samedi 12 novembre 2011

Les Uns et les Autres, en attendant...

... le prochain billet, je vous laisse avec Jorge Donn, la Boléro de Ravel et la Tour Eiffel, le tout sur une chorégraphie de Maurice Béjart:


Tiré du film Les Uns et les Autres, Claud Lelouch, 1980.

D'accord, pas d'accord: atoillhonneur@voila.fr

11 commentaires:

  1. j'avais bcp aimé ce film, et adoré la musique, ce boléro qui ne finit jamais....

    RépondreSupprimer
  2. Corto, Faut qu'on cause!
    Tu sais pourquoi... J'attends...
    Signé: un "divers".

    RépondreSupprimer
  3. @francis: curieusment ce film n a été diffusé qu une fois je crois a la télé et pourtant excellent et ce final ...

    @ceque je pense: je ne sais pas pourquoi mais avec plaisr quand tu veux tu as mon email atoilhonneur@voila.fr

    RépondreSupprimer
  4. et plus je regarde plus je le trouve grandiose ce final, ils y sont tous: Bouix, Huster, Donn, Brialy, Villeret, Hossein, Nicola garcie, maman Poolvoorde, kalfon, Croisille, Donnadieu et mleme Sharon Stone !

    RépondreSupprimer
  5. Ave

    Je n'ai jamais vu ce film mais côté musique , écoutez donc ceci.

    http://www.youtube.com/watch?v=1nAI5PY2oGI&feature=related

    Merde , si cela ne vous fait tomber sur le cul, comprends plus.

    RépondreSupprimer
  6. Le sommet de la kitscherie le louchienne ! (Je parle du film ET de son finale…)

    (FinalE, avec un e au bout…)

    RépondreSupprimer
  7. @grandpas: je connais jaroussky et doit reconnaitre qu il est très bon avec sa voix incroyable

    @didier goux: m'enfin, c'est pas sur ce billet que je vous attendais, mais sur celui d'après !

    Final avec un "E" Tiens comment se fait-ce ?

    Pour lelouch, je suis loin d être un fan a part, oui, a part ce film et Itinéraire d'un enfant gâté

    RépondreSupprimer
  8. Final sans e est un adjectif (l'expression horrible et actuelle "au final" est, en ce sens, absurde). Le nom "finale" prend bel et bien un e… final, et ne devrait guère s'employer ailleurs qu'en musique.

    Sinon, j'aime bien aussi Itinéraire d'un enfant gâté mais pour une raison particulière : le rôle du fils de Belmondo est joué par mon ami Jean-Philippe Chatrier, dont j'ai parlé sur mon blog, en 2010, au moment de sa mort soudaine.

    RépondreSupprimer
  9. @didier goux: merci ! je me souviens très bien de votre billet sur Chatrier.
    Et curieusement, je pense à Chatrier assez souvent , à chaqe fois que je passe devant l'hotel du film ou prenant de l'essence à la veille pompe , " Chatrier" croit reconnaitre son père

    RépondreSupprimer
  10. @kalondour: je trouve aussi ! comme le film

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique