mardi 22 novembre 2011

La gauche, c'est la dette; la droite aussi !

Ça, c'est à gauche, affiche-riposte du PS; la faute de la droite, c'est la dette !:



Ça c'est à droite, affiche de l'UMP; miser sur la gauche, c'est la dette !:




On n'est pas fadé avec pareils communicants, ça promet...

Bon, et bien, non seulement, ils nous prennent pour des cons avec pareils slogans; non seulement, il font preuve d'un manque total de créativité, mais ce qui est sûr, c'est que ni les uns, ni les autres, vont pouvoir nous promettre monts et merveilles. On va se marrer !

Folie passagère 925.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

26 commentaires:

  1. J'ai vérifié. Les chiffres sont justes. Malheureusement. Je me suis dit que les collectivités territoriales pouvaient être responsable de cette très belle augmentation (de 900 à 1500 environ) mais en fait pas vraiment. Je vais approfondir. et croisé avec ça: http://tinyurl.com/8ys6zt6
    on peut se demander à qui profite le crime?

    RépondreSupprimer
  2. @scoerpix: heu, ce com est-il vraiment destiné a ce billet ?

    Pour l instant le crime, si dette = crime, profite aux 2 camps, au moins pour ce qui est de la communication à 2 balles telle que ces affiches

    RépondreSupprimer
  3. Ah non non non non, un des deux partis nous présente des chiffres (incontestés et incontestables!), l'autre "philosophe" (du blabla,du vent,de la bise,etc!!^^)

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est bien pour l'affiche de la gauche. J'ai vérifié le chiffre global. Mais le plus impressionnant c'est en % du PIB.
    Tu sais bien que je vérifie toujours les chiffres, que ce soit gauche ou droite.

    RépondreSupprimer
  5. @nigloo et scoerpix: ah mais je ne dis pas ! qu il y ait eu accroissement de la dette est une certitude. mais tel n est pas le sens de mon billet mais plutot la ressemblance de communication.
    Les 2 partis vont se battre sur la dette, cekikafait, alors que le seul truc qui compte, c'est comment on en sort

    RépondreSupprimer
  6. C'est la faute à la droite comme en Espagne ou ne Grèce.

    Là ou tu as raison Corto, la campagne 2012 aura des odeurs fétides des deux cotés.

    Devra t on voter avec une pince à linge sur le nez.

    RépondreSupprimer
  7. Oui la cour de récréation a commencé. Les enfants sont plus disciplinés qu'eux.

    RépondreSupprimer
  8. bin c'est pas compliqué, on annule tout, on n'y est pour rien Nous!!!On ne remboursera jamais, tout le monde le sait!

    RépondreSupprimer
  9. Il y a une dette, mon cher Corto, que personne n'a l'air de mentionner, ou me trompé-je ?
    Pour mémoire, au cas où : les 35 heures ont représenté un manque à gagner pour les finances publiques de 125 milliards d'euros depuis 1998.
    Aujourd'hui ils coûtent 22 milliards par an.
    D'où l'idée de Manuel Valls de les supprimer, mais il a sûrement changé d'avis depuis qu'il fait partie de staff de Hollande, ou bien ?

    RépondreSupprimer
  10. @scoerpix: si seulement cela était un jeu...

    @nigloo: annuler la dette, la tentation est grande mais pas d'actualité ni réaliste. tant qu on peut payer au moins les interêts :)

    @marianne: Morin prêche pour les 37h, l ump annonce vouloir revenir dessus si élu. Valls est obligée de la fermer, il est ds l équipe de Hollande.Nous verrons mais je doute qu elles ne soient remises en cause, faudrait avoir de sacrées coucougnettes pour revenir dessus

    RépondreSupprimer
  11. Marianne,

    Ce ne sont pas les 35 heures qui ont plombé la dette mais les exonérations de charges en compensation, qui devaient s'arrêter en 2003 ou 2004 progressivement, mais qui on été pérennisé par le gouvernement Raffarin (il me semble d'ailleurs que c'est François Fillon qui a préparé ce truc).

    Cela dit, même si c'était 22 milliards par an, ça ne fait guère que 200 milliards en dix ans or la dette aura augmenté de 800 ou 1000...

    Corto,

    Tu confonds une campagne d'affichage sauvage dans la nature d'affiches ridicules et une campagne pour faire le buzz sur Internet avec des chiffres vérifiés...

    RépondreSupprimer
  12. @nicolas: Je ne remet pas en cause les chiffres. ce que je compare c'est la pauvreté du message des 2 affiches, le manque de créativité, le fait que ces 2 partis se renvoient finalement la responsabilité de la dette alors que celle-ci est le fait de nos dirigeants ( et donc la notre), de droite ou de gauche depuis des années.

    RépondreSupprimer
  13. Il n'y a pas deux affiches, mais, pour l'instant, une affiche et une infographie.

    Et je considère que c'est de ma faute uniquement lorsque ce sont mes dirigeants qui ont fait des conneries. Et la principale connerie vient de Giscard en 1973 et pour le reste la dette à bien plus augmenté avec des gouvernements de droite.

    RépondreSupprimer
  14. @ Nicolas J
    "... la dette a bien plus augmenté avec les gouvernements de droite."
    Tant mieux c'est un excellent argument de campagne. Servez-vous en. Parce que pour l'instant ça a tendance à pédaler... dans le yaourt.

    RépondreSupprimer
  15. Marianne,

    La campagne sera longue !

    RépondreSupprimer
  16. Pas d'accord
    La gauche ne gouverne plus depuis... 10 ans!
    Un bilan: ç s'assume...

    RépondreSupprimer
  17. @ Nicolas J
    "La campagne sera longue !"
    Longue et difficile !

    RépondreSupprimer
  18. @nicolas, marianne, ce que je pense: Et moi je fatigue... à suivre dans le prochain billet :)

    RépondreSupprimer
  19. @Corto ne fatigue pas maintenant tu déconnes on ne pourra pas ferrailler si t'es en petite forme

    RépondreSupprimer
  20. @melclalex: don't worry mes coups de fatigue ne durent jamais longtemps

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour Corto, quelques nouvelles d'Espagne où je n'ai pas eu beaucoup le temps, dernièrement, de venir commenter...

    La dette, en France, c'est la patate chaude que politiciens de gauche et de droite se refilent. Sans aucune honte. Ces arguments autour de la responsabilité de la dette sont simplement pitoyables.

    En Espagne, où la crise est ses effets sont autrement plus durs qu'en France, Rubalcaba et Rajoy nous ont évité ce genre de polémique. Parce qu'ils ont conscience que la situation est grave, que les problèmes économiques sont globalisés et que cela dépasse le clivage gauche/droite. Mais aussi parce qu'ils savaient que l'élection était jouée d'avance. On savait que le PP allait gagner, si bien que Rajoy a pu se permettre de faire une non-campagne. En France, les choses sont sans doute différentes parce que l'élection est loin d'être jouée (même si, comme en 2002 ou 2007, il n'y a que les socialistes pour le croire).

    RépondreSupprimer
  22. Une faute d'orthographe impardonnable dans mon commentaire précédent... Il fallait lire "En Espagne où la crise ET ses effets..."

    RépondreSupprimer
  23. @fréderic: c'est bien le sens de mon billet d apres, tout cela fatigue ! clivage droite/gauche oui mais lorsque l on voit finalement le peu d'espace qu il y a entre le PS et l ump...
    Les polémiques sur la responsabilité de la dette ne sont plus de mise, la situation ne le permet pas!

    fait beau en Espagne ?

    RépondreSupprimer
  24. @ Corto : pluie et soleil samedi et dimanche sur Barcelone, depuis, je ne sais pas.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  25. Corto, en fait, ici, en Euskadi, ce n'est pas vraiment l'Espagne: c'est le drapeau basque qui flotte fièrement sur la place du village! Ainsi, aux élections de dimanche dernier, les gens ont voté majoritairement pour les partis nationalistes (Amaiur, de gauche, et PNV, de droite) tandis que le PP et le PSOE faisaient des scores ridiculement bas...

    Sinon, pour répondre à ta question, oui, il fait plutôt beau ici: à part une semaine de vent et de pluies diluviennes, l'automne est incroyablement doux et ensoleillé.

    Al West, mais voyons, Barcelone, ce n'est pas l'Espagne, non plus. ;-)

    RépondreSupprimer
  26. @ Frédéric : ¡ Que gabacho soy ! ¡¡¡ Joder !!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP