vendredi 6 septembre 2013

Ne laissons pas entrer ces joyeuses au Panthéon !


Alors, tandis que le monde tremble, que la crise perdure, que la Syrie brûle, que le chômage continue à augmenter et que Pépère se ridiculise à Saint Petersbourg, il y a tout de même un problème grave qu'il va nous falloir régler d'urgence, citoyennes, citoyens: Qui allons-nous expédier au Panthéon ? Chaque président de la République aime "panthéoniser" une personnalité; ça fait chouette dans le CV de l'heureux élu, encore plus dans celui du président en exercice: une belle cérémonie (1 million d'euros au bas mot), un joli discours et en quelque sorte, une entrée par procuration dans la Maison des Grands Hommes.

Pépère n'échappe pas à la règle, il veut sa cérémonie et donner au peuple une nouvelle grande figure à honorer. Il a bien fait comprendre à tous les intervenants du processus de panthéonisation que ce serait bien que cela soit une femme. Car le Panthéon n'abrite en son sein que deux nanas pour 69 hommes. Cépabien. Une consultation est donc lancée via le site du Centre des Monuments Nationaux. Vous pouvez, si vous en avez le courage, suivre le chemin et présenter votre candidat, c'est assez ardu et long, mais au moins aurez-vous la conscience tranquille quand sera connu le nom de l'heureuse élue. Notez le féminin que j'emploie puisque de toutes façons, ce sera une femme. Le tout est de savoir ce que l'on veut: Une ex-esclave (in)connue sous le nom de Dame Solitude, la féministe Olympe de Gouges, une ethnologue-féministe-résistante anti-colonialiste telle que Germaine Tillion, une anarcho-franc-maçonne-communarde et féministe comme Louise Michel ou bien encore Simone de Beauvoir, celle dont on se souvient pour son célèbre: " on ne naît pas femme, on le devient " et son Deuxième Sexe. Pourquoi je vous parle de celles-ci ? Parce que ce sont celles qu'une kyrielle d'organisations et d'associations féministes, gauchistes, progressistes et toussa proposent. Le lobbying fonctionne à fond et l'issu semble prévisible: ce sera l'une de ces joyeuses.

Autant vous dire que pas une de ces drôlesses n'aura ni mes faveurs, ni ma voix. Une femme au panthéon, je veux bien, deux ou trois, pourquoi pas, je ne suis pas raciste, mais pas une des ces égéries gauchistes et féministes. J'aime pas les gauchistes, encore moins les féministes.

Alors qui proposer ? J'ai bien pensé à une femme, une comme toutes les autres, une qui aurait élevé quelques enfants avec amour, une femme toute simple qui aurait œuvré pour le pays, une toute modeste, ni riche, ni pauvre, une madame Martin quelconque qui n'aurait jamais démissionné, une mère quoi ! J'en connais des tas mais elles n'ont aucune chance, elles ne sont pas connues et n'ont pas cherché à l'être. Alors Simone Veil ou Simone Weil, les deux le mériteraient amplement mais l'une est une icône catholique, donc aucune chance, et l'autre n'est pas encore décédée. On parle un peu de Lucie Aubrac, mouais, pourquoi pas. Aliénor d'Aquitaine me plairait bien, reine et business woman avant l'heure. Ou bien Edith Piaf parce qu'elle le vaut bien. J'ai pensé aussi à  Anne Franck mais elle n'est pas Française, à Geneviève Anthonioz de Gaulle mais il faudrait amputer quelque peu son patronyme pour qu'elle ait une chance d'être honorée par la Socialie, à Geneviève de Galard, l'ange de Dien Bien Phu, Jeanne d'Arc ? pas possible, trop typée.

Qui ? Oui, qui mettre au Panthéon plutôt que de laisser une de ces joyeuses désirées par la Socialie ?

A vrai dire, je ne sais pas qui choisir, peut-être bien Geneviève de Galard ou Lucie Aubrac, pas facile. Par contre, ce qui est sûr c'est  que sur le machin qui servira d'abri à l'élue, il est inscrit: " Aux grands Hommes, la patrie reconnaissante " et je suis bien étonné qu'aucune de ces féministes de salon n'ait pensé à lancer une polémique et réclamer la modification de l'inscription. " Aux grandes femmes et aux grands hommes, la patrie reconnaissante "...

Et vous, attelez-vous à la tache, vous verrez, la chose n'est pas si facile: Quelle femme au Panthéon ?

Folie passagère 1889.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

34 commentaires:

  1. Je pensais à Geneviève de Galard. Je ne sais pas si elle est décédée ou pas, mais puisque vous la citez, vous avez peut-être vérifié

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Popeye: ben zut alors, suite a ton message, j ai été vérifié, elle n'est pas décédée . J'étais persuadé du contraire. Qu'elle me pardonne si d'aventure elle venait à me lire.

      Supprimer
    2. Je savais que Mme de Galard est encore de ce monde, mais si une femme doit être panthéonisée, autant que ce soit elle. Encore que je doute qu'elle veuille de cet honneur douteux. Après tout, la république a laissé ses soldats crever à Dien Bien Phu, elle ne s'est pas souciée de leur sort dans les camps communistes. Elle les a accueilli les survivants comme des malpropres. On oublie que quelques centaines, retapés, rhabillés de propre furent libérés en grande pompe devant quelques officiels et la presse. Pendant ce temps, le gros des prisonniers, en guenilles, malades, sous alimentés étaient relâchés comme des chiens et à peine mieux traités par le service médical français. Vaincus, prisonniers, donc méprisables.

      C'est aussi cela la république.

      Supprimer
    3. @Koltchack: je connais de près quelques uns qui subirent la chute de Dien Bien Phu et qui auraient eu toutes les raisons d'en vouloir à la République et pourtant, et d'une aucun n a exprime ce genre de sentiment et tous gardent, malgré la " défaite" et son cortège de difficultés, une espèce de "tendresse" pour ce pays et finalement peu de rancune pour l'ennemi.
      Ce serait peut-etre justement une belle manière pour la République de rendre hommage à tous ceux qui ont été là-bas en y faisant entrer de Galard. En son temps.

      Supprimer
  2. J'ai toujours de la peine à penser à ces personnes qu'on envoie reposer pour l'éternité dans ce lieu immense,froid et glacial. Ont-ils demandé de quitter leur coin de terre meme pour honorer la République ? Ils doivent s'y sentir bien seuls dans ce décors de marbre ! Est-ce qu'un peu de présence féminine adoucirait leur triste sort , Choisissons une femme dont l'Esprit apporterait dans ce lieu trop grand et glacial de la fantaisie et du sourire . Je penserais à sœur Emmanuelle mais je la laisse en paix dans son cimetière de Calian ...alors qui ? qui aurait apporté de la tendresse et de la joie et de l'espérance ou de la fantaisie dans ce monde de brutes...Je cherche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: "pour honorer la République" C'est de l inverse qu il s agit. C'est a République qui honore ceux qui y rentrent. par contre pour le lieu, effectivement, il est glacial, voire sinistre en temps normal. Alors oui, un cœur joyeux serait une bonne idée

      Supprimer
    2. La meilleure solution pour cette nécropole serait peut-être de la rendre au culte, tout simplement. L'Espérance qui en résulterait aurait raison de la tristesse du lieu. A vous lire, je pense qu'il est triste parce qu'il ne sert pas à ce qpour quoi il avait été conçu.

      Popeye

      Supprimer
    3. II me semble quand même qu'en honorant un de ses fils ou une de ses filles , la République en tant qu'entité abstraite et supérieure cherche à conforter des valeurs dont elle serait garante . En témoignent ces cérémonies théâtrales qui vont au delà du simple respect pour la personne accueillie et inscrivent la république dans des rituels laiques . Le panthéon est un temple laique ou se jouent aussi nos rapports à la mort et au temps . et une certaine lecture de l'histoire...

      Supprimer
  3. Les "femmes remarquables" ne manquant pas, mon cher Corto, il n'y aurait qu'à en tirer une au sort pour ne fâcher personne, en veillant tout de même à ce qu'elle aient déjà passé l'arme à gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: c'est drôle parce que me livrant à l'exercice, j'ai eu du mal à en trouver des femmes remarquables, du moins celles dont le nom vous vient immédiatement à l'esprit.

      Supprimer
  4. Germaine Tillion n'était toutefois pas une anticolonialiste, pas en tout cas au sens de dénigrement des pays occidentaux que ce mot a pris aujourd'hui. Elle était aussi très patriote.

    Son livre "l'Algérie en 1957", réédité par les éditions Tirésias ("L'Afrique bascule vers l'avenir") donne une vision non idéologique des campagnes algériennes, où elle a travaillé comme ethnologue avant la guerre. Elle y montre quelles étaient les conditions de vie de ces gens, peu affectés par la colonisation car très à l'écart.
    Pour elle, ce sont les mesures de santé publique (vaccination) qui, en augmentant la population, ont involontairement créé un déséquilibre.

    En voici quelques extraits :

    http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2008/04/21/8903210.html

    "pas d'idéalisation anticoloniale

    Aux premières pages de son livre, L'Algérie en 1957 (publié avant les événements de cette même année 1957...), Germaine Tillion avait repoussé tout idéalisation "anticoloniale". Elle écrivait :

    "Ce n'est pas moi qui vous présenterait un beau coupable bon à pendre, ni une happy end facile et radicale, malgré le vaste choix qui nous est proposé. La tragédie algérienne, telle que je la vois, comporte beaucoup de victimes, peu de traîtres – et ses possibilités de dénouement m'apparaissent comme un bon point de départ pour d'autres tragédies" (p. 14).

    L'ethnographe de la vie paysanne des Aurès n'érige pas le colonialisme en figure abstraite du Mal, elle l'inclut dans la mondialisation de l'ère industrielle : "le malheur actuel de l'Algérie était vraisemblablement inévitable - dans la mesure où il est désormais impossible d'épargner à un peuple archaïque tout contact avec ce monstre prodigieux qu'est la Civilisation Planétaire et dans la mesure où ce contact est fatal au peuple non préparé qui le subit" (p. 67-68).
    (...)
    l'anti-colonialisme, alibi de la clochardisation

    Relisons donc Germaine Tillion, et les histoires non idéologiques du temps colonial, pour comprendre que la colonisation ne fut pas cette "décivilisation" qu'éreintait Aimé Césaire. On y apprendra à dépasser les slogans : "L'anti-esclavagisme a été l'alibi du colonialisme (il l'est encore parfois), et je me demande si l'anti-colonialisme n'est pas en train de devenir l'alibi de la clochardisation. Non pas que le colonialisme soit tout à fait mort - il est seulement moribond -, ni qu'il n'ait pas aggravé la situation économique des pays où il a sévi, mais il n'est pas seul responsable de leur misère, et, à l'heure actuelle, par exemple, la situation alimentaire dans les régions d'Algérie où il n'y a jamais eu de colons apparaît comme un peu plus alarmante pour les indigents que dans celles où les colons sont en nombre..." (L'Algérie en 1957, p. 41)."

    RépondreSupprimer
  5. Je propose la mère Taubira pour avoir libéré tous ces prisonniers des geôles de France , victimes du colonialisme français , ahhh elle n'est pas morte ! Elle pourrait faire un effort quand même , Pépère a besoin d'elle .
    A défaut je propose : Herminie Cadolle que toutes les femmes connaissent pour la libération du corset et le bonheur des hommes.
    Bon week end à tous et à toi @corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude Henri: j avais pensé a Taubira mais ce serait lui faire bien trop d honneur. Herminie Cadolle ? connais pas.
      bon week end a toi aussi

      Supprimer
  6. Aubrac et Tillon. Comme ça, ce sera plus marrant le jour où on virera ces charognes de l'Eglise Sainte-Geneviève (ci-devant Panthéon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis pour la destruction du Panthéon... Je ne suis pas Républicain moi. Pas Royaliste non plus d'ailleurs...

      Supprimer
    2. @Koopa: T'es quoi alors ? :)

      Supprimer
    3. Il n'était ni communiste, ni socialiste, ni radical, ni écolo, ni centriste, ni libéral, ni conservateur, ni nationaliste, ni fasciste, ni royalaiste, ni anarchiste... Qu'était-il ? Il était un petit navire...

      Plus sérieusement, je suis fasciste, un vrai, modèle 1922, udgradé 1933, modifié 1936, rectifié 1945.

      Supprimer
    4. Et j'ai même eu mon article rien qu'à moi sur le site de l'autre coquerelle...

      http://www.macomete.com/2013/03/la-grande-forme-des-trolls-reacs-ou-des.html

      Supprimer
    5. @Koopa: quelqu'un qui est traité de connard par jegoun ne peut pas être totalement mauvais ! :)

      Supprimer
  7. Et si la République Hollandienne nous dégotait une femen de derrière les caveaux ! Dans un orocessus d'intégration accélèré : après avoir investi les traits d'un symbole national pourquoi arreter en si bon chemin ...après notre Marianne nationale et nos timbres ....il n-y a pas de raison pour que les portes du panthéon leur restent fermées !

    RépondreSupprimer
  8. Franchement, cette histoire m'agace. Trouver un cadavre à déplacer pour que Pépère et sa clique nous montrent encore une fois comment il faut "penser bien" et, corollaire, qui "pense mal" me répugne. Je ne veux pas participer (et s'opposer au choix qui sera fait c'est encore participer). L'indifférence est la position que je choisis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: soyons objectifs , tous les présidents ont panthéonisé quelqu'un. Ce qui me dérange c'est le " profil" retenu, très dans l air du temps : panthéoniser une "femen" d'antan

      Supprimer
  9. Incontestablement,à mes yeux,c'est Geneviève de Galard qui mériterait la place mais il n'est pas du tout sûr qu'à son décès,si les socialistes sont toujours en place,elle obtienne le consensus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean marc: pas sûr en effet mais je serai bien curieux de voir quels seraient les motifs évoqués pour la refuser

      Supprimer
  10. Toutes les femmes auxquelles j'ai pensé sont vivantes (j'avais oublié Jacqueline de Romilly)

    J'ai voté il y a une semaine pour des hommes qui ne voulaient ou ne voudraient sûrement pas y aller Ch de Gaulle (classique est sans surprise) et ensuite pour l'abbé Pierre en mettant dans le com que Coluche aussi, j'ai voulu donner une teinte "sociale" à ce second vote.

    De toute façon depuis que ce nul d'Aimé Césaire a sa plaque, je trouverai, perso, dégradant d'y être, alors allons bon, ils mettront leurs icônes idiotes, je m'en fiche un peu.

    J'ai passé mon adolescence à la Martinique et ai lu des tonnes de pseudos vers de la logorrhées de Césaire, j'ai toujours pensé que seules les idéaux anti-racistes stupides ont pu le porter au pinacle, le problème est que j'estime que ces idéaux sont de fait du mépris des artistes de grande valeur, il y en a chez les antillais, mais pas lui et s'il n'avait pas été la négritude de service pour la gôche, il n'aurait jamais eu le moindre succès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lady watterlo: entièrement d accord avec toi. Pourquoi crois tu que la Taubira nous sort du Césaire à chacune de ses interventions...

      Supprimer
  11. chère Lady Waterloo,je ne suis pas un grand admirateur d'Aimé Césaire mais je trouve que sa page sur la négritude:http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20080417.BIB1141/negre-je-resterai-par-aime-cesaire.html fait preuve d'une certaine ouverture d'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean marc: En ce qui me concerne, je n ai rien contre Aimé Césaire mais je ne supporte pas l'exploitation politicienne qu en font certains genre Taubira

      Supprimer
  12. J'y mettrai Coco Chanel. Sa contribution à la renommée internationale de la France est indéniable et beaucoup moins polémique que beaucoup des noms que vous citez.
    Quant à Geneviève de Galard, elle représente tout ce que le pouvoir en place déteste. Et je suis sûr qu'elle préfèrera reposer dans un cimetière familial bien catholique plutôt que dans cette église "laïcisée".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. droitedavant: Coco Chanel, pourquoi pas ?

      de Galard ne le voudrait peut etre pas mais j en connais, les nombreux anciens de Dien Bien Phu, qui en seraient fort heureux, ils verraient en quelque sorte ainsi leur sacrifice récompensé, au moins reconnu

      Supprimer
  13. Coco Channel ??? Oui, pourquoi pas !!! Il parait qu'elle pensait bien (enfin, mal)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kooppa: me revient à l esprit que Coco Chanel a tout de même un handicap: elle n a jamais été clairement disculpée pour ses amitiés supposées avec l ennemi

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen