mercredi 3 juillet 2013

Augmentation du nombre de sans domiciles: Méfions-nous des chiffres.


Hier la publication des chiffres du nombre de personnes sans domicile aurait pu faire bien plus grand bruit si le Batho n'avait pas coulé. C'est bien dommage que l'on en ai pas parlé plus et mieux même si certains gauchistes ont pu, à cette occasion, ironiser sur Sarkozy qui avait promis en 2006 que s'il était élu plus personne ne devrait dormir dehors...

Alors revenons sur les chiffres, les médias ont annoncé que 141 000 personnes étaient sans domicile, chiffre en augmentation de 50% depuis 2001, plus dramatique encore, 30 000 enfants seraient dans cette situation. Nous sommes d'accord, c'est odieux, faut dire qu'annoncés ainsi, les chiffres sont sans appel, on ne cherche pas trop à en savoir plus, on retiendra que 141 000 sont à la rue ( et que tout cela c'est la faute à Nicolas...), on aura pitié, on sera offusqué et on passera au sujet suivant. Sauf que...

Sauf qu'à y regarder de plus près, il nous sera peut-être permis de relativiser l'inhumanité de ces chiffres. D'abord, parce être sans domicile ne veut pas dire être sans abri. La personne hébergée dans un hôtel "social" à l'année, comme la quinzaine de cas résidents à l'hôtel de la gare à 2 km de chez moi, dorment au chaud chaque soir, idem pour ceux qui sont logés en foyers ou par des associations. Ils sont 81 000 sur ces 141 000. Leur situation n'est pas enviable, certes mais ils ne sont pas à la rue. Nuance. 

Deuxième élement, les véritables sans abri, ceux que l'on appelle communément des SDF, ne représenteraient qu'environ 9% ( dont 41% d'étrangers ) de ces 141 000. Troisième élément, la hausse de 50% de sans domicile est due pour une bonne part à l'origine de ces âmes en peine: En 2012, 53% des sans domiciles n'avaient pas la nationalité française, ils étaient 38% en 2001. Quatrième élément, sur les 141 000 recensés, 22 500 sont des demandeurs d'asile. Ils seront 22 501 si la France accorde l'asile à Edward Snowden.

Nous le voyons avec ces quatre éléments, oui, il y a beaucoup de sans domiciles en France, oui, ça fait mal, mais et d'une, il faut savoir regarder les chiffres de près et ne pas tout mélanger; et de deux, compte-tenu de la composition de cette population (étrangers et demandeurs d'asile dont une large part sont arrivés en France volontairement ) et de la crise économique sans précédent que nous vivons depuis 2008, il serait totalement stupide de mettre cette augmentation sur le dos d'une totale inefficacité de nos dirigeants politiques à régler le problème.

Fort opportunément, ces chiffres couvrent la période 2001- 2012. Rendez-vous dans 4 ans, vous verrez, rien n'aura changé... hélas.

Folie passagère 1785.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

35 commentaires:

  1. Ton billet est d'autant plus pertinent que j'ai lu sous ta plume pourtant affreusement nauséabonde, réactionnaire et, pour tout dire, nazie, des rappels, une fois l'an peut-être, de la situation des clochards morts pendant l'hiver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al west: effectivement, je publiais une fois l an, pas encore cette année, la liste intégrale des morts de la rue. Rien ne change, hélas. et si on veut être "brutes " de chiffre, ils sont environ 350 à mourir dans la rue chaque année en France et " parallèlement " ils sont 141 000 à n'être que sans domiciles.

      Supprimer
  2. C'est toujours utile la mise en perspective. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pernelle: un peu que c'est utile ça évite comme nos gauchistes blogueurs de dire ou de faire croire n importe quoi.

      (et encore, je me suis retenu )

      Supprimer
    2. A propos, je préconise que nos gentils gauchos xénophiles et misèrophobes aillent à la préfecture et autres lieux républicains s'autodénoncer pour fournir un logement, une voiture et de quoi manger, aller au cinéma, en boîte, aux putes, ect à tous ces sans domiciles, étrangers notamment.

      Sinon, je serais contraint de penser qu'ils sont profiteurs, xénophobes, racistes et nauséabonds.

      Ca me rappellerait les heures les plus sombres de notre histoire.

      Vryko

      Supprimer
    3. @Vryko: rhooooo, délateur , va !

      Supprimer
    4. Pas délateur le moins du monde ! Je m'indigne de ton préjugé !

      J'ai lu Stéphane Hessel (enfin le titre du machin, faut pas déconner non plus) et j'applique.

      Je m'indigne donc du manque de solidarité des gentils de gauche, qui, soit dit en passant, commettent une véritable atteinte au vivre ensemble.

      Ca me rappelle des choses très concentrées tout ça...


      Vryko

      Supprimer
    5. @Vryko: Sacré Hessel ! et dire que pépère lui a rendu hommage ! Le vivre-ensemble a la mode socialofranchouillarde: mouarf !

      Supprimer
  3. euh..... la faute à Sarko ?

    Pourquoi dans les grandes villes dirigées par les maires de gauche en voit-on autant.. Rennes par exemple que je connais..
    ou Paris ou l'on a vu des enfants dans la rue .. Etonnant non ?
    le social les arrange pour les médias mais au quotidien ils laissent faire ... lachement indifferement
    Pourquoi tout ces SDF se baladent avec des chiens.... bouches à nourrir, danger potentiel pour les passants, contrôle sanitaire inexistant ( quand on sait ce que l'on demande à l'individu lambda qui a une bête le nombre de justifications quant aux vaccins etc..)

    chiffre en hausse .. Normal 30 ans de pensée socialisante... 30 ans de misères potentielles...
    la gauche vit sur la misère du peuple ...
    Quand je vois dans ma région socialiste tout l'argent qui est mis sur le granit des trottoirs ... et tout ce que l'on pourrait faire avec cet argent dépensé sans compter en temps de crise....

    La France ira mieux quand la pensée socialiste se sera éteinte.. mas est-ce possible sans révolution avec des médias, une justice et un enseignement ancrés du mauvais coté....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: la première chose à considérer c'est que en matière de sans domicile, il y aura toujours un seuil en deçà du quel, on ne pourra rien faire, autrement dit, il y aura tjs des sans domiciles et des SDF, crise ou pas crise, c'est exactement comme avec le chômage.

      Deuxio, je crois qu effectivement ce pb ressort plus du domaine des villes que de l éta, la proximité est indispensable pour gérer " au mieux " le pb

      et tertio: faisons comme Pépère attendons le retour de la croissance, ça ira mieux sur ce sujet là aussi

      Supprimer
    2. d'accord avec tes remarques... mais moi je crois que ce type de dérives dans les rues entretient l'ambiance d'un pays pauvre .. cela est bon pour le socialisme .... vous voyez comment est notre pays dans quelle misère il se trouve et pourquoi il faut du social !!!
      Si ce même socialisme était une idéologie généreuse et belle .. dans toutes les villes à gauche on ferait en sorte qu'il n'y en ait point

      Le reste ensuite c'est du blablabla ....

      La vraie misère existe peu en France ne l'oublions pas .. Voyagez ( ce que le français fait peu) ,allez en Afrique ou dans certaines parties de l'Asie et en comparera.....

      Supprimer
    3. @Philz: la vraie misère existe peu... entièrement d accord.

      Supprimer
  4. Si je peux me permettre, j'avais publié il n'y a pas très longtemps la traduction d'un texte de Dalrymple sur les SDF. Il ne parle que d'une certaine catégorie de SDF, les vrais "clochards", mais ça n'en est pas moins fort intéressant il me semble.
    aristidebis.blogspot.fr/2013/01/sdf-une-vie-choisie.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @aristide: " Gageons donc que, cette année encore, nous n’échapperons pas à l’ennuyeuse comédie. Oui, il s’agit bien d’une comédie ennuyeuse, ne vous récriez pas. Ce n’est pas la vie des SDF qui est une comédie, c’est notre réaction à leur situation. Ce n’est pas eux qui sont ennuyeux, c’est nous, ou plus exactement ce sont les réactions si prévisibles de la classe jacassante et de la classe politique qui sont ennuyeuses "

      Je plussoie a donf !

      Supprimer
  5. Non seulement la situation ne se sera pas améliorée mais elle aura empiré... étroite corrélation entre la crise qui rend le travail rare et les iniques lois Duflot sur le logement.
    C'est bien de détailler le chiffre. J'ajouterais que parmi les SDF bien de chez nous, certains ne souhaitent pas faire quoi que ce soit pour voir évoluer leur situation. Il y a quelques années, ma soeur tenait un commerce. Un jeune SDF entre dans son magasin et lui demande 50 balles. Elle lui répond OK mais en échange, ma vitrine a besoin d'être lavée...sa réponse fut que dans ces conditions, elle pouvait garder ses 50 balles et aller se "faire mettre"...
    Je sais qu'il ne faut pas généraliser sur ce cas particulier mais je crains que beaucoup n'aient jamais rien fait ( à l'école par exemple...) pour éviter de se retrouver dans la rue...
    Pour finir, les enfants qui vivent ça sont d'abord victimes de l'irresponsabilité de leurs parents...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: puis-je te conseiller de lire le texte que met en lien Aristide ?

      Supprimer
  6. Si tous les électeurs de gauche bien portants étaient cohérents avec leur vote, ils accueilleraient chez eux au moins un sdf, offriraient gîte et pitance, et il y aurait beaucoup moins de monde dans les rues.
    En même temps, demander à un électeur de gauche d'aller au bout de ses opinions, c'est peut-être impossible.

    Le pire étant la manière dont la gauche sert du pauvre et de la misère pour gouverner la France neuneu à coups de sentimentalisme et de compassion. Le pauvre est la parfaite nourriture dont la gauche a besoin pour attirer les électeurs. D'autant plus que s'il n'y avait pas de pauvres, il n'y aurait pas de socialos!

    Vive la gauche! Vive la misère!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: En admettant que chaque gauchiste dégoulinant de compassion veuillent bien accueillir un SDF, nous serions vite en rupture de stock... de SDF, ne parlons même pas de sans docimiciles. Que faire alors ? Comment supporter la vue du gauchiste dépité de ne pouvoir assumer son altruisme de pacotille ? hein, comment ferions nous ?

      Supprimer
    2. Ceci dit nous ne sommes pas l'armée du Salut non plus, je fais personnellement ce que je peux mais j'imagine que cela dépasse l'ami Pierre qui ne doit même pas imaginer avoir un voisin étranger. Les pauvres c'est pour la gauche, quel con.

      Supprimer
    3. Ben, c'est à dire que la gauche donne toujours des leçons et est pleine de compassion mais avec l'argent des autres.

      Supprimer
    4. Alors qu'à droite c'est clair, le pognon va au pognon.

      Supprimer
    5. @Fred: "Alors qu'à droite c'est clair, le pognon va au pognon." Crois-tu vraiment ce que tu écris? C'est tellement ridicule dans le cas présent.

      Supprimer
    6. @ Fred Camino
      Parce-que vous croyez que tous les gens de droite ont du pognon comme vous dites ?
      Il y a autant de pognon à gauche qu'à droite, mais la gauche est hypocrite et souvent de mauvaise foi.
      Je connais beaucoup de gens de droite, avec ou sans "pognon", (ce n'est pas le seul critère) qui font beaucoup de choses pour les déshérités. Mais ils le font sans bruit.

      Supprimer
    7. Au moins on est cohérent! Et le nombre de gens à droite qui s'occupent réellement des autres n'est pas inférieur au camp des gôches.
      A gauche vous êtes tout le temps dans le larmoyant, sans cesse )à faire la morale aux gens de droite, et pourtant dans les faits vous êtes peu nombreux à mettre en application vos idées.
      Combien d'électeurs de gauche bien portants ont-ils été verbalisés pour délit de solidarité?
      Vous créez toutes les conditions pour que la pauvreté ne cesse d'augmenter et ensuite vous faîtes les pleurnicheuses. Ca n'a aucun sens. C'est comme si un cuistot faisait un plat dégueulasse et qu'il se plaignait aux clients pour leur dire que la bouffe n'est pas bonne.
      Ceci dit je suis d'accord sur un point, les politiques de droite ont aussi leur part de responsabilité quant au désordre social.

      Supprimer
    8. Ce n'est pas moi qui pleurniche, ce blog est le mur des lamentations de tout les anonymes réactionnaires.

      Supprimer
    9. C'est ça, vous soutenez un gouvernement de pleurnicheuses, nous on n'est pas derrière eux comme vous.
      La gauche fait une cuisine absolument dégueulasse, les plats qui sortent sont indigestes et vous nous reprochez de ne pas vouloir les goûter. pire, même vous, pour la plupart, n'y goûtez pas.
      Tout ce que vous prônez c'est le laxisme, ça crée un foutu désordre (cambriolages, insécurité, incivilités ...), beaucoup de Français le subissent au quotidien. Et pour transformer cette réalité plus qu'immonde, vous y ajoutez la fameuse sauce Egalité, une grosse pincée de Fraternité et de nombreux soupçons de pleurnicherie, le tout recouvert par un torchon de culpabilité à l'égard de ceux qui critiquent vos plats dégueulasses.

      Pas de chance pour vous, c'est toi la pleureuse, c'est toi qui est de gauche. Regarde un peu ce que racontent et font les gens que tu défends, et il n'y a que du bon sentiment et de la culpabilisation en terme de communication. Clément Méric est un des desserts les plus immondes qu'on nous ait servi jusque là. Vous avez tous fait les pleureuses alors que ce qui arriva n'est que la suite logique de ce que vous défendez.

      Oui, vous, gens de gauche, êtes responsables de ce qui est arrivé à ce pauvre gosse. Mais vous ne serez jamais objectif,
      toujours analyserez les choses sous l'angle de vos bons sentiments et de l'idéologie qu'on vous a vissée dans le cerveau.

      Non, on ne pleure pas; c'est votre manière de faire de la politique, pas la notre! Comme si c'était efficace en plus...
      Le jour où vos actes seront en accord avec vos idées, vous serez peut-être plus crédible et surtout, vous ne ferez pas les petits moralisateurs comme vous aimez le faire.

      Supprimer
    10. Fred, votre vie est faite de pleurnicherie. Vous faîte un blog pour soutenir la gauche, qui est un parti de pleurnicheuses et de voleurs. Combien de socialos du parti ont accueilli chez eux des gens dans le besoin? Hein, dîtes-nous combien font ce qu'ils pensent?

      Les plats que vous défendez sont pourris, pré-mâchés, et il n'y a que vous pour croire que c'est de la bonne cuisine. Vous aimez que les gens souffrent, on n'aime pas ça. Vous pensez à votre petite idéologie, et nous on pense à ceux qui ont peu de moyens et qui subissent de plein fouet la vermine que le PS adore défendre.

      Combien d'électeurs de gauche défendent les gens qui empoisonnent le quotidien de nombreux Français, alors qu'ils sont à l'abri du désordre?


      C'est tout simplement dégueulasse de faire bouffer de la merde aux pauvres gens. Et c'est bien VOTRE politique, pas la nôtre.

      Supprimer
    11. Et si, vous êtes l'armée du salut si on vous écoute. Sauf que on l'a vu en 1980. Des gens comme Coluche ont fait bien plus en un an pour les nécessiteux que ne le fera jamais le socialisme dans toute sa vie.

      Rentrez-vous ça dans le crâne, la pauvreté c'est le jus de votre parti. Sans pauvres et misérables, le socialisme n'existerait pas. C'est pour ça qu'il est dans votre intérêt de tirer les gens vers le bas et de chercher à rallier les pleureuses à votre cause. Sauf que c'est du cinéma, absolument pas de la politique.

      Personne ne fabrique aussi bien de la pauvreté et de la délinquance que les socialos.

      Supprimer
  7. Robert Marchenoir3 juil. 2013 à 15:17:00

    D'après le pasteur Truc dont le nom m'échappe, le facho qui est spécialisé dans l'aide raciste aux sans-abri, une forte minorité des SDF parisiens sont étrangers, et la plupart viennent d'Europe de l'Est.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Robert marchenoir: Sauf mon respect, il y a embrouille dans ton commentaire , non ? Moi pas comprendre

      Supprimer
  8. Tout ce que je pouvais dire l'a été dans chaque billet
    A La Rochelle quand arrive le mois de Juin c'est l'arrivé des sdf avec la cohus des chiens accompagnateurs , la mairie de gauche essaie de balayer cette étrange arrivage qui comptera dans le chiffre des sans abri .
    Nous avons aussi une arrivée de roms , de voyageurs et d'autres citoyens du monde qui sont aussi sans abri
    Comme tu le soulignes , des sans abri relativisons , dans ma vie j'en ai connu au moins une avec 2 enfants , à sa demande à la mairie on lui a fait remarquer qu'elle avait de la chance, elle pouvait coucher dans sa voiture , c'était en hiver ,depuis cela c'est arrangé, je sais qu'elle lit tes blogs aussi je lui fait de gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude Henri: si elle lit mon blog dis lui de prendre contact par email, si cela est possible

      Supprimer
  9. AVIS:

    http://www.lunion.presse.fr/region/les-jeunes-travailleurs-doivent-laisser-la-place-aux-jna3b26n83384#.UdBW4x2vrRQ.twitter

    RépondreSupprimer
  10. Ouf! La fin m'a rassuré, j'ai cru qu'avec Hollande la situation allait s'améliorer.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa