mardi 15 novembre 2011

Le point de rupture est atteint et ça va faire mal


Aujourd'hui, Sarkozy était à Bordeaux.  Dans son discours, il a évoqué la  manière avec lequel l'esprit du CNR a été trahi depuis des dizaines d'années:

"Ceux qui ont trahi l’héritage du CNR, ce sont ceux, qui depuis des décennies, ont refusé toute réforme par lâcheté politique ou par opportunisme. Ceux qui ont trahi l’héritage du CNR, ce sont ceux qui, pendant des décennies, ont bien soigneusement dissimulé aux Français qu’ils finançaient leur système de protection sociale à coup de déficits. Pendant des décennies, on a donc protégé les Français à crédit sans le leur dire. On a protégé les Français des années 1980 en hypothéquant l’avenir de leurs enfants et de leurs petits-enfants"

Comment ne pas être d'accord avec ses propos.

Le CNR ( si cher au coeur de m'sieur Hessel ) avait après la Libération créé les bases de la sécurité sociale, des retraites par répartition et mis en place toute une série de mesures sociales et économiques visant, entre autre, à protéger et assurer aux citoyens une vie meilleure. L'esprit était grand mais fut peu à peu perverti par un refus catégorique du peuple et des élus de réformer le système au fur et à mesure que la société française évoluait. Alors pour faire simple, le peuple, soutenu par les syndicats, refusa au fil des ans toutes remises en question des avantages sociaux conquis depuis 1945 . Les élus, pour des raisons électorales évidentes et manque de courage politique, firent de même.

Et c'est ainsi que l'on empêcha depuis toute réforme de fond. Nous préférions profiter du système mis en place par nos aînés, quoi de plus normal et de plus confortable, tout en nous voilant la face quant aux évolutions. Le cas des retraites en est l'exemple emblématique. Il faudra attendre 2010/2011 pour accoucher d'une réforminouchette alors que dès les années 70, nous savions que compte-tenu de l'amélioration des conditions de vie, cette réforme serait un jour ou l'autre indispensable. Sarkozy l'entreprit avec courage mais joua petits bras... la paix sociale et toujours, l'électorat.

Alors, oui, comment ne pas être d'accord avec les propos de ce matin. Nous vivons à crédit depuis 1945, le système fonctionna à peu près tant que la croissance était au rendez-vous. Et lorsque cette dernière fit défaut, on combla le manque grâce aux déficits publics. La suite, on la connaît: cela se passe aujourd'hui et c'est sans précédent, une crise de la dette et des déficits.

Nous y sommes, le point de rupture est atteint. Nous n'avons plus le choix, il faudra réformer et réformer encore. Vite. Réformer ne peut plus être " une affaire de politique, de droite, de gauche, c'est une affaire de bon sens ". Et oui, il va y avoir des dégâts, cela va faire mal aux porte-monnaies et à l'esprit du CNR. Mais nous n'avons pas le choix, le comprendre serait faire honneur, enfin, au CNR et surtout aux générations suivantes.

Et vous voulez que je vous dise, perso, je suis vachement content de ne pas avoir de gamin, vu ce qu'on s'apprête à laisser à ceux d'après, j'aurai du mal à le regarder droit dans les yeux.

Folie passagère 914.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

 

15 commentaires:

  1. "Le point de rupture est atteint", mon cher Corto, et tout le monde va se permettre n'importe quoi.
    J'ai reçu aujourd'hui de ma mutuelle ALPTIS, un "Rappel de cotisations impayées d'un montant de 24,12 euros."
    "En cas de non paiement par retour de courrier nous serions contraints d'engager la procédure de mise en demeure..."
    Cela fait presque 15 ans que je suis inscrite à cette mutuelle, je n'ai jamais eu aucun retard de paiement, et j'avais évidemment payé le montant du 4ème trimestre qui s'élevait à 768,99 euros, en son temps.
    N'y comprenant rien je leur téléphone. Et là j'apprends que ces 24,12 euros correspondent aux 3,5% d'augmentation de taxes prévues par le gouvernement, ce que la lettre ne disait pas.
    J'étais en furie !
    J'en arrive même à me demander si exiger ces 3,5% alors que la mesure n'a été prise qu'en septembre c'est tout à fait légal.
    Si quelqu'un peut m'éclairer ?

    RépondreSupprimer
  2. @marianne: m'enfin, je comprends votre couroux mais qu'est-ce que 24 euros par rapport a nos centaines de milliards de dette ?
    ceci dit, oui, i y a fort a parier que devant l adversité chacun, personne privée ou morale, fasse feu de tout bois pour essayer de s'en sortir. C'est généralement à ce moment là que ça dégénère.

    RépondreSupprimer
  3. @minijupe: ah non alors ! le cnr c'est le conseil national de la resistance: c'est grace a lui qu on a retraite, sécu et toussa , en lien sur le mot CNR: a quoi ca sert que je me décarcasse !

    RépondreSupprimer
  4. ils se reveillesnt ! je crois rêver!! ça fait des années que dans toutes les assos et les centres sociaux on sait que 80% , au mieux, des allocataires n'ont pas les droits dont ils bénéficient..allocations de parents isolés en tête ! RSA versés pour 2 voir 3 personnes sous le même toit alors que c'était attribué par foyer et bien d'autres choses pas tristounettes, il y a sans aucun doute des gens qui ont leurs droits et les méritent mais il y a aussi quelques milliards à récupérer en cherchant pas très loin...il suffit tout simplement de rétablir les agents de contrôle à la caf et qu'ils soient indépendants des caisses, il y a bien longtemps que ça a été évoqué sur le terrain, mais qui écoute les gens de terrain?

    RépondreSupprimer
  5. OUAH! le tube pour une glisse de surf.

    Good Morning Corto,

    Puisqu'on est dans les économies, lire ceci:

    Le député UMP Lionnel Luca et une trentaine de ses collègues parlementaires ont proposé qu’ « en ces temps difficiles où un deuxième plan de rigueur va demander des efforts – et rien ne nous permet d'être assurés qu'il n'y en aura peut-être pas un troisième d'ici la fin de la législature – il serait invraisemblable que nous nous exonérions d'un effort relatif ».

    La députée UMP Chantal Brunel, également signataire de l’amendement précise que les députés « font partie de ceux qui sont les moins malheureux dans ce pays », et ajoute : « on doit apporter notre petite pierre à la crise par souci d'exemplarité ».

    Elle s’est d’ailleurs dite surprise qu’aucun député socialiste n’ait voté l’amendement.

    Depuis quand, les socialistes sont ils des parangons de vertu, cela se saurait!

    La diminution de 10% des indemnités, (5.200 euros net par mois), ferait faire une économie de cinq millions d'euros par an.

    Comment Arnaud de Montebourg vivrait il, le pauvre, il ne pourrait plus s'acheter des costards et serait obligé de travailler plus.

    je vais me calmer et être un gentil bisounours.

    RépondreSupprimer
  6. @boutfil: m'enfin puisque l'on te dit, a gauche, que les fraudeurs ce sont les riches et les patrons ( ce qui est sans doute vrai en partie), en aucun cas cela ne peut etre les "petits". Si tel est le cas, ben tant pis, faut rien dire et laisser faire.

    @grandpas: je suis au courant de ce truc là. Sauf qu'il faut aussi taper sur les députés de droite. Car, ils ont été seulement une trentaine à signer cet amendement qui voulait une baisse de 10% des indemnités, il y a eu vote et seulement 2 députés au total de 577 ont voté pour. ( on peut supposer Lucca et Brunel ). L'amendement a donc té rejeté.

    RépondreSupprimer
  7. Pour faire des économies, mon cher Corto, plutôt que de diminuer le salaire des députés, ce qui serait dérisoire, mieux vaut limiter leur nombre.
    Pas besoin de 577 députés pour voter les lois !

    RépondreSupprimer
  8. Corto,

    Les "De Droite" c'est normal puisque selon les moralistes tous des "De Gauche" sont des exploiteurs mais les "De Gauche" auraient du allé jusqu' au bout de leur moral.

    Marianne, vous n'y pensez pas, comment vont ils vivre ces pauvres politiciens.

    RépondreSupprimer
  9. @marianne: pas besoin en effet de 577 pour faire avancer les choses et voter des lois. il me semble meme que Sarko s aprrete à en créer 8 ou 9 de plus pour les français de l etranger.
    La mesure se voulait purement symbolique, démagogique pour d autre, mais selon moi, c'eut été une mesure intelligente. Ils ont tant a faire pour redorer leur blason nos élus

    @grandpas: jusqu'au bout de leur morale... j'me gausse !

    RépondreSupprimer
  10. Monsieur Corto,

    Vous serez puni de vous gausser de la morale des députés "De Gauche".

    Flageller vous serez, avec des orties.

    C'est incroyab'e tout de même,tss,tss et vot' petit camarade de sus-nommé Grandpas, hop lui aussi pour vous avoir incité à tels propos.

    Rose-bonbon

    RépondreSupprimer
  11. @grandpas: oh oui, le fouet, c'est bon, mais ça fait mal :)

    RépondreSupprimer
  12. @ Corto et Marianne : j'entendais justement hier dans l'poste que, depuis le traité de Lisbonne, il y avait de plus en plus de technocrates européens, et paradoxalement de moins en moins d'Europe.

    @ Corto : je trouve ce billet, et celui qui suit, frappés au coin du bon sens.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  13. @al west:que enni mon bon, il y a de plus en plus d'europe à un point que l on imagine meme pas.
    et merci pour les billets celui d après de Slama est encore plus pertinent

    RépondreSupprimer
  14. Corto,

    Si les orties sont fraîches ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP