le vide sidéral, pourtant, j en vois bien un, là bas...

      Supprimer
  13. J'ai confiance en les richesses d'un pays qui a survécu à 14 ans de Mitterand and co. Si dure soit la chute, la capacité à se relever est réelle.
    J'aime BEAUCOUP Denis Payre; Piètre expérience politique mais plutôt efficace dans la sté privée.
    Manque de pub, de démagogie mais semble avoir : et les valeurs, et la vision qui pourraient motiver, à défaut d'enflammer.
    CCLM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @CCLM: Denis Payre est quelqu un de bien, j en suis sur mais il n a ni les réseaux ni les appuis pour qu'a court ou moyen terme il puisse émerger

      Supprimer
    2. Pourquoi ne pas l'aider à créer tout ça? On a déjà vu des évolutions fulgurantes. Quand un climat est aussi répugnant que celui que vous avez si bien décrit dans ce billet, un peu de fraîcheur a toutes ses chances. CCLM

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord avec CCLM. Nous Citoyen représente le seul "parti" avec un projet réaliste et réalisable.

      De toute façon les réseaux et les appuis ne servent à rien si ce n'est mettre au pouvoir des menteurs, des voleurs et des escrocs.

      Le système doit changer.

      Sinon je propose de remettre les guillotines place de la Concorde...

      Supprimer
    4. @CCLM: je ne vois vraiment pas comment. Il eput émerger si il est pris dans un futur gouvernement, mais a part ça ?

      Supprimer
    5. La donne a beaucoup changé grâce aux réseaux sociaux, qui était inconnu hier peut très vite changer de statut.
      Vous y pouvez beaucoup.
      En cas de clash type 68, on peut espérer un meilleur éclairage des malhonnêtetés, intellectuelles et autres de notre nomenklatura de tous bords. Sauf à lui découvrir quelques casseroles, il peut intéresser les votants.
      Pour un inconnu, 1.4% aux européennes, c'est encourageant.
      De plus, compte tenu des jalousies internes de tous les autres grands partis, il pourrait être favorisé, juste pour éviter l'élection d'un concurrent honni. CCLM

      Supprimer
  14. Bonne synthèse, ça donne pas la patate mais tout est juste. Ne faisons pas comme certains pour qui le réel n'existe pas ou est trop effrayant...poser le problème dans toute sa vérité, aussi désespérante soit-elle, est le premier pas vers sa résolution...maintenant il faudrait que ceux qui ont un quelconque pouvoir aient les yeux grand ouverts si on ne veut pas finir sous la tutelle de je ne sais qui, ou avec une guerre civile...ou les deux...et c'est pas avec les partis politiques actuels, et tout ce que vous avez si bien résumé, que le peuple va sortir la tête de l'eau...Alors, on va où ? On fait quoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: On laisse le PS , Président et sa clique se fourvoyer jusqu a la garde, on ne laisse rien passer, on milite comme on peut avec un blog, avec les réseaux sociaux, avec les collègues, les amis, la famille, on s engage dans le parti qui nous semble le plus proche de nos convictions ( perso je suis sur que l UMP sous ce nom ou sous un autre saura rebondir positivement), on vote, on laisse des commentaires aux articles de la presse en ligne, on manifeste s il le faut, on fait avec les moyens dont on dispose.
      Tiens ça me donne une idée de billet , ça... :)

      Supprimer
  15. Quand vous dites : "nous ne savons pas de quoi demain est fait", mon cher Corto, André Bercoff répond : "Mai 2015 - Le grand soulèvement". C'est le titre qu'il a donné a un roman de politique-fiction qui paraîtra pendant huit semaines dans Valeurs actuelles où il voit cinq millions de personnes venues de toute la France converger vers l'Elysée le 1er mai 2015 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: bercoff, j aime beaucoup, ces messages sur twitter sont percutants à souhait et pkoi serait-ce de la politique fiction ? Je crois depuis un bon moment que la population est au bord de la fronde généralisée, un rien suffirait. La seule chose qui pourrait nous "sauver" c'est une baisse significative du chômage et un retour de la croissance. C'est exactement ce que fait Président ! Attendre. Le hic, c'est que personne ne voit cela à brève échéance.

      Supprimer
    2. En mai 2015 vous ne pourrez plus voyager à cause des risques d'épidémie, dommage... JE serais le peuple j'irai maintenant à Paris. Mais je ne le suis pas ;)

      Supprimer
  16. C'est vrai, aujourd'hui nous n'avons plus que le choix du noir. Et encore serons nous heureux si nous échappons à des bouleversements violents.
    Passez moi le Lexomil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aristide: Lexomil ? quelle horreur ! Quant aux bouleversements violents et comme dit plus haut, je suis certain qu il suffit d un rien, d'une étincelle pour qu on y ai droit.

      Supprimer
  17. Mais non! Les tocards du PS et de l'UMP vont tout détruire, je parle de notre civilisation. Nous ne serons pas seulement pauvres mais en perte totale de repères. Vous allez peut-être nous faire vivre ce que les Russes ont connu après la chute de l'URSS. Et c'est là où Le Pen entrera en jeu. Elle attire déjà des gens venus d'horizons divers, ça sent le gaullisme.
    jard

    RépondreSupprimer
  18. La France c'est le Brésil après sa déculotté en demie-finale contre l'Allemagne encore et toujours l' Allemagne, sodade,sodade!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: doit pas être bon d etre joueur dans l équipe nationale brésilienne aujourd'hui. Quelle gifle !

      Supprimer
  19. Le degré de décomposition politique, culturel, civilisationnel et moral de notre pays est tel qu'il ne pourra pas y avoir de solutions démocratiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Seghux B: Bien sur que si, il y aura solutions démocratiques, tu verras, l UMP renaîtra de ses cendres, et hop, en 2017, on en sera au même point qu en 2012, avec juste l interrogation de savoir si le FN sera au second tour ou pas !
      Je ne crois pas au Grand Soir, les Français sont trop mous, ou trop veaux ou trop légalistes. Par contre, qu il y ait un gros clash comparable dans la forme à 68, oui, ça , j y crois

      Supprimer
  20. Excellent billet,comme d'habitude,à l'exception de ton sentiment sur Xavier Bertrand,que j'apprécie beaucoup.Amitiés.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen