mardi 10 septembre 2013

Anders Breiwik est-il responsable de la victoire électorale de la droite norvégienne ?


La Norvège est riche. Son économie se porte bien. Le taux de chômage est au plus bas. Le pétrole coule à flot et ce n'est pas le gaz qui manque. D'un montant de 750 milliards d'euros, son fond souverain est le plus riche du monde. Son modèle social est une référence pour tous les gauchistes de la terre. Globalement, on va dire que tout va bien pour le parti travailliste et la gauche, au pouvoir depuis 8 ans.

Et pourtant, la gauche vient de se prendre une claque magistrale en perdant les élections au profit d'une coalition de droite composée de deux partis centristes, du parti de droite classique conservateur et d'un parti dit-populiste, une sorte de FN local. Le score est sans appel, la droite obtient 96 sièges au parlement sur 169. Le parti conservateur prend donc la tête de cette coalition et c'est une femme, Erna Solberg, qui prendra la tête du pays.

Alors, si tout allait pour le mieux dans un pays qui, rappelons le, ne fait pas partie de l'Union Européenne, comment expliquer cette déculottée électorale de la gauche ?

Et on a beau tourner le problème dans tous les sens, deux hypothèses et seulement deux semblent pouvoir apporter une réponse.

La gauche au pouvoir depuis trop longtemps aurait généré une certaine lassitude dans un électorat traditionnellement social-démocrate. Possible, mais pas suffisant. La deuxième hypothèse est plus délicate à évoquer. Il s'agirait du syndrome Anders Behring Breiwik. L'acte insensé de celui-ci, il y a tout juste deux ans, - zigouiller en une journée plus de 77 personnes dont 69 sur l'île d'Utoya, et en blesser 151 autres - aurait exacerbé dans les urnes un sentiment anti-immigration et anti-multiculturalisme, deux piliers traditionnels de la politique gauchiste  en Norvège.

Alors, la question que personne là-bas, ou ici en France (sauf à ma connaissance le journal La Croix), n'ose poser est la suivante: La droite norvégienne doit elle tout ou partie de son succès électoral au problème identitaire (pour faire simple et rapide) que souleva Breiwik dans sa folie meurtrière ?

Folie passagère 1896.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

20 commentaires:

  1. Emporté par l'élan sans doute, vous avez été un peu excessif en écrivant "zigouiller en une journée plus de 77 morts".

    Quant au succès électoral de la droite norvégienne, il est fort probable en effet, qu'il soit lié au problème identitaire. Quant à l'influence de l'affaire Breiwik...je suis un peu plus dubitative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: oh, hé, ça va, hein :) j ai corrigé , merci :)

      C'est en lisant l article de La croix que je me suis posé cette question. Le problème identitaire et le multiculturalisme ne semblaient pas jusqu a Breiwik poser de problèmes particuliers. Force est de constater que cela l'est devenu après Breiwik ( de même que la remise en question des gender studies). ça c'est un constat. Comme si l acte de B avait réveillé les consciences et poussé les gens a voter a droite pour rejeter ces deux piliers ( immigration et multicultiralisme) qui étaient porté par la gauche. Ou encore pour éviter, au moins inconsciemment, que ce genre de drame ne se reproduise.
      N'oublions pas que ce qui a motivé Breiwik c'est justement ce " trop plein " d'immigré et de brassage des pupulations et que toutes les victimes d'Utoya était des gauchistes, jeunes, et pour nombre d entre eux immigrés ou issus de l immigration.

      Supprimer
  2. On zigouille ce qu'on trouve, et s'ils étaient déjà morts, tant pis pour eux ! :))

    Angèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Angèle: ça va, ça va, c'est corrigé :)

      Supprimer
    2. Un zombie, à la base, c'est déjà mort non ?

      Supprimer
  3. Nous remarquerons que le gars Anders Behring Breiwik, lève son poing droit comme le firent dans les années 1960 aux États-Unis le mouvement Black Panthers, lors des jeux olympiques d'été de 1968, les coureurs américains Tommie Smith1 et John Carlos arrivés premier et troisième du 200 mètres protestèrent contre la ségrégation raciale aux États-Unis en baissant la tête et en pointant, lors de l'hymne américain, leur poing ganté de noir vers le ciel, sur le podium de la remise des médailles.

    Nos journalistes devraient s'informer, le salut nazi, c'est la main tendue en hommage au salut romain, Ave César, etc,etc...

    A propos du gars, Anders machin chose, je me suis toujours demandé comment un type sans entrainement spécial a pu se déplacer avec kgs de munitions sans éprouver un moment de la fatigue mais bon je suis tatillon mais quand même avez vous déjà essayé de marcher avec 10 kgs dans les poches de votre falzar, pas pratique quand même.

    Les gentils immigrés à longue barbe et femmes en sac poubelle vont ils prendre des drakkars pour quitter ce pays , ils viendront en France, il y a encore de la place et Hollande et consorts seront content d'avoir de nouveaux électeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant qu'il n'a pas fait une quenelle !

      Supprimer
    2. @Grandpas: ah ben c'est sur que de la place il va y en avoir en France puisque Valls veut naturaliser chaque année 100 000 étrangers, bientot le reservoir local ne suffira plus, faudra ouvrir un peu plus les portes.

      Supprimer
  4. La droite norvégienne est victorieuse car les Norvégiens subissent de plein fouet le communautarisme que leur a organisé leurs dirigeants. Comme pour le FN en France. Ce ne sont pas les politiques qui vont voter très à droite, mais la réalité. Quand les gens subissent la merde, ils n'en peuvent plus et votent à droite.
    La gauche est ce qu'il y a de pire pour un pays. Sa politique provoque des dégâts considérables dans toutes les nations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: "Quand les gens subissent la merde, ils n'en peuvent plus et votent à droite" j aimerai en être aussi sur que toi

      Supprimer
  5. L'économie se portant plutôt très bien en Norvège, on peut penser que ce revirement à droite est due à deux choses :

    -Une simple envie de changer

    -L'économie étant au top, c'est sur le social (et question de société) que l'élection s'est jouée…

    Et là, les rêves humides de multiculturalisme et d'islam se fondant dans la démocratie nord européenne en prennent un sacré coup…

    Ou alors il y a d'autre raisons que nous ne connaissons pas.

    Il n'y a pas un spécialiste de la Norvège chez vos lecteurs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Skandal: tes deux raisons sont donc pour ainsi dire les mêmes que les miennes.

      peut-on imaginer qu a défaut d'être responsable de la victoire de la droite Breiwik ait été en quelque sorte un révélateur, un déclic, qqu'il est suscité ds l esprit des norvégiens uen espèce de prise de conscience "anti-immigrés et anti multiculturalisme " ? ça ne me parait pas débile que de penser cela. non ?

      Supprimer
    2. Non, c'est pas débile mais à mon avis peu probable comtpe tenu de ce que je connais des Norvégiens...

      Je pense qu'il doit y avoir autre chose.

      Supprimer
  6. La prise de conscience identitaire a-t-elle été suscitée par B.? Ou bien c'est le sentiment de ce problème qui a suscité chez lui le passage à l'acte?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: ton 2 en 1 puis peut-etre ton 1. Je trouve que la question méritait d'être posée et suis même assez surpris de n'avoir vu cette évocation uniquement dans le journal La Croix

      Supprimer
  7. Les pseudo-démocraties scandinaves sont à la pointe de ce qui se fait de pire en termes de politiquement correct, de honte de soi, de multiculturalisme. Ainsi, en Suède on ne doit pas parler d'immigrés mais de "néo-suédois", ça choque moins le sensibilité à fleur de peau de ces populations qui vivent justement dans des quartiers "sensibles". Et puis comme ils seront naturalisés, autant les habituer et les suédois (les vrais) par la même occasion.

    De fait, on observe chez les scandinaves de souche une certaine crispation à la suite des exploits des néo-scandinaves qui font la une des faits divers du plus minable au plus sordide. Est-ce fasciste que de se rappeler que les populations de nos pays sont de race blanche, de culture gréco-romaine et germano-norroise pour les natifs d'hyperborée, de religion judéo-chrétienne ? Est-ce fasciste que de constater qu'il y a certains peuples qui ne pourront jamais s'intégrer, je n'ose même pas rêver d'assimilation ? Est-ce fasciste que de se poser la question de savoir si nous avons été consultés quant à ce raz-de-marée humain que nous devons ensuite subir ?

    Pour ma part je pense que non. La terre que nous foulons est la nôtre, nous sommes dépositaires de ce legs qui nous a été laissé par nos aïeux qui, siècle après siècle, l'ont travaillée, mise en valeur, ont bâti notre culture. De fait, avant de disposer de ce bien sans nous demander notre avis, les dirigeants, s'ils avaient été de vrais démocrates auraient lancé une consultation. Terre, langue et culture sont NOTRE bien commun et nous ne devons pas rester passifs alors que l'hyperclasse mondialisée cherche à les démolir.

    Quant aux grincheux gauchos : la hart pour tous ! L'Europe n'a pas vocation à devenir une sorte de no man's land islamisé où subsisteraient des bantoustans pour de souche dhimmisés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: tu prêches à un convaincu en ce qui me concerne.
      L'Europe n'a pas vocation... mais c'est pourtant ce qui se passe dans la plus grande indifférence. Indifférence que je peux comprendre quand elle vient de gauche, que je ne digère que très difficilement quand elle vient de la droite dite classique, que ce soit en France ou ailleurs. Faut dire qu on a été tellement culpabilisé avec le racisme et toussa qu'on ose même plus, publiquement, appeler un chat, un chat, si tu vois ce que je veux dire...

      Supprimer
    2. Et bien moi j'ose appeler un chat, un chat dans l'intimité d'une discussion avec des relations comme en public. Rien à foutre des sensibilités de rosière des gauchistes à fleur de peau, rien à battre du politiquement correct. De toute manière ma qualité de royaliste et de catho tradi me vaut d'être ostracisé. Quitte à être un paria social, j'assume totalement ma condition.

      Le problème, c'est que la droite dite classique n'a de droite que le label. Sur le fond, elle n'a rien à envier aux solférinistes. Elle brade notre souveraineté, elle brade la nationalité, elle démolit notre culture, nos traditions aussi bien que ne le ferait Hollande. Le patriotisme leur est tout aussi odieux que pour le premier socialo venu, la seule différence étant qu'ils pavoisent quand même leurs meetings du drapeau national parce qu'il ne faut pas déconner alors que le PS fait dans la diversité des pavois, surtout s'ils sont exotiques et de contrées mahométanes.

      Supprimer
    3. @Koltchak: pour ce qui est de la droite, tu as sans doute raison mais au moins a-telle le mérite d'exister encore. Et elle ne pourra, à mon avis, perdurer que si elle consent enfin a appeler un chat, un chat. faute de quoi le Fn passera devant. N'est-ce pas ce qu espère le PS, histoire de faire jouer à son profit cette imbecilité de front republicain ?

      Supprimer
    4. À te lire, Corto, ça semble évident et clair comme de l'eau de roche. Un tel cynisme fait froid dans le dos

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP