mardi 3 septembre 2013

Réforme des rythmes scolaires: Les activités périscolaires à l'honneur.

(photo non retouchée prise à Denain aujourd'hui)
On ne parle que de cela puisque c'est la rentrée: la réforme des rythmes scolaires. C'est forcément bien, cette réforme, d'abord parce que c'est une réforme socialiste et progressiste et d'autre part, parce que les enfants, et bien ils vont passer un peu plus de temps à l'école. Donc moins chez eux, moins avec les parents et moins de temps livrés à eux-mêmes: L'école républicaine se charge de tout. Ou presque. C'est si important que, bien que devant logiquement m'en fiche, étant sans enfant, j'ai tout de même voulu voir de quoi il retournait. (Rien que cela devrait me valoir une médaille, tant le cheminement intellectuel et la dialectique des fabricants de la réforme sont tortueux.)

Bon en gros, il faut retenir que nos têtes blondes avaient moins de jours de classes que leurs camarades européens ( 144 pour, par ex., 190 jours en Finlande ou 208 en Allemagne ), avec la réforme, ils passeront à 180 jours. Les petits allemands bossent 15 à 20 h/semaine, on les grille en passant, avec la réforme, à 24 heures, et de 4 jours d'école, on passe à 5. Z'avez compris ? Non ? Je vais donc faire plus simple, avant, ils "travaillaient" 4 jours, maintenant, ce sera 5. Et entre 4 et 5, ce qui change, hormis le fait de passer plus de temps à l'école, c'est que le temps de cerveau disponible sera réparti entre horaires où la concentration est optimale et horaires où, faute de concentration optimale, les chiards auront droit à des activités péri-scolaires ou péri-éducatives ludiques, culturelles, festives et enrichissantes. Les dites activités, gratuites et parfois payantes, devant permettre aux enfants de s'épanouir au monde, aux autres, à la vie en société... à la République.

A vrai dire, c'est en entendant aux infos qu'une école de Paris allait fournir aux petiots, comme activité périmachin-chose, une initiation à la culture swahili que je me suis intéressé au truc. Une initiation à la culture swahili ! Quel intérêt pour un gamin de 7 ans ? Mais il y a tout aussi rigolo, ne serait-ce que dans les apellations:

- Atelier " filme ton école " à partir du CE2,

- Langue des signes française, à partir de 6 ans

- Atelier " Eveil corporel" ", à partir de 2/3 ans à l'école Turenne de Paris,
- Atelier " Kapla ", jeux en bois, pour les maternelles,
- Oralité + arts plastique = Découvrir les mythes et légendes (??),
- Découverte sensible (sic) de l'art moderne et contemporain, école Vaucanson,
- Comment vit-on en Asie, pour les 6/8 ans, école Hermel,
- Danse africaine ou Santé et développement durable, à partir de 5 ans, école poly. de la Goutte d'Or,
- Slam et musiques du monde,
- Motricité fine (?) ou biodiversité dans le règne animal, école Longchamps (16e Paris)

A tout cela, il faut rajouter les classiques: cuisine, sports, musique et musiques du monde, contes pour enfants, devenir citoyen,... C'est chouette, non? Un vrai bonheur et que d'épanouissement ! Il va sans dire que tout cela coûte un paquet de pognon mais peu importe, ce sont les collectivités, l'Etat, et donc vous, qui paieront.

Je me demande tout de même si on ne marche pas sur la tête. Fut un temps, pas si lointain, où les élèves allait à l'école, pareillement, 5 jours sur 7; jours pendant lesquels, éveillés ou pas, il vous fallait ingurgiter un programme copieux; 6 à 7 heures par jour. On apprenait à lire, à écrire, compter et à réfléchir. On nous y enseignait l'histoire, la géographie, l'algèbre, le Français etc... Il y avait 2 ou 3 heures de gymnastique par semaine, parfois une sortie à la piscine, parfois une visite de musée, quelques fois, une animation. Et c'était à peu près tout. Tout le reste, l'épanouissement extra-scolaire, était à la charge et au choix des parents. Il me semble que le niveau global était nettement supérieur à celui d'aujourd'hui lorsque l'on parvenait au collège puis au lycée. La discipline régnait et il n'était pas rare de se prendre une baffe quand on faisait le pitre. L'école de la République fonctionnait tout aussi bien et je n'ai pas souvenir que qui que ce soit ait été traumatisé par un tel régime. Les "bons" poursuivaient leur parcours, les "mauvais" allaient en apprentissage ou entraient  plus tôt dans la vie active. Mais par dessus tout, c'était aux parents d'assumer la responsabilité de l'éducation des enfants, l'école n'étant qu'une composante de cette éducation.

Au lieu de tout ça, l'école brillante de la République, et trop souvent pour le plus grand bonheur des parents, prend en charge vos enfants, de plus en plus tôt, les "éduque", les "épanouit", les "cultive" et les "façonne" au gré des idéologies dominantes du moment, au gré des lubies des ministres se succédant, en moyenne tous les deux ans depuis la création de la Vème république.

Et au final, cette impression prégnante et, semble-t-il largement partagée, que plus on "progresse" dans l'élaboration des programmes, dans la formation des profs ou dans la construction des programmes, plus le niveau des élèves, en sortie, régresse.

Ne serait-il pas temps de revenir aux fondamentaux plutôt que de se pignoler avec tous ces artifices progressistes qui, pour l'instant, n'ont pas fait leurs preuves. Loin s'en faut.

ADDENDUM:


Folie passagère 1883.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

35 commentaires:

  1. Que peut-on espérer sauver d'une telle institution ?
    Il faut supprimer cette "Education nationale" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel desgranges: la supprimer , je ne sais pas, mais y mettre un p'tain de sacré de coup de balai, ça sans problème!

      Mais quand je vois mes voisins, socialos bien comme il faut, des vrais, des durs, mettre leurs enfants à La Compassion au motif que l'enseignement y est plus sur et plus sérieux et plus rigoureux (dixit), je me marre

      Supprimer
  2. J'adore ta photo non retouchée. Quelle tête à claques, franchement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: tu crois. Et c'est ce gars là qui veut aller mettre une fessée à Assad. Ce dernier en rigole encore

      Supprimer
  3. Merdalors, je ne sais pas ce qu'est le swahili ; va falloir que j'y retourne -(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre Al West qui n'a pas eu la chance d'apprendre à l'école les choses essentielles ! Heureusement, vos enfants ou petits-enfants échapperont à cette lacune inadmissible !

      Supprimer
    2. @nana: Faut l'excuser, il est de Nantes: la sociale, beaujoire et...Ayrault

      Supprimer
    3. Confirmation, Nana, je n'ai jamais eu ce genre de cours. En revanche, quand le Directeur entrait en classe, les (nous, donc... brrr, quelle horreur quand j'y pense, pas étonnant que je sois devenu sensible comme un quartier avec ce genre de traitement)(mais j'aurais pu tourner de pire façon) les élèves se levaient et le saluaient à l'unisson d'un "bonjour cher frère".

      Supprimer
  4. L'école est devenue une espèce de fourre-tout où son véritable rôle, qui est l'INSTRUCTION, a été noyé dans tout un tas de conneries "durables, éco-compatibles, droitdel'hommistes, anti-racistes" ETC...il faut formater les gamins le plus tôt possible afin qu'aucune pensée déviante ne leur vienne à l'esprit. Déjà, depuis des années, je suis exaspérée par le terme "ludique" quand il s'agit d'apprendre, ça va pas s'arranger...
    Quant à la photo, en voilà une belle tête de vainqueur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: c'est l'école de la république: imagine , 30 ministres en 54 ou 55 ans, comment veux tu qu'elle se sorte indemne de tous ces changements. Et les enfants trinquent, et le niveau plonge.

      Supprimer
  5. Mis à part l'atelier Kapla, quelle connerie, à l'image de François Pignon....

    La Kulture, il faut vraiment que je raconte ma visite "épatante" de l'abbaye de Jumiège ou comment la foule ébahie et subjuguée admire l'ART, de sales péteux qui se prétendent artistes et vivent très bien des commandes d'état, dans 20 ans il n'en restera rien, mais ils auront démoli les cerveaux des têtes blondes et laisser s'écrouler de vrais chefs d’œuvres en péril. Que de fric gaspillé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ladywaterloo: NON, ne me pale pas d'art subventionné et autres conneries dansle genre: je suis de bonne humeur !

      A propos de pognon, l Etat verse 50 euros par enfant a toute commune qui adopte ces nouveaux rythmes, + 40 euros pour les communes rurales ! l addition va être salée , nous devons sans doute etre assez riches

      Supprimer
  6. Lou Ravi!

    Il illustre parfaitement ce qu'on veut faire des profs: des clowns.

    Mais lui est bien payé pour sa prestation.

    En fait, ces ateliers de tout poil servent à masquer le chômage des moins de 25 ans.
    Ils sont recrutés en tant qu'animateurs...Ca leur fait un petit boulot et des chômeurs en moins dans les stats.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @la mouette: mauvais esprit, va ! Puisque l on te dit que c'est pour l épanouissement des petiots !

      Et ça va couter un pognon dingue entre les subventions aux communes ( 50 euros / enfant ) et les "animateurs".

      Supprimer
  7. ils ont oublié de proposer des cours de finlandais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: ne me met pas au défi de chercher, je pourrai bien trouver une école où le Finlandais est au programme de ces activités periscolaires

      Supprimer
    2. :-)))))
      quoique l'initiation au développement durable à l'age de 5 ans.. ce n'est pas mal non plus.. je dubite grave... mais de quoi va t on leur parler ?
      psychomotricité fine : cela est peut etre " ré apprendre à écrire".. j'avais lu un jour un article sur la réeducation de l'écriture: cela portait un nom à coucher dehors, un peu semblable. tout ca pour dire qu'il fallait tenir le stylo de telle et telle maniére...

      Supprimer
  8. Bonsoir au Maître des clés,
    Bonsoir à toutes et à tous,

    Si vous comprenez, vous devez appliquer.
    Si vous ne comprenez pas, vous devez appliquer quand même.
    C’est en appliquant que vous vous comprendrez.

    Oui, je sais, mes pensées sont d’un autre âge. Il faut, aujourd’hui, donner du sens, supprimer l’exigence d’effort, abroger la notion d’autorité car tout cela, j’en prends pleinement conscience à mesure que je lis les experts pédagogues, est source de traumatismes insurmontables.
    Evidemment, pendant ce temps là, à l’autre bout du monde, des mamans-tigres forment des hommes et des femmes d’affaires, des scientifiques reconnus mais tous ces pauvres hères sont des malheureux. D’ailleurs, il suffit de voir ces documentaires où une voix « off », outrée par tant d’exigence, vous fait comprendre le scandale d’une telle attitude.
    Mais je m’égare, l’important est l’épanouissement personnel, la culture du bonheur et de la découverte empirique car, après tout, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.
    Je dois vous laisser, un doute m’assaille sur la signification exacte de l’adjectif « candide » et il faut que j’aille consulter le manuel du parfait progressiste (les dictionnaires sont dépassés depuis bien longtemps).
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Loc: Bien à toi !
      Non seulement on fait des enfants, des incultes, dans leur grande majorité mais on les installe et les formate dans un monde de bisounours totalement surfait et sans rapport aucun avec la réalité. les mamans-tigres sont peut etre exigeantes, au moins ont-elles compris qu on ne fait pas demain avec des agneaux élevés "sous la mère " république.

      Supprimer
  9. Moi je comprends qu'on fait tout pour dédouaner les parents de leurs responsabilités. Le rôle de celui qui gronde quand ça déconne, eux pas connaître. On a laissé un merdier s'installer afin d'en prendre le contrôle.
    Ils nous disent que les enfants doivent se couper de tout déterminisme familial, maintenant il est évident que c'est à l'école (la République) de prendre le relais.
    On y voit plus clair aujourd'hui, et aussi pourquoi on laisse depuis des années des gamins (z'avez vu je reste poli) empoisonner des lycées entiers, sans jamais mettre les parents face à leur responsabilité. Sans oublier le clientélisme des quartiers et l'arrosage associatif à coups de lance-billets, soigneusement rempli avec le fric des contribuables.
    Notre argent finance leurs projets, ça fait plaisir de le savoir!

    Ils sont créatifs quand même ces clowns (je reste encore poli) avec le fric des autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: sans tomber dans la théorie du complot, encore une , force est de constater que tout est fait pour déposséder de plus en plus tot les parents de leur progéniture et vice versa.

      Supprimer
  10. C'est plus la tête à Toto mais la tête à Hollande, tu es certain qu'elle n'est pas retouchée car dans ce cas là, c'est grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: a priori non , elle n est pas retouché et fidèle a ce que j ai vu de lui aux infos lors de son déplacement à Denain. Là où il a fait un discours d'une banalité affligeante.

      Supprimer
  11. Tout ça nous prouve que l'école est en train de devenir une gigantesque garderie...

    RépondreSupprimer
  12. Ecole public : Faites faire à vos enfants ce que font les enfants des enseignants... C'est forcément utile et pas cher.
    Même si vous n'êtes pas d'accord avec ce qu'on enseigne, ce sera la moins mauvaise offre disponible !

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maike: c'est bien souvent le moins disant qui l'emporte

      Supprimer
  13. @ AVIS et à GRANDPAS:

    VOIR l'addendum que j ai rajouté en fin de billet. Tweet de Michael Darmon a propos la photo de Hollande

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo twittée par Darmon est légèrement différente de la première photo... Cela signifierait donc que celle-ci avait été manipulée. Alors que, franchement, on n'avait pas pas vraiment besoin de la modifier: sur la photo originale, Hollande avait déjà l'air suffisamment ridicule... La photo a eu le temps de circuler dans les rédactions du monde entier avant que l'AFP ne prenne la décision de la retirer: et oui, le monde entier a découvert le vrai visage du mec qui est déterminé à intervenir en Syrie pour soutenir des islamistes et qui risque de se retrouver seul dans cette affaire!

      Supprimer
    2. Corto, autant pour moi: après vérification, la première photo est bien la photo originale, non retouchée, qui a été retirée par l'AFP sur « décision éditoriale de l’agence, qui s’excuse auprès de ses clients ». La seconde photo a été diffusée pour la remplacer -mais aussi pour créer la confusion.

      Supprimer
    3. @Noix vomique: Pas grave ! Ce qui l'est plus c'est de savoir pourquoi l'AFP l'a retiré.

      Supprimer
  14. mes enfants sont à la petite école...
    question à la maitresse hier premier jour :
    moi-"allez-vous participer à la destruction de la famille comme le souhaite monsieur Peillon?"
    elle-"euh, je vois avec la directrice et nous en reparlons à la réunon parents/école".

    et comme toujours dans le cahier des enfants la fiche d'adhésion à la fcpe, rhaaa ça m'énerve!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vonflern: je sens qu ils ne vont pas s'amuser avec toi les profs. T'as raison , ONLR !

      Supprimer
  15. Pour contrebalancer "l'efficacité" des méthodes modernes d'apprentissage de la lecture, les parents informés se ruent sur un livre déjà ancien, "La méthode Boscher ou la journée des tout petits". (publicité gratuite).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Pangloss,
      Méthode Boscher = Savoir lire avant l'école...

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP