mardi 24 septembre 2013

Affaire Bettencourt: Justice ou dégoût ?


Dans l'affaire Bettencourt, la justice qui n'est pas aux ordres a décidé de rejeter les recours en nullité des différentes parties de la défense concernant l'abus de faiblesse. Sarkozy reste donc mis en examen pour abus de faiblesse. Tous nos médias (papiers ou sur internet) et quelques blogueurs de gouvernement ont recopié la dépêche suivante

" La Chambre de l'instruction vient de rendre sa décision et valide dans son intégralité la procédure, a déclaré à des journalistes Me Huc-Morel, avocat de la fille de Liliane Bettencourt, après avoir pris connaissance de la décision de la Cour d'appel. Il a ajouté que la Chambre d'instruction avait notamment validé l'expertise médicale de l'héritière de L'Oréal, au cœur du dossier 
De cette expertise dépendait la validité de la plupart des douze mises en examen dans ce dossier : puisque la vulnérabilité de Mme Bettencourt n'est pas établie, les abus à son égard peuvent l'être.  
Selon les avocats des douze mis en examen dans ce volet de l'enquête Bettencourt, l'expertise était entachée de nullité pour divers motifs. Premièrement, elle a été réalisée sous la direction de la légiste Sophie Gromb, dont la proximité est jugée trop importante avec Jean-Michel Gentil - un des trois juges en charge du dossier - puisqu'elle figure parmi les témoins de son mariage.
Les trois magistrats de la chambre de l'instruction présidée par Eric Grafmuller devaient se prononcer, ce mardi matin, sur la validité de l'enquête menée par le désormais célèbre juge Jean-Michel Gentil et ses deux collègues en charge du dossier, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël. Et ce sur son principal volet : celui concernant l'abus de faiblesse. Un volet qui repose essentiellement sur la conclusion de l'expertise médicale conduite le 7 juin 2011 au domicile de Liliane Bettencourt, à Neuilly-sur-Seine. "

En dehors du fait que cette mise en examen de Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse fait marrer tout ceux qui ont un zeste de jugeote, on peut se demander comment une procédure entachée de tant d'irrégularités a pu être validée... Mais bon, il en va ainsi, en Socialie, pays merveilleux où des magistrats peuvent épingler qui bon leur semble sur un "mur des cons" sans que la hiérarchie judiciaire ne s'en émeuve plus que cela. Tenez, si on se posait ne serait-ce que la question de savoir - et donc de dénoncer - si le juge Gentil appartient ou pas au Syndicat de la Magistrature, hein, ce serait bien; pensez-vous... 

Quant à la dépêche ci-dessus, elle prouve si besoin était la nullité crasse de nos journalistes qui utilisent, sans même l'analyser, la bouillie prémâchée d'une agence de presse aux ordres. 

J'ai particulièrement appréciée: "puisque la vulnérabilité de Mme Bettencourt n'est pas établie, les abus à son égard peuvent l'être" et ce "premièrement" qui me laisse dans l'expectative gourmande d'un deuxièmement qui ne vint jamais. 

Enfin bref, vous l'aurez compris, le suspens continue, ce serait super chouette que cette procédure sans fin et sans tâches se poursuive... au moins jusqu'aux municipales... N'est-il pas ? 

En matière judiciaire, dès qu'il s'agit d'affaires politiques, il n'y a, en ce qui me concerne, plus de justice... mais que du dégoût !

Folie passagère 1917.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

46 commentaires:

  1. DE Marianne Arnaud: "La juge Prévost-Desprez est renvoyée en correctionnelle", ne vous réjouissez pas trop vite, mon cher Corto.
    En effet la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Bordeaux vient de valider "l'expertise" de madame Bettencourt.
    Rappelons que cette expertise a été conduite, dans des circonstances scandaleuses, par le juge Gentil et son témoin de mariage : une médecin-légiste qui n'avait AUCUNE compétence en neurologie, ce qui lui a donc permis de déclarer, en juin 2011, que madame Bettencourt était en état de faiblesse depuis 2006 !
    Or si madame Bettencourt ne s'était pas trouvée en "état de faiblesse" en 2006, l'instruction de Sarkozy pour "abus d'état de faiblesse" tombait d'elle-même.
    Je rappelle à qui voudrait bien s'en souvenir qu'il existe une émission de télévision qu'on a pu voir sur TF1 en 2010, je crois, où Claire Chazal interroge madame Bettencourt qui a, à l'évidence l'air d'avoir toute sa tête.

    Ici: http://www.wat.tv/video/liliane-bettencourt-je-ai-2y4at_2i6xp_.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé bien, j'avoue que votre commentaire me laisse pantois. A quoi bon dépenser les deniers publics pour une expertise médicale: une petite interview chez Claire CHAZAL (elle a tous ses diplômes de médecine??) et zouh Liliane BETTENCOURT obtient son brevet de bonne santé.

      Supprimer
  2. Juges rouges, juges rouges..., et solidarité corporative.
    Il n'y a pas à s'étonner.
    Et sur les "juges", relisez l'admirable "Tête des autres" de Marcel Aymé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @michel desgranges: Plus rien ne m étonne, même plus le dégoût qui me saisit chaque jour un peu plus.

      Supprimer
  3. certains peuvent donner toute l'apparence de la normalité, pendant un certain temps.. en psychiatrie, il faut parfois une heure d'entretien pour tomber sur le " mot" qui déclenche le délire ( et alors la, tout part en vrille ), mais auparavant, la personne parlait , raisonnait normalement.. Idem pour les personnes agées : si on les rencontre " rapidement," on ne peut pas forcement s'appercevoir qu'il y a " faiblesse", surtout chez les personnes trés éduquées, qui maintiennent longtemps un verni de politesse etc.. ( certaines phrases toutes faites, permettent de passer entre les gouttes )
    je ne vois pas comment on peut faire un diagnostic retrospectif, dire, " cela n'allait pas en 2006", à moins d'avoir des preuves substantielles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: tout est vérolé dans cette histoire depuis le départ. Et même sans parler d'annuler la procédure, que celle-ci n 'ait pas été confié à quelqu un d autre que Gentil dépasse l entendement

      Supprimer
  4. Bonjour,

    "Dans l'affaire Bettencourt, la justice qui n'est pas aux ordres..." J'en déduis qu'une Justice aux ordres (de qui?) aurait accepté le recours en question (à moins que ce ne soit l'inverse).
    Ignorant quasiment tout de ce dossier, je me garderai bien de prendre partie pour les uns ou les autres et ce n'est pas ce qu'en raconte les journaleux ou les avocats (aux ordres, eux, c'est sûr) qui m'apprendra grand chose. Je sais par contre qu'une décision allant dans un sens ou un autre fera toujours du perdant un mécontent qui criera nécessairement à l'injustice (aux ordres?). La cour aurait-elle jugé dans le sens inverse qu'on aurait entendu un discours identique en provenance de la partie adverse. Dans cette affaire, on est sur du lourd avec, en tête de gondole, rien de moins que l'ancien président de la république et la présentation au grand public des us et coutumes de la gente politique de ce pays pétri de capitalisme de connivence et où la porosité est immense entre le milieu des affaires et celui du pouvoir. Le reste n'est que vaine littérature.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. H; "Ignorant quasiment tout de ce dossier" Tout est dit !

      Supprimer
    2. Je crois que je suis comme vous, tout simplement, n'ayant de cette affaire que ce les avocats et les journaleux veulent bien en dire. J'avoue ne pas trop comprendre votre courroux. Vous estimez que la procédure est entachée d'irrégularités. Soit mais avez-vous lu l'arrêt concerné? Il doit répondre point par point aux arguments avancés par les plaignants. Je doute fort, mais peut être suis-je dans l'erreur, que dans un dossier aussi sensible, les trois magistrats concernés aient bâclé leur copie. Et puis, si vous vous réjouissez du renvoi du juge Prévost-Desprez en correctionnelle, il convient de souligner que le procureur Courroye qui, si je me souviens bien, lui dinait carrément et régulièrement avec l'ancien président très concerné par cette affaire (peut être la fait-il encore mais il est libre de fréquenter qui il veut), doit comparaître devant la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), après une longue instruction de la plainte déposée en janvier 2012 par Le Monde dans l'affaire des fadettes.(http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/09/24/philippe-courroye-convoque-en-novembre-devant-le-cms_3483484_3224.html) .
      Sauf à ce que vous soyez Nadine Morano dissimulé derrière un pseudo (ce que je ne crois pas un instant), vous devriez vous félicitez que même les plus puissants de cette société soient traités comme monsieur Toutlemonde. Vous n'êtes pas obligé de me croire mais je suis bien placé pour affirmer qu'exercer la fonction de magistrat est difficile et que pour une fois, les caricatures qui sont faites régulièrement sont très loin de la réalité. Il n'y a pas je ne sais quel corporatisme mais des lois, plus ou moins bien faites hélas et des personnes comme vous et moi qui tentent d'en extraire la substantifique moelle. Bien sûr, il y a le triste épisode du mur des cons. Ça a simplement valu une gamelle retentissante au syndicat concerné aux élections professionnelles et une perte significative d'adhérents. Donc les juges dits "rouges" sont nettement minoritaires dans la,profession. Les autres, l'immense majorité, est surtout bleu clair et au final, l'ensemble s'évertue du mieux qu'il peut de faire son travail correctement malgré l'indigence des moyens mis à sa disposition. Pour les fameux experts, certains, de plus en plus, refusent de les faire car ils en ont marre d'être payés avec de clopinettes. Ça, c'est la réalité du terrain. A qui la faute?
      Une dernière chose, à titre personnel, l'estime que je porte à la gente politique de pays est inversement proportionnelle à la passion que j'éprouve pour son Histoire. Normal 1er est, je pense, une catastrophe comme l'a été son prédécesseur. Je dois cependant avouer que si, au final, NS est condamné dans cette affaire, je ne verserai pas de larmes sur lui. Croire qu'il est l'objet d'une vindicte particulière au prétexte douteux qu'il a traité les juges de petits pois, relève, je suis désolé de le dire, d'une parfaite imbécilité et d'une méconnaissance complète du mode de fonctionnement de la machine judiciaire. Cette dernière ne se limite pas, et c'est heureux, d'aligner les "oui" et les "non" et de déclarer gagnant celui qui a la plus de croix. La réalité est un peu plus complexe.

      Cet échange sur un sujet que je sais sensible ne m'empêche pas d'apprécier votre blog mais l'estime n'est pas, loin s'en faut, l'ennemi de la contradiction.

      Bonne soirée

      Supprimer
    3. Et merde le ;long commentaire quee je viens de t écrire a sauté. je ne vais donc pas le refaire, la flemme mais disons que pour avoir suivi cette affaire depuis le début, je peux te garantir que dès le départ l instruction a été baclée et a charge contre Sarkozy. Juste 2 points: Comment accorder le moindre crédit à un juge qui lors de la dernière présidentielle a appelé à voter contre l un des gars qu'il est chargé aujourd'hui de mettre en accusation ? Que penser d'un juge qui missionne et surpaye l'une de ses vieilles copines, médecin légiste, même pas psy, pour effectuer une expertise qui est au centre de l instruction ?. Gentil aurait du etre au minimum desaissi et l’instruction délocalisée et confier à un autre juge. Et bien même pas !
      Pas besoin d'être spécialisé en droit pour comprendre que l instruction est depuis à charge contre Sarkozy.

      Les juges font un métier difficile, je n en doute pas un instant, comme l'éboueur, le flic, le médecin, le prof ou le loufiat du coin. Tout ce qu on lui demande , c'est de bien le faire. Gentil a contribué à décrédibiliser, plus que necessaire la justice.

      Supprimer
    4. Merci pour ta réponse. Je crois pas aux instructions à charge, toi si. C'est nettement plus complexe mais je ne crois pas que je te convaincrai. Dommage.
      Pour la motivation de l'arrêt (115 pages), voici ce qu'en dit l'Express: http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100576730. Il y a des réponses aux questions que tu poses. Probable que tu ne sois pas d'accord mais c'est ainsi.

      Au plaisir de te lire

      Supprimer
    5. mezavi que tu t es gouré pour le lien

      Supprimer
    6. Navré. Voici le bon: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/bettencourt-pourquoi-la-cour-d-appel-de-bordeaux-soutient-l-instruction-du-juge-gentil_1284870.html

      Supprimer
    7. @H: ce compte rendu de l Express me conforte dans l idée que tout est vérolé dans cette affaire. Ne serait-ce comme le rappelait Marianne le fait de faire en 2011 une expertise pour juger de l état de faiblesse de qulequ un en ...2007 !

      Supprimer
    8. @ H
      Tout citoyen lamba sait, et depuis fort longtemps, que la justice est tout, sauf juste. Si vous voulez des exemples, j'en ai des tas. Flagrants. Et désolants...
      Seuls les plus retors peuvent s'en sortir : ils repèrent une faille, aussi minime soit-elle, et hop ! Le tour est joué. La pauvre victime, naïvement confiante en la pseudo-justice, est condamnée en lieu et place du criminel.
      Encore heureux quand il n'y a pas eu graissage de patte ou pression politique (bien souvent inutile car, comme on l'a vu, beaucoup sont des juges rouges ; et beaucoup d'autres sont des maçons... Or, les loups ne se mangent pas entre eux !...).

      C'est encore pire depuis le passage du sinistre Badinter au ministère de l'INjustice.
      Vous n'avez quand même pas oublié ? Celui qui, pour sauver la tête d'un abominable et cynique assassin d'enfant n'a pas hésité à doublement violer la loi :1/ Remplacer la plaidoirie en faveur de son client par une plaidoirie contre un sujet d'ordre général. Fait pourtant strictement interdit. 2/ Strictement interdit aussi de faire pression sur les jurés. Et pourtant, il ne s'en est pas privé...

      Alors, quand on est si incapable qu'on ne peut s'affronter honnêtement, on monte des cabales pour déshonorer, et donc détruire l'adversaire. Surtout si on en a peur.

      Dans les cas présent, on pourrait pudiquement parler d'erreurs aussi nombreuses qu'importantes. Ce serait déjà dramatique et suffisant pour annuler la procédure.
      Sauf qu'ici, à l'évidence, tout a été savamment calculé.
      En effet, on ne peut parler de hasard lorsque :
      1. Une expertise mentale est rendue rétroactive de 5 ans. Ce qu'aucun spécialiste, même le meilleur, ne sait évaluer. Alors, une vulgaire légiste !... De surcroît amie proche du juge qui porte si mal son nom !... Laissez moi rire ! Même jaune...
      2. Prise en compte d'éléments non fiables et de surcroît, volés de façon plus que suspecte !...
      3. Et le bouquet de classe exceptionnelle : le magistrat chargé d'évaluer le travail du juge Méchant est... sa propre femme !!!... Ça aussi est interdit...

      Je me limite à 3 parce que je n'ai pas de temps à perdre. Sinon, moi aussi j'aurais pu en faire 115 pages...
      Mais de vérité. Pas de mensonges conditionnés par la solidarité professionnelle ou poly-tocarde et la haine du seul homme d'Etat actuel ayant prouvé sa compétence. Car Culbuto a largement démontré qu'il n'était même pas capable de piloter son petit pédalo...

      Alors, s'il vous plait, vos remarques moralisatrices, vous pouvez vous les garder. On a abondance de preuves du contraire. Et si, probablement, il y a, de temps en temps, un magistrat intègre, je ne pense pas que cela puisse excéder 1 sur 100.
      On les a trop vus à l’œuvre pour se faire encore duper.
      D'abord faire le ménage dans la profession. En commençant par tous ceux qui seraient dignes de figurer sur leur propre mur des cons.

      Et on en a plus que marre d'être considérés par ces gens-là comme de parfaits idiots.
      Ai-je été assez claire ?

      Supprimer
  5. Cette corporation des juges a décidé de faire payer très cher à Sarkozy sa sortie sur les "petits pois".
    Mais à y réfléchir, c'était plutôt gentil par, rapport au dégoût qui nous saisit quand on voit les méthodes que les juges emploient lorsqu'ils ont décidé la perte de quelqu'un !
    Cette Sophie Gromb - médecin légiste - a fait nommer deux neurologues qui ne figuraient pas sur la liste des experts, par son copain, le juge Gentil, au motif que les experts étaient pris, pour aller à huit heures du matin expertiser Liliane Bettencourt.
    Or l'unique experte en neurologie de la Cour de Bordeaux affirme qu'elle n'a jamais été contactée.
    Encore une qui va se retrouver sur le mur des cons !
    Mais patience, mon cher Corto, la coupe est pleine. Elle est toute prête à déborder, à en juger par la panique qui s'est emparée des socialistes au lendemain de l'élection de Angela Merkel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      A vous lire, on sent que vous valez nettement mieux. Ça tombe bien, la corporation recrute et elle vous attend pour nettoyer les écuries d'Augias: http://www.enm-justice.fr/devenir-magistrat/accueil.php
      Bon courage si vous réussissez, ce que je vous souhaite, mais attention, il vous faudra vous affronter.

      Bonne fin de journée

      PS: je ne suis pas magistrat mais les enfilades de perles, ça gave un peu.

      Supprimer
    2. @marianne: Oui la coupe est pleine ! Mais la ou ça devient plus drôle c'est quand cette exaspération nait chez des " qu'ont voté hollande ", comme j ai pu le constater au cours du déjeuner, à midi, déjeuner auquel était conviée deux miennes cousines, toutes les deux encartés au PS. Etonnant !

      Supprimer
    3. @ H., sans non plus connaître tous les tenants de cette affaire, pour ce qui est des perles, c'est l'actuel tribunal en charge des affaires, qui semble les aligner.

      Supprimer
    4. Et renvoyer dos à dos droite et gauche dans la matière est un peu léger, quant on sait la mansuétude des magistrats (et des socialistes, et des médias) à l'égard de l'ami caouette dans une sombre affaire de proxénétisme. Pour ne prendre que cet exemple.

      Supprimer
    5. Il n'est que de voir l'exaspération de ce certain H qui a brusquement fait irruption sur votre blog, mon cher Corto !
      Il faut lui reconnaître d'avoir mis beaucoup de persuasion pour essayer de nous convaincre que les juges ne sont pas des "petits pois".
      Faut-il que ces brillants personnages - dont Alain Bauer a rappelé hier soir, chez Calvi, qu'ils n'avaient aucune légitimité - se sentent mal, pour qu'ils aient besoin de susciter de pareils défenseurs !

      Supprimer
    6. @Marianne: Vous l avez écouté aussi ? Je n aime pas du tout Bauer ne serait-ce que pour son appartenance à la Franc maçonnerie mais hier soir chez Calvi, il a été remarquable à tout point de vue, bien au dessus de tous les autres intervenants réunis.

      Supprimer
    7. @ Marianne Arnaud,

      Parce que Alain Bauer, il la tire d'où sa légitimité? On peut aller loin dans ce domaine. Pour autant, sa compétence en matière de criminologie, que je sais grande et justifiée, est reconnue aussi par nombre de magistrats. Quant aux magistrats (dont rares sont ceux qui se revendiquent brillants comme vous vous plaisez à les qualifier), c'est de la cuistrerie dont ils souffrent le plus. Soyez également rassuré, ils savent se défendre et n'ont pas besoin de moi.

      Bonne soirée

      Supprimer
    8. @ H. attention malheureux-se, le "D'accord, pas d'accord" en haut des commentaires est bien évidemment du second degré ou de la publicité mensongère, on ne sait pas trop. Chaque commentaire s'éloignant de la ligne éditoriale du blog est impitoyablement traqué et combattu. Bon, les arguments ne valent pas toujours triplette, mais c'est l'époque qui veut ça, que voulez-vous... A bon entendeur!

      Supprimer
    9. @ El Nino, autrement dit, le petit...

      Ce sujet ne traite pas d'un concours de boules...
      Mais vous avez raison sur un seul et unique point : c'est l'époque qui veut ça. Ou plus exactement, la Hollandie qui transforme la France en régime totalitaire où la liberté de parole (et bientôt de pensée) n’existe plus. Et où, comme aux heures les plus noires de notre République (et même avant), tous les moyens, y compris les plus lâches et les plus répugnants, sont de mise pour se débarrasser des adversaires qu'on redoute. Surtout quand on détient la super-palme de la nullitude. Pôvre type que ce Flamby et ses sbires ! Il est à vomir.

      Supprimer
    10. Qui plus est, El Niño, un minimum de bonne fois vous obligerai à reconnaître que si les commentaires de H. ne sont pas dans la ligne éditoriale sur ce billet, ils ne sont ni censurés, ni accueillis par une salve d'injures, comme cela peut se faire ici ou là. Mais si la polémique doit cesser au premier contradicteur venu, alors là... ^_^

      Supprimer
  6. Et encore, dégoût le mot est faible. Ce qui se passe est caractéristique d'un état totalitaire qui glisse peu à peu vers l'arbitraire généralisé.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: Et pas un jour ne se passe sans une nouvelle preuve de cet arbitraire entrain de s installer.

      Supprimer
  7. Je salue ton obstination. Non pas tant à taper sur une Justice sur laquelle je partage le point de vue du roi des cons ("Je fais confiance à la Justice de mon pays") mais celle qui t'amène à trouver à Sarkozy toutes les qualités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où et quand, Corto a-t-il trouvé "à Sarkozy toutes les qualités" ?

      Supprimer
    2. Mes hommages du soir, cher Marianne.

      Supprimer
    3. Pour être à ce point sarkoziste, il faut bien qu'il lui en trouve quelques-unes, non? Pour le où et quand, je renonce.

      Supprimer
    4. Voilà qui est bien mieux et je les accepte avec plaisir !

      Supprimer
    5. @Pangloss: Je reconnais à Sarkozy certaines qualités et ne l 'épargne pas sur ses défauts. J'ai toujours dit et pensé que dans le cheptel des politocards, Sarkozy, en tant qu homme d Etat, était sans aucun doute, actuellement, le plus capable. Et comme d'hab, a ceux qui ne comprennent pas que je puisse ne pas détester Sarkozy ( c'est si facile ), je recommande la lecture du bouquin, à charge et à décharge, "L'Impétueux " de Catherine Nay.

      Supprimer
    6. @Pangloss: ça me donne l idée d'un billet qui s'intitulerait: Pourquoi je ne déteste pas Sarkozy, ou un truc dans le genre. A voir, un jour.

      Supprimer
    7. Peut-être parce que cette détestation repose sur un biais cognitif ...
      - Sarkozy, le bouc émissaire,
      - Sarkozy, le contre-exemple,
      - Sarkozy, le responsable quand on ne peut ou ne veut véritablement remonter à la cause des problèmes français,
      - Et bien sûr, Sarkozy, la fausse cible quand on veut mater le peuple...

      Amike

      Supprimer
    8. @Amike: sans aucun doute, ces raisons font partie de mon raisonnement. je vais quand même réfléchir a ce billet :)

      Supprimer
  8. En fin de compte ce ne sera pas une mauvaise chose , je crois qu'un jugement mettra tout à plat et prouvera la véracité de chacun , bien qu' en matière de justice à l'heure actuelle j'ai comme un léger doute.
    Sur ce , je te tire une grande révérence , je pars sur l'heure , me reposer ( ,ou bringuer,) dans le tarn , je suivrais les événements sur ma tablette mais sans com's , à bientôt ,amicalement ,Claude-Henri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: profites en bien et débranche, ça fait du bien :)
      bonne vacances
      amitiés

      Supprimer
  9. Je viens de regarder Calvi sur ce sujet, mon cher Corto,
    La conclusion est que, dans toutes ces affaires qu'on colle sur le dos de Sarkozy : affaire Bettencourt, affaire de la campagne électorale de Balladur, affaire Tapie, affaire Guéant etc, ce qu'il manque, ce sont les preuves de l'implication de Sarkozy.
    Ira-t-on jusqu'à le condamner sans preuves ?

    RépondreSupprimer
  10. @marianne: Ce n'est pas à vous que je vais apprendre que pour tuer le" chien,", il suffit de dire qu'il a la gale, peu importe qu il l'est, ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je pense, mon cher Corto, que Slate, il y a quelque temps déjà, avait proposé, en pure perte semble-t-il, un article fort intéressant intitulé : "Comment prouve-t-on un abus de faiblesse ?"

      http://www.slate.fr/france/69783/affaire-bettencourt-abus-faiblesse-preuves

      Supprimer
    2. je lis donc que pour cette avocate, pour qu il y ait abus de faiblesse, il faut:
      "Il y a l’élément matériel, qui est la remise d’une chose [1] par une personne vulnérable [2] et tout en ayant connaissance de sa vulnérabilité [3].»

      bon ben en l espèce, si j ose dire, il n y a rien de tout cela !

      Supprimer
  11. Si les socialistes mettaient autant d'ardeur à réduire la dette abyssale de la France et son taux de chômage hymalyesque qu'ils le font détruire Sarko, ce pays serait la première puissance du monde depuis l’élection de Saint Mimolette qui cherche désespérément à se fabriquer un statut d'homme politique à la carrure internationale, il irait serrer la main de Kim Jong-un s'il le fallait, quel abruti.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa