vendredi 25 novembre 2011

Un garçon de 11 ans... Incomprehension ? Pas sûr.

"Un garçon de 11 ans et sa sœur de 12 ans ont été mis en examen pour « », jeudi à Versailles, et leur mère, âgée de 45 ans, pour « non-dénonciation de et destruction de preuves » " Je vous laisse lire ici ou . C'est affreux, scabreux, presque incompréhensible, limite incroyable.



Comment cela est-il possible ? Qu'avons-nous fait, ou pas fait, pour en arriver là ? Ça existait avant mais on ne savait pas ? Comment des parents peuvent-ils laisser à ce point "déraper" leurs enfants ? Alors que nous discutions de cela, quelqu'un ce midi me disait en substance: la faute à internet, à la banalisation de la sexualité et de la pornographie... possible, je ne sais pas, sans doute... Perte de repères ?

Cette histoire et ces chiffres  -  réels, minorés, exagérés, manipulés ? -  me laissent dans un état d'incompréhension totale, presque du désarroi. A moins qu'au contraire, je ne saisisses parfaitement ce qui est en train de se passer... ce qui serait encore pire.

Folie passagère 932.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. Dans ce que vous énoncez, il y a des choses vraies.
    La banalisation de la pornographie,l'érotisation de toute notre société. Les parents pour beaucoup ne jouent plus leur rôle. Ne sont-ils pas eux-mêmes des "adulscents" ? Il n'y a plus dans certaines familles, une distance nécessaire entre les parents et les enfants.Ce sont ce que l'on appelle les parents-copains. De même en ce qui concerne les enseignants que l'on tutoie...
    Tout cela participe à la déliquescence de notre société.

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande bien quand même d'où sortent ces informations normalement couvertes par le secret de l'information ...
    Enfin, il faut bien fournir aux biens pensants leurs démons externalisés ...

    RépondreSupprimer
  3. je ne sais pas si c'est " bien pensants " que de trouver tout de même que les gamins n'ont plus l'âge qu'ils seraient censés avoir, comment un gamin de 11 ans peut-il en arriver là ? parce qu'il n'y a plus d'éducation réelle, quand on colle les gosses devant la télé plusieurs heures par jour au lieu de leur apprendre à lire, à conprendre le bien et le mal et à respecter les autres, on en arrive là ! vive 68 et ses délires où il était interdit d'interdire, ben voilà ! on interdit plus rien...et c'est être des ringards de le dire..

    RépondreSupprimer
  4. @jeff: je ne sais pas si l on doit parler de deliquescence de la société, ce qui est sur c'est qu il y a qd même un sacré problème. Ce "fait divers" m a impressionné par la jeunesse d age du "violeur". qu'est ce qu on a loupé, foutu ? terrible

    @anonyme: secret de l'instruction, je rigole, qui s'en soucie aujourd'hui du secret de l'instruction ? toi, moi ? pas les médias en tt cas.
    Ceci dit que l'on ait connaissance de pareils faits devrait nous amener a refléchir.

    RépondreSupprimer
  5. @boutfil: Rien a ajouter, il est interdit d'interdire ! et dire qu a un moment, j y ai cru ! cette histoire m a tt de meme fait froid ds le dos!

    a demain et si tu veux convier Lo,j y pense maintenant, pas de pb

    RépondreSupprimer
  6. Je me demande, mon cher Corto, si ce genre de choses n'a pas toujours existé, peu ou prou ?
    1 600 sur le nombre de jeunes adolescents français cela ne devrait pas faire un pourcentage sensationnel.
    Mais aujourd'hui, il y a des gens qui tirent profit de la divulgation de ce genre de nouvelles qui évidemment choquent !
    De plus la divulgation peut entrainer un phénomène d'imitation.
    Tout ceci est quand même le symptôme d'une société malade.

    RépondreSupprimer
  7. @marianne: bien sur que cela est peu et alors ? c'est un cas de plus, de trop . Ce que je retiens , en dehors des manipulations tentantes, c'est qu'effectivement, il y a un problème "sociétal". Dérives, démissions, permissivité, abrutissement ... mais une société qui engendre ce genre de choses, il y a de quoi se poser de sacrées questions

    RépondreSupprimer
  8. D'accord avec Marianne !
    Il ne faut pas être nostalgique de l'époque où les parents "jouaient leur rôle", quand la pédophilie était beaucoup moins choquante qu'aujourd'hui (par exemple).
    La délinquance de la jeunesse, on s'en plaignait déjà dans l'antiquité : http://tunisdivagation.blogspot.com/2007/03/et-platon-avait-toujours-raison.html

    RépondreSupprimer
  9. poue LO, j'ai des craintes que ce soit un peu tard, elle vient d'assez loin en banlieue et le temps qu'elle prenne connaissance de l'invitation,j'ai bien peur que ce soit trop tard...par contre, il faut organiser un truc avec elle prochainement un mercredi où un vendredi où pendant les vacances scolaires

    RépondreSupprimer
  10. Les parents sont-ils aveugles, sourds ou les deux
    à la fois ? Ouvrivraient-ils grand la porte de leurs
    maisons à des pervers pour s'occuper de leurs enfants ? Je pose la question car il me semble que c'est ce qu'ils font en donnant accès sans contrôle à des images pornographiques et violentes diffusées à
    la télévision et sur internet à leurs enfants.
    Ces médias ne sont pas anodins dans la banalisation de la violence et ce sont les
    adultes qui sont coupables.

    Rose

    RépondreSupprimer
  11. Salut Corto
    Je pense que sur la masse qui constitue notre société, on finira toujours par produire des pervers.
    Observe une chose : dans la famille que tu évoques, un oncle a déjà violé deux nièces, et, apparemment, il y a d'autres violences. Il ne s'agit donc absolument pas d'une famille ordinaire.
    Moi, là où je suis très pessimiste, c'est que je tends à penser qu'à 11 ans, c'est foutu. Plus tard, il sera certainement un délinquant sexuel pervers. J'aimerais me tromper, mais...

    RépondreSupprimer
  12. Alors là, je ne vois vraiment pas ce que 68 vient foutre là-dedans. Oui, ce genre de choses a toujours existé. Les personnes qui s'occupent de la protection de l'enfance (j'en connais) racontent depuis très longtemps des choses qui dépassent purement et simplement l'entendement. Des sévices sexuels, des plus petits sur les plus petits, ne serait-ce que dans les internats, il s'en commet depuis des lustres. J'aurais même tendance à penser qu'ils étaient plus nombreux avant. Parce que l'idée qu'il est nécessaire de laisser l'enfant à l'état d'enfant jusqu'à la puberté, voire jusqu'à l'âge adulte est une idée très récente. L'enfant n'est considéré comme enfant que depuis très peu de temps et la nécessité de le protéger n'était certainement pas très répandu avant le milieu du 20ème siècle.

    C'est au contraire à 68 que l'on doit en partie la reconnaissance de l'enfant en tant qu'enfant. Son ultra-protection. Cela a aussi ses effets pervers. Mais on ne peut pas reprocher à 68 le règne de l'enfant roi (même si Kant en parlait déjà bien avant ; ça complique bien les choses) et une protection défaillante de l'enfant. Enfin, il est évident que cette injonction - "il est interdit d'interdire" - qui ne fut jamais concrétisée ne concernait ni les enfants, ni d'ailleurs les crimes. C'est une phrase sotte, "anar", utilisée par la droite pour foutre les jetons mais tout le monde sait bien que 68 ne fut pas vraiment un mouvement anar, loin de là.

    Des études historiques très pertinentes ont été faites sur le statut de l'enfant dans l'Histoire. La déclaration des droits de l'enfant ne date que de la fin des années 50. Qu'était l'enfant au début du siècle précédent ?

    Je ne crois pas non plus qu'une telle violence puisse, dans nos sociétés bien plus protectrices à l'égard de l'enfance, être liée à la pornographie, à la violence à la télévision. C'est nécessairement plus profond. Je ne serais pas surpris d'apprendre que ces enfants ont été eux-mêmes violés. En tout cas, je n'ose imaginer leur environnement familial.

    RépondreSupprimer
  13. Par ailleurs, je suis assez consterné de lire des commentaires relatifs à la "délinquance". Il me semble évident que le problème en l'occurrence n'a strictement rien à voir avec le traitement de la délinquance. Le problème ici, c'est bien la protection de l'enfance. Comme si faire subir des violences sexuelles à 11 ans était une délinquance normale... On délire, là !

    RépondreSupprimer
  14. Dorham,

    " Le pb ici, c'est bien la protection de l'enfance"

    Entièrement d'accord avec vous et merci pour
    votre commentaire qui remet les choses
    à l'endroit.

    Rose

    RépondreSupprimer
  15. @Rose: bienvenue ici !
    @thierry: Il faut au contraire se reposer la question du role des parents, il est fondamental. On sait bien que ds ce genre d'histoire, bien plus qu 'ailleurs, la "permissivite" des parents ou l'environnement familial est en grande partie responsable.

    @dorham: quasiment d'accord sur tout et comme l'écrit Rose tu remet les choses à leur place. Cependant je pense tt de meme que 68 est une étape puisque c'est tout de même le point de départ, dans notre époque contemporaine, de la "libération sexuelle" et tout ce qui va avec qu'il serait trop long de développer ici ( émancipation de la jeunesse, travail des femmes etc...)
    La où tu as parfaitement raison c'est qu'il s'agit plus de protection de l'enfance que de délinquance. Protection qui commence en premier lieu par la capacité des parents à encadrer et élever leurs enfants. L'environnement familial est aussi primordial ( et je te le confirme pourri ds cette meme histoire )

    Il n'empeche que cette histoire me révolte et encore une fois tu as raison car si en 2011 la société n'est pas capable de protéger ses enfants c'est qu on a un sérieux problème.

    RépondreSupprimer
  16. Sur ce les amis, je vous laisse, j'ai des blogueurs à déjeuner, faut que j'm'en occupe.
    Bonne journée à tous et a ce soir, je vous en réserve une bonne !

    RépondreSupprimer
  17. Relis Marguerite Duras, elle raconte bien comment "elle"=son personnage ? a violé son petit frère.

    RépondreSupprimer
  18. Tout cela est bien désolant, que faire? Il y aurait bien des changements comme l'exploitation du corps pour les publicités, les mannequins sont souvent très jeunes, 15 , 16 ans maximum que se soit garçon ou fille.

    Prenant souvent les transports en commun, je suis toujours surpris pas l’habillement des jeunes filles, des femmes en miniature et ne croyons que cela commence au collège.

    Il y a deux ans, j'allais encore chercher mon dernier en primaire, je fus souvent abasourdi par l'aspect très mûre de certaines gamines scolarisées en CM2.

    Certains garçons, le sont aussi, il ne faut donc pas s'étonner des effets collatéraux.

    Pourquoi cette déliquescence , les médias télévises, l'internet, les jeux vidéos, une forme d'abandon des parents sur l'éducation de leur progéniture, un abandon d'une forme de morale.

    Bien d'autres sont à prendre en compte, famille monoparentale, recomposée.

    Je mes souviens d'une chanson ou l'auteur compositeur interprète , évoquait cet enfant qui rentrait chez lui une clef autour du cou en attendant que ses parents rentrent.

    Tout le monde n' pas la chance de pouvoir employer une nounou.

    Quant à la réaction de la mère n'en parlons même pas.

    RépondreSupprimer
  19. @Anonyme C'est que Marguerite Duras, Elle ou son personnage n'était pas ce qu'on peut appeler une
    enfant protégée. Elle raconte très bien comment
    ses frères et elle étaient complètement livré
    à eême avec une mère accablée de soucis et un
    peu dérangée..

    RépondreSupprimer
  20. Corto, d'abord, merci pour ton invitation que j'ai lue trop tard. Je me serais très volontiers jointe à vous samedi dernier ou celui d'avant. Mais celui-là, je ne pouvais pas. Cependant, nous sommes quasi voisins, je crois et j'espère bien que ce n'est que partie remise (j'apporterai le dessert).

    Sinon, pour en revenir au sujet de ton billet, les gosses déviants sexuellement, il y en a plus qu'on ne croit et presque toujours, ils ont été victimes de sévices sexuels qu'ensuite, ils reproduisent sur d'autres. Ce sont des enfants qui ont perdu tout repères et qui sont très mal partis. Ces gosses-là ne sont à mon avis, ni le résultat de la permissivité sexuelle (on est un cran au-dessus), ni dans celui de l'érotisation de la société. Le défaut éducatif, oui, sans doute. La mère avait l'air passablement paumée aussi. Et le père? Et cet oncle pervers? Drôle de famille... A tous les coups, les adultes ont aussi subi des choses dans leur enfance. Les détraquages sexuels se transmettent hélas de génération en génération, dans le secret des alcôves.

    Tout ce que je souhaite, c'est que ce garçon de 11 ans soit au plus vite pris en charge par des gens aimants et compétents qui réussiront peut-être à lui reconstruire une image. Oui, c'est étrange que je pense à lui d'abord. Lui, il est seul et déjà méchamment abimé.
    La petite qui a été violée aussi, j'y pense aussi bien sûr. Mais elle semble avoir une vraie famille qui se préoccupe d'elle et donc, elle va sûrement surmonter ce qui lui est arrivé. Pauvres gosses....

    RépondreSupprimer
  21. J'ai mal au ventre et l'estomac qui me remonte dans la gorge en lisant le lien que tu proposes...

    Mais, après, je ne sais pas ... en Inde, où l'accès à Internet est limitée aux classes moyennes et supérieures, il y a beaucoup d'histoire de délits (je ne sais pas quel adjectif utiliser, pédophile ne semble pas convenir) d'enfants sur d'autres enfants...

    Pas sûr à ce stade que ce soit la faute à la pornographie (bien que je suis convaincue qu'elle a un impact négatif sur une sexualité en devenir), peut-être même pas aux parents. A ce stade là de perversion et de déviance, est ce qu'il ne s'agit pas plutôt de troubles psychiques ?

    Les faits sont peut-être plus rapportés, plus dénoncés.
    Concernant la prépondérance des 13-15 ans dans les délits sexuels commis par des mineurs, j'ai lu un truc ailleurs, 15 ans, c'est l'âge où tu as la force de commettre des actes violents, et pas encore le degré de conscience suffisant pour ne pas les commettre, ou pleinement réaliser leur portée.

    A mon fils, qui va avoir 15 ans dans 2 semaines, et qui depuis 2 ans déjà, fait "jeune homme", j'ai tenu le discours de "la pornographie ne reflète pas la sexualité humaine", et à plusieurs reprises, "quand une fille dit non, c'est non". Ca ne lui a pas trop plu, comme discours, je n'étais pas fondamentalement à l'aise non plus. Mais c'est important à formuler.

    Mon prochain discours, ça sera, une fille qui couche, elle est respectable. Je sais pas bien encore comment je vais le caser :-)

    RépondreSupprimer
  22. @bombay: j imagine bien que cela ne doit rien avoir de facile d'expliquer tt cela aux gamins. Je ne suis pas sur tout a fait mais qd j étais gamin, j ai l'impression que l on n avait pas besoin de nous expliquer tt cela, c'était quasiment " naturel".

    Pour ce fait divers, il y a certainement un problème psy chez ce gamin mais aussi un déficit évident, comme le dit Dorham, de protection de l'enfance.
    Biz

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP