jeudi 28 juin 2012

Valls: " Je crois que je peux être président de la République " !


Aujourd'hui, c'était un peu la fête à Valls. Le pauvre, tout le monde lui est tombé dessus. Même Didier Goux, même Mélenchon, même Jevousarrête, même l'Express, même Besancenot, c'est dire !

Il faut dire que le bonhomme, à gauche, dérange. Pour la Méluche, jamais avare d'une connerie envers son prochain, Valls, en refusant les régularisations massives de sans-papiers, flirterait avec le FN. Pour Besancenot, c'est la première " faute morale " de ce gouvernement ! Et certains de trouver que le Valls n'est qu'un clone de Sarkozy ! Habillé pour l'hiver le garçon.

Et pourquoi donc, moi-même personnellement, je n'en rajouterai pas une couche ? Hein, pourquoi pas ?

Parce que le petit Valls, il dit les choses comme il les pense. Tenez, le vote des étrangers aux élections locales, et bien, pour lui, il est urgent d'attendre: " on n'est pas en 1981 ". La période n'est plus la même. Alors quitte à faire, " soyons prudents " et attendons, l'après municipales de 2014. On ne sait jamais. Déjà que cette folle promesse aurait coûté 1 à 2 points à hollande, ne nous bousculons pas...

Et depuis quand un ministre se permet-il de remettre en cause les promesses de son champion ? Il faut dire que Valls et hollande n'ont pas toujours été potes, loin de là.

Tenez, pour mémoire que disait-il de hollande, le Valls, en 2009 ?: Que faut-il pour se présenter à l’Élysée, avoir de l'expérience ou bien " avoir été premier secrétaire du PS pendant 10 ans sans émettre une seule idée ? " ou bien " Au fond, pour hollande, la politique est un jeu. Il n'a fait que des coups ! ".

Sacré Valls qui jugeait que son boss actuel était un obstacle à la rénovation du PS, sacré Valls qui pensait que la réforme des retraites bouclée par sarko était ce qu'il y avait de mieux, " ne pas y toucher " !

D'ailleurs, Valls et le socialisme à la française, ça colle ou cela ne colle-t-il pas ? On peut en douter; que disait-il à ce sujet, en 2009, hollande toujours patron du PS:  " Le mot socialiste ne veut plus rien dire. C'est minuit moins le quart, là, avant la mort clinique du PS ". Ou bien encore: " Dans le socialisme français, il existe la nostalgie d'une alternative au capitalisme. "

Où voulais-je vous embarquer avec tout ceci ? Juste à vous faire comprendre que Valls est pour moi l'archétype de l'arriviste en politique: peu importent les convictions, peu importe le parti tant que tout cela mène au plus haut.  L'express titre: " Valls, le socialiste de droite " ? Rien de tout cela, juste un gars qui sait surfer sur les courants porteurs de la vie politique du moment que ceux-ci l'emportent, un jour, en 2017, en 2022, au Château.

Valls n'a qu'une idée en tête: L'Elysée. Et chaque matin, en se rasant, il se répète en boucle " Hollande, président ? mais on rêve !, Alors que moi... "

Folie passagère 1230.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

4 commentaires:

  1. Merci à Opposition Républicaine Le vrai bilan de la droite.

    RépondreSupprimer
  2. "Je crois que je peux être président de la République !"
    Valls n'a pas tort. A partir du moment où DSK a failli être plébiscité par les Français, où "monsieur petites blagues" a été élu, pourquoi pas Valls, ou n'importe qui d'autre ?
    Il n'en manque pas de ces ambitieux qui se croient faits pour le rôle au Parti socialiste, et à l'UMP aussi d'ailleurs, il paraît même que c'est ce qui s'appelle la démocratie !

    RépondreSupprimer
  3. @marianne: certes,la démocratie. mais le cas de Valls est intéressant à la fois comme modèle d'une ambition énorme que sur l'aspect "gars " qui se la joue socialo.

    Je ne l'associerait pas à Sarko comme le font certains, il n'en n'a pas la carrure ni l'expérience mais plutot à Copé ou Wauquiez

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP