vendredi 22 juin 2012

G20: Compte-rendu gouvernemental et boursouflures égotiques


D'un avis général, presses française et étrangère, médias, observateurs, éditocrates et moi-même-personnellement, le G20 de Los Cabos a été, pour la France, un franc... échec. Voilà pourtant, ci-après, le compte-rendu qui en a été fait en Conseil des Ministres aujourd'hui:

" Le ministre des affaires étrangères et le ministre de l'économie et des finances ont présenté les résultats du sommet du G20 qui s'est tenu à Los Cabos les 18 et 19 juin 2012.

Dans un contexte difficile et qui requiert une coordination internationale renforcée, ce sommet a d'abord permis de réaffirmer l'engagement en faveur de la croissance et de l'emploi qui est, conformément à la volonté du Président de la République, désormais au cœur des priorités internationales. Dans cette perspective, les membres du G20 se sont engagés sur des mesures précises.

Grâce à l'unité dont les Européens ont fait preuve ( ndlr: Vs êtes autorisés à exploser de rire ), un soutien a été apporté aux mesures prises par l'Europe pour répondre à la crise de la zone euro, tant en ce qui concerne les travaux en cours sur la croissance que la stabilité financière. Par ailleurs, le Fonds monétaire international et sa capacité de prévention et de résolution des crises financières ont été renforcés, par une augmentation de ses ressources de 450 milliards de dollars.

Participant des efforts de la France en faveur de la croissance, une position claire a également été prise sur la lutte contre le protectionnisme ( ndlr: laquelle ? Mystère...).

Le sommet de Los Cabos a enfin permis des progrès dans les domaines importants pour la France que sont ( ndlr:Rires respectueux autorisés ):

- la régulation financière, notamment en ce qui concerne les standards prudentiels, l'encadrement des rémunérations, les risques de marché, les produits dérivés, le traitement des institutions financières d'importance systémique, la lutte contre les juridictions non coopératives et la corruption ;
- la dimension sociale de la mondialisation, en particulier en faveur de l'emploi des jeunes ;
- le développement, avec un accent sur la sécurité alimentaire, les infrastructures et une croissance verte et inclusive."

La messe est dite. Youpiii,  cocoricos, langue de bois et boursouflures égotiques, un vrai succès !

Mais de qui se moque-t-on ? De vous !

Folie passagère 1219.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

11 commentaires:

  1. Effectivement, mon cher Corto, j'avais lu "divergences avec Merkel", "frictions avec Cameron".
    Mais tout l'art de la politique - et les socialistes ont toujours, dans cet art, atteint des sommets - l'essentiel n'est pas d'être vainqueur mais de se "présenter en vainqueur".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Et le gogo degauche de base de se faire avoir. Notre bon hollande ayant encore fait très fort à Rome aujourd'hui, en déclarant, très sérieusement: "Nous avons donné à la perspective de croissance un contenu concret."
      remarquez à force de leur répéter que la croissance sera acquise en la convoquant toutes les 2 phrases, ils vont finir par y croire.

      Supprimer
    2. Mais le pire, mon cher Corto, c'est tous ces dedroites qui y ont cru aussi !
      Autrement Hollande n'aurait pas été élu, et il ne serait pas là à se pavaner sur les forums internationaux : c'est moi le plus beau, c'est moi le plus fort.
      Jusqu'à quand cela durera-t-il ? Christian Saint-Etienne est très pessimiste.

      Supprimer
    3. Oui, mais Saint-Etienne, c'est juste parce qu'il a peur de perdre la Coupe une fois de plus contre Munich…

      (Cela dit, je l'ai entendu hier soir et, en effet, il ne donnait pas envie de rire.)

      Supprimer
    4. ALAIN COTTA ne donne pas envie de rire non plus ! sur BFM business non plus, les experts rigolaient pas ce matin en parlant de ce sommet

      Supprimer
    5. @marianne: on ne dit pas "dedroites" ça fait vulgaire :) mais vous avez raison combien à droite ne voyant pas plus loin que le bout de leur nez ont voté hollande...par rejet de sarko mais pas uniquement. Et ne remuez pas le couteau ds la plaie, vous m incitez à évoquer Bayrou.

      @Didier goux: Ecouter St Etienne, c'est souhaiter, avec ce qu il nous prédit à juste titre, prendre un billet sans retour pour le bout du monde.

      @boutfil: Oui ben les experts ils rigolent pas mais pour hollandréou, tout baigne apparemment.

      Supprimer
  2. Quelle imposture cette présidentielle. Je n'aimais pas trop la gauche mais en voyant Hollande à l'oeuvre j'en viendrais presque à avoir pitié des militants PS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @vlad: Oserai-je dire que ces militants PS ne devraient pas mettre trop de temps à se rendre compte de cette imposture...

      Supprimer
  3. "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts" Paul Reynaud en 1939.

    RépondreSupprimer
  4. Pour mémoire la régulation financière a été promise par Nicolas Sarkozy lors du fameux discours de Toulon.Et qu'a-t-il fait ? Rien.
    Il n'a même pas tenté de négocier au noveau européen.
    Au moins Hollande tente ....
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @elmone: ah si je t'appréciais pas....
      cordialement

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique