dimanche 29 septembre 2013

Liberté ! Libérons le travail !


Malgré les accords d'entreprise signés entre salariés et direction, Sephora-Champs-Elysées est condamné à fermer sa boutique dès 21h00. Pour tous les volontaires qui travaillaient sur ce créneau horaire, la perte de salaire sera d'environ 300 euros nets chaque mois et le nombre total de poste sera de fait réduit. Un petit peu de chômage en plus... 

Nos médias nous gavent avec cela depuis hier, la quinzaine de Castorama et de Leroy-Merlin de région parisienne seront ouverts aujourd'hui malgré l'interdiction qui leur a été signifiée, interdiction assortie d'un risque d'amende de 120 000 euros par magasin et par dimanche ouvert. Là aussi, tous les employés sont volontaires et ont signé avec la direction un accord en ce sens. Bricorama, enseigne concurrente, a baissé le rideau dominical par obligation, son envergure ne lui permettant pas d'assumer l'amende éventuelle.

Les duty-free de Roissy ou d'Orly ont le droit d'ouvrir le dimanche quand les relais H de nos gares sont contraints à la fermeture. Leroy tenu de fermer quand sur le même parking les Jardineries Clauses font chaque dimanche le plein de clients. Ma boulangerie a été contrainte par arrêté préfectoral de fermer au moins un jour par semaine alors que 7/7 des gens y travaillaient ravis et que les clients s'y bousculaient. Sur les Champs, Sephora a le droit d'ouvrir le dimanche mais pas les Galeries Lafayette Montparnasse, elle est où la cohérence ?

Les socialistes, par le biais d'un communiqué officiel (et stupide) du parti, s'insurgent contre ses ouvertures dominicales. Mélenchon fait écho à Benoit Hamon: c'est illégal, c'est inadmissible, c'est odieux, etc... Les antis en appellent au respect de la vie de famille, du jour de repos obligatoire; pour un peu, bientôt, on entendra Besancenot prendre la défense de la messe dominicale. Les noeud-noeuds conseillent aux adeptes des courses le dimanche de préférer une promenade sylvestre en famille ou Vivement Dimanche à la télé...

Quelle bande de oufs, de cons, d'has-been, de ringards, de don quichotte ou de privilégiés ! 

Liberté, je dis liberté !

Laissons les gens libres de faire les courses quand ils veulent ou quand ils le peuvent. Laissons les gens - ceusses qui ont la chance d'avoir un boulot - travailler quand ils le souhaitent, quand ils le peuvent. Laissons les étudiants qui saisissent ce type d'opportunités mettre un peu de beurre dans les épinards. Donnons au bricolage autant de chances qu'au jardinage. Rafraîchissons notre archaïque code du droit du travail. Laissons les patrons s'accorder avec leur salariés, magasin par magasin, entreprise par entreprise.  Envoyons paître ces syndicats qui ne défendent plus qu'eux-mêmes. Libérons la responsabilité et laissons à chacun la possibilité de travailler, s'il le souhaite, la nuit ou le dimanche. La loi empêche ceux qui le souhaitent de travailler le dimanche ou la nuit, changeons la loi.

Sommes-nous dans une situation qui autoriserait ceux qui ont un boulot à refuser à ceux qui en n'ont pas de travailler quand bon leur semble ou quand un poste se crée le dimanche, le soir ou la nuit au Casto du coin ou chez Sephora ? Non ! Sommes-nous dans une situation qui autoriserait les syndicats qui ne représentent plus que 6% de la population active d'emmerder ceux qui souhaitent bosser là où un poste est disponible ? Non ! Sommes-nous si couillons qu'il nous faille attendre que le gouvernement décide si oui ou non quelqu'un a le droit de bosser quand un employeur ouvre un poste, fut-il dominical ou vespéral ? N'est-ce pas plus jouissif de bosser que de toucher le RSA ou une quelconque autre aide ? Vaut-il mieux signer un contrat d'avenir bidon et subventionné ou vaut-il mieux accepter un vrai contrat de travail vecteur de croissance réciproque, pour l'employeur comme pour le salarié ?

Sommes-nous bien le pays qui compte plus de 5 millions de chômeurs, toutes catégories confondues ? Oui !

Et bien alors bossons, donnons envie de bosser, prenons les boulots qui s'offrent, aidons à la création de postes le dimanche, le soir et les jours de fêtes s'il le faut, envoyons bouler les empêcheurs de bosser, mettons au régime le code du travail. Libérons le travail, liberté de travailler !


Sur le même sujet:

Folie passagère 1924.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

39 commentaires:

  1. bravo !
    meme probléme que lorsque les quelques étudiants en gréve dans une FAC interdissent à tous les autres d'assister aux cours. Une année, les examens furent donc reportés ( je ne sais plus quelle fac ) d'un mois ou plus.. ceux qui avaient trouvé un boulot pour l'été, pour se payer leurs études, furent donc perdants, puisque ne pouvant aller travailler.. tout le monde n'a pas des parents " riches".. les grévistes, eux s'en foutaient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: merci ! Bien souvent ce sont ceux qui n ont pas (trop) de problèmes qui emmerdent ceux qui en ont !

      Supprimer
  2. Excellent, Corto !
    Jadis jadis, je travaillais le dimanche ( dans un hebdomadaire) , ce qui était fort agréable ( mais aujourd'hui, j'apprends que je fus exploité...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: C'est ce que l'on appelle le progrès ! Avant tu t'exploitais mais tu ne le savais pas. 30 ans de progressisme débile t'ont libéré de tes chaînes :)

      Supprimer
  3. Il y a bien des gens qui sont obligés de travailler le dimanche et on est bien content de les trouver (hôpitaux, transports en commun, boulangers etc). Et cela malgré le repos dominical du jour du Seigneur des chrétiens. En revanche, ceux dont le Seigneur exige le vendredi ou le samedi devraient se foutre de travailler le dimanche. Sans parler des athées.
    Mais de quoi se mêlent-ils ces syndicats et ces politiques qui les soutiennent?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: Note tout de même que dans toutes ces histoires récentes, ce ne sont pas les cathos qui se sont élevés contre le travail du dimanche mais bien des syndicalistes qui mézavi ne vont souvent à la messe , encore moins à confesse.
      Et qd je demande à mes grenouilles de bénitiers ce qu ils en pensent, ils me répondent que ce n'est pas le travail le dimanche qui videra plus les églises qu elles ne le sont déjà.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir29 sept. 2013 à 21:02:00

      Sisi, les cathos aussi. En tous cas une frange d'entre eux. Il suffit d'aller voir au Salon Beige, ou ailleurs dans la réacosphère. A chaque fois que je leur démontre l'absurdité de leur position, ils sont incapables de réfuter mes arguments. C'est clairement une position de militant ou de bigot. C'est de la propagande pour les uns, de la superstition pour les autres. Et beaucoup de mauvaise foi pour tout le monde.

      L'argument catho n'est même plus le jour du Seigneur, ce qui aurait le mérite de la franchise et de la cohérence : c'est marqué dans la Bible, il faut obéir à la Bible, point barre. L'argument catho et réactionnaire, c'est, maintenant, la famille.

      Bien entendu, ceux qui défendent cet argument n'expliquent jamais en quoi il serait efficace, ou même légitime, de défendre la famille des autres en leur interdisant d'organiser leur vie comme ils l'entendent.

      Ces gens-là partent du principe que 100 % de la population française majeure vit en famille sur le modèle de papa, maman, la bonne et moi, et travaille de 9 h à 17 h 30 du lundi au vendredi. Ils font semblant d'oublier que plein de gens n'ont pas de famille : les célibataires, ceux qui n'ont pas d'enfants, les veufs...

      Ils font comme si ceux qui ont une famille et des enfants n'étaient pas assez grands pour choisir tout seuls les jours, les heures et les modalités de leurs retrouvailles. Ils font comme si un couple n'était pas le mieux placé pour décider lui-même à quel moment il doit se voir pour durer : le dimanche, le mardi, tous les jours à 3 heures du matin, ou seulement une fois par mois de 15 h 37 à 23 h 18.

      Même les curés, que je sache, du temps où les gens allaient à la messe, ne poussaient pas aussi loin le vice de l'ingérence dans la vie d'autrui.

      En fait, il est très probable que pour un grand nombre de gens qui travaillent le soir ou le dimanche, ce choix soit un moyen de renforcer leur vie de famille, pour des raisons évidentes sur lesquelles je ne m'étendrai pas, n'ayant pas vocation à instruire les cons.

      Mais évidemment, cela est insupportable pour les innombrables petits chefs qui sommeillent chez les Français de toute obédience politique et religieuse, et qui n'ont de cesse que de dicter aux autres la façon dont ils doivent vivre.

      La seule idée que les familles françaises seraient menacées de se déliter irrémédiablement, sauf si un certain nombre de mouches du coche d'extrême-gauche ou d'extrême droite ne parvenaient à leur interdire, par le biais de la loi, d'acheter de la moquette le dimanche ou du parfum à 21 h 15, est tellement grotesque qu'elle devrait condamner au ridicule immédiat, et à la reptation sous le revêtement de sol sus-mentionné, ceux qui osent les ventiler dans l'espace public.

      Supprimer
  4. Salut @corto , j'ai écouté ton conseil "black-out sur les conneries de la semaine" et je tombe sur ton billet qui me fait bondir ,comme @michel Desgranges , je me suis exploité tous les dimanches depuis mon retour de mon service militaire , je suis un mauvais citoyen comme ce gros co...ard qui vendais l'humanité au coin de la rue ou avec ces marioles du PS qui font toujours de la retape dans les marchés . Après tout , fermons tous les emplois du Dimanche , plus de télé , de radio , n'allons surtout pas voter un dimanche ,l'exploitation des services communaux est un grand fléau , et ces pauvres gendarmes à la place de mettre des PV , ne seraient-ils pas mieux avec leur femme et leurs enfants , bon j'arrête , la liste est trop longue de ceux qui bossent le dimanche , ces syndicats qui déforment la réalité du travail avec leur conviction ne sont plus que des dinosaures d'un autre age arrivent à trouver encore 2% d'adepte et agacent 98% de la population

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: oui, tout ce que tu dis est vrai mais imagine quand même que ces dinosaures, les syndicalistes, sont ce que l on appelle les partenaires sociaux, ceux avec qui rien ne peut se faire ! et bien basta ! Ils ,e représentent qu a peine 6% de la population, 15% des fonctionnaires, 2% dans le BTP et faut que nos 5 millions de chomeurs se laissent emmerder par ça ! on marche sur la tête.

      Et pour la peine, je me rebarre fin de semaine 4 jours en aveyron ! na !

      Supprimer
    2. @corto , tu as raison que pour le plaisir j'y passe pour descendre plus bas ,( j'ai cru voir dans un petit village MsieurLapique entouré d'une ribambelle de nana )

      Supprimer
  5. Je ne décolère pas ! Si les syndicats ont dans ces histoires une attitude pour le moins irresponsable et dogmatique, que dire des juges qui leur ont donné raison ?
    Le pire c'est que je ne vois aucun moyen de mettre hors d'état de nuire ces fossoyeurs d'entreprises...
    Que de choses à remettre à plat dans ce pays pour redonner de l'air aux gens et aux entreprises. Les règlements sur tout finiront bien par nous faire crever en plein, la paralysie totale n'est plus très loin...
    Notre belle devise a décidément du plomb dans l'aile, chacun de ses mots a perdu son sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: les juges, on te dra qu ils n ont fait qu appliquer la loi mais si celle ci est devenue obsolète dans un pays où il y a autant de chomeurs !

      Mais bon, ne desespérons pas, le gouvernement va travailler sur le sujet ! dès demain !

      Supprimer
  6. Chacun est libre de faire ce qu'il veut le dimanche ou en soirée et faire un tour a la boutique prends qu'une heure ou deux et n'empêche pas de faire plein d'autres activités, ce qui balaie la plupart des arguments avancés contre. D'autres disent que le patronat ferait pression sur les salariés pour qu'ils travaillent pendant ces horaires inhabituels, pourtant ils vont manifester au lieu de se retrancher derrière la loi et les salaires sont plus élevés ce qui est suffisant pour motiver. Enfin il est évoqué les acquis sociaux, cet argument est nul et non avenu dès lors que les salariés sont volontaires et qu'ils sont payés en conséquence de l'effort supplémentaire fournit.

    Je suis quelqu'un qui ne supporte pas l'inactivité ou en gros ne rien faire, je ne pars jamais en vacances pour ces raisons et clairement je suis toujours en train de faire quelque chose, cela ne me gênerait pas de travailler le dimanche ou la nuit, surtout si j'aime mon travail. Mais d'autres personnes s'ennuient tout simplement dans leur temps libre, parce qu'elle sont seule ou qu'elles en ont trop. Je comprends parfaitement l'envie et la volonté des travailleurs de travailler pendant ces horaires sans qu'aucune incitation ou pression provienne du patron.

    En attendant certains magasins reçoivent effectivement des autorisations tandis que d'autres non, reçoivent des condamnations, des salariés vont perdre leur travail ou devront réduire leurs heures dans un marché du travail salement amoché et cela me révolte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Judex; Comme toi, je trouve ces interdictions consternantes. je crois qu en periode de crise, nul n a le droit de priver quiconque de travailler. Le gvt, pour une fois, semble s'en etre aperçu. Aura-t-il les coucougnettes pour affronter les syndicats sur ce terrain ? Nous verrons.

      Quant aux amendes, ma main à couper que personne n'en paiera !

      Supprimer
  7. j'ai entendu ce soir que c'est le concurrent de Casto, bricorama qui a porté plainte, estimant que les autres ayant l'autorisation d'ouvrir le dimanche et pas lui, il avait une perte de chiffre d'affaire, et donc, que les amendes données iront...dans la poche de ce jaloux mauvais concurrent, ce qui éclaire aussi l'affaire autrement...

    par contre, tu sais que ma fille travaille jusqu'à minuit, sur les champs et pour l'instant on ne leur a pas demandé de fermer comme Séphora, ma filles est volontaire pour faire la nuit,n'ayant pas de charge de famille et surtout sa paye est majorée de 300 euros, ce qui n'est pas négligeable, les filles chez Sephora ont porté plainte contre le syndicat, c'est croquignolet ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: Tu as raison c'est Bricorama qui a porté plainte et il a eu raison quelque part puisqu'on le lui avait interdit à lui aussi de travailler le dimanche.Je suis même prêt a parier qu il l a fait en concertation avec Leroy ou Casto qui de toute façon auraient été eux aussi empêcher d ouvrir un jour ou l autre.
      Et ne t inquiète pas, comme dis plus haut aucun ne paiera d'amende. Ah au fait, disons qu a un moment, j ai bien connu Bourelier le patron de Bricorama.

      Monoprix est dans le collimateur aussi. Sa chance c'est que cette affaire Sephora-Casto-Leroy fait tellement de bruit qu'à mon avis, je peux me tromper, on foutra la paix à Monoprix et aux autres, un petit moment.

      Supprimer
  8. depuis 40 ans les forces de gauche ont cassé la valeur travail..... nous sommes à un point de rupture.. il est inadmissible d'empécher des gens qui veulent travailler de le faire surtout en période de crise
    C'est une atteinte effectivement à la liberté .......
    je reviens d'un pays ou la croissance est de plus de 8 % par an ... un pays sorti du communisme..( ce n'est ni la Chine ni l'Inde) un pays ou tout le monde travaille y compris le dimanche... sans se poser de question juste pour avoir un avenir meilleur. En 20 ans ils ont déjà fait un pas de géant
    que tous ces français éduqués aux 35 h et aux avantages sociaux aillent voir ailleurs....

    Le socialisme gangrène notre pays depuis trop longtemps.

    il faut se révolter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: Je ne suis pas trop inquiet pour le travail le dimanche, viendra le jour où il sera autorisé, le soir et la nuit aussi et pour Tous ceux qui le veulent. Le GVT semble vouloir faire évoluer, nous verrons bien même si avec les socialos il ne faut pas s'attendre à des miracles,

      Se révolter ? les salariés de Casto, de Leroy de Sephora de Bricorama font sa à leur manière, les Français, j ai des doutes. Rv aux municipales !

      Supprimer
  9. J'ai travaillé plus de trente ans en horaires de nuit, j'ai pu faire tant de choses sans poser un seul de jour congés, aller voir des potes, des dames et quand je fus papa, je suis allé chercher les enfants d'abord à la crèche ensuite à l'école quand ils rentraient du collège, j'étais présent et je n'aurais jamais changé des horaires mixtes('9 h-13 h; 14 h-18 h).

    Si j'ai arrêté, c'est simple, avec l' âge on récupère moins et mes chiards sont devenus autonomes malgré tout mon dernier m'a dit un jour, qu'il regrettait que je ne sois plus là quand il rentrait de l'école.

    J'ai aussi travaillé les nuits du Samedi au Dimanche et du Dimanche au Lundi, je récupérais 10 heures de repos compensateur ce qui me permettait de .partir plus longtemps en vacances.

    Ce qui amusant, les syndicats se sont battus pour que la Poste ne ferme pas les centres de tri dans la nuit du Samedi au Dimanche, c'est à rien comprendre.

    On marche sur la tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: On marche sur la tête depuis un moment ds ce pays. Mais si les syndicats sont en grande parie repsonsables, les français le sont aussi pour s'être fait mené en bateau par ces "privilégiés ": syndicalistes ou politocards

      Supprimer
  10. Je crois qu'il faut aller jusqu'au bout de la pensée de certains bergers qui verraient bien supprimées toutes les fêtes chrétiennes : d'où, chacun aménage sa semaine de travail comme il l'entend pourvu qu'il respecte les temps légaux de repos. Avec cependant un bémol à la joie des huns, le dimanche n'existant plus en tant que tel aucune raison à "augmenter" le salaire ce jour là.

    RépondreSupprimer
  11. Liberté ! Liberté ! Liberté !

    Et comme le disait Georges Pompidou, mon cher Corto : "Qu'on arrête d'emmerder les Français !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Pompidou était sans doute un sage mais il aurait pu ajouter: " que les Français arrêtent de se laisser emmerder "

      Supprimer
    2. Il semblerait que Goux ait deux ou trois idées sur le sujet !

      Supprimer
    3. je viens de le lire et de lui laisser un commentaire

      Supprimer
  12. Ouiiiiiiiii !
    Travaillons le Dimanche, comme l'épicier du coin !
    Et reposons-nous le Vendredi et le Samedi, jours de prière.

    Supprimons Noël, Pâques et la Pentecôte, dans la foulée !
    Tout ça n'a que trop duré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lamouette: on supprime rien du tout, non mais !

      Supprimer
    2. Je suis de l'avis de la mouette joviale. Puisque nous voulons la liberté à tout prix et l'individualisme qui va avec, supprimons ces fêtes qui empêchent les gens de vivre, de travailler surtout et de gagner beaucoup de pognon, puisque c'est lui qui mène le monde avec le sexe, parait-il.

      Supprimer
  13. La France est ce qu'elle est, un pays jacobin où la minorité agissante contraient depuis plus de deux siècles une majorité amorphe et silencieuse. Même sous l'ancien régime, les affaires étaient contraintes par des tas de règles, de rigidités
    inattaquables. C'est dans l'esprit du pays, c'est national!
    Voilà pourquoi sans doute nous nous trouvons insolubles dans la mondialisation et nous dégringolons tous les jours un peu plus vers la misère.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: je ne sais pas à qui j en veux le plus : à la minorité agissante ou bien à la majorité amorphe, silencieuse, voire soumise ?

      Supprimer
  14. Bonjour je suis totalement navré !
    la droite disparait idéologiquement derrière le libéralisme ....
    qui pourtant détruit tout soigneusement depuis 30 ans !!!
    "Ouvrir le dimanche fait des emplois " est une vision millimétrique du bout du nez
    Croyez vous que les gens vont acheter 10 rouleaux de tapisserie en semaine et 12 le dimanche ?
    Ne vont-ils pas tout simplement ...mesurer leur pièce à retapisser ?
    Croyez vous qu'un sprinter pourrait courir le 100 mètres en moins de 5sec s'il s'entrainait le dimanche ?
    Il y a trente ans tous les magasins d'un centre ville étaient fermés dimanche ET LUNDI
    et il y avait beaucoup moins de grande surfaces ,
    oseriez vous dire qu'il y avait alors plus de chômage que maintenant ?

    cordialement à tous
    PS : oups j'ai posté sur un fil vieux d'un an d'où ce doublon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jmespe: J'ai deux arguments qui me suffisent:
      - au nom de quoi et de quel principe peut-on interdire à quelqu'un de bosser quand il le souhaite ?

      - au nom de quoi et de quel principe, peut-on interdire à un chômeur ( ou à un étudiant, par exemple ) de saisir une opportunité qui se présente ?

      Ça me suffit pour justifier ma position.et sur ce sujet, en ce qui me concerne ce n'est pas un problème de droite ou de gauche.

      Supprimer
  15. Cher Corto, j'ai repris votre argumentaire en essayant d'y apporter une saine contradiction.
    Nous sacrifions tout à l'économie en prétextant de la crise. Plus nous sacrifions, plus la crise s'amplifie.
    Nous sacrifions tout à la liberté individuelle, pourtant nous nous sentons de moins en moins libres.
    Il semble désormais interdit d'interdire sous prétexte de ne froisser personne.
    J'ai une liste assez courtes d'interdits, dont le repos dominical.
    En tous cas, merci d'avoir retweeté le lien vers mon article, vous êtes grand seigneur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @droitedavant: et bien justement, les interdits, ça va, la coupe est pleine ! et vois mon commentaire à jmespe ci-dessus. Mon argumentation est simple, simpliste pour certains sans doute, mais ça me suffit pour justifier de mon opposition à ces interdictions dominicales ou nocturnes.

      Pour le Rt, c'est normal je Rt tout ce qui est de droite :)

      Supprimer
  16. bonsoir !
    effectivement vous ne répondez pas à mes questions ...
    hélas elles sont fondamentales :
    croyez vous en l'éternelle croissance , en l'éternelle consommation ?
    Évitez-les, et vous exaucez ce que Mitterrand avait prédit :
    "après moi il n'y aura plus de président , il n 'y aura que des comptables ..."

    Les arguments de type "il y a déjà les pompiers et les infirmières qui travaillent ..."
    sont incroyables dans les bouches de droite :
    Peut-on descendre une marche pour la SEULE raison qu'on en a déjà descendue d'autres ?
    A ce stade, vous avez le mariage homo puisqu'on a le pacs...
    et dans 10 ans, vous aurez la polygamie puisque qu'on a le mariage homo !!!
    Raisonnement typiquement décadent de gauche .

    Enfin la droite est censée regarder à plus long terme que la gauche
    La gauche est toujours plus "fun" ; la droite est condamnée à l’efficacité.
    Si vous n'apportez pas la preuve que "ça marche" (malgré les nombreux essais de libéralisme)
    alors regardez plus loin que la paillette libertaire ...

    cordialement

    RépondreSupprimer
  17. Je crois pour ma part que nous subissons des attaques tous azymuths.
    Tout ce qui affaiblit la famille, cellule fondamentale, est bon pour le système.
    Tout le monde l'a compris avec le mariage gay et bizarrement, personne ne semble le voir avec cette rupture du Dimanche.

    Je ne plaisantais pas dans mon commentaire de plus haut.
    On attaque tout ce qui a fait notre vie depuis des siècles. Au profit de quoi ? Des marchands. Et bientôt, potentiellement, au profit du repos le Vendredi. Je ne blague pas. On fait bien des trucs contre le vin, pour complaire aux muzz.

    Je comprends que les gens veuillent travailler le dimanche pour gagner plus.
    Mais ne vaudrait-il pas mieux reconsidérer les salaires de la semaine, plutôt, et laisser les gens en famille le dimanche ?
    C'est déjà beaucoup que des services soient indispensables le Dimanche, on le sait tous.
    Mais les marchands !
    Et ce qu'ils ne disent pas, les travailleurs volontaires du Dimanche, qui se drapent dans leur volontariat, c'est que d'une part, ce "volontariat" ne durera pas et sera bientôt un critère d'embauche, et que d'autre part, le sur-salaire qu'ils gagnent le dimanche est un manque à gagner pour ceux qui bossent la semaine.
    C'est le coup de l'enveloppe globale.

    Alors liberté du travail, oui, évidemment !
    Mais aussi avec des salaires décents qui ne ramènent pas les gens qui bossent à l'esclavage consenti.

    Et le Séphora des Champs appartient sûrement au katar, non ?
    Réfléchissez...


    RépondreSupprimer
  18. @lamouette: sur bien des points je reçois tes arguments . mais tu crois qu elle est belle la vie de famille du chomeur qui voudrait bosser même le dimanche ? Et pourquoi actuellement y a-t-il déjà 30% des français qui bossent et on en empecherait d'autres, volontaires, de bosser ? Que dire aux étudiants qui peuvent ainsi arrondir leur fins de mois quand le GVT supprime une partie des aides aux parents et réduit les bourses ?

    300 euros nets mensuels en + pour bosser le dimanche, c'est pas le Perou mais ce n'est pas non plus de l esclavage.

    La vie de famille , oui mais vois le témoignage de Grandpas, il a bossé nuits et dimanche et cela ne l a pas empêché d avoir une vie de famille apparemment, idem pour un de mes frangins. Rythme différent c'est tout, et ils s adaptent.

    Et quant à sephora, sauf erreur de ma part, c'est tout français et ça appartient à LVMH

    RépondreSupprimer
  19. Proclamer des libertés (illusoires) et proclamer des libertés (réelles)

    Certains réclament la liberté de travailler le dimanche soit disant parce que cela créerait de l'emploi

    Je lis les commentaires des uns et des autres, et et et , ben je m'aperçois que vous n'avez toujours pas compris. Vos idéologies il faut plus de socialisme, non plus de libéralisme, euh non un peu des deux, c'est ridicule ! Vous ne comprenez pas que dans les années à venir nous aurons croissance ridicule.

    Ça ne sert strictement à rien de libéraliser le travail dans les entreprises de distribution (magasins petites ou grandes enseignes). Je vous rappelle que nous produisons de moins en moins donc il y a aura de moins en moins à distribuer. Vu que nos entreprises de production ne suivent pas alors tôt ou tard les entreprises de distribution vont avoir trop de personnel à charge dont ils ne sauront quoi faire !

    Je vous rappelle dans l'ordre les maillons de la chaîne avant qu'un produit manufacturé ne parvienne au consommateur, je schématise de manière simplifiée

    1) Entreprise d'extraction de matières premières
    2) Entreprises de production d'énergie
    3) Entreprise de transformation de matières premières
    4) Entreprise de fabrication de produits manufacturés
    5) Entreprise de distribution

    Voilà ! Nous commençons à avoir de gros soucis sur les 2 premiers maillons ! Donc, si nos extractions et nos productions diminuent alors nos magasins vont avoir de gros soucis ! Il y aura moins à distribuer, donc les magasins vont avoir besoin de moins en moins de personnel et licencieront de toute façon ! Vu comment c'est parti en France, il se pourrait qu'on finisse par avoir 2 dimanche / semaine

    RépondreSupprimer
  20. J'ai lu votre article et je ne suis pas d'accord avec vous. Je reprends volontiers à mon compte le commentaire de Droitedavant. Par ailleurs, j'ai aussi écrit un article sur le sujet..
    Ma critique du dimanche travaillé consiste à dire qu'il créerait une indifférenciation temporelle. En gros les jours successifs deviendraient indiscernables et la semaine disparaitrait, ce qui n'est pas souhaitable.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen