mercredi 4 septembre 2013

Syrie: Qu'on en finisse ! Go ! Go ! Go ! ... et après ?


J'ai écouté, avec plus ou moins d'attention, ce qu'il est convenu d'appeler "débat" à l'Assemblée nationale sur le bazar syrien. Les uns et les autres ont causé et défendu leurs positions. C'est bien. J'ai apprécié l'intervention de Christian Jacob, mais peut-être plus encore celle du communiste André Chassaigne.  

Les uns sont contre une intervention, les autres pour, les uns veulent sanctionner Assad, les autres disent que cela ne servira pas à grand chose, vote ou pas vote et blablabla...

Et bien allons-y, ne votons pas, laissons faire comme bon lui semble hollande, après tout c'est aussi pour cela qu'il a été élu. Qu'il envoie une ou deux bombes sur la Syrie, bien ciblées si possible, il ne s'agit pas de faire plus de victimes civiles qu'il n'y en a déjà eu. Oui, c'est cela, faisons péter les bombes, avec les USA en soutien, avec une coalition internationale ou seul, puisqu'il y a peu , notre président n'hésitait pas à dire qu'il irait seul s'il le fallait. N'attendons pas que le congrès US se soit prononcé sur le sujet, allons-y, bordel, Go ! Go! Go! Nous sommes tout de même, plus pour bien longtemps, la cinquième puissance mondiale. Avons-nous besoin de l'avis de quelques autres pays aussi insignifiants que les USA ou la Russie pour jouer notre rôle de protecteur urbi et orbi des droits de l'homme ? Avons-nous besoin d'une résolution de l'ONU, d'un feu vert du Conseil de Sécurité, nous qui en sommes membres de plein droit ( pour encore combien de temps ? Hollande ne souhait-il pas offrir notre fauteuil à l'Union Européenne ?) ? Non, allons-y, lâchons nos missiles, faisons parler la poudre et qui nous aime nous suive, que les autres pays se joignent, ou pas, au blanc panache de notre chef des armées. Et pan !

Bachar qui n'est pas la moitié d'un cake aura pris ses dispositions, mis à l'abri ce qui doit être mis à l'abri, depuis le temps qu'on le menace sans agir... La Syrie se prendra donc une bombe ou deux ou trois, des bombes françaises ou internationales puisque l'on nous promet qu'il ne s'agit pas de renverser Assad et qu'il n'est pas dans les intentions des Grands d'intervenir au sol. Juste de punir, de sanctionner et de le dissuader de recommencer. Le gaz, c'est pas bien.

Et tant pis si les preuves que l'on nous a présenté comme irréfutables n'ont pas convaincu tout le monde, loin s'en faut; tant pis si les diverses populations françaises, britanniques, allemandes et américaines sont farouchement et majoritairement opposées à une intervention; oui, faisons fi de tout cela et allons lâcher quelques pets sur Damas.

Mais après ? Oui après que nous ayons fait preuve de virilité guerrière, que se passera-t-il ? Peut-on imaginer que Bachar el Assad se laisse impressionner par quelques bombes occidentales, lui qui, depuis plus de deux ans, ne recule devant rien pour éradiquer une opposition qui n'a rien à lui envier dans l'horreur et les méthodes employées. Quelles seront ses réactions ? Que peut-on craindre d'un homme qui n'a peur de rien, si ce n'est de tout perdre ? Quelles seront les réactions de ses amis iraniens, russes ou chinois ? Quelles seront les réactions des islamistes, des chiites ou des sunnites du monde entier ? Quel sera l'impact de cette poussée de fièvre sur le prix du pétrole et du gaz et donc sur notre niveau de vie ? Autant de questions et tant d'autres pour lesquelles nous n'avons pas de réponses.

Alors oui, allons-y puisque Pépère et une partie de ses amis le souhaitent, bombardons; ces frappes ciblées-qui-n'ont-pas-vocation-à-renverser-Bachar ne m'inquiètent pas plus que cela; c'est l'après qui m'inquiète, le jour et les semaines d'après. Et j'ai beau écouter tous ces va t'en guerre, pas un n'a su m'expliquer comment il voyait l'après, pas un pour nous expliquer ce qui se passera et éventuellement anticiper sur les réactions du Bachar. A croire, sauf à supposer qu'ils ne nous aient pas tout dit, qu'ils n'ont aucune vision stratégique qui ne porte plus loin que le jour où ils auront largué les bombes.

Alors qu'on en finisse, faisons péter les bombes et nous pourrons retourner nous occuper du chômage, de la précarité, de la crise, des municipales à venir et de tant d'autres choses urgentes, mais après?

Oui Après ?

Folie passagère 1885.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

21 commentaires:

  1. On ne sait pas exactement ce que veulent les partisans de l'envoi de quelques missiles sur la Syrie. Certains parlent de chasser Assad, d'autres de le forcer à négocier.
    Bon! Aucun ne dit: "On va le dézinguer". Au mieux, après les frappes, Assad reste au pouvoir après négociation et "démocratisation" (!). Au pire, il obtient l'asile politique dans un pays au climat agréable et finit ses jours en puisant dans l'argent qu'il a planqué un peu partout.
    "Le plus dur, ce sera pour ceux qui vont rester en Syrie (alaouites, chrétiens, druses etc.)", direz-vous.
    Non! Le plus dur, vraiment le plus dur, ce sera pour ceux qui vont mourir de la "punition" qu'on va infliger à Assad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: Effectivement, le plus dur sera pour ceux qui vont mourir des punitions de l occident infligé à Assad.
      Le truc est quand meme vachement difficile a aborder quelque soit le bout par lequel on le prend. faut-il punir Bachar et tant pis pour les conséquences ou le laisser continuer à se battre avec des gens qui n ont rien à lui envier question horreur ???

      Supprimer
  2. Une petite bombette sur la Syrie et plan vigipirate rouge sur la France , interdiction de manifester , couvre-feu , contrôle tout azimute et surtout l'espoir de gagner 1 point dans les sondages .
    Notre Vizir a surement consulter sa voyante , comme le faisait Mitterrand lorsqu'il avait de grande décision à prendre , pour monter sa détermination , vu que le mensonge pour lui est coutumier , fabriquer des preuves pour appuyer ses dires le lui font pas peur , il sortira son beau sourire en cas de contradiction notoire .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: les politiques opposés a cette intervention seraient-ils assez cyniques pour ne pas accorder un total crédit aux soi-disantes preuves qu a brandi le GVT ? J ai du mal à le croire. Si elles étaient si indiscutables, j ose espérer qu ils le reconnaîtraient.

      Quant à Pépère, encire une fois, il s est jeté tête baissée dans un truc qu il ne maîtrise pas. Pret a en découdre seul, puis soumis à la décision du congrès US puis, puis...

      Et incapable, comme ses collègues de nous dire où tout cela risque de nous mener

      Supprimer
  3. Après? Je ne sais pas, j'ai peur, un jour à force de jouer avec le feu, ça pétera, ce soir Assad parle de troisième guerre mondiale, bien sûr il veut décourager les puissances occidentales, mais aussi, il ira jusqu'au bout, un jour, demain peut être on franchira nous aussi la ligne rouge, on n'aura pas vu qu'elle est rouge.
    Au jeu terrible de dominos, celui que les US veulent voir abattus sera peut être celui auquel il ne fallait pas toucher (et ce d'autant plus qu'on sait que les terroristes islamistes prendront le pouvoir, est ce mieux pour le peuple? Pas pour les coptes en tout cas)

    J'ai trouvé aujourd'hui un témoignage étrange et ce n'est pas le premier, celui de Wesley Clark, certes il est très controversé, mais étant donné les postes qu'il a occupé, on peut penser que ce n'est pas un guignol, hélas, et alors ce qui se passe est terrifiant.

    Un jour, peut être plus tard, nos enfants diront, vous aviez tous les éléments pour savoir, pourquoi? J'espère m'inquieter pour rien, trop imaginative, trop sensible, sûrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lady waterloo: je ne sais pas ce que diront nos enfants, mais ce qui est sur c'est que en toute logique, on va droit vers ces fameuse frappes sans véritablement envisager toutes les conséquences. Oui, ça fait peur. je comprends les arguments des va t'en guerre: si on ne le punit pas, il recommencera, oui et alors, ça fait 2 ans que cela dure et tout ce que proposent nos élites c'est quelques bombinettes sans même nous rassurer sur le "après". ben merde, y a de quoi avoir peur avec un gars comme Assad

      Supprimer
  4. Après, on ne sait pas, mon cher Corto. Mais cela n'a pas l'air d'être un souci pour notre président.
    Alors pourquoi s'en faire, l'en-laire !
    C'est nous les plus forts. Obama rame pour nous suivre, mais il paraît que le Congrès va voter pour la guerre punitive.
    Mais c'est nous les plus forts, tralala !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: pépère, il doit actuellement ronger son frein en priant tous les dieux du ciel que le congrès US vote en faveur d une intervention. dans le cas contraire, il sera tout seul et là, il fait quoi ?
      Et même en admettant qu on y aille avec les USA, après ??? Vous en avez entendu un nous dire de quoi sera fait le lendemain des frappes ? pas moi !

      Supprimer
  5. AVIS ! Et l'Iran qui aurait décidé d envoyer 4 000 soldats en Syrie pour soutenir Assad !

    http://french.ruvr.ru/news/2013_06_16/LIran-a-decide-denvoyer-4000-soldats-en-Syrie-0029/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus inquiétant de cette histoire, c'est que ce sinistre incapable en tout va finir par être capable de nous la déclencher cette 3e guerre mondiale que nous redoutons tous.
      Et, avec sa légendaire maladresse, il est même capable de déclencher le big bang atomique sans s'en apercevoir.

      Mais qui va nous débarrasser d'un aussi lourd fléau ?
      Si encore il équipait une de ses "bombinette" d'un gros, d'un très gros (et très précis) boomerang. Pile dans sa g***le de "ravi".

      Qui aurait un piège à taupes à sacrifier ?

      Supprimer
  6. Rendez-vous compte Après de prudentes déclarations sur l'incertitude concernant l'identité
    de ceux qui envoient des gaz, on est passé à l'affirmation sans appel avec images repassées
    en boucle de deux personnes qui suffoquent sous un masque à oxygène. Le commentaire ressassé ad
    nauseam : Bachar gaze les enfants, c'est ignoble, si on ne fait rien cette horreur va se
    reproduire sur la terre entière. Pour appuyer la thèse, certains brandissent des feuilles de
    papier sorti des services secrets français, on se pince. C'est ce qui s'appelle " travailler
    l'opinion ".

    Poutine a raison de demander des preuves convaincantes parce-qu'à ce jour, il n'y en a pas.Angèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Angèle: Tout cela s'apparente à de la manipulation de grande ampleur. Les preuves, notre gouvernement en a fourni à nos parlementaires. 9 pages de documents déclassifiés qui ont permis de prouver une chose: la Syrie de Bachar possède des armes chimiques; on s'en doutait. Qu'il s'en soit servi le 21 aout ? Rien n a semblé convaincre nos parlementaires.

      Pour l instant, on est dans l'enquête à charge. Ni plus , ni moins.

      Supprimer
  7. Faire la guerre, c'est au moins jouer deux coups d'avance. Personne n'a idée de ce qu'il adviendra au deuxième jour de l'attaque.
    Mais Ducon-la-Joie n'en a cure, qui veut entrer dans l'histoire des droits de l'homme et, pour avoir chassé deux mille pouilleux au Sahara, se prend pour Wellington.
    Au fait, c'est combien de morts en tout la guerre du Congo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @catoneo: Pas un de nos va t'en guerre n a été capable de nous dire: voila ce qui va se passer, voila les différents scenarii pour le jour d après. Et il faudrait dire oui ? On n est pas au Mali, là!

      Supprimer
  8. Comme je l'ai lu dans un quotidien, notre cher président cadeau de Dieu fait à la France vient de démontrer qu'il n'est pas un capitaine de pédalo car il faut du courage pour s'attaquer à Bachar, tu m'en diras tant!

    Ces journalistes sont prêts a écrire les pires conneries pour soutenir envers et contre tout leur chéri qu'ils ont fait élire.

    Mais pourquoi ce guignol ne s'est pas fait prendre ses mains dans la culotte d'un zouave, dire qu'on paye des impôts pour nourrir un crétin pareil et sa gourgandine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: ah les journalistes ! il semblerait, hasard ?, que le Sarkobashing soit de retour, histoire de détourner l'attention ?
      Tais-toi et paye !

      Supprimer
  9. Et les Syriens, au fait ? Qu'en pensent-ils ?

    Leur demander leur avis, c'est déjà -si tant est que cela regarde les occidentaux, du moins les partisans d'une intervention- savoir qui ils sont. Mais la réalité, ça pique les yeux, surtout pour un socialiste, celle là plus que les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: les Syriens, on n eleur demande pas leur avis. Et puis quoi encore. Ce serait reconnaitre qu ils existent et qu ils ont peut etre droit effectivement à la parole. As-tu déjà vu un reportage dans ce sens ? Nous a-t-on montré et interrogé les supporters de Assad ? Il doit bien y en avoir pour le soutenir depuis deux ans . Non, rien. Normal !

      Supprimer
    2. Mais c'est quand même DINGUE qu'il n'y ait nul insurgé, nul indigné pour se lever contre ÇA bordel ! Je parle des politiques et journalistes, en effet ; pas des Syriens. Z'ont de la merde dans les yeux, ou bien ? -Pardon cher taulier, mais je suis un peu agacé, là -"sensible comme un quartier"* (ce qui est tout à fait NORMAAAAAL) dirait Jacques Étienne -)

      *clic sur le gras

      Supprimer
  10. j'aime bien cette formule... on fait ... et après ?

    Les 35 heures... et après ?
    la CMU sans controle et après ?
    les avantages sociaux délirants et après ?
    le mariage zinzin et après ?
    le vote des étrangers et après ?
    combattre les riches et après ?
    la guerre et après ?
    etc .. et après ?

    tout le problème des socialistes est la .. par idéologie et démagogie on fait dans l'istant mais l'après on s'en fiche totalement...

    les futures générations se moucheront avec ..... si elle ont encore des mouchoirs ....

    le monde est en danger quand on oublie les après .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: En fait, sur le fond, je ne suis pas contre quelques frappes pour montrer qu on ne peut gazer impunément les gens. Oui, je ne serais pas contre si on me prouvait que cela servira a quelques chose, si on me rassurait sur l après, si l on me prouvait que cela vient bien de Assad etc... mais rien. Alors oui, comme pour le reste, la grandeur d un homme politique et de sa clique, c'est de savoir aussi anticiper, nous dire de quoi demain sera fait.

      Les 35h, on a vu. la CMU, l'AME, etc... on a vu. Pour le reste: inch'allah !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP