jeudi 10 novembre 2011

Histoires parisiennes avec du Chevènement dedans


Sacré Chevènement ! On apprend que le monsieur, à nouveau candidat à la présidentielle, occupe, tout à fait légalement, depuis 1983, un appartement municipal de 120m² dans les beaux quartiers de Paris. Le tout pour un loyer modique de 1519 euros, soit au minimum moitié moins que sa valeur sur le marché.

Il est clair que ce n'est pas un hasard si l'on apprend cela aujourd'hui. En se présentant, le Che fait à nouveau planer le spectre d'un 21 avril qui verrait les voix de gauche s'éparpiller au bénéfice de la droite. Et donc, la mairie de Paris, fief socialiste depuis 2001, se réveille, médiatiquement, et demande que Chevènement quitte le logement qu'il occupe, rappelons-le, depuis 1983! Ce n'est pourtant pas la première fois que la Mairie se manifeste pour ce genre d'affaire, on se souviendra de Juppé et d'un bon ami de Dame Boutin, contraints tous les 2 de déménager sous la pression. Force est de constater que le cas Chevènement ne posait jusqu'alors aucun problème... jusqu'au jour où. Donc, ne nous leurrons pas, la mairie a la mémoire tout aussi sélective qu'opportune.

Ceci dit, on peut tout de même s'étonner que le Che, vaillant défenseur, lui aussi, d'une république irréprochable, n'ait pas eu de lui-même l'idée, depuis le temps, de quitter l'endroit, histoire d'accorder ses principes ( la justice sociale et toussa...) avec la réalité. Ça aurait eu de la gueule; surtout lorsque l'on sait qu'à peine 10% des demandes de logement sociaux sont satisfaites à Paris. Mais, c'est bien connu, en politique plus qu'ailleurs apparemment, les principes, il faut en avoir, suffisamment, pour pouvoir s'assoir dessus... confortablement.

Folie passagère 908.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

15 commentaires:

  1. Si on en avait déjà parlé, en 2002 si ma mémoire est bonne.
    Je pensais simplement qu'il avait quitté cet appartement, je vois hélas qu'il n'en est rien...
    Et la mairie de Paris se réveille bien tard.

    RépondreSupprimer
  2. @estelle92: non, la mairie ne se reveille pas tard, cela fait longtemps qu elle demande a Chevènement de partir,nuance, elle se reveille tard médiatiquement , comme par hasard.

    RépondreSupprimer
  3. S'en prendre à un homme politique qui n'a même pas les moyens d'être propriétaire de son logement c'est tout de même d'une lâcheté incroyable, mon cher Corto.

    RépondreSupprimer
  4. Bah tout dépend s'il était déjà à la moitié du prix du marché de l'époque à laquelle il a signé le bail.

    Il se peut qu'il n'y ait pas eu de favoritisme si le loyer de l'époque était dans la moyenne du prix du marché. S'il n'y a pas eu de révision du bail et seulement les augmentations légales, c'est normal qu'il soit après trente ans à la moitié du prix du marché d'aujourd'hui.
    Et c'est très bien ainsi, que ce soit monsieur Che ou madame Untel Connue de Personne.

    RépondreSupprimer
  5. @marianne: pensez-vous, si seulement, mais Mr Chevènement est tout de même soumis à l'ISF, c'est pas rien ça, non ?

    @didier: si seulement aussi mais ça fait quelques années que la mairie essaie de le virer et qu'elle n'y arrive pas. Sauf que là, il est candidat de gauche a la présidentielle et hop, voila que la chose fuite opportunément.

    RépondreSupprimer
  6. Il a de la chance depuis le 1er novembre les expulsions locatives sont interdites. lol

    RépondreSupprimer
  7. à lire aussi: http://www.impots-economie.com/le-logement-social-de-chevenement/

    @christophe: et puis à son âge, ce serait franchement pas humain de l'expulser , le pôvre

    RépondreSupprimer
  8. Le candidat MRC à la présidentielle doit-il quitter son logement ?
    «Je n'ai pas à choisir. M. Chevènement, il est dans les clous de la loi donc il fera ce qu'il veut. Juridiquement, il peut rester. Maintenant, c'est son problème. Lui, devant sa glace et avec sa morale», a expliqué Benoist Apparu, secrétaire d’Etat UMP chargé du Logement, sur RMC/BFM TV.

    jf.

    RépondreSupprimer
  9. PETITE ANNONCE échangerai 4 pièces en HLM dans la zone du 19 eme contre hlm rue Descartes
    petit loyer de 1983 ( 560 euros )

    RépondreSupprimer
  10. @boutfil: t es pas bien ds le 19eme ?

    RépondreSupprimer
  11. La rue Descartes, c'est plus chicos et si Mr Chevènement veux bien échanger il sera au plus proche de ses convictions de gauche dans la zone....

    RépondreSupprimer
  12. @boutfil: convictions de gauche, bien, bien, bien... double lol!

    RépondreSupprimer
  13. il est normal qu'il en bénéficie le Che..imposé à l'Isf il a peu de revenus et élu de Belfort, normal qu'il ait 120 m2 à Paris, bien sûr

    RépondreSupprimer
  14. quelle histoire.. qui a dit "il paie l'ISF et
    ce n'est pas rien... On peut payer l'ISF sur
    un patrimoine hérité (appartements loués pas toujours chers) et avoir par ailleurs des revenus assez bas.Il est vrai que Chevènement a des revenus confortables. Mais l'Etat ne fait pas
    de différence entre celui qui gagne énormément d'argent et celui qui gagne peu mais paie quand même sur un patrimoine qui par ailleurs permet
    à certains de ce loger (pour pas cher quand il
    s'agit de Loyers de 1948)

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP