samedi 13 juillet 2013

Ils sont venus, ils étaient tous là... à Brétigny.


Je devais avoir 15 ou 16 ans et j'étais en camping scout pas très loin de chez moi. Nous étions une vingtaine accompagnés de 3 chefs. On se marrait bien autour du feu de camp. Nous préparions la soirée lorsque nous fûmes réquisitionnés par la gendarmerie du coin. Une petite fille de 5 ou 6 ans avait disparu, nous devions nous joindre aux recherches. Une heure après le début de la battue, on nous a rassemblé avec tous les gendarmes et les volontaires dans une clairière de la forêt de Carnelle. Plusieurs pontes du département et des journalistes venaient passer en revue les "troupes", la disparue était la fille d'un notable. Nous passâmes peut-être deux heures à les attendre, puis à nous faire encourager et photographier, on nous remerciait pour nos efforts à venir; le cirque médiatique, déjà à l'époque. Mais tous, je m'en souviens, nous ragions d'être rivés là au lieu de battre la forêt à essayer de retrouver la gamine... Nous devions attendre les ordres et le feu vert. La gamine fut retrouvée le surlendemain malheureusement décédée. Nous ne saurons jamais si le temps passé à faire les guignols devant les huiles fut une circonstance aggravante de ce tragique épilogue. Ce qui est sûr c'est que depuis ce jour-là, j'ai toujours trouvé nulles et non avenues les arrivées soudaines de personnalités sur le lieu d'une disparition, d'un accident ou d'une catastrophe. Les secours ont bien d'autres chats à fouetter que de faire les zozios devant les caméras.

Alors, encore une fois, quand suite au déraillement du train à Brétigny, j'ai vu ce débarquement insensé de politocards venus parader, commenter, assurer les victimes, les familles de victimes et la "communauté des cheminots" de la solidarité nationale, j'ai repensé devant mon poste à cette gamine...

Les pontes débarquent, font les beaux, expliquent, mobilisent les énergies, rivalisent de coups de coudes ou d'ingéniosité pour être devant les objectifs et le "chantier", les secours, le périmètre sont chamboulés, perturbés, voire interrompus pour donner aux politiques l'occasion de se redorer le blason, de montrer abusivement qu'ils sont là, éventuellement pour polémiquer; bref, un excellent moyen de faire de la récupération. Le phénomène n'est pas nouveau et ce genre d’événements a toujours permis aux politiques, de droite comme de gauche, de se la jouer. L'omni présence des médias, la prime d'audience au breaking news et la concurrence putride à laquelle ils se livrent ont, il me semble, décuplé le phénomène.

Hier soir cela a été le pompon ! Je ne crois pas que l'on ait assisté dans le passé à une telle ruée de nos politiciens. Ils ont accourus ventre à terre. Ils sont venus, ils étaient tous là, presque à la queue leu leu. Tous. Le simple conseiller général, le maire, son adjoint, le préfet ( tout à fait dans son rôle, lui ), le capitaine de gendarmerie... puis on a élevé le niveau: les numéros 1, 2 et 3 de la SNCF, les députés et sénateurs du coin, le président du conseil régional Jean-Paul Huchon, le président du conseil général et bien sûr, cerise sur la catastrophe, nos ministres, pas moins de 4 ont fait le déplacement, puis le premier ministre et enfin, Pépère ! Quel festival ! Même Bagnères de Luchon ou Saint Béhat n'avaient connu pareille affluence !

Et chacun ou presque, en toute ignorance de causes, d'y aller de sa supposition, d'émettre quelques hypothèses, de polémiquer et de nous assurer que tout serait fait pour que tout aille très vite bien mieux, blablabla... Les caméras au plus près de l'accident, bousculant si besoin un ou deux secouristes... Pas de grosses marres de sang à saisir, dommage. Et le festival de se poursuivre jusqu'au bout de la nuit. Caméras obscènes, journalistes radotant, politiciens pérorant, techniciens échafaudant des hypothèses, Bruce Toussaint et Jean Claude Chevalet s'usant la voie à commenter, en boucle, les mêmes images soigneusement choisies et les mêmes témoignages sélectionnés. On ne parlera pas, ou si peu, des quelques charognards qui, profitant de la confusion, sont venus détrousser quelques victimes et secouristes.

La "vedette" de la soirée, ce n'était plus le train et les victimes, c'était le cirque médiatico-politique lui-même. Je me suis gavé de ces images et de ce spectacle hallucinant, non que je sois particulièrement intéressé par ce type d'accident, malheureusement cela arrive avec son cortège de victimes, mais parce que le show qui nous a été offert tant par les médias que par nos politocards était complètement disproportionné. Un véritable cas d'école, sujet: l'outrance médiatico-politique.

Folie passagère 1801.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

24 commentaires:

  1. On est bien d'accord. Hélas ! Hélas ! Hélas !

    Non seulement ils ne sont bons à rien d'autre qu'à faire ce cirque merdiatique, mais en plus, il gênent (voire méprisent) les secours et les bonnes volontés réelles.
    Avec, parfois, des conséquences aussi dramatiques que celle que vous évoquez...

    Ou avec des enquêtes jamais résolues : trop de piétinements, sécurité passive inadaptée, voire inexistante, etc.
    Comme par exemple la petite Marion en région parisienne, il y a maintenant plus de 10 ans.
    Ou, plus récemment le petit Antoine à Issoire et, tout dernièrement, la petite Fiona à Clermont-Ferrand.
    Et tant d'autres qu'on oublie ou dont on n'entend même pas parler...

    Fouchtri, fouchtra :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: attention ne melanges pas tout. les histoires de marion ou de fiona n ont rien à voir. Les disparitions d'enfants, c'est l horreur absolue. Mais , oui, le battage médiatique et les "autorités " qui se font mousser peuvent perturber les enquêtes et la sérénité necessaire. Dans le cas présent, je crois que ds ce domaine on a battu des records.

      Supprimer
  2. Complètement d'accord avec vous, les lieux de catastrophes ne devraient pas être les endroits où il faut absolument se montrer pour faire sa propagande.

    Ayant lu hier une histoire d'attaque de vaches sur pieds par des vautours (en Isère), je ne saurais dire pourquoi mais l'image de ces charognards mutants (en général les vautours ne s'attaquent pas au vivant) m'est venue à l'esprit.

    Il est vrai que les médias/politiques/syndicats feraient mieux de s'abstenir de venir perturber l'action des gens qui bossent, polluant ce faisant les scènes d'accidents.

    J'ai quand même relevé une déclaration importante de Normal arrivé rapidement sur place : "la gare sera fermée durant 3 jours". Qui d'autre aurait pu annoncer une telle nouvelle ?

    Avant même de connaître les résultats des 3 enquêtes diligentées, les syndicats (tout en trouvant quand même un peu curieux que 4 écrous se soient dévissés en même temps alors qu'un contrôle récent n'avait pas décelé d'anomalies) dénoncent, pour le cas où quelqu'un oserait imaginer que le travail de vérification n'a pas été fait correctement : Vétusté de la ligne, manque de moyens, manque de personnels, ... Bientôt n'en doutons pas ce sera la faute à Sarko.

    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: quel cirque en effet, jen ai même oublié les syndicalistes. Bientot, tu disais... nous avons tout de même eu ce midi droit, nous desespérions, au ministre des transport, mr Cuvilier qui n a pas manqué de dire sur France 2 que cet accident était de la faute au pouvoir précédent et que dès " qu'il avait été en responsabilité " il s'était saisi du problème !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  3. C'est dingue cette mascarade , j'en suis dégouté, lorsque tu vois le patron de le SNCF qui refoulait ses larmes, et je pense qu'is étaient sincères, et tous les autres pantins qui essayaient de trouver une bonne tirade pour se faire mousser , absolument abject , du coup après avoir eu une pensée pour ceux qui ont vécu ce cauchemar j'ai fermé la télé , pas rallumé aujourd'hui pour ne pas voir ce guignol qui intérieurement doit se réjouir de cette diversion qui arrive à point nommé sachant que 80% de français ne voulait pas l'entendre le 14 juillet .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: fermer la télé tu n y pense pas, c'est passionnant :), je trouve , de voir a quel point nos tocards se bousculent devant les caméras. Et puisque tu as fermé tu as donc loupé Cuvilier ce midi. Voir mon commentaire à Cyrielle ci dessus.

      Supprimer
    2. @corto c'était d'une évidence qu'ils mettraient celà sur le dos du gvt précédent, donc pas surpris , jaime pas ce mot mais vraiment ce sont des "connards" .
      J'ai entendu ce matin ,dans ma voiture, que des boulons manquaient . vrai , faux ? Je regarderais demain soir , demain grand déballage sur l'ile de Ré .A bientôt .

      Supprimer
  4. Bien dit, Corto !
    Mais c'est le monde que veut la majorité des citoyens....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: la majorité des citoyens prend ce qu on lui donne à voir sans barguigner ! J'ai même eu droit à un gauchiste qui m a assuré, le cœur sur la main, que Pépère y était allé uniquement pour assurer aux victimes de la solidarité nationale !

      Supprimer
  5. Ils sont misérables, les politiques et les journalistes, j'ai quand même entendu un abruti de journaliste dire que la grue en provenance de Belgique pesait 700 tonnes, le coup de l'émotion certainement.

    Pour pépère, comme bien souvent au ras des pâquerettes, il vaut largement Mac Mahon et son " Que d'eau, que d'eau".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: moi, j en ai entendu un dire que la grue était capable de lever jusqu à 700 tonnes, les wagons pesant 40 tonnes selon un autre, l un dans l autre ça devrait le faire. Nawak !

      Supprimer
  6. Pas vraiment le sujet direct de votre billet mais je suis tombé sur ces deux commentaires chez un blog voisin (je sais jamais s'il faut citer les gens donc dans le doute je m'abstiens) et disons que je ne sais pas trop quoi en penser:

    "Pour parler d’autres choses, un scoop. Des amis qui travaillent dans les services de secours m’ont appris qu’à leur arrivée sur les lieux du sinistre de Bretigny, ils sont tombés sur des rats qui dépouillaient les blessés. Des médecins urgentistes ont même été agressés et délestés de leurs portables. Par ailleurs un ou deux jeunes d’une cité de Bretigny étant blessés, des bagnoles ont été cramées.
    Jusqu’à présent, silence média.

    Un article du quotidien de référence que le monde entier nous envie : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/13/bretigny-cuvillier-n-a-pas-connaissance-de-pillage-de-victimes_3447226_3224.html
    Le ministre a parlé, sa parole a plus de valeurs que celle de mes amis qui étaient sur le terrain. Normal, il est ministre, donc il sait tout mieux que tout le monde, il a fait l'ENA.
    En revanche, les commentaires sont intéressants".

    Et toujours le silence radio à cette heure-ci.

    RépondreSupprimer
  7. le commentaire sur Atlantico: Un certain M. Frédéric Cuvillier occupe les fonctions de ministre des Transports. Es qualités il a été amené à réagir aux scènes révoltantes qui se sont déroulées au milieu des cadavres, des blessés, et des wagons disloqués. Chacun de ses mots mérite d’être cité. Des pompiers ont été caillassés. Dans la bouche de M. Cuvillier ça donne : « l’accueil des pompiers a été un peu rude » ! « Un peu rude » ? « Rude » selon la préciosité langagière de ce ministre de la République cela voudrait sans doute dire que des pompiers auraient été blessés… Et « très rude », que des soldats du feu auraient été tués... Rien de tel et on comprend le « ouf » particulièrement écœurant de M. Cuvillier. D’après ce dernier il n’y a pas eu, à sa connaissance, de « pillage organisé ». Juste des « cas isolés » et « un vol de portable ». Re « ouf ». Des hyènes et des chacals – c’est-à-dire une trentaine de « jeunes » – étaient à l’œuvre à Brétigny-sur-Orge. La force de l’habitude sans doute, et quand l’habitude est forte on ne va quand même pas s’arrêter à quelques cadavres et blessés. Mais M. Cuvillier, et d’autres, nous demandent de nous habituer à ces habitudes. Car, évidemment, il ne s’est rien passé de très grave à Brétigny-sur-Orge. Des cas isolés… En effet, comme chacun sait, il serait assez naturel, dans l’ordre des choses, qu’après une catastrophe, un incendie, une dramatique collision de voitures, des « jeunes » viennent se livrer à l’exercice de la dépouille… Mais qu’ont-ils donc dans les tripes sinon la haine ? Et qu’ont-ils donc dans la tête sinon le plus visqueux des appâts du gain ? Jérôme Guedj, député du coin, (socialiste mais d’une autre façon que M. Cuvillier) a, lui, trouvé les mots justes pour qualifier ces « jeunes » : « de sombres crétins inhumains ». Une partie de ce diagnostic pourrait fort bien s’appliquer à M. Cuvillier.
    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/chacals-et-hyenes-c-est-bretigny-orge-qu-etaient-benoit-rayski-785421.html#p0UJj899sLYH5S8b.99

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anton et jean marc: étrange affaire tout de même. Hier soir vers 22h30 sur europe1, on signalait des détrousseurs de cadavres et du caillassage de sauveteurs. Sur BFM, en gros, "un accueil un peu rude " des forces de l ordre et des pompiers. Deuxième acte ce matin: pas trop de bruit, les blogueurs de gouvernement, reprenant les éléments de langage gouvernementaux, disent que tout cela est monté en épingle. Bref, circulez , y a rien à voir ! ben tiens !

      Guedj, le bellâtre de l assemblée semble reconnaître qu il se serait passé quelque chose mais Valls, un de ses potes, fait silence radio.

      En gros, il n e s'est rien passé a part une méga catastrophe qui a donné l occasion à nos pingouins de parader. Et vous voulez mon avis ? On ne saura rien sauf qu il s'est passé effectivement quelque chose hier soir en marge de cet accident, l accueil a été un peu rude ! Nous prendrait-on pour des cons ? Oui , assurément !

      Supprimer
  8. Brétigny: Huchon n'exclut pas une malveillance.

    Bah voila, on y arrive...

    Sur ce sujet, commentaires intéressants (Koltchak, Marchenoir etc.) à lire sous ce billet
    http://amiralwoland.wordpress.com/2013/07/12/edito-pour-mediavox-xxxi-le-gaz-de-la-discorde/#comment-32726

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anton: de même un syndicaliste de la CFDT dire: " n'excluons pas l hypothèse d un acte de malveillance " quand Pépy, le boss de la SNCF dit " prendre toute la responsabilité " de l accident, bref, tout le monde a son idée et personne la vérité . Mais on épilogue sans fin, ça alimente les JT

      Supprimer
  9. Robert Marchenoir13 juil. 2013 à 21:46:00

    D'un autre côté, ce sont les Français qui demandent ça.

    Quand un ministre ne se déplace pas, il est "insensible", il "n'a pas d'empathie". Quand je ne sais quelle "victime" n'arrive pas à se faire recevoir par le président de la République, c'est un "scandale", "les élites sont coupées du peuple".

    Les Français veulent-ils être des sujets ou des hommes libres ? Dans le second cas, il devraient exiger la baisse radicale des dépenses de l'Etat et la "casse des services publics".

    Ils se gargarisent des "fonctions régaliennes de l'Etat" ? Ils demandent "un Etat fort et stratège" ? Eh bien, ils l'ont. Et les nombreux stratèges qu'ils ont appelés de leurs voeux viennent se montrer à l'occasion, n'ayant pas grand'chose d'autre à faire. Les rois en chef et les rois adjoints dont ils ont réclamé la présence paradent devant la population. C'est bien la fonction d'un roi, non ?

    De quoi se plaint-on ? Il faut savoir ce qu'on veut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Robert marchenoir: bah, c'est peu comme l histoire de l’œuf ou la poule. Sont-ce les Français qui demandent où gobent-ils ce qu'on leur force à ingurgiter ?

      Moi ça ne me dérange pas qu un ministre se déplace, mais lorsque comme hier soir on assiste à un véritable festival, toutes personnalités de gauche confondues, faut pas venir me dire qu il n y a pas récupération !

      Quant aux Français, savent-ils seulement ce qu ils veulent ? Ils ont voulu Pépère parce qu ils ne voulaient plus de Sarko. et moins d'un mois après son élection, le fla, commençait sa longue descente aux enfers, côte de popularité en berne prolongée .

      jamais contents !

      Supprimer
  10. je me suis fais la meme réflexion que toi, Corto74, quand on m'a fait prendre conscience dufait que Manuel Valls avait fait, dans la journée, un Aller Retour Nimes-Orly-Bretigny-Orly-Nimes, en quelques heures.

    Et puis, Hollande, il est secouriste ? Quand à Huchon, que faisait-il la ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Parisien Libéral: Hollande, il aurait été appelé au chevet de la France, un 6 mai, sans doute parce qu il avait quelques prétentions de secouriste, non ? ça craint pour le malade.

      Huchon, ben il est le président du Conseil Régional

      a mourir de rire, faute de ne vouloir pleurer

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir14 juil. 2013 à 14:59:00

      Huchon, sauf erreur, est institutionnellement responsable des transports en train dans sa région.

      Ce sont les charmes de la "décentralisation" à la française : la région devient "responsable" des transports, mais l'Etat dirige toujours le bouzin de près. On ne fait que rajouter une couche au mille-feuilles administratif, qui procure tant de sinécures et de belles retraites financées par l'impôt à tant de monde.

      Supprimer
  11. il n'y avait pas que des charognards à dépouiller les victimes et secouristes si je comprends bien.. les politicards faisant leur marché démago et la pêche aux futures voix
    les explications de Michel CHEVALET sur Itelé font frémir ( lecture dans le figaro ce matin)..

    Cette débauche médiatique et ce voyeurisme sont souvent à vomir. Personnellement je n'ai pas regardé car cela n'apporte rien ! je préfère attendre un peu .. Et de ne plus regarder la télé est la meilleure des choses .. machine à manipuler et formater les esprits surtout dans les moments comme celui ci......
    pepere avait bien fermé sa braguette ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: si, si, faut regarder, je crois que jamais nous avions atteint un tel degré de récupération pour un accident ! du grand art ! J'ai même entendu un journaliste dire à demi-mots, pas trop fort, que c'était peut-etre trop !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen